AccueilTrafics d'influences : nouvelles approches d'une question comparatiste

Trafics d'influences : nouvelles approches d'une question comparatiste

The traffic of influences: new approaches to a comparative issue

*  *  *

Publié le mardi 29 mars 2016 par João Fernandes

Résumé

À l’aune d’une décennie ayant pensé l’influence principalement sous l’angle de la défiance à l’égard des modèles dominants – que seraient l’européanocentrisme ou l’hétéronormativité – et après la mort annoncée de la discipline (G. Spivak), pourquoi repenser les « faits comparatistes » aujourd’hui ? Comment faire de la réactualisation de l’influence l’occasion d’un renouveau épistémique de notre discipline ? Ce que nous envisageons dans le cadre de cette journée consiste à problématiser un spectre de relations, qui hante toujours le champ des études littéraires, telle une forme d’économie parallèle du texte, que lecteurs et auteurs doivent sans cesse négocier.

Annonce

Journée d'étude organisée par le collectif LIPOthétique, doctoriales comparatistes de l'université Paris Ouest Nanterre La Défense

Argumentaire

La parution récente de la traduction en français du classique américain d’Harold Bloom sous le titre L’Angoisse de l’influence (2013), celle du dernier livre de la philosophe Judith Schlanger Le neuf, le différent, le déjà-là, sous-titré « une exploration de l’influence » (2014), témoignent de la vivacité contemporaine et de la pérennité d’une notion épistémologique que d’aucuns jugeaient périmée à l’aube du XXIe siècle.

A l’aube du siècle précédent, 29 mars 1900 à Bruxelles, André Gide se livrait à une apologie provocante de « toutes » les influences, excédant les limites de son sujet, à savoir la littérature. Parti des « plus vagues, [des] plus naturelles » (les astres, le milieu, le climat, la nourriture et les saisons), pour arriver lentement vers les influences produites par les hommes, les livres, les auteurs sur d’autres hommes, livres ou auteurs, l’écrivain français se pose en digne héritier d’une conception goethéenne de la littérature-monde. Il parvient ainsi à faire tenir au sein d’une seule notion toute la diversité des phénomènes qui participent, de près ou de loin, à la genèse d’une œuvre, d’un individu.

Reconnaissons que, si le mot d’influence peut aujourd’hui faire sourire un public de post-structuralistes avertis, il n’a jamais fait l’objet d’un explicite aggiornamento en littérature comparée L’étude des influences semble nous ramener au paradigme positiviste, celui des temps où les pères fondateurs de la discipline, Paul van Tieghem et Fernand Baldensperger entre autres, prônaient la mise en lumière des fameux « faits comparatistes », définis par Pierre Brunel comme l’affleurement textuel d’éléments étrangers. Avec l’essor de la nouvelle critique, ce cadre fut pointé du doigt comme symptomatique d’une historicisation à outrance du texte littéraire. Afin de se débarrasser de tout soupçon moderniste, la littérature comparée devait se détourner de ce qui fut son origine épistémologique. L’on ne pouvait décemment pas entrer dans les post- (ceux du structuralisme, comme du modernisme) avec une telle notion comme figure de proue.

A l’aune d’une décennie ayant pensé l’influence principalement sous l’angle de la défiance à l’égard des modèles dominants – que seraient l’européanocentrisme ou l’hétéronormativité – et après la mort annoncée de la discipline (G. Spivak), pourquoi repenser les « faits comparatistes » aujourd’hui ? Comment faire de la réactualisation de l’influence l’occasion d’un renouveau épistémique de notre discipline ?

Ce que nous envisageons dans le cadre de cette journée consiste à problématiser un spectre de relations, qui hante toujours le champ des études littéraires, telle une forme d’économie parallèle du texte, que lecteurs et auteurs doivent sans cesse négocier.

Programme

8h45 : Accueil

9h00-9h30 — Présentation de la journée : Nicolas Aude et Amandine Lebarbier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

9h30-10h45 — Première session : « Influence : théories et paradigmes »

Modération : Karen Haddad (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

  • Andrei Minzetanu (Fondation Thiers) : « La notion d’influence dans le travail théorique de Judith Schlanger »
  • Agnès Edel-Roy (Université Paris Est-Créteil) : « Pragmatique et politique de l’intertextualité à la Nabokov : influence, anti-influence, contre-influence »

Pause : 10h45-11h00

11h00-12h15 ­— Deuxième session : « Renaissance et modernité philologiques »

Modération : Carole Boidin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

  • Flavie Kerautret (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Les Discours comiques de Bruscambille : influence et inflexion des prologues de Rabelais »
  • Julitte Stioui (Université Paris Est-Créteil) : « Virginia Woolf avait-elle des modèles ? Entre influence et intertextualité, la trace de Montaigne dans The Common Reader »

Déjeuner : 12h15-14h00

14h00-16h00 — Troisième session : « Anachronies et translations »

Modération : Jean-Claude Laborie (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

  • Roberta Capotorti (Université de Milan/Université de Tours) : « Influence rétrospective et regard prophétique : le cas de Proust et Bassani »
  • Célia Vieira (ISMAI/CITEI-CIAC) : « De l’influence à la théorie du système-monde : le cas du naturalisme ibérique »
  • Cécile Serrurier (Université Bordeaux Montaigne) : « Allers-retours de l’influence dans les recueils de poètes-traducteurs : les cas de Versos e Versões, Raimundo Correia, 1887 et Ocios Crueles de Rosendo Villalobos, 1911. »

Pause : 16h00-16h15

16h15-16h45 — Table ronde : « Influence, notion has been ou cutting edge ? » Manon Amandio, Pierre Boizette, Émile Rat (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

16h45-17h00 — Conclusion de la journée : Sébastien Wit (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Catégories

Lieux

  • Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment B, salle des conférences - 200 avenue de la République
    Nanterre, France (92)

Dates

  • jeudi 26 mai 2016

Mots-clés

  • influence, intertextualité, épistémologie, comparée, philologie, transfert, anachronie

Contacts

  • Amandine Lebarbier
    courriel : amandinelebarbier [at] hotmail [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Nicolas Aude
    courriel : lieux-de-lintime [at] googlegroups [dot] com

Pour citer cette annonce

« Trafics d'influences : nouvelles approches d'une question comparatiste », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 29 mars 2016, http://calenda.org/360910