AccueilLa migration au miroir des arts et des questions d'éthique

La migration au miroir des arts et des questions d'éthique

Migration through the mirror of the arts and questions of ethics

IIIe séminaire annuel du réseau Migrations

3rd annual seminar of the Migrations network

*  *  *

Publié le mercredi 17 février 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Le séminaire annuel abordera la double thématique : « La migration, au miroir des arts, et des questions d’éthique ».  Cette journée sera en partie dédiée à la vie du réseau et à la création d’un espace informel de discussion pour les chercheurs dans les études migratoires, dans la continuité des premiers événements scientifiques organisés par le réseau depuis juin 2014. L'idée est de créer un cadre informel d'échanges et de discussions où tous les participants pourront évoquer leurs travaux et leurs réflexions, parallèlement et au-delà de la thématique fixée pour l’événement.

Annonce

Séminaire accueilli par le Laboratoire MIGRINTER de l’Université de Poitiers le lundi 20 juin 2016

Argumentaire 

Pour son troisième Séminaire Annuel, le Réseau Migrations invite tout.e jeune chercheur.e dont les travaux s’intéressent aux thématiques migratoires, à venir faire connaissance, s’exprimer, partager ses idées et présenter une partie de ses recherches dans le cadre d’une journée sur la double thématique ci-après développée. Le Réseau Migrations existe depuis juin 2014 et entend rassembler les jeunes chercheur.e.s dont les travaux placent la question des migrations au cœur de leurs préoccupations. Incluant des doctorant.e.s, des étudiant.e.s en Master, des post-doctorant.e.s et des chercheur.e.s non-titulaires, il a vocation à leur offrir un espace transdisciplinaire, professionnel comme informel, d’échange, d’entraide et de réflexion, et à servir de plateforme pour promouvoir leurs recherches, notamment dans le contexte d’événements scientifiques organisés à ces desseins. Cet appel à contribution s’adresse ainsi aux doctorant.e.s et aux post-doctorant.e.s travaillant sur les migrations internationales. Toutes les propositions de communication traitant des migrations, sous un angle géographique, sociologique, anthropologique, historique, politique, économique, démographique ou littéraire seront examinées. Informations sur le Réseau : http://reseaumig.hypotheses.org/ . [Les communications pourront être valorisées, notamment sous la forme de working papers publiés sur le site du Réseau Migrations].

Ce 3e Séminaire Annuel du Réseau Migrations sera suivi par la Journée des Doctorants de MIGRINTER, première journée du colloque international « Penser les migrations pour repenser la société » (du 21 au 24 juin 2016). À cette occasion, le laboratoire MIGRINTER retrace trente années de recherche scientifique dans le domaine des migrations internationales. Nous vous invitons donc à rester quelques jours de plus pour y assister et prendre part aux échanges http://migrinter30ans.sciencesconf.org/?lang=fr.

Axe 1 - Migrations et Art(s)

Nous situons cette première thématique dans l'effort actuel des études migratoires pour intégrer à la réflexion un objet qui n'a pas souvent été traité par ce champ d'étude : les Arts. Ce premier axe s’intéressera à la participation de la migration à la diversité des sociétés selon ce qu’en donnent à voir les Arts, en tant qu’ils sont un médiateur commun. Dans un monde dit hyper mobile, toute pratique artistique peut se faire le relais d’expressions nationalistes et / ou cosmopolites, et témoigner d’hybridations identitaires locales auxquelles participe la migration. L’objectif sera ainsi d’interroger l’objet « migration » au regard des milieux artistiques, scientifiques, et notamment des représentations et des pratiques des individus en contexte de circulation. Pour ce premier axe, nous invitons ainsi des communications dont les travaux interrogent les divers rapports possibles Art(s) / Migration, notamment selon les thèmes transversaux non exhaustifs suivants :

(1) La fonction performative des Arts dans les transformations sociales sur les questions de migration

