AccueilMinorités, résistances et conflits sociaux dans la Monarchie Hispanique du XVIe siècle

Minorités, résistances et conflits sociaux dans la Monarchie Hispanique du XVIe siècle

Minorities, resistances and social conflicts in the Hispanic Monarchy of the 16th century

*  *  *

Publié le mardi 15 mars 2016 par João Fernandes

Résumé

La mise en parallèle des rapports entre les minorités et les autorités politiques est une question capitale pour comprendre la consolidation de l’État moderne hispanique au XVIe siècle. Les interactions opposant les minorités à la Couronne ont été à l’origine de violences et de conflits qui ont malmené la stabilité de l’Empire. Cette journée d’études attachera de l’importance à ces rapports conflictuels – qui se manifestent aussi bien au sein de la Péninsule que dans sa périphérie méditerranéenne et atlantique –, à leur origine, à leur formation, à leurs différentes formes d’expression – révoltes, désobéissances ou résistances – et à la réaction des autorités face à ces groupes minoritaires. Ces réflexions seront une contribution à l’étude des stratégies mises en place de part et d’autre, des modes de gestion des conflits et des répercussions politiques et juridiques.

Annonce

Argumentaire 

La mise en parallèle des rapports entre les minorités et les autorités politiques est une question capitale pour comprendre la consolidation de l’Etat moderne hispanique au XVIème siècle.  Quel était à l’époque le sens du terme « minorités » ? Quels étaient leurs liens avec le pouvoir ? Dans l’espace hispanique du XVIème siècle, les relations entre la Couronne et les groupes sociaux minoritaires étaient fortement influencées par un déterminisme environnemental, historique ou politique. Ce déterminisme entraînait une conduite distincte des représentants royaux vis-à-vis d’eux ; c’est pourquoi, ils ne recevaient pas tous le même traitement de la part des instances royales. Par conséquent, les réactions de ces groupes à l’égard de la Couronne étaient très différentes, se terminant souvent en conflits et violences qui ont malmené la stabilité de l’Empire et ont amené les autorités à s’adapter et à varier leur politique. 

Cette journée d’études attachera de l’importance à ces rapports tendus et conflictuels – qui se manifestent aussi bien au sein de la Péninsule que dans sa périphérie méditerranéenne et atlantique –, à leur origine et, également, à leurs différentes formes d’expression. Ainsi, les questions qui se posent sont les suivantes: comment sont nés ces conflits qui ont opposé les autorités et les catégories minoritaires ? Comment les autorités ont-elles réagi face à ces différents groupes sociaux ? Ces conflits s’expriment-ils sous forme de révoltes, de désobéissances ou bien de résistances ? 

Par exemple, nous nous efforcerons de réfléchir, d’une manière générale, à la formation d’une culture de la révoltedans l’espace méditerranéen. Quels fondements idéologiques donnent naissance à cette culture ? Nous porterons, également, un regard sur les étrangers de la monarchie hispanique et les projets d’expulsion de ceux-ci à la fin du XVIe – début du XVIIe siècle ainsi que sur l’arrivée de Musulmans et de Juifs dans la Péninsule au moment où les expulsions des minorités étaient décrétées. Nous étudierons aussi les contacts des Morisques avec les forces ottomanes ou les corsaires barbaresques – des contacts qui visaient à faciliter les fuites ou les attaques sur le littoral de Valence – ainsi que les trafics de captifs dans le bassin méditerranéen. De même, nous nous intéresserons à la résistance indienne en Amérique, telle que celle de Vilcabamba et également au mouvement de résistance passive d’origine messianique, le Taki Ongoy. Enfin, nous nous interrogerons sur les différents moyens mis en place par le pouvoir royal pour défendre ses intérêts. Ces réflexions seront une contribution à l’étude des stratégies mises en place de part et d’autre, des modes de gestion des conflits et de leurs répercussions politiques et juridiques. 

Programme 

9h15-9h30 : Accueil participants.

9h30h-10h : Ouverture de la journée d’études.

    • Natividad Ferri
    • Anne Lise Richard
  • 10h-10h45:Rebelión y cultura política a comienzos de la Edad ModernaJuan Fco Pardo Molero (Universidad de Valencia)

10h45-11h15 : Débat et pause-café

  • 11h15-12h:Une Monarchie d'accueil ? Attitudes des souverains hispaniques face à l'arrivée volontaire de Musulmans et de Juifs, fin XVIe- début XVIIe siècle"Cecilia Taruell (European University Institute Florence)

12h-12h15 : Débat

  • 14h45-15h30 : El Taki Onqoy: resistencia, protesta o rebelión en los Andes. Fernando. Orihuela (Université de Caen Normandie)

15h30-15h45 : débat

  • 15h45-16h30: Les projets d’expulsion des étrangers de la monarchie hispanique fin XVIe-début XVIIe s. Regards sur les étrangers dans l’espace philippin. Guillaume Gaudin (Université Toulouse – Jean Jaurès)

16h30-16h45 : débat

16h45-17h : Clôture 

Organisatrices

  • Natividad Ferri Carreres
  • Anne-Lise Richard

Catégories

Lieux

  • MRSH, Salle: SH 027 - Esplanade de la paix-Campus 1
    Caen, France (14)

Dates

  • mercredi 06 avril 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • pouvoir, minorité, conflit, résistance, Empire Ibérique

Contacts

  • Natividad Ferrri Carreres
    courriel : nati [dot] ferri [at] hotmail [dot] fr
  • Anne-Lise Richard
    courriel : alirichard [at] hotmail [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Natividad Ferri Carreres
    courriel : nati [dot] ferri [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Minorités, résistances et conflits sociaux dans la Monarchie Hispanique du XVIe siècle », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 15 mars 2016, http://calenda.org/359518