AccueilÉducation et intervention sociale : quels enjeux pour demain ?

Éducation et intervention sociale : quels enjeux pour demain ?

Education and social intervention - what issues for tomorrow?

Revue « Sciences et actions sociales »

Sciences et actions sociales journal

*  *  *

Publié le mercredi 30 mars 2016 par João Fernandes

Résumé

Ce numéro a pour objectif de mettre en lumière des travaux de recherche s'intéressant à l'intervention sociale et à la place de l'éducation dans ce champ pris au sens le plus large. Qu'est-ce que l'intervention sociale aujourd'hui ? Quelle est la place de l'éducation ? Quelles sont les actions développées par les professionnels de ce champ au regard de l'éducation ? L'intervention sociale sera considérée ici sous l'angle de la relation individuelle ou collective, le lien social, qu'il s'agit de maintenir, d'entretenir ou de restaurer. Il sera intéressant d'interroger les différentes approches de l'intervention sociale dans le champ éducatif.

Annonce

Contexte

Qu'entend-t-on par éducation et intervention sociale ?

L'éducation est une préoccupation de la société qui peut être considérée comme un processus permettant d'acquérir des savoirs de saveurs différentes.

Le Conseil de l'Europe, en posant la Recommandation 1437 en 2000, met en lumière l'idée d'une éducation qui pourrait prendre différentes formes. Il développe l'idée qu'investir dans l'éducation et le bien-être est une mesure efficace pour promouvoir une citoyenneté active et prévenir l'exclusion. Les systèmes d'éducation formelle ne peuvent faire face seuls à l'évolution rapide des sociétés (technologique, sociale, économique). Ils ont besoin d'être renforcés par des pratiques d'éducation non formelle qui font partie intégrante de la notion d'éducation permanente. L'éducation non formelle doit permettre aux jeunes et aux adultes d'acquérir et d'entretenir les compétences, les aptitudes, les dispositions nécessaires pour s'adapter à un environnement en constante mutation. Elle est fondée sur un ensemble d'activités d'apprentissages menées en dehors du système éducatif formel.

D'après le forum européen de la jeunesse, inspiré par les définitions de l'UNESCO et de la Commission européenne, l'éducation formelle se déroule dans un cadre institutionnel organisé (école, université), structurée en séquences et de manière hiérarchique. Elle doit mener à une certification.

L'éducation informelle, quant à elle, se déroule dans le cadre familial, entre pairs : dans ces espaces de socialisation, les apprentissages sont moins conscients et souvent peu valorisés.

L'éducation non formelle est alors un processus organisé qui a lieu parallèlement aux systèmes traditionnels d'éducation et de formation. Il ne mène à aucune certification, même si de nombreux professionnels se posent la question de la valorisation de ce temps éducatif.

Le rapport de l'Inspection Générale des Affaires Sociales de 2005 avait pour thème « L'intervention sociale, un travail de proximité ». Il pose l'intervention sociale comme un objet d'analyse à part entière. En effet, de nombreux travaux décrivent l'ampleur du champ et sa complexité qui en font un objet de controverses.

L'intervention sociale est portée par un champ professionnel large, divers et en constante mutation. Ravon (2003) propose de définir l'intervention sociale de la façon suivante :

L'intervention sociale apparaît comme une « expression non contrôlée permettant de signer l'ensemble des actions sociales, qu'elles soient l'œuvre de bénévoles ou de professionnels, qui tend à se substituer à celle, plus institutionnelle, de travail social ».

Cette définition permet au travail social de ne pas saturer le champ de l'intervention sociale, et par-là, de ne pas la résumer au seul travail social.

Dans la pratique, au-delà de ces définitions, du côté des acteurs, il existe une diversité de professionnels du champ de l'intervention sociale et de l'éducation aussi bien du point de vue de leurs missions que de leurs formations et de leur reconnaissance en tant que professionnels de l'intervention sociale ayant une action éducative.

