AccueilFemmes déviantes, femmes criminelles face à leurs juges

Femmes déviantes, femmes criminelles face à leurs juges

Deviant women. Criminal women faced with their judges

Dans les anciens Pays-Bas et l’Europe du Nord-Ouest de la fin du Moyen Âge au début de l’ère industrielle

In the former Netherlands and northwest Europe from the late Middle Ages to the early industrial era

*  *  *

Publié le lundi 22 février 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Cette série de journées d’études « Femmes déviantes, femmes criminelles face à leurs juges dans les anciens Pays-Bas et l’Europe du Nord-Ouest de la fin du Moyen Âge au début de l’ère industrielle (éventuellement premier XXe siècle) », est construite comme un triptyque : en 2016, « amoralité des femmes déviantes » et « des maux et du sang : la violence des femmes ». En 2017, « entre nécessité et criminalité : la femme voleuse face aux juges ». Ces journées envisagent donc les questions des sources, des peines, des femmes, des différences de traitement, l’attitude des juges, la législation. Elles permettront d’aborder des problématiques aussi bien méthodologiques que purement scientifiques.

Annonce

Présentation générale

Les dossiers de procédure des différents tribunaux, cours et magistrats de l’espace des anciens Pays-Bas, y compris méridionaux (Artois, Flandre) et plus largement de l’Europe du Nord-Ouest, nous montrent des attitudes parfois identiques quel que soit le sexe de l’accusé, parfois fort différentes quand il s’agit de femmes, différences qui se retrouvent dans la qualification des crimes ou dans la diversité des peines.

Les sources qui évoquent les femmes sont foisonnantes : dossiers de procédures, traités de jurisconsultes, comptes …. . Elles permettent un éclairage nouveau et offrent un regard particulier sur la criminalité féminine, sur les procédures mises en œuvre et les peines auxquelles elles sont exposées. Ces sources sont idéales pour appréhender le comportement des femmes face aux juges, face aux peines diverses en fonction des crimes commis, mais aussi pour cerner leur environnement socio-culturel, et observer les lieux des « forfaits »… Les témoins livrent également des éléments précieux qui mettent en lumière le contexte social et le quotidien dans lequel surviennent ces affaires perturbant l’espace public.

Cette série de journées d’études est construite comme un triptyque (en 2016 : « amoralité des femmes déviantes », « des maux et du sang : la violence des femmes », en 2017 « entre nécessité et criminalité : la femme voleuse face aux juges »). Ces trois journées permettront d’aborder des problématiques aussi bien méthodologiques que purement scientifiques : quelles sont les possibilités et les limites de ces sources ? Dans quelle mesure la justice concerne-t-elle les femmes et pour quelles affaires ? Les peines infligées illustrent-elles une certaine spécificité des peines et des différences de traitement ? Quelle est l’attitude des juges face aux femmes ? La jurisprudence est-elle strictement conforme à la législation existante ? Une ordonnance spécifique répond-elle à la déviance ou à la criminalité des femmes ?

Calendrier des journées

  • Mai 2016 pour la première journée d’étude « Amoralité des femmes déviantes »
  • Octobre 2016 pour la deuxième journée d’étude « Des maux et du sang : la violence des femmes »
  • 12 mai 2017 pour la troisième journée d’étude « Entre nécessité et criminalité : la femme voleuse face aux juges »

Argumentaire pour la journée 3

« Criminalité ou nécessité ? la voleuse face à ses juges »

La troisième journée du cycle « Femmes déviantes, femmes criminelles face à leurs juges »  se consacrera à la femme voleuse, dans une perspective d’études qualitatives et/ou comparatives à l’échelle de l’Europe. Les études de cas, à l’image par exemple de celle des voleuses de grands magasins étudiées du point de vue anthropologique et médical par Paul Dubuisson, constituent une base riche pour cerner les circonstances qui entourent le délit.

Entre tentation, pulsion irrésistible et simple besoin, quelles sont les motivations de ces femmes voleuses ? Quelle place attribue-t-on au vol dans la hiérarchie des crimes ? Comment les juges appréhendent-ils ces affaires, souvent attachées à d’autres chefs d’accusation, et les sanctionnent-ils ? Quelle société observe-t-on autour de ces affaires ? De quelques aliments dérobés sur les marchés par des femmes dans le plus important dénuement, en passant par quelques biens privés dérobés car mal protégés, jusqu’aux biens considérés comme les plus sacrés dans des églises subtilisés par les voleuses les plus aguerries, les affaires de vols instruites au cœur des espaces septentrionaux et plus largement de l’Europe entre le milieu du Moyen Âge et le début du XXe siècle rassemblent des réalités bien différentes sous une même étiquette. Les archives judiciaires sont donc les gardiennes d'une grande diversité d'histoires individuelles ou collectives où voleuses et victimes se confondent parfois, justiciables et receleurs également.

Ce phénomène nous invite donc à approfondir nombre de problématiques, telles celle de la répression et de la régulation sociale provoquées par le vol, pour les étendre à l'ensemble de la population des villes et des campagnes, des "bonnes gens" aux "fameux larrons" ; telles celles de l’application de la loi, des jugements rendus, de l’importance des attendus qui motivent justement la décision des juges ; telles celles des dimensions de la vie quotidienne, des circonstances qui amènent ces femmes à transgresser le droit et la morale.

Modalités de soumission pour la journée 3

Les propositions de communication (un titre et un projet d’une demi-page à une page) doivent être envoyées  à pascal.hepner@univ-artois.fr ou pascal.hepner@hotmail.fr

avant le 20 mars 2017.

Modalités de soumission pour les journées 1 et 2

Les propositions de communication (un titre et un projet d’une demi-page) doivent être envoyées à pascal.hepner@univ-artois.fr

avant le 12 mars 2016.

Comité scientifique

  • Gilles Deregnaucourt, PR Histoire moderne, Université d’Artois, CREHS, EA 4027
  • Tanguy Le Marc’hadour, Maître de conférences, Centre d’Histoire judiciaire UMR 8025 CNRS-Lille 2, Centre Ethique et procédure de l’Université d’Artois.
  • Martine Valdher, PRAG, Université d’Artois, CREHS, EA 4027
  • Pascal Hepner, Docteur, Université d’Artois CREHS, EA 4027

Lieux

  • Maison de la recherche - Université d’Artois 9, rue du temple
    Arras, France (62)

Dates

  • samedi 12 mars 2016
  • lundi 20 mars 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • femme, déviance, tribunal, juge, justice, criminalité, mœurs, violence, vol, religion, prostitution, homicide

Contacts

  • Pascal Hepner
    courriel : pascal [dot] hepner [at] univ-artois [dot] fr

Source de l'information

  • Pascal Hepner
    courriel : pascal [dot] hepner [at] univ-artois [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Femmes déviantes, femmes criminelles face à leurs juges », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 22 février 2016, http://calenda.org/356886