AccueilNormes, créativité et esthétique

Normes, créativité et esthétique

Norms, creativity and aesthetics

*  *  *

Publié le mardi 15 mars 2016 par João Fernandes

Résumé

Ces rencontres doctorales ont pour objectif de questionner les notions de normes, de créativité et d’esthétique, ainsi que leurs intrications dans différentes disciplines issues des sciences humaines et sociales, dont les sciences de l’éducation, les sciences de l’information et de la communication, la psychologie et les sciences du sport. 

Annonce

Les rencontres doctorales 2016 de l’Ecole Doctorale EPIC 485 auront lieu les 1 et 2 juillet 2016, au Palais Hirsch de l’université Lumière Lyon 2, quai Claude Bernard. Cette année, elles porteront sur le thème « Normes, créativité et esthétique » et auront une ouverture internationale du fait de leur réalisation en collaboration avec l’Ecole de communication de l’Université catholique de Louvain (UCL), en Belgique.

Argumentaire

Cet appel à communication questionne les notions de normes, de créativité et d’esthétique, ainsi que leurs intrications dans différentes disciplines que sont les sciences de l’éducation, les sciences de l’information et de la communication, la psychologie et les sciences du sport.

La norme est entendue comme le comportement attendu par rapport à une règle à suivre dans une société, un groupe social ou encore un cadre professionnel. Dans différents contextes en éducation (scolaire, spécialisée etc.) et en formation, l’intégration de la norme est le résultat d’un processus de socialisation institutionnelle, voire de reproduction dans lequel l’acteur se conforme aux attentes. Cette perspective est également observable dans les SIC. Pensons aux théories liées à la « face » et aux normes d’interaction, qui trouvent aujourd’hui de nouveaux échos à travers des questions telles que celle de la constitution de l’identité sur les plateformes numériques (blogs, sites…) et/ou les réseaux sociaux, ainsi que leurs reconfigurations sur ceux-ci. La norme interpelle également le psychologue dans sa posture de recherche mais également dans sa pratique en faisant appel à la créativité qui oscille entre le normal, l’anormal et le pathologique, ceci tout autour du panorama psychique. L’acteur peut créer son dispositif en s’appuyant fondamentalement sur une éthique respectant un cadre et des normes. Enfin, en sciences des sports, la construction sociale des normes, par exemple juridique (code du sport, loi de lutte contre le dopage, etc.) interroge les effets de cette judiciarisation des pratiques professionnelles.

Cette notion de norme incite à la mise en lien avec celle de la créativité en tant que processus d’émancipation ou d’intégration des contraintes inhérentes à la précédente. Dans le champ de l’éducation, la créativité des acteurs peut être envisagée selon deux perspectives. La première s’exprime par un « travail créatif » qui entraîne l’invention de nouvelles méthodes, outils et dispositifs d’apprentissage. La seconde se traduit par le développement de compétences créatives chez les acteurs (adultes ou enfants). En SIC, ces aller-retours entre normalisation et créativité se problématisent à travers la question de la constitution identitaire. Ainsi, la manière dont la créativité est mise au service de la modulation d’une certaine image de soi réelle ou virtuelle, répondant à certaines contraintes culturelles et techniques dans les nouveaux espaces numériques, fait l’objet de nombreuses études. D’autres recherches par exemple se penchent sur la distinction entre usages prescrits et usages effectifs sur ces espaces. En psychologie, la créativité́ peut être la capacité́ à imaginer des solutions originales, que ce soit dans la recherche ou dans la pratique. Le psychologue y fait appel pour aborder le normal et le pathologique dans les problématiques qu’il rencontre en créant son dispositif et en s’appuyant fondamentalement sur une éthique respectant un cadre et des normes. De son côté la pratique sportive, comme vecteur d’expérience créatrice, focalise son regard sur la recherche de coopération entre joueurs, sur le talent technique, etc. Quel rapport la créativité entretient-elle avec la normativité ? Opposition, complémentarité ? D’un autre côté, on peut s’interroger sur la valorisation de la créativité dans le monde actuel. Celle-ci n’est-elle pas en passe de devenir une nouvelle norme de production ? Ne faut-il pas distinguer la créativité, fondamentalement émancipatrice,  de l’innovation, envisagée comme aujourd’hui partie prenante du système industriel et financier ? (la créativité comme écart à la norme, comme déviance positive, pouvant être envisagée comme ce qui permet à l’individu de s’approprier de certaines contraintes, mais différentes de normes imposées).

