AccueilLa formation doctorale en sciences sociales, pour quoi, comment ?

La formation doctorale en sciences sociales, pour quoi, comment ?

Doctoral training in social sciences. Why and how? Appraisal, issues and perspectives

Bila, enjeux, perspectives

*  *  *

Publié le lundi 14 mars 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Au cours des vingt dernières années, de manière fort différenciée et contrastée selon les pays, la formation doctorale en sciences humaines et sociales a été affectée par de nombreuses réformes : la mise en place de nouveaux dispositifs (processus de Bologne et la création en 2010 de l’espace européen de l'enseignement supérieur ; création et regroupements d’écoles doctorales ) tout autant que par les transformations de l’économie de la recherche et du savoir (mondialisation et importance de l’innovation et de la recherche dans l’enseignement supérieur ; OCDE, 2011).

Annonce

Organisation

Organisé par le Groupe de travail (18)/AISLF «Devenir et être sociologue» en collaboration avec le Réseau des Écoles doctorales en sociologie/sciences sociales (RéDoc/AISLF), l’École doctorale sciences humaines et sociales 180 (U. Paris Descartes), le Comité de recherche (07)/AISLF (Éducation, formation, socialisation), et le Centre interuniversitaire de recherche en sciences et technologies (Québec)

Argumentaire

Au cours des vingt dernières années, de manière fort différenciée et contrastée selon les pays, la formation doctorale en sciences humaines et sociales a été affectée par de nombreuses réformes : la mise en place de nouveaux dispositifs (processus de Bologne et la création en 2010 de l’EEES ; création et regroupements d’Écoles doctorales ) tout autant que par les transformations de l’économie de la recherche et du savoir (mondialisation et importance de l’innovation et de la recherche dans l’enseignement supérieur ; OCDE, 2011[1]). Au cours des dernières années, les travaux de diverses commissions nationales et d’équipes de recherche spécialisées ont documenté et analysé ces réformes et transformations, tant dans une perspective d’ensemble que par rapport à des aspects particuliers (internationalisation, mobilité, durée des études, parcours). Ce colloque vise dans un premier temps à faire écho à ces travaux en permettant l’expression d’un bilan de la recherche sur ces transformations et reconfigurations institutionnelles de la formation doctorale, et à favoriser une perspective comparative internationale (pays européens ; Amérique du Nord ; Maghreb ; Afrique sub-saharienne).

Cependant, la question de la raison d’être de la formation doctorale, soit de sa finalité, demeure trop souvent dans l’ombre. Le second temps du colloque proposera d’y répondre et d’en actualiser les termes par la prise en compte des préoccupations et réflexions des divers acteurs : politiques, enseignants-chercheurs, doctorants. Si la formation de chercheurs est d’ordinaire la réponse à cette question, elle ne suffit plus aujourd’hui tant les débouchés en recherche et plus largement dans la carrière académique sont de plus en sélectifs et que de nouvelles possibilités de professionnalisation apparaissent voire s’institutionnalisent.

Enfin, le troisième temps du colloque portera davantage sur le comment, soit les voies d’actualisation des visées et aspirations tout autant que de prises en comptes des contraintes.

Mise en contexte et présentation des partenaires

En 2009, l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) a créé le Réseau des Écoles doctorales en sociologie/sciences sociales (RéDoc). Une vingtaine d’Écoles doctorales présentes dans une douzaine de pays francophones (France, Belgique, Suisse, Québec/Canada, Maroc, Tunisie, Cameroun, République démocratique du Congo, République du Congo, Sénégal,  Madagascar) en sont actuellement membres.

Depuis 2010, le Rédoc organise en collaboration avec des ÉD locales des universités d’été regroupant chaque fois une cinquantaine de doctorants et une douzaine de chercheurs/professeurs (Lausanne 2010 ; Montréal 2011 ; Hammamet 2012 ; Marseille 2013 ; Bruxelles 2014 ; Brest 2015). Chaque université d’été permet de présenter les plus récents résultats de recherche dans un domaine donné et elle est l’occasion pour les doctorants de communiquer leurs travaux de recherche dans un contexte des plus favorable (panel d’experts ; discussion formative ; réseautage entre labos et équipes de recherche ; émergence de nouveaux projets de recherche.  Celles de Marrakech 2016 et Strasbourg 2017 sont actuellement en préparation.

Un des fruits les plus tangibles du RéDoc a été la création en 2011 d’un Réseau des doctorants du RéDoc (RéSoDoc) qui a conduit en 2013 à la création d’un Groupe de travail (phase I des Comités de recherche) au sein de l’AISLF sur le thème «Devenir et être sociologue». Ce Groupe de travail (GT18) a notamment pour mission de valoriser la recherche sur les conditions et transformations du métier de chercheur en sciences sociales. À ce titre, il s’intéresse autant en amont aux dispositifs de formation, qu’en aval aux débouchés professionnels. C’est dans cette perspective que le GT 18 initie le présent projet de colloque en collaboration et avec l’appui du RéDoc, du Comité de recherche 7 de l’AISLF (CR7 : Éducation, formation, socialisation), de l’ÉD 180 (Paris-Descartes) et du CIRST (Centre interuniversitaire de recherche en sciences et technologies/Québec).