Qu'en est-il alors de la place de l'éducation dans l'intervention sociale ? Et quelle forme prend-elle ?

Les objectifs de l'appel à contribution

Ce numéro a pour objectif de mettre en lumière des travaux de recherche s'intéressant à l'intervention sociale et à la place de l'éducation dans ce champ pris au sens le plus large.

Qu'est-ce que l'intervention sociale aujourd'hui ?

Quelle est la place de l'éducation ?

Quelles sont les actions développées par les professionnels de ce champ au regard de l'éducation ?

L'intervention sociale sera considérée ici sous l'angle de la relation individuelle ou collective, le lien social, qu'il s'agit de maintenir, d'entretenir ou de restaurer. Il sera intéressant d'interroger les différentes approches de l'intervention sociale dans le champ éducatif.

Il sera aussi pertinent de pouvoir poser les débats qui alimentent la définition de ce champ. Ces questionnements pourront s'appuyer sur la mise en œuvre de l'intervention sociale, la prise en charge des publics, l'appartenance des différentes professions et ou leur processus de professionnalisation. La place de l'éducation restant au cœur des interrogations, amenant une réflexion autour des enjeux de l'intervention sociale et de l'éducation.

Axes thématiques

À titre non exhaustif, les contributions pourront s'insérer dans les axes suivants :

Axe 1 : Quelle place pour l'éducation dans la professionnalisation des acteurs du social ?

Les états généraux du travail social viennent d'aboutir à un « Plan gouvernemental d'action en faveur du travail social et du développement social ». Dans ce plan d'action il est fait mention d'une restructuration de la formation qui aura un impact sur la professionnalisation dans le champ de l'intervention sociale.

Comment la formation s'organise-t-elle aujourd'hui en matière d'intervention sociale ? Quelle est la place de l'éducation dans ces formations ? Comment la professionnalisation prend-elle en compte les enjeux politiques et sociétaux contemporains ? Quelles représentations sont à l'œuvre lorsqu'on parle d'éducation au sein de l'intervention sociale ?

Axe 2 : Éducation non formelle, éducation informelle, éducation formelle : quelle légitimité dans l'intervention sociale ?

L'éducation est un processus censé traverser l'ensemble des temps sociaux des personnes. Comment les professionnels de l'intervention sociale agissent-ils dans les différents espaces d'éducation ? Quels sont les enjeux pour la société et son avenir ? Quelles représentations les professionnels de l'intervention sociale ont-ils de l'éducation et quel rôle prennent-ils ou quels rôles leur sont-ils assignés dans les interventions ? L'intervention sociale peut-elle être un espace d'éducation ?

Axe 3 : Quel liens entre Recherche et Formation ?

Alors que la formation dans le champ de l'intervention sociale se restructure et que la formation à la recherche par la recherche est posée comme indispensable pour les professionnels, qu'en est-il aujourd'hui de ce lien ? Que produit la recherche « sur » ou « dans » l'intervention sociale ? Quelle est la place de la formation dans ces recherches ?

Axe 4 : Usure au travail

En quoi les rapports entre le monde économique et l'intervention sociale, dans une relation dialogique où l'on ne peut plus penser l'un sans l'autre, réinterrogent-ils l'engagement, l'implication et l'investissement au travail ?

Comment des professionnels de l'intervention soumis à des pressions économiques et de résultats peuvent-ils s'inscrire dans des actions éducatives ?

Dans quels registres temporels, l'intervention sociale peut-elle encore s'inscrire pour prendre en charge des publics, pour les accompagner, en tenant compte des nombreux et divers besoins éducatifs face à une société du résultat ?

Les articles attendus répondront aux qualités de scientificité, présentant la méthode, le terrain, les données et les analyses, ainsi qu'une bibliographie en lien avec l'article et la thématique.