Comment les migrations sont-elles représentées par les Arts contemporains ? Comment l'Art peut-il induire des reconfigurations des rapports d'altérité ? Comment les pratiques culinaires peuvent-elles participer aux processus d’intégration et / ou nourrir des hybridités identitaires nées des migrations? Dans quels contextes pouvons-nous observer des architectures de transit, dédiées aux migrants ou aux populations mobiles et de passage ? Comment le cinéma et les Arts de la scène se saisissent-ils de l’actualité migratoire et qu’en montrent-ils ? Quels regards les artistes portent-ils sur la migration ? Dans quelle mesure, via les séries télévisées et le cinéma par exemple, changent-ils le regard porté par le public sur les questions de migration, d’identité et d’altérité ? Les messages portés par les Arts sur la migration bénéficient-ils de davantage de visibilité que n’en ont les sphères académiques, politiques ou médiatiques ? Comment expliquer que les causes d’ONG et d’associations diverses bénéficient-elles par exemple souvent d’une meilleure résonance et visibilité auprès du public dès lors que des artistes mettent leur célébrité au service des appels à la solidarité des réfugiés et des migrants ? 

(2) Les modalités « artistiques » des représentations scientifiques des migrations dans le monde de la recherche

Comment, dans la recherche, les disciplines artistiques et non artistiques se saisissent-elles de l’objet « migration » pour en rendre compte ? Comment représenter, parler de, ou montrer la migration ? Comment nous emparons-nous, dans nos travaux de chercheurs, de l’objet photographique ou des diverses modalités de représentations (dessins, schémas, cartes mentales, courts métrages, ressources textuelles, etc.) pour témoigner de la migration, mixant parfois recherche scientifique et création artistique ? Comment, en tant que chercheurs, dévoilons-nous alors finalement autant de « manières de faire » quant à la représentation des phénomènes migratoires que nous observons ?

(3) Expressions et pratiques artistiques et culturelles des populations en situation migratoire

Quelles formes d’expressions les Arts peuvent-ils constituer pour des populations migrantes ? Quelle est la place occupée par les Arts dans les processus de subjectivation et les pratiques discursives témoignant de l'expérience migratoire ? Comment l'expérience migratoire peut-elle être mise en scène, en tant qu’objet de la pratique artistique, comme dans le cadre du théâtre de l’opprimé, par exemple ? Comment l'Art en tant que pratique culturelle s’intègre-t-il dans l'économie des pratiques diasporiques, et des groupes affinitaires qui sont liés par une expérience de la migration ? Comment l’Art vient-il à rendre compte de l’expérience d’un vécu migratoire et de ses procédés d’élaboration ? En quoi les discours portant sur les pratiques des migrants, notamment artistiques, contribuent-ils à produire des régimes de visibilité et d’invisibilité de celles-ci ? En quoi les pratiques artistiques animent-elles le sentiment d’exister des individus durant l’expérience de la migration ? Comment le chercheur peut-il s’interroger finalement sur les expressions et les pratiques artistiques qui ont pour objet la migration ?

Bibliographie indicative

Barou, J., Poinsot, M. (2012-13) Migrations en création, Hommes & Migrations, 1297, 148 p.

Levitt, P. (2015) Artifacts and Allegiances. How Museums Put the Nation and the World on Display, University of California Press, 268 p.

Martiniello, M., Puig, N., Suzanne, G. (Dir.), (2009) Créations en migrations, Parcours, déplacements, racinements, Revue Européenne des Migrations Internationales, 25(2), [en ligne, réf. du 29/01/2016], URL : https://remi.revues.org/4937 .

Parati, G. (2005) Migration Italy: The Art of Talking Back in a Destination Culture, University of Toronto Press, Scholarly Publishing Division, 260 p.

Axe 2 - Migrations et questions d’éthique

Les terrains des chercheurs les amènent à repenser continuellement leurs pratiques et leur éthique professionnelle. Il est parfois complexe de trouver quelle est la « bonne » place et / ou l’attitude la plus adaptée à adopter vis-à-vis des personnes et des situations auxquelles le chercheur se trouve confronté. Le caractère sensible d’un contexte politique, géographique, et / ou d’une population migrante, enquêtés, peut mener le chercheur à affronter, lors de la préparation, de la réalisation et / ou de l’analyse de son terrain, de nombreuses questions d’ordre éthique. Le rôle, la responsabilité, voire l’utilité sociale des travaux des chercheurs et les modalités de diffusion de la connaissance sont autant de points également traversés plus généralement par les questions d’éthique dans la recherche. Pour ce deuxième axe, nous proposons de questionner les problèmes éthiques actuels de l’étude de la migration, et invitons des communications dont les travaux interrogent les diverses questions d’éthique soulevées par les études migratoires, notamment selon les thèmes transversaux non exhaustifs suivants :

