AccueilÉchanges et conflits dans l’espace adriatique méridional, de l'Antiquité à nos jours

Échanges et conflits dans l’espace adriatique méridional, de l'Antiquité à nos jours

Exchange and conflict in the southern Adriatic, from Antiquity to the present day

*  *  *

Publié le mercredi 23 mars 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Des spécialistes de l’Antiquité, du haut Moyen Âge et de littérature contemporaine explorerons les relations complexes établies entre les Balkans et l’Italie sur la longue durée. Au carrefour des multiples héritages de cette histoire plurimillénaire, l’espace adriatique actuel possède-t-il une forme d’unité propre, par-delà les frontières politiques et culturelles communément admises ? Une table ronde portera sur la question des migrations et des frontières aujourd'hui.

Annonce

Dans le cadre des Débats citoyens en Rhône-Alpes, avec le soutien de la Région, de l’académie de Lyon et de la MGEN. En partenariat avec WeReport.

Présentation

Des spécialistes de l’Antiquité, du haut Moyen Age et de littérature contemporaine explorerons les relations complexes établies entre les Balkans et l’Italie sur la longue durée. Au carrefour des multiples héritages de cette histoire plurimillénaire, l’espace adriatique actuel possède-t-il une forme d’unité propre, par-delà les frontières politiques et culturelles communément admises ?

  • 9h | Le canal d’Otrante au 1er millénaire av.JC : mobilités, trafics et contacts entre les deux rives, par Maria Paola Castiglioni (Université de Grenoble)

Maria Paola Castiglioni est maître de conférences en Histoire grecque à l’Université de Grenoble Alpes. Elle a préparé une thèse de doctorat en cotutelle franco-italienne sur la diffusion et la réception des mythes grecs en Illyrie Méridionale, a édité avec Jean-Luc Lamboley les actes du Ve Colloque international sur l’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité (Grenoble, octobre 2008) et a participé au projet ANR AdriAtlas pour la création d’un atlas archéologique de l’Adriatique antique. Actuellement en délégation CNRS (centre ANHIMA), elle poursuit ses recherches sur les relations entre Corinthe et ses colonies, et plus largement sur son réseau commercial en Méditerranée occidentale. Elle collabore aussi avec le PARSA (Pôle Alpin de Recherches sur les Sociétés Anciennes) dans le programme « Le problème de la réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs » (Université de Grenoble Alpes - Université de Rome « La Sapienza ») et avec l’Université de Cagliari dans l’organisation du colloque international « Hagnos, Miasma e Katharsis. Viaggio tra le categorie del puro e dell’impuro nell’immaginario del mondo antico » (4-6 mai 2016). Elle est membre du comité de rédaction de Gaia. Revue interdisciplinaire sur la Grèce archaïque. Elle a participé aux fouilles d’Apollonia d’Illyrie (Albanie) et de Tricarico (Italie). Voir ses publications ci-dessous.

  • 10h15 | Byllis, la fin d’une cité provinciale antique [Illyrie antique], par Pascale Chevalier (Université de Clermont-Ferrand)

Pascale Chevalier est maître de conférences en histoire de l’art et archéologie médiévale à l’Université Blaise-Pascal - Clermont-Ferrand 2 et membre de l’UMR 6298-ARTeHIS de Dijon. Ses recherches archéologiques concernent essentiellement l’architecture et la liturgie des églises paléochrétiennes et protobyzantines dans les Balkans occidentaux (Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro et Albanie), ainsi que celles de monastères médiévaux en France (Auvergne, Bourgogne, Franche-Comté). Elle dirige depuis 2005 la mission archéologique franco-albanaise à Byllis en Albanie méridionale, qui a pour objectif d’étudier les derniers siècles d’existence de cette cité désertée au VIIe s. ap. J.-C. qui comptait cinq basiliques, dont une cathédrale entourée d’un véritable quartier épiscopal.

