AccueilLa photographie comme arme

La photographie comme arme

Photography as a weapon

Photographie sociale et documentaire dans les années 1930

Social photography and documentaries in the 1930s

*  *  *

Publié le mercredi 23 mars 2016 par Céline Guilleux

Résumé

L’engagement des photographes dans les structures de la gauche révolutionnaire des années 1930 est aujourd’hui encore une zone d’ombre de l’histoire de la photographie et de la presse illustrée. Pour de nombreux photographes, la photographie représentait pourtant le médium révolutionnaire par excellence. En travaillant pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et en s’engageant dans l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ».

Annonce

Argumentaire

L’engagement des photographes dans les structures de la gauche révolutionnaire des années 1930 est aujourd’hui encore une zone d’ombre de l’histoire de la photographie et de la presse illustrée. Pour de nombreux photographes, la photographie représentait pourtant le médium révolutionnaire par excellence. En travaillant pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et en s’engageant dans l’ Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR), ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ».

Organisation

Journée d’études organisée par Clément Chéroux et Christian Joschke

Cette journée d'études est organisée dans le cadre du projet "Captures du monde social. Photographies sociales et documentaires des années 1930", mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou, dans le cadre du Labex Arts H2H.

Coordination

Max Bonhomme et Christian Joschke

  • max.bonhomme@u-paris10.fr
  • christian.joschke@u-paris10.fr

Programme

Matin

Que sait-on des photographes de l'AEAR ?

  • 9:00 Accueil
  • 9:30 Clément Chéroux, Christian Joschke, Damarice Amao : Introduction
  • 10:00 Simon Dell : Qu'est ce que l'AEAR aujourd'hui ?
  • 10:30 Damarice Amao : Eli Lotar, un photographe engagé ?
  • 11:00 Eva Verkest : La peinture en échec face à la photographie ? A propos de deux expositions de l'AEAR
  • 11:30 Discussion
  • 11:45 Pause
  • 12:00 Patrice Allain : Le surréalisme et l'AEAR : champ-contrechamp
  • 12:30 Nathalie Neumann : Willy Ronis – ses années caméléon entre avant-gardes et photographie traditionnelle
  • 13:00 Pause déjeuner

Après-midi

Le magazine Regards et ses photographes

  • 14:30 Clément Chéroux : Henri Cartier-Bresson, dans l'ombre de la maison brune
  • 15:00 Valérie Vignaux : Georges Sadoul et le cinéma à Regards ou la photographie 24 images par seconde
  • 15:30 Christian Joschke : Regards et l'AIZ : analyse d'un transfert culturel
  • 16:00 Discussion et pause
  • 16:30 Mathilde Esnault : De la photographie amateur à la photographie d'auteur : le magazine Regards et ses photographes
  • 17:00 Maxime Courban : Le fonds iconographique de L'Humanité aux AD de Seine Saint-Denis
  • 17:30 Dominique Versavel : Le fonds iconographique Ce Soir-L'Humanité de la BNF
  • 18:00 - 18:30 Discussion finale

Lieux

  • INHA, salle Vasari - 2, rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • vendredi 25 mars 2016

Mots-clés

  • photographie, art, politique, communisme

Contacts

  • Max Bonhomme
    courriel : max [dot] bonhomme [at] u-paris10 [dot] fr
  • Christian Joschke
    courriel : christian [dot] joschke [at] u-paris10 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Christian Joschke
    courriel : christian [dot] joschke [at] u-paris10 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La photographie comme arme », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 23 mars 2016, http://calenda.org/360519