AccueilL'homme habite en touriste

L'homme habite en touriste

Inhabiting as a Tourist

Troisièmes rencontres de l'habiter

*  *  *

Publié le vendredi 18 mars 2016 par Elsa Zotian

Résumé

L’année 2014 aura été celle où le nombre des touristes internationaux a dépassé le milliard (OMT). Et encore : dans les États du Sud, notamment ceux d’Asie les plus peuplés, les mobilités touristiques internes explosent tout autant. Un fait est donc : l’Homme habite désormais en touriste…

Annonce

Abbaye Royale de Saint-Riquier / Centre culturel de Rencontre, Université de Picardie Équipe « Habiter le Monde »,

Argumentaire

L’année 2014 aura été celle où le nombre des touristes internationaux a dépassé le milliard (OMT). Et encore : dans les Etats du sud, notamment ceux d’Asie les plus peuplés, les mobilités touristiques internes explosent tout autant. Un fait est donc : l’Homme habite désormais en touriste…

Or, les sciences sociales ont souvent considéré le tourisme d’abord par la description de l’offre (résidences de villégiatures ou hôtelières, équipements de loisirs, etc.). Pour le reste, il était de « masse », ce qui réduisait les touristes humainement à des « moutons » suivant aveuglément celui qui précède, politiquement à des franchisseurs de frontières, économiquement à des malles à billets. Dans tous les cas, ils n’étaient strictement considérés que sous l’angle de ce qu’ils faisaient.

L’idée de prendre en compte le tourisme du point de vue des touristes a émergé dans les années 1990 (équipe MIT, 2002). Elle trouve une consolidation théorique dans l’émergence de la notion d’habitant, elle-même portée par le mouvement de conceptualisation récent de l’ « habiter » (Lazzarotti et al. (dir), 2015). Définis comme des habitants, donc, les touristes sont, entre autres, des habitants qui se déplacent – ils changent de lieu – dans un cadre « hors quotidien » et dans des intentions recréatives (Stock (dir.) 2003). Cette définition accrédite encore l’idée des sociétés à habitants mobiles et croise, ainsi, la construction du Monde (Lussault, 2013).

Le projet de ces troisièmes « rencontres de l’habiter » est d’explorer une telle entrée et de l’interroger : les touristes sont-ils des habitants comme tout le monde ? Adressée à toutes les sciences sociales et humaines, la question ouvre sur plusieurs perspectives, non exclusives du reste.

1. Si tous les touristes sont des habitants mobiles, tous les habitants mobiles ne sont pas des touristes. Qu’est-ce qui différencie les touristes des migrants, des pèlerins, des hommes et des femmes d’affaires en mouvement ? Quels habitants ces différentes pratiques participent-elles à construite ? En fonction des histoires touristiques différentes des sociétés aujourd’hui impliquées par le tourisme, quelles différentes figures de touristes émergent ? Qu’est-ce qui fait, s’il y en a, les différences entre un touriste chinois et un touriste britannique, etc. ? Qu’ont-ils aussi de commun ?

2. Prendre les touristes pour des habitants, c’est aussi changer le point de vue de l’analyse touristique pour passer du « faire » du tourisme à « être » un touriste. Que peut signifier « être touriste » ? Que cela implique-t-il en termes de savoirs et de compétences ? En termes de pratiques ? En termes de vécus et de représentations ? Quelles sont les conséquences d’avoir été touriste là où on ne l’est plus ? Qu’est-ce qui change quand on change de lieu en « touriste » ? Qu’est-ce qui ne change pas ? Peut-on être touriste sans le savoir ? Ou faire semblant de l’être ?

3. En quoi et comment les touristes sont-ils des habitants des lieux qu’ils fréquentent ? Y a-t-il plusieurs manières d’être touristes? Lesquelles ? Qu’est-ce qui conditionne ces différentes manières ? Quelle est leur part de responsabilité, s’il y en a, dans l’animation et la dynamique locales (Chevalier et al, 2013)? Cohabitent-ils avec les autres habitants, comme dans le cas des « touristes ethnographiques » (Graburn, 2002) ?

4. Habitants des lieux, les touristes sont aussi des habitants du Monde contemporain et, de ce point de vue, ils invitent à réfléchir sur les dynamiques globales des sociétés mondiales. Recherchent-ils l’uniformité ou la singularité des lieux ? Comment ces mobilités influencent-elles les responsables « locaux » dans l’aménagement de leurs lieux ? Quels sont les effets de la présence des touristes dans les territoires, campagnes et villes, du Monde ? En quoi les touristes participent-ils à l’actuelle construction des lieux et territoires du Monde ? Et à celle du Monde lui-même ? Quels types de cohabitation mondiale les touristes construisent-ils ?

