AccueilUne histoire sociale des relations internationales au XVIIIe siècle

Une histoire sociale des relations internationales au XVIIIe siècle

A social history of international relations in the 18th century - regional phenomena

Des phénomènes régionaux

*  *  *

Publié le mardi 15 mars 2016 par João Fernandes

Résumé

L’histoire des relations internationales ne saurait se réduire à celle de la diplomatie ; de récents travaux ont élargi son champ d’étude traditionnel afin de prendre en compte les logiques sociales des sociétés de l’époque moderne. Cette nouvelle histoire des relations internationales a particulièrement su mettre en valeur la diversité des acteurs institutionnels et non-institutionnels – ambassadeurs, consuls, marchants, interprètes, francs-maçons ou pirates – impliqués dans les différents processus de négociation. De plus, l’essor de « milieux internationaux » ainsi que l’intégration locale des diplomates via le développement de réseaux et de patronages ont été particulièrement mis au jour. L’histoire sociale de la diplomatie rencontre alors l’histoire des diasporas marchandes qui elle aussi porte une attention particulière aux interactions à l’œuvre entre la diplomatie, le commerce et le savoir dont les marchants, les interprètes et les hommes d’église sont les principaux vecteurs. Reconnaissant cela comme point de départ, ces journées d’étude entendent confronter, partager et discuter les récentes problématiques de l’histoire internationale du XVIIIe siècle et ses approches sociales.

Annonce

Argumentaire

L’histoire des relations internationales ne saurait se réduire à celle de la diplomatie ; de récents travaux ont élargi son champ d’étude traditionnel afin de prendre en compte les logiques sociales des sociétés de l’époque moderne. Cette nouvelle histoire des relations internationales a particulièrement su mettre en valeur la diversité des acteurs institutionnels et non-institutionnels – ambassadeurs, consuls, marchants, interprètes, francs-maçons ou pirates – impliqués dans les différents processus de négociation. De plus, l’essor de « milieux internationaux » ainsi que l’intégration locale des diplomates via le développement de réseaux et de patronages ont été particulièrement mis au jour. L’histoire sociale de la diplomatie rencontre alors l’histoire des diasporas marchandes qui elle aussi porte une attention particulière aux interactions à l’œuvre entre la diplomatie, le commerce et le savoir dont les marchants, les interprètes et les hommes d’église sont les principaux vecteurs. L’histoire des idées bénéficie encore d’une telle synergie. L’histoire de la circulation des savoirs au sein de réseaux diplomatiques et marchants tout comme les nombreux transferts technologiques et intellectuels réalisés, par exemple, par les diasporas juive, jacobite ou huguenote ont contribué à porter une attention plus grande encore aux phénomènes (trans-)régionaux.

Deux courants historiographiques opposés ont cependant émergé de leur interprétation. Le premier insiste sur le rôle joué par les intermédiaires culturels et reconnaît l’existence d’un large panel d’acteurs capables de connecter différentes sociétés grâce à des compétences commerciales, linguistiques et politiques particulières. Le second remet en cause un tel paradigme inter-/trans- national/religieux/culturel soulignant qu’il ne conduit qu’à concentrer les regards des historiens sur les frontières tout en laissant de coté les pratiques sociales des acteurs qui les traversent. Pour éviter cela, cette seconde approche a appelé à distinguer les niveaux politiques et sociaux afin de mieux saisir le fonctionnement des réseaux et des clientèles internationales. Comparant les deux modèles de récents projets de recherche ont développé une nouvelle méthodologie qui porte une attention plus étroite sur les phénomènes régionaux tout en déconstruisant des catégories géographiques a priori. En fait, ils convergent en ce qu’ils affirment que la diplomatie, le commerce et le savoir produisent des circulations croisées et superposées lesquelles doivent à présent être connectées et comparées les unes aux autres.

Reconnaissant cela comme point de départ, ces journées d’étude entendent confronter, partager et discuter les récentes problématiques de l’histoire internationale du dix-huitième siècle et ses approches sociales.