Notes

[1] OCDE (2011), L’enseignement supérieur à l’horizon 2030 – Volume 2 : Mondialisation, La recherche et l’innovation dans l’enseignement, Éditions OCDE. http://dx.doi.org/10.1787/9789264075405-fr

Inscription

L'entrée est libre, mais afin de faciliter votre venue (vigipirate), merci de bien vouloir vous munir d'une pièce d'identité ou d'une carte professionnelle/d'étudiant et vous inscrire par mail : colloque.formationdoc.shs@gmail.com

Programme

 Jeudi 17 mars

9h - Ouverture par Olivier Martin, Professeur de sociologie et directeur du CERLIS à l’université Paris Descartes, Directeur de l’école doctorale SHS : cultures, individus, sociétés (ED180). Ancien président de la section 19 sociologie-démographie de la CNU.

9h30-11h Regards croisés sur le doctorat et les doctorants.

  • « Les spécificités des SHS dans la formation doctorale en France », Pascale LABORIER, Professeure de Sciences Politiques à l’Université Paris-Ouest- Nanterre-La Défense, déléguée au secrétaire d’état du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), France
  • « Le doctorat sous toutes ses formes », Marie AUDETTE, Professeure de Biologie Médicale à l’Université Laval, Vice-rectrice adjointe à la recherche et à la création, Ex-présidente de l’association canadienne des études supérieures (ACES), Québec
  • « Doct 1001. Eléments de démographie doctorale », Pierre DORAY, Professeur de Sociologie à l’Université de Québec à Montréal (CIRST), membre du CR7 : Education, Formation, Socialisation (AISLF), Québec

11h15-13h Les jeunes chercheurs dans l’économie du savoir

  • « L’évolution des rôles du doctorat dans le système québécois de la recherche et de l’innovation », Frédéric BOUCHARD, Professeur de Philosophie et Vice-recteur associé à la recherche à l’Université de Montréal, président de l’Association Francophone pour le Savoir (ACFAS), Québec
  • « Les doctorants sont-ils des « jeunes chercheurs » ? », Didier DEMAZIÈRE, Chercheur au CNRS (CSO), directeur du programme doctoral de sociologie à Science-Po Paris, ancien président de l’AFS, France
  • « Contribution des doctorants à l’avancement des connaissances », Vincent LARIVIÈRE, Chercheur en Sciences de l’Information, titulaire de la chaire de recherche du Canada à l’Université de Montréal (CIRST), Québec
  • « Apprendre à promettre : les doctorants en sciences sociales face à la com’ scientifique », Jean FRANCÈS, Chercheur en sociologie associé à l’EHESS (GSPR), France

14h15 - 16h Enjeux de la mobilité du genre et des Suds

  • « Dimensions de l’international : entre mobilité et immobilité », Louise POISSANT, Directrice Fonds de recherche du Québec - Société et Culture, FQRSC, Québec
  • « Le Genre au niveau du doctorat : discriminations et défis théoriques », Arlette GAUTIER, Professeure de Sociologie à l’université Bretagne Occidentale (CRBC), France
  • « Le RéDoc : bilan et défis d’un projet de mobilité des doctorants », Jean-Marc LAROUCHE, Professeur de Sociologie à l’Université de Québec à Montréal, Président du Réseau des écoles doctorales de l’AISLF (RéDoc/AISLF), Québec
  • « Les contraintes et les opportunités de la formation doctorale en sciences sociales au Cameroun », Edmond VII MBALLA ELANGA, Enseignant-chercheur en Sociologie à l’université de Douala (LRSGRH), coordinateur du réseau des jeunes chercheurs en sciences sociales d’Afrique centrale (REJAC), Cameroun

16h30 - 18h Panel des jeunes chercheur-e-s : entre le prescrit et le vécu

  • « Entre deux rives : les péripéties d’un double cursus doctoral », Gérard Martial AMOUGOU, Doctorant en Sociologie à l’université de Liège, docteur en Sciences politiques (U Yaoundé I), membre du GT18 : être et devenir sociologue (AISLF), Belgique/Cameroun
  • « L’expérience doctorale, une expérience professionnelle ? » Romuald JAMET, Doctorant en sociologie à l’Université Paris-Descartes (PhilePol), co-responsable du GT18 : être et devenir sociologue (AISLF), France
  • « Accessibilité des publications aux déficients visuels et visibilité scientifique : une relation gagnant-gagnant pour une formation doctorale proactive », Rahima AÏT-HAMOUDA, Doctorante En sciences de l’information à l’Université Paris- Ouest-Nanterre-La Défense France (DICENIDF), France
  • « Le doctorant face aux embûches de son parcours », Joël MICHEL Doctorant à l’INSHEA (GRHAPES), Haïti/France

