AccueilLe romanesque

Le romanesque

The Romanesque

Cahiers « Le Clézio » n°11

Le Clézio journal no.11

*  *  *

Publié le jeudi 10 mars 2016 par João Fernandes

Résumé

Le numéro 11 des Cahiers Le Clézio sera consacré au romanesque (voir J.-M. Schaeffer). Il s’agit d’étudier les traces du romanesque dans les œuvres de la première période leclézienne (1963-1975), qui déconstruisent le roman, et surtout la manière spécifique dont l’écrivain active les traits caractéristiques du romanesque dans les œuvres postérieures, les romans mais aussi les nouvelles, qui renouent avec les normes du genre. On s’interrogera alors sur l’articulation de ces composantes avec d’autres, plus singulières, dans les textes de « Le Clézio ».

Annonce

Argumentaire

Les premiers romans de Le Clézio, depuis Le Procès-verbal (1963) jusqu'à Voyages de l'autre côté (1975), se situent dans la mouvance néo-romanesque, dans le champ de l'"ère du soupçon" où le roman traditionnel, le roman réaliste comme le roman romanesque, sont battus en brèche. Les traits de cette déconstruction sont bien présents chez Le Clézio, avec la stylisation des personnages, d'une part, privés de liens familiaux, de passé et de futur, de psychologie, socialement en marge, et d'autre part la dilution de l'intrigue au sein d'une narration à dominante descriptive ou onirique.

À partir des années 1980 (Désert), les fictions le cléziennes s'inscrivent dans un contexte général caractérisé par la "renarrativisation" (A. Kibédi-Varga) et le "retour des normes romanesques" (W. Asholt et M. Dambre). L'écrivain entreprend alors des récits plus lisibles, où le plaisir du récit imprévisible fonde un pacte de lecture renouvelé, qui lui valent un succès d'audience sans précédent. C'est plus précisément la présence et la valeur de la composante romanesque au sens restreint et dérivé, telle qu'elle se rencontre dans la paralittérature - source d'inspiration retravaillée et parodiée par la fiction artistique contemporaine (Échenoz, Djian...) -, que nous voudrions interroger dans l'oeuvre de Le Clézio, en suivant les éléments définitionnels proposés par Jean-Marie Schaeffer ("La catégorie du romanesque", dans Gilles Declercq et Michel Murat (dir.), Le Romanesque, Paris, PSN, 2004, p.291-302).

La première caractéristique est "L'importance accordée, dans la chaîne causale de la diégèse, au domaine des affects, des passions et des sentiments" et corollairement "à leurs modes de manifestations les plus absolus et extrêmes", du côté positif ou négatif. Le deuxième trait consiste en la "saturation événementielle de la diégèse et son extensibilité indéfinie". Un dernier trait est "la particularité mimétique du romanesque, à savoir le fait qu'il se présente en général comme un contre-modèle de la réalité dans laquelle vit le lecteur". Si l'oeuvre de Le Clézio n'est nullement prototypique à l'égard  du romanesque, on pourra néanmoins se demander dans quelle mesure certains de ces traits y sont repérables, actualisables, comment ils sont associés à d'autres traits, et pour quelle "axiologie" (T. Pavel). Une particularité du romanesque leclézien pourrait être ainsi de s'ancrer à la fois dans les mythologies et dans l'Histoire contemporaine, la défense des valeurs humanistes lui étant consubstantielle. Comment celle-ci se fonde-t-elle en partie sur le romanesque?

Nous proposons d'explorer d'une part les traces du romanesque dans les textes des années 1960-1970, et d'autre part les voies et formes propres au romanesque leclézien postérieur, la manière dont l'écrivain s'approprie cette veine littéraire, majeure depuis l'Antiquité. L'on pourra se damander également dans quelle mesure le romanesque investit le genre de la nouvelle, comme y invite le titre de l'un des recueils de Le Clézio, Coeur brûle et autres romances.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions, à envoyer à l'adresse sophie.bertocchi-jollin@uvsq.fr

pour le 31 octobre 2016,

doivent contenir un résumé (200-500 mots), une bibliographie, un titre et une notice bio-bibliographique (environ 5 lignes).

Coordinatrices

  • Sabrinelle Bedrane, Maître de conférences, Université Paris-Sorbonne nouvelle
  • Sophie Jollin-Bertocchi, Maître de conférences, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines (Université Paris Saclay) 

Catégories

Dates

  • lundi 31 octobre 2016

Mots-clés

  • romanesque, roman, nouvelle

Contacts

  • Sophie Jollin-Bertocchi
    courriel : sophie [dot] bertocchi-jollin [at] uvsq [dot] fr

Source de l'information

  • Sophie Jollin-Bertocchi
    courriel : sophie [dot] bertocchi-jollin [at] uvsq [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le romanesque », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 10 mars 2016, http://calenda.org/358125