(1) Approche comparatiste des questions d’éthique dans les milieux académiques

Les questions d’éthique afférentes à la recherche et conséquemment les modalités et les « règles » de celle-ci diffèrent selon les contextes académiques et sociaux, - des différences notables existant par exemple entre les sphères anglo-saxonnes et francophones. Quels sont les impacts de l’absence ou de l’obligation de comités d’éthique sur les manières de faire du terrain pour le chercheur ? Comment le chercheur s’assure-t-il du respect des principes d’éthique lorsqu’il n’est pas tenu de le faire dans le cadre d’un processus institutionnel ? Nous interrogerons ainsi les déclinaisons possibles de l’éthique procédurale dans une approche comparatiste. Par ailleurs, les littératures francophones et anglo-saxonnes donnent à voir des approches différentes de la migration. Dès lors, comment le chercheur assure-t-il un regard critique et autoréflexif sur les concepts qu’il utilise, dans la mesure où ces derniers sont construits et « situés » dans un contexte particulier ? Les débats éthiques quant aux statistiques ethniques (i.e. la promotion de la diversité ethnolinguistique anglo-saxonne versus le laïcisme républicain francophone) en est l’une des illustrations.

(2)  Statut(s) et rapport(s) de postures éthiques du chercheur sur son  terrain

Très souvent dans les projets de recherche, la méthodologie mise en place peut donner lieu à une relation durable, voire intime, entre le chercheur et le sujet étudié, brouillant les repères établis et les limites fixées. Nous évoquerons dans quelle mesure cette relation peut influer sur le déroulement de la recherche, et sur la vie des personnes amenées à y participer. Par exemple, comment combiner recherche scientifique, militantisme et engagement ? Qu’en est-il des chercheurs « aux casquettes multiples » ? Par ailleurs, comment penser la collaboration entre le monde scientifique et le monde associatif ? Comment les chercheurs, les représentants associatifs ou tout autre acteur se saisissent-ils des questions migratoires ? Quels sont les défis éthiques d’une recherche commandée par une association aux objectifs et à l’agenda définis ? Comment partager et diffuser des données dites sensibles, concernant la localisation, les statuts et les pratiques, sans exposer les populations migrantes les plus à risque et vulnérables ?

(3) Quelle contribution de la recherche à la société ? L’enjeu du partage des savoirs à l’épreuve des médias

Nous analyserons l’influence des médias dans la construction du savoir et des représentations sociales sur la migration, de même que la relation entre les mondes médiatique(s) et académique(s). Quelles interprétations et quelles « réalités » les médias nous donnent-ils à voir et à entendre de l’actualité migratoire et des migrants ? Les images télévisées et les clichés photographiques imposés au spectateur respectent-ils toujours une certaine « éthique » vis-à-vis des situations, et des individus exposés ? Confrontés aux lobbies divers, les chercheurs arrivent-ils à faire entendre leur voix sur la scène médiatique ? Dans quelle mesure les medias offrent-ils une tribune aux chercheurs, leur permettant de diffuser leurs conclusions au grand public ? À quelles conditions les medias constituent-ils un espace de dialogue et de débats entre chercheurs, acteurs de la société civile et décideurs ? Enfin, quels sont les défis éthiques qui attendent le chercheur devant conformer la présentation de ses travaux à un système médiatique basé sur l’immédiateté et la brièveté ?

Bibliographie indicative

Beauchemin, C., Hamel, C., Lesne, M., Simon, P. & Equipe Teo (2010) Les discriminations : une question de minorités visibles, Population et sociétés, 466, pp. 1-4.

Green, N. (1991) L’immigration en France et aux États-Unis. Historiographie comparée, Vingtième siècle, revue d’histoire, 29, pp. 67-82.

Price, P. L. (2012) Introduction: Protecting Human Subjects across the Geographic Research Process, The professional geographer, 64(1), pp. 1-6.

