AccueilMauvaises filles. Déviantes et délinquantes (XIXe-XXIe siècle)

Mauvaises filles. Déviantes et délinquantes (XIXe-XXIe siècle)

Bad girls. Deviant and delinquent females (19th-21st centuries)

*  *  *

Publié le mercredi 17 février 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Les mauvaises filles débarquent à l'École nationale de la protection judiciaire de la jeunesse le 8 mars 2016, à l’occasion de la journée de la femme. Au programme de la journée : conférence-débats, vernissage et représentation théâtrale. Mauvaises filles, bonnes filles, où se situe la frontière ? Pourquoi et comment « l’oie blanche » devient « un vilain petit canard » ? La presse annonce une « nouvelle violence au féminin » et s’alarme de l’apparition de « gangs de filles ». L’opinion s’accorde à déclarer la fin du « sexe faible », observant une tendance nette à la virilisation des adolescentes. Perceptions et normes transforment les « diablesses » des années 1950 en « crapuleuses » des années 2000.

Annonce

Présentation

Mauvaises filles, bonnes filles, où se situe la frontière ? Pourquoi et comment « l’oie blanche » devient « un vilain petit canard » ? La presse annonce une « nouvelle violence au féminin » et s’alarme de l’apparition de « gangs de filles ». L’opinion s’accorde à déclarer la fin du « sexe faible », observant une tendance nette à la virilisation des adolescentes. Perceptions et normes transforment les « diablesses » des années 1950 en « crapuleuses » des années 2000.

Comment réfléchir aux spécificités et aux évolutions de la déviance des adolescentes depuis le 19ème siècle ?

Afin de répondre à ces questions, l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) propose, le 8 mars 2016, à l’occasion de la journée de la femme, une après-midi de mauvaises filles. 

Programme

14h : accueil

14h30 : Débats Amphithéâtre ENPJJ - 1er étage

Propos introductifs par Rosemonde Doignies, Directrice Générale de l’ENPJJ

« Mauvaises filles et sexualité »  débat avec

  • Amélie Nuq, Historienne, Université Pierre-Mendès France, Grenoble
  • Régis Revenin, Historien, Université Paris 5
  • Antoine Rivière, Historien, Université Paris 8
  • Hélène Duffuler-Vialle, Juriste, Université Lille 2

animée par Gisèle Fiche, Présidente de l’AHPJM

 « Mauvaises filles : les protéger ou s’en protéger ? » débat avec

  • Véronique Blanchard, Commissaire de l’exposition, ENPJJ
  • Stéphanie Rubi, Sociologue, Université Bordeaux Montaigne
  • David Niget, Historien, Université d’Angers
  • Jean-Jacques Yvorel, Historien, AHPJM.

Animée par Mathias Gardet, Historien, CIRCEFT, Université Paris 8

Une grande témoin, Tania de Montaigne, romancière, dernier ouvrage paru : Noire. La vie méconnue de Claudette Colvin, chez Grasset (Prix Simone Veil 2015).

18h : Vernissage de l’exposition « Mauvaises filles » Galerie Maryse Vaillant - 1er étage. Animation par Véronique Blanchard, Commissaire de l’exposition, ENPJJ 

Cette exposition, en provenance du centre d’exposition historique de Savigny-sur-Orge, s’intéresse à la question du regard posé sur la déviance juvénile féminine par la justice et la société. Elle restera visible à l’ENPJJ jusqu’au 29 avril 2016 ;

19h30: Théâtre – Atrium « Les mauvaises filles » création du Théâtre du Fil – 75 mn

Un cocktail permettant de mieux comprendre pourquoi une mauvaise fille ressemble rarement à un mauvais garçon.

En assaisonnement, quelques mots-clés pimenteront l’après-midi : sexualité, violence, maternité, rébellion, folie, genre, prostitution, enfermement… 

Lieux

  • 16 rue du Curoir
    Roubaix, France (59100)

Dates

  • mardi 08 mars 2016

Mots-clés

  • sexualité, violence, maternité, rébellion, folie, genre, prostitution, enfermement

Source de l'information

  • Enpjj Recherche
    courriel : recherche [dot] enpjj-roubaix [at] justice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mauvaises filles. Déviantes et délinquantes (XIXe-XXIe siècle) », Informations diverses, Calenda, Publié le mercredi 17 février 2016, http://calenda.org/357424