La question de la créativité ouvre des perspectives de réflexion esthétique dans nos disciplines. Dominée par un modèle d’ingénierie professionnelle, la notion d’esthétique en éducation peut conduire à se focaliser sur la place de l’expérience sensible, de l’imaginaire, du plaisir et plus largement des émotions dans ce champ qui fait plus souvent de la raison son horizon unique. En SIC, l’intrication entre créativité et esthétique s’illustre dans le domaine du marketing territorial, à travers les industries créatives par exemple. En leur cœur, la créativité est érigée comme la principale source de valeur afin de permettre aux territoires, mais également aux produits de tous types, de se distinguer les uns des autres. La valeur n’est alors plus corrélée à la valeur utilitaire, elle est symbolique. Dans les différents champs de la psychologie, nous retrouvons plusieurs modalités de l’esthétisme qui s’étayent sur l’expérience subjective du sujet : tout le champ de la sensorialité est en écho avec l’esthétisme  que l’on appelle « l’émotion esthétique ». Il faut préciser que les épreuves projectives en particulier permettent d’explorer cette dimension. Dans cette discipline, l’esthétique renvoie à des expériences sensorielles et mentales consécutives à des prises en charge thérapeutiques, institutionnelles ou libérales  souvent groupales. Quelles seraient alors les conséquences de ces normes dans la dynamique identitaire ou l’estime de soi ?  En sciences des sports, pouvons-nous étudier cette notion au regard de l’esthétique corporelle dans le jeu de la compétition ?

Thématiques

1/ Normes et interactions entre les acteurs engagés dans une situation ordinaire (professionnelle, éducative ou thérapeutique) : normes, créativité et esthétique résonnent-elles comme des injonctions contradictoires dans les situations ordinaires ?

2/ La créativité des acteurs dans l’organisation du travail ?  Les industries culturelles et industries créatives, quelle différence ? Quelle est la place de la créativité dans la re-normalisation des prescriptions et/ou des pratiques professionnelles ?

3/ Le modèle de l’esthétique en éducation, esthétique artistique, esthétique corporelle ou le corporel esthétique, le soin esthétique, etc…

4/ Dans un contexte dit « hypermoderne », les sphères industrielle et culturelle ne sont plus à envisager de manière dichotomique mais de façon interdépendante avançant par là l’idée d’une « esthétisation de l’économie ». Dans ce paradigme, des objets d’étude tels que la publicité, la marque, la photographie ou la télévision (séries télévisées) permettent d’illustrer l’entrée dans un « hyperspectacle ».

Ces thématiques citées ne sont que des exemples, tout sujet qui s'inscrit dans le cadre de problématiques issues des sciences humaines et sociales relatives aux normes, à la créativité et/ou à l'esthétique est susceptible d'être retenu.

Proposer une communication

  • Date limite d’envoi des propositions : 25 avril 2016, à minuit.

  • Les posters sont acceptés, une belle occasion pour les doctorants en 1ière année de faire connaitre leur thématique de recherche notamment. Un espace d’affichage et temps de présentation seront prévus à cet effet.
  • Les propositions de communication ne peuvent excéder 2500 signes et 5 références.
  • Les communicants pourront transformer leur communication en article pour la revue scientifique Inter Pares.
  • Les rencontres auront lieu les 1 et 2 juillet 2016

Conférenciers invités

  • Alain Kerlan, professeur à l’université Lyon 2
  • Sarah Sepulchre, professeure à l’université catholique de Louvain (UCL)

Comité scientifique et d’organisation

  • André Robert, professeur à l’université Lyon 2
  • Sarah Sepulchre, professeure à l’université catholique de Louvain (UCL)
  • Doctorants

Lieux

  • Palais Hirsch, Grand amphithéâtre, Bâtiment Erato - 18, Quai Claude Bernard
    Lyon, France (69007)

Dates

  • lundi 25 avril 2016

Mots-clés

  • sciences de l'information et de la communication, sciences de l'éducation, sciences du sport, psychologie, histoire de l'art, créativité, esthétique, norme

Contacts

  • Thomas Bihay
    courriel : thomas [dot] bihay [at] univ-lyon2 [dot] fr
  • Amélie Derobert
    courriel : derobert [dot] amelie [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Thomas Bihay
    courriel : thomas [dot] bihay [at] univ-lyon2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Normes, créativité et esthétique », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 15 mars 2016, http://calenda.org/359546