AccueilArt et libéralisme en France (1814-1830)

Art et libéralisme en France (1814-1830)

Art and liberalism in France (1814-1830)

*  *  *

Publié le vendredi 11 mars 2016 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque a pour objectif de préciser le contexte de production et de réception d’œuvres élaborées dans les cercles de l’opposition libérale (bonapartistes, républicains, charbonniers, anticléricaux) et considérées comme potentiellement subversives par les monarchistes entre 1814 et 1830. Durant cette période, l’estampe et les oeuvres séditieuses font en effet partie intégrante de la stratégie d’opposition, au même titre que les luttes électorales, les pamphlets littéraires et l’exposition de mémentos républicains ou bonapartistes.

Annonce

Argumentaire

Depuis une vingtaine d’années, l’histoire de l’iconographie politique sous la Restauration a suscité un certain nombre de travaux (Marie-Claude Chaudonneret, Annie Duprat, Emmanuel de Waresquiel, Nina Maria Athanassoglou-Kallmyer et Bruno Chenique). Plusieurs études consacrées à des artistes de premier plan (Th. Géricault, H. Vernet, J.-B. Isabey, N.-T. Charlet, A. Scheffer, etc.) ont notamment permis de préciser les cadres d’élaboration, de diffusion et de réception d’oeuvres élaborées dans les cercles de l’opposition libérale (bonapartistes, républicains, charbonniers, anticléricaux) et considérées comme potentiellement subversives par les monarchistes. Durant cette période, l’estampe et les oeuvres séditieuses font en effet partie intégrante de la stratégie d’opposition, au même titre que les luttes électorales, les pamphlets littéraires et l’exposition de mémentos républicains ou bonapartistes.

Si certaines des modalités de l’engagement politique des artistes et des écrivains «enrôlés» dans l’opposition libérale paraissent désormais mieux connues, on peut affirmer que le sujet est loin d’être épuisé. Ce colloque, organisé dans le cadre des activités de recherche de la section d’histoire de l’art et de l’Institut Benjamin Constant de l’Université de Lausanne, a donc pour objectif de poursuivre la dynamique initiée par des travaux antérieurs à travers l’étude d’un corpus original, avec une attention toute particulière au portrait (peinture, sculpture, gravure/lithographie, caricature). Il s’agira de préciser le contexte de production et de réception de ces images en France entre 1814 et 1830 à partir de sources variées, souvent méconnues et relativement peu exploitées par les chercheurs, mais encore de mettre en exergue les obstacles auxquels ont pu se heurter les auteurs et/ou commanditaires de ces images et les polémiques que leurs initiatives ont éventuellement engendrées.

Programme

Jeudi 17 mars 2016,

 Unithèque (BCU), salle de conférence

09h15 Accueil

09h30 Ouverture par Cyril Lécosse (Section d’histoire de l’art, Université de Lausanne) et Guillaume Poisson (Institut Benjamin Constant, Université de Lausanne)

Président: Léonard Burnand, Institut Benjamin Constant, Université de Lausanne

  • 09h45 Annie Duprat, Université de Cergy-Pontoise, « Liberté d’expression, autocensure et censure en France pendant la Restauration (1814-1830) »
  • 10h30 Nina Maria Athanassoglou-Kallmyer, University of Delaware, « Lutte des signes, lutte des classes : Pour une nouvelle emblématique sociale sous la Restauration »

Président: Prof. Philippe Kaenel, Section d’histoire de l’art, Université de Lausanne

  • 14h00 Guillaume Nicoud, Musée d’État de l’Ermitage, « La naissance d’un peintre contestataire : Horace Vernet et les premières années de la Restauration »
  • 14h30 Cyril Lécosse, Université de Lausanne, « Le ‘Roi de Rome poussé par la France’: Jean-Baptiste Isabey et les ‘partisans zélés de Bonaparte’ sous la Restauration »
  • 16h00 Richard Wrigley, University of Nottingham, « The flâneur in the Restauration: the politics of strolling »
  • 16h30 Peggy Davis, Université du Québec à Montréal, « La figure de l’invalide sous la Restauration »

17h15 Discussion

Vendredi 18 mars 2016, Amphipôle, salle 321

Président: Annie Duprat, Professeure émérite d’Histoire moderne Université de Cergy-Pontoise

  • 09h00 Andrew Carrington Shelton, The Ohio State University, « Achille Devéria’s Quatre Sergents de La Rochelle (1822) »
  • 09h30 Bruno Chenique, Reims, « Les portraits de Louvel: ouvrier, monomane ou assassin impersonnel ? »
  • 10h30 Guillaume Poisson, Université de Lausanne, « ‘Le vilain animal est leur Benjamin’, les caricatures politiques contre Benjamin Constant sous la Restauration »
  • 11h00 Jérôme Louis, Institut Napoléon, Paris, « Se moquer et fustiger par la caricature le roi Charles X »

11h30 Discussion

12h00 Conclusion par Philippe Kaenel, Université de Lausanne

→ Dépliant (pdf)

Contact: cyril.lecosse@gmail.com

Organisateurs

Cyril Lécosse et Guillaume Poisson

Lieux

  • Unithèque BCU, salle de conférence - Université de Lausanne
    Lausanne, Confédération Suisse (1015)

Dates

  • jeudi 17 mars 2016
  • vendredi 18 mars 2016

Mots-clés

  • libéralisme, iconographie politique, bonapartisme, restauration, caricature

Contacts

  • Cyril Lécosse
    courriel : cyril [dot] lecosse [at] unil [dot] ch

Source de l'information

  • Cyril Lécosse
    courriel : cyril [dot] lecosse [at] unil [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Art et libéralisme en France (1814-1830) », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 11 mars 2016, http://calenda.org/359057