Programme

Jeudi 7 avril

Maison de la Recherche, salle D223

17:00-19:00     Panel introductif : de récentes contributions à l'histoire moderne des relations internationales

(présentation en français et anglais par les auteurs)

  • Tilman Haug  | Wilhelms-Universität Münster. Ungleiche Außenbeziehungen und grenzüberschreitende Patronage Die französische Krone und die geistlichen Kurfürsten (1648–1679) (Cologne/Vienne, 2015).
  • Felicita Tramontana | Wissenschaftskolleg zu Berlin. Una terra di intersezioni. Storia e istituzioni della Palestina di et moderna (Rome, 2015).
  • Nadir Weber  | Zukunftskolleg - Universität Konstanz. Lokale Interessen und große Strategie Das Fürstentum Neuchâtel und die politischen Beziehungen der Könige von Preußen (1707–1806) (Cologne/Vienne, 2015).

Discutant :

  • Pierre-Yves Beaurepaire | Université de Nice Sophia-Antipolis.

Vendredi 8 avril.

 Sciences Po, salle de séminaire de l'école doctorale d’Histoire, 199 bd Saint-Germain.

9:00: Acceuil des participants

9:30  Introduction, David Do Paço | Sciences Po. What does regional integration mean for early modern Europe?

10-11:45  Panel 1 Ÿ Les échelles des intégrations régionales

  • Benjamin Landais | Université d’Avignon. L’intégration régionale des confins austro-ottomans mise au service de la politique internationale habsbourgeoise.
  • Annalisa Biagianti | Università degli Studi di Pisa. How did a consular network work? French consuls in the Adriatic Sea between the end of 18th century and Napoleonic wars.
  • Massimiliano Vaghi | Università degli Studi di Milano. Missionnaires et courtiers : une intermédiation difficile entre société coloniale et monde indien.

Discutants:

  • William O’Reilly | Cambridge University.
  • Christian Windler | Universität Bern.

13:45-15:30 Panel 2 ŸFamilles et amis : des liens locaux et régionaux

  • Violetta Barbu | Universitatea din București. Aux carrefours des Empires: diplomatie et commerce comme "'affaire de famille" entre Transylvanie, Moldavie et Valachie.
  • Sébastien Schick | Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Les « Unions personnelles » et leurs réseaux. Les liens de dépendance personnels comme fondements de laction politique commune et des transferts de savoirs (Angleterre et Hanovre des années 1750).
  • Marine Fiedler | Universität Bern & Sciences Po. Trade, Diplomacy and Knowledge Circulation in a Translocal Space. The Case Study of a German Family in the Late Eighteenth-Century.

Discutants:

  • David Do Paço | Sciences Po.
  • Jakob Vogel | Sciences Po.

15:45-17:30 Panel 3 ŸMilieux internationaux et pouvoirs locaux

  • Simon MacDolnald | Max Weber Programme - European University Institute, Socially marginal foreigners in late eighteenth-century Paris: policing records from the revolutionary period.
  • Matthieu Magne | Université de Nice Sophia-Antipolis, « En pays de connaissance ». La « première société » à l’épreuve des circulations aristocratiques dans l’Europe des Habsbourg au temps des révolutions (1775-1835).
  • Stephan Sander-Faes | Universität Zürich, The Composite Estate and its Multiple Entanglements with the Wider World. Local Knowledge and Social Practices in the Early 18th-Century Habsburg Monarchy.

Discutants:

  • Virginie Martin | Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Nicole Reinhardt | Durham University

17:30 Conclusion Christine Lebeau | Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Comité scientifique

  • Pierre-Yves Beaurepaire,
  • David Do Paço,
  • Christine Lebeau,
  • Virginie Martin,
  • Nicole Reinhardt,
  • Ann Thomson,
  • Jakob Vogel,
  • Christian Windler.

Partenaires

  • Sciences Po,
  • CIERA,
  • CMMC EA1193 Nice,
  • FMSH International,
  • CEU-IAS,
  • IHMC UMR8066.

Organisation

  • David Do Paço | Sciences Po.

Lieux

  • Salle de l'école doctorale d'histoire, troisième étage, enregistrement obligatoire. - 199 Bd Saint Germain
    Paris, France (75007)

Dates

  • jeudi 07 avril 2016
  • vendredi 08 avril 2016

Mots-clés

  • histoire des relations internationales, XVIIIe siècle, histoire sociale, intégration régionale

Contacts

  • David Do Paço
    courriel : david [dot] dopaco [at] sciencespo [dot] fr

Source de l'information

  • David Do Paço
    courriel : david [dot] dopaco [at] sciencespo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Une histoire sociale des relations internationales au XVIIIe siècle », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 15 mars 2016, http://calenda.org/359370