Vendredi 18 mars

9h - 10h30 Parcours, trajectoires, épreuves

  • « Les doctorants: profils et conditions d’études », Ronan VOURC’H, Ingénieur de recherche au Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche (MENESR), France
  • « Chercheur-e-s parents, cherchez l’erreur? Sur l’articulation vie professionnelle/vie privée des jeunes chercheur-e-s », Pascal BARBIER, Maitre de conférences de Sociologie à l’université paris 1 (CESSP- EHESS), France
  • « Les jeunes chercheurs camerounais face aux défis de la mondialisation », Valentin NGA NDONGO, Professeur de Sociologie à l’Université de    Yaoundé I, chef du département de Sociologie de la faculté des Arts, Lettres et sciences Humaines, Cameroun

11h - 12h45 La professionnalisation des jeunes chercheur-e-s

  • « Etre docteur signifie-t-il être chercheur ? », Élodie CHEVALLIER, Doctorante en Sciences de l’Education à l’Université de Sherbrooke, Coordinatrice des activités R&D, Formation, Recrutement pour le cabinet Adoc Talent Management, France/ Québec
  • « Le diplôme doctoral professionnel à Paris Descartes : bilan d’une expérience », Monique HIRSCHHORN, Professeure émérite de Sociologie à l’université Paris-Descartes (CERLIS), présidente d’honneur de l’Association Internationale des Sociologues de Langues Française, France
  • « Partir à l’étranger après son doctorat et se stabiliser sur le marché de l’emploi français : le dilemme des jeunes docteurs », Jean-François GIRET, Professeur de Sciences de l’Education à l’université de Bourgogne, directeur de l’IREDU, France
  • « Conditions de thèse et devenir professionnel des docteurs en sciences sociales, que nous apprennent les enquêtes Génération ? », Julien CALMAND, Chargé d’étude au Département Entrées et Évolutions dans la Vie Active (DEEVA) (CEREQ), France

14h30 - 17h La formation doctorale. Pourquoi? Comment? Table ronde des responsables de formation

Table ronde animée par Jean-Marc LAROUCHE, Professeur de Sociologie à l’Université de Québec à Montréal, Président du Réseau des écoles doctorales de l’AISLF (RéDoc/AISLF), Québec

  • Miriam ODONI, Collaboratrice scientifique à l’Institut de recherches sociologiques-IRS de l’Université de Genève, coordinatrice du Programme doctoral romand en sociologie, Suisse
  • Gil Dany RANDRIAMASITIANA, Professeur de Sociologie à l’université d’Antananarivo, Président du Collège des Enseignants de la Faculté de Droit, d’Economie, de Gestion et de Sociologie (Fac. DEGS) et de l’Equipe d’Accueil Doctorale (EAD) Rouages des sociétés et développement (ROSODEV), Madagascar
  • Louis JACOB, Professeur de Sociologie et Directeur de l’Unité de programmes de cycles supérieurs en sociologie, UQAM, Québec
  • Pascal HINTERMEYER, Professeur de Sociologie à l’université de Strasbourg, Directeur de l’ED 519 SHS-PE, France, et William GASPARINI, Professeur de Sociologie à l’université de Strasbourg, directeur adjoint de l’ED 519-PE, France
  • Mohamed Ali BEN ZINA, vice-doyen et enseignant-chercheur de Sociologie à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, Tunisie
  • Christophe LEJEUNE, Expert scientifique en recherche qualitative, Facultés des sciences Sociales, de psychologie, logopédie et sciences de l’éducation et HEC École de Gestion, Université de Liège; Président de l’école doctorale thématique en sciences sociales (EDTSS)

18h30 Synthèse et clôture Synthèse par Marc-Henry SOULET, Professeur de Sociologie à l’Université de Fribourg, Vice-président de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française, Suisse

Clôture par le comité organisateur

Lieux

  • Amphithéâtre Durkheim, Sorbonne, 12 rue de Cujas
    Paris, France (75005)

Dates

  • jeudi 17 mars 2016
  • vendredi 18 mars 2016

Mots-clés

  • formation doctorale, enseignement supérieur, recherche, docteur, doctorat, doctorant

Contacts

  • Séverine Mayol
    courriel : severine [dot] mayol [at] parisdescartes [dot] fr

Source de l'information

  • Séverine Mayol
    courriel : severine [dot] mayol [at] parisdescartes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La formation doctorale en sciences sociales, pour quoi, comment ? », Colloque, Calenda, Publié le lundi 14 mars 2016, http://calenda.org/359113