AccueilHistoire sociale du rock

Histoire sociale du rock

The social history of rock

The social history of rock

*  *  *

Publié le mercredi 16 mars 2016 par João Fernandes

Résumé

Ce séminaire se propose d’ouvrir un espace de discussion sur l’histoire du rock telle qu’elle se construit aujourd’hui en France et à l'étranger. Il est ouvert aux chercheurs, doctorants et étudiants de master, de toutes disciplines, mais aussi aux professionnels de la musique et à toute personne intéressée par l’histoire du rock.

Annonce

Présentation

« Comment faire l’histoire du rock en France aujourd’hui? ». Institutionnalisée dans les pays anglo-saxons, à la croisée de la musicologie et des cultural studies, l’histoire du rock, en dépit de travaux de valeur, demeure, en France, encore largement absente de l’Université. Considéré comme un objet d’étude mineur, le rock a souffert du discrédit qui pèse sur lui depuis les années 1960, malgré l’intérêt exprimé très vite par certains intellectuels comme Edgar Morin. Certes, la presse spécialisée, les multiples sites internet et une offre éditoriale abondante permettent de répondre en partie aux demandes du très large public d’amateurs, spécialistes, fanatiques.

Pour autant, le champ d’investigation possible ne saurait se limiter à la nécessaire histoire des courants musicaux, des groupes phares et des idoles. Ce séminaire se propose donc d’ouvrir un espace de discussion sur l’histoire du rock telle qu’elle se construit aujourd’hui en France, mais aussi à l’étranger. C’est bien ce discours qui sera ici l’objet central de nos interrogations.

S’il s’inscrit prioritairement dans le champ de l’histoire sociale, ce séminaire entend croiser les approches et s’ouvrir aux méthodologies des disciplines intéressées par l’histoire des musiques et des cultures populaires : musicologie, sociologie, études littéraires, sciences politiques, économie, cultural studies, gender studies, visual studies …sans a priori.

De même, étant donné l’état actuel de la recherche sur le rock en France, il apparaît impératif de ne pas se limiter à une approche universitaire mais de faire la place, toujours dans une perspective critique et scientifique, aux travaux, apports et témoignages des érudits, des journalistes et des professionnels de la musique. 

Programme

30 mars 2016, 14h-16h

Metal studies

  • Gerôme Guibert (MCF, sociologie, Paris 3) : Qu’est-ce que le « heavy metal » ? Généalogie de l’utilisation d’une terminologie au cours de la décennie 1970-1980.
  • Simon Théodore (doctorant en histoire, Strasbourg) : Une histoire du viking metal (1970-2014). 

13 avril 2016, 14h-16h

Rock en Méditerranée

  • Marilisa Merolla (professeure, histoire, “La Sapienza” Università di Roma) : Rock’n’roll, Italian Way. Propagande américaine et modernisation dans l’Italie qui change au rythme du rock and roll.
  • Panagnostu Anagnostou (docteure en Sciences politiques, chercheuse associée à l'Institut d'histoire culturelle européenne) : Tambourins en nylon et humeurs épuisées, l’histoire du rock en Grèce (1970-1985). 

4 mai 2016, 14h-16h

Rock alternatif

  • Djemila Zeneidi (chargée de recherches, CNRS/Université Bordeaux Montaigne, UMR Passages) : Punk, cartographie d’une résistance.
  • Véronique Servat (enseignante d'Histoire-géographie, master 2, histoire, Paris 1) : Les Inrockuptibles : la fabrique d'un titre de presse hybride 1986-1998.  

18 mai 2016, 14h-16h

Religions et rituels

  • Sandra Challin (docteure en sociologie, Bibliothèque SHS Descartes CNRS) : Le rock, phénomène socio-culturel : une religion séculière ? Pour une sociologie des rites et mythes du rock sous l'angle de la sociologie des religions.
  • Marc Brunet (fondateur de Sephora Music en 1978, premier label français de « rock chrétien ») : Le label Sephora et le « rock chrétien » en France. 

8 juin 2016, 14h-16h

Contre-cultures

  • Sheyla Diniz (doctorante en Sociologie, Université de Campinas, Brésil) : L'idée de contre-culture au Brésil et la production musicale des artistes marginaux (1969-1974). 
  • Eric Dehayes (auteur aux Editions Le Mot et le Reste) : L'underground musical en France 1968-1981. 

15 juin 2016, 14h-16h

Stigmates

  • Delphine Polvent (étudiante en Master 2, histoire, Lille 3) : Rock’n’Rebel : une histoire de la culture motarde (1950-1970).
  • Karima Ramdani (Politiste, Centre de Recherche Sociologique et Politique de Paris (CRESPPA), équipe Genre Travail Mobilités, CNRS) : Genre, "race" et néo-orientalisme dans les musiques rap et RnB. La "Beurette" comme figure abjecte.

Lieux

  • Centre Malher, métro : Saint Paul. Salle précisée à l’entrée. - 9 rue Malher
    Paris, France (75004)

Dates

  • mercredi 30 mars 2016
  • mercredi 13 avril 2016
  • mercredi 04 mai 2016
  • mercredi 18 mai 2016
  • mercredi 08 juin 2016
  • mercredi 15 juin 2016

Mots-clés

  • cultures populaires, musique, rock, jeunesse, musicologie, metal

Contacts

  • Arnaud Baubérot
    courriel : bauberot [at] u-pec [dot] fr
  • Florence Tamagne
    courriel : ftamagne [at] noos [dot] fr

Source de l'information

  • Arnaud Baubérot
    courriel : bauberot [at] u-pec [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Histoire sociale du rock », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 16 mars 2016, http://calenda.org/359876