Ricœur, P. (2001) Histoire et vérité, Paris : Seuil, 408 p., (Points Essais).

La session posters scientifiques : des communications orales, aux communications murales

En plus des présentations orales, une salle sera mise à disposition pour une exposition de posters scientifiques tout au long de la journée. Cette initiative a pour objectifs de favoriser le partage des connaissances scientifiques mais aussi de valoriser les pratiques et les expériences dans le champ d’étude des migrations. La session posters scientifiques permettra alors de restituer la diversité des approches méthodologiques, des outils de recherche mobilisés et des résultats obtenus par de jeunes chercheurs sous une forme illustrée. Par ailleurs, elle ouvre la possibilité de faire connaître et de valoriser une pluralité de recherches doctorales en cours, dans l’objectif de constituer et d’élargir le réseau des jeunes chercheurs et étudiants dans le domaine des migrations. Tous les intéressés peuvent y participer, sans obligation de présenter une communication dans le cadre du séminaire. Une inauguration suivie d’une présentation des travaux par leurs auteurs au public sera prévue dans le programme définitif du séminaire. La présence des auteurs est donc requise. Le format de présentation est une affiche 80 cm x 100 cm ou A0 (verticale ou horizontale)

Consignes de proposition de communication

Pour proposer une intervention, la personne souhaitant communiquer devra faire parvenir, en un seul fichier .pdf à l’adresse bettyrouland@hotmail.fr les éléments suivants :

l’axe retenu pour intervenir (axe 1 ou 2) et son thème (1, 2, ou 3) – sachant que les thèmes proposés pour chaque axe sont non-exhaustifs et que vous pouvez proposer une intervention s’inscrivant dans l’un ou l’autre axe, selon un thème ainsi non évoqué dans l’appel.

  • le titre de la proposition
  • le type de communication (communication classique, poster ou autre – vidéo par ex.)
  • un résumé de 500 mots max. de la proposition de communication
  • un court CV (comprenant nom, prénom, coordonnées précises, statut, organisme d’affiliation, adresse, numéro de téléphone portable obligatoire, adresse mail et intérêts de recherche) 

La date limite de soumission des propositions est fixée au 15 mars 2016 inclus.

Les résultats de la sélection seront indiqués à partir du 20 mars 2016.

Pour les personnes qui interviendront, des possibilités de financement sont envisageables, renseignements à organisationreseaumig@googlegroups.com . 

Comité scientifique

  • Alberto CAPOTE, Université de Grenade (Département de Géographie Humaine)
  • Mike GADRAS, Université Paris 13 Sorbonne Paris cité (EXPERICE)
  • Cécile GIRAUD, Université Catholique de Louvain (Centre d'Étude du Développement)
  • Josepha MILAZZO, Université d’Aix-Marseille (TELEMMe) et Universitat Autònoma de Barcelona (Département de Géographie)
  • Betty ROULAND, Goethe-Universität Frankfurt am Main (Institut für Humangeographie)
  • Ewa TARTAKOWSKY, Université Lyon 2 (Centre Max Weber)
  • David VIGNERON, Université de Rouen (IDEES / GRIP)
  • Simeng WANG, Université Paris Descartes et Institut de Recherche pour le Développement (CEPED)

Comité logistique

  • Martine BROUILLETTE, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Amandine DESILLE, Université de Poitiers (MIGRINTER) et Université de Tel Aviv (School of Geography and Human Environment)
  • Lucie LAPLACE, Université Lumière Lyon 2 (Laboratoire Triangle)
  • Ilka VARI-LAVOISIER, University of Pennsylvania (CASI) et Institut de Recherche pour le Développement (DIAL) 
  • Joanne WALKER, Université de Nantes (CENS)

Lieux

  • Bâtiment 15 - Maison des sciences de l’Homme et de la société (M.S.H.S.), 5 Rue Théodore Lefebvre
    Poitiers, France (86)

Dates

  • mardi 15 mars 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • migration, art, éthique, migrant, identité, altérité, terrain

Contacts

  • Betty Rouland
    courriel : bettyrouland [at] hotmail [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Betty Rouland
    courriel : bettyrouland [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La migration au miroir des arts et des questions d'éthique », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 17 février 2016, http://calenda.org/356713