5. Quelles méthodologies une telle approche par l’habitant implique-t-elle ? Comment chaque science peut-elle s’y retrouver ? Mais aussi ces recherches peuvent-elles susciter de nouvelles collaborations entre les disciplines scientifiques ? Lesquelles et comment ?

Finalement, en quoi les réflexions sur les touristes peuvent-elles aider à faire préciser la notion plus générale d’ « habitant » et quel pourrait en être le contenu ? Et les conséquences ?

Orientations bibliographiques

  • CHEVALIER, Sophie, LALLEMENT, Emmanuelle et CORBILLE, Sophie (2013). – Paris, résidence secondaire. Enquête chez ces habitants d’un nouveau genre. Paris, Belin, 159 p.
  • ÉQUIPE MIT (2002). – Tourismes 1, lieux communs. Paris, Belin, coll. Mappemonde, 320 p.
  • GRABURN, Nelson (2002). -  « The Ethnographic Tourist », in G. M. S. DANN (ed.), Tourist as a Metaphor of the Social World (New York) : 19-39.
  • STOCK, Mathis (coord.), DEHOORNE, Olivier, DUHAMEL, Philippe, GAY, Jean-Christophe, KNAFOU, Rémy, LAZZAROTTI, Olivier, SACAREAU, Isabelle, VIOLIER, Philippe (2003). – Le tourisme, acteurs, lieux et enjeux. Paris, Coll. Belin sup., 304 p., p. 255-277.
  • LAZZAROTTI, Olivier, COLLIGNON, Béatrice & PELLETIER, Philippe (2015). – Habiter : mots et regards croisés. Paris, A. Colin, Annales de géographie, n° 704, juillet-août 2015.
  • LUSSAULT, Michel (2013). – L’avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre. Paris, Coll. La couleur des idées, Seuil, 298 p.

Conditions de soumission

Les rencontres s’adresse à l’ensemble des sciences sociales et humaines. Une large place sera faite aux débats et aux échanges.

Les propositions (500 signes et caractères environs, hors bibliographie) doivent être adressées

avant le 10 mai 2016

pour une réponse le 1er juillet 2016 à Lauriane Létocart : lauriane.letocart@u-picardie.fr

Les journées se tiendront les 27 et 28 septembre 2016 à L’Abbaye Royale de Saint-Riquier, Centre culturel et de rencontre (arrivée le 26 septembre et participation souhaitable pour l’ensemble des rencontres)

Modalités pratiques

Une navette sera prévue le 26 septembre au départ de la Gare d’Amiens à 17 heures 35, après l’arrivée du train de Paris prévue à 17 heures 39.

Une navette permettra de prendre le train de 18 heures 23, à destination de Paris, le 28 septembre.

L’hébergement et la restauration seront pris en charge par l’Abbaye Royale de Saint-Riquier.

Réservation obligatoire : Lauriane Létocart : lauriane.letocart@u-picardie.fr

Seront prises en compte prioritairement les demandes de participation intégrale aux deux journées.

Grand témoin

  • Jacques Lévy

Comité scientifique

  • Denis Blot (HM),
  • Marie Chabrol (HM),
  • Sophie Chevalier (HM),
  • Florian Dauphin (HM),
  • Philippe Duhamel (ESO-Angers),
  • Anne Gaugue (HM),
  • Aline Hémond (HM),
  • Olivier Lazzarotti (HM),
  • Isabelle Lefort (EVS, Lyon II),
  • Stéphanie Leroux (HM),
  • Pierre-Jacques Olagnier (HM),
  • Fabrice Raffin (HM),
  • Benjamin Taunay (ESO-Angers).

Comité d’organisation

  • Olivier Lazzarotti,
  • Lauriane Létocart,
  • Pierre-Jacques Olagnier.

Lieux

  • Abbaye Royale, Centre culturel de rencontre
    Saint-Riquier, France (80135)

Dates

  • mardi 10 mai 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • habiter, habitant, touriste

Contacts

  • Olivier Lazzarotti
    courriel : olivier [dot] lazzarotti [at] u-picardie [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Olivier Lazzarotti
    courriel : olivier [dot] lazzarotti [at] u-picardie [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'homme habite en touriste », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 18 mars 2016, http://calenda.org/360466