  • 11h30 | Exodes forcés, invasions, amis lointains et « rage de fuir », par Jean-Paul Champseix (Inalco, Centre Europes-Eurasie)

Jean-Paul Champseix est agrégé de Lettres Modernes et habilité à diriger des recherches (thèse en Littérature comparée sur les Stratégies littéraires et idéologiques contre la doctrine réaliste socialiste dans l’œuvre d’Ismaïl Kadaré). Il a enseigné la littérature française, de 1982 à 1988, à la faculté des langues de Tirana. De cette expérience, avec son épouse, ils ont écrit deux ouvrages : 57 Boulevard Staline et L’Albanie ou la logique du désespoir. Il a enseigné la langue française et la civilisation à l’Université de Paris 12. Membre associé au Centre de Recherches Europes-Eurasie, il vient de terminer un ouvrage : Kadaré : une dissidence solitaire (à paraître aux Éditions Champion en 2016). Il a également écrit des articles sur la littérature balkanique, en particulier albanaise et turque dans la revue La Quinzaine Littéraire récemment devenue En attendant Nadeau.

Résumé de la conférence. L’Albanie est à un carrefour de cultures (aires slave, latine, grecque, ottomane), de religions (catholique, orthodoxe, musulmane) et de puissances (Empire romain, byzantin, féodaux normands, République de Venise, Empire ottoman, Italie fasciste, camp socialiste/Europe de l’ouest...). Exodes et migrations furent quelquefois volontaires mais souvent contraints. L’invasion ottomane a fait fuir une partie de la population mais a permis aussi à de nombreux Albanais d’exercer des responsabilités importantes, moyennant une conversion à l’islam. La pauvreté fut aussi cause de départ à toutes les époques, en particulier en Italie et aux USA, entre les deux guerres. L’ Albanie, même avec le Kosovo, fut une petite entité jamais viable sans l’aide de « protecteurs », d’où les alliances avec l’URSS puis la Chine. La fermeture du pays sous Enver Hoxha fut totale. Tenter de fuir l’Albanie était puni de mort. La loi étant très dure, une migration intérieure punitive fut instaurée : la relégation. Enfin, en 1990, les réformes étant arrivées trop tard, le désir de fuir fut immense. Malheureusement, aujourd’hui encore, la crise produit son lot de candidats au départ, comme dans le reste des Balkans. Naturellement, les tensions entre voisins balkaniques furent fortes et le sont encore. La volonté « d’être le premier occupant » sévit partout dans la région et la guerre de Yougoslavie a aggravé les choses.

  • 14h | Table ronde : Migrations et frontières en Europe

La table ronde sera animée par des étudiants de Lettres supérieures. Axes envisagés (à préciser) : l’espace adriatique (Balkans/Italie) au cœur des réseaux migratoires (étude de cas liminaire) ; les frontières et la cohésion de l’Europe ; le droit d’asile et le "fait réfugié" ; la question de l’accueil des migrants en France, particulièrement en Rhône-Alpes.

  • ŸAlberto Campi (photojournaliste, WeReport),
  • ŸCristina Del Biaggio (géographe, université de Genève),
  • ŸJean-François Ploquin (directeur général de Forum réfugiés-Cosi)
  • 19h30 | Café géo : Trier les exilés aux frontières. La crise des politiques migratoires européennes

Avec Alberto Campi et Cristina Del Biaggio, au Brussel Corner (St-Etienne)

Du 22 au 23 mars | Expositions

Ÿ « Balkan Road », reportage de Alberto Campi et Cristina Del Biaggio

Ÿ « Dessins pour la paix » de Cartooning for Peace (fondé par Plantu)

Ÿ « Sur les routes d’Albanie (1990-1995) », photographies de Paul Veysseyre

Réservations

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservation conseillée : http://bit.ly/inscription-dc

Coordination/contact : Franck.Thenard-Duvivier@ac-lyon.fr

Lieux

  • Grand Amphithéâtre - 28 avenue de la Libération
    Saint-Étienne, France (42)

Dates

  • mercredi 23 mars 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Balkans, Albanie, migration, frontière, otrante, byllis, Illyrie

Contacts

  • Franck Thénard-Duvivier
    courriel : Franck [dot] Thenard-Duvivier [at] ac-lyon [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Franck Thénard-Duvivier
    courriel : Franck [dot] Thenard-Duvivier [at] ac-lyon [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Échanges et conflits dans l’espace adriatique méridional, de l'Antiquité à nos jours », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 23 mars 2016, http://calenda.org/361023