Bibliographie

  • Augustin J.-P. et Gillet J.-C. (2000). L'animation professionnelle. Histoire, acteurs, enjeux. Paris : l'Harmattan.
  • Beillerot J. et Mosconi N. (2006). Traité des sciences et des pratiques de l'éducation. Paris : Dunod.
  • Belhandouz H. et Vulbeau A. (2010). De la rupture au lien. Regard sur l'éducatif renforcé.
  • Vigneux : Matrice.
  • Bataille M. (2000). « Représentation, implicitation, implication : des représentations sociales aux représentations professionnelles » in Garnier C. et Rouquette M.L. (dir.), Les représentations en éducation et formation. Montréal : Nouvelles p 165-189.
  • Bordes V. (2007). Prendre place dans la cité. Jeunes et politiques municipales. Paris : L'Harmattan. Collection Débats Jeunesses.
  • Bordes V. (2008). « L'impossible professionnalisation de l'animation », Revue d'analyse institutionnelle. Les cahiers de l'implication, n° 2 p. 81-90.
  • Bordes V. (Coord.). (2012). L'éducation non formelle, Les Dossiers des Sciences de l'Éducation, n° 28.
  • Bordes V. (2014). « La socialisation professionnelle », in A. Jorro (dir.), Les concepts de la professionnalisation. Bruxelles : De Boeck, p. 295-300.
  • Boucher M. (dir.). (2010). Penser les questions sociales et culturelles : quels enjeux pour l'intervention sociale ? Paris : L'Harmattan.
  • Bouquet B., Madelin B. et Nivolle P. (2007). Territoires et action sociale. Paris : L'Harmattan.
  • De Gaulejac V. (1989). L'ingénierie sociale. Paris : Syros.
  • Dejours C. (2000). Travail, usure mentale. Paris : Bayard.
  • Dumont J.-F. (2011). Les Moniteurs-éducateurs en formation. Le partage professionnel des émotions. Paris : L'Harmattan.
  • Ion J. et Tricart J.-P. (1998). Les travailleurs sociaux. Paris : La Découverte.
  • Mias C. (1998). L'implication professionnelle dans le travail social. Paris : L'Harmattan.
  • Mias C. (2010). « Modélisation d'un processus de professionnalisation : l'implication professionnelle », Les Cahiers du CERFEE, n° 27-28.
  • Mias C. (2014). « Implication professionnelle », in A. Jorro. (dir.), Les concepts de la professionnalisation. Bruxelles : De Boeck, p. 161-164.
  • Poizat D. (2003). L'éducation non formelle. Paris : L'Harmattan.
  • Rapport annuel de 2005. (2006). L'intervention sociale. Un travail de proximité. Paris : La Documentation Française.
  • États Généraux du travail social. (2015). Plan d'action en faveur du travail social et du développement social. Conseil des ministres du 21/10/2015.

Procédure d'évaluation des propositions de contribution

En lien avec la ligne éditoriale de la revue (voir présentation de la revue), les textes proposés doivent être originaux et ne pas avoir déjà fait l'objet d'une publication dans d'autres revues.

Les propositions de contribution doivent respecter les recommandations aux auteurs présentées dans la rubrique : « Proposer un article ». Elles seront adressées par courrier électronique au format .doc ou .rtf à l'adresse suivante : redaction@sas-revue.org avant le 2 juin 2016. Un accusé de réception est alors adressé en retour. Les textes font l'objet d'une évaluation anonyme par deux lecteurs désignés au sein des comités de rédaction et scientifique de la revue. Sur la base de leurs évaluations, après une discussion de l'article au sein du comité de rédaction, une décision collective est prise : accepté en l'état, accepté avec modifications mineures, accepté sous réserve de modifications majeures, refusé. Cette décision est transmise à l'auteur par la revue SAS au plus tard trois mois après la réception de la proposition de l'article.

Calendrier de l'appel à contributions

Les propositions d'articles sont à envoyer à redaction@sas-revue.org 

avant le 2 juin 2016.

Les retours sont prévus pour le 9 septembre 2016 pour une publication dans le numéro d'octobre 2016.

Coordination

  • Véronique Bordes (MCF HDR, Département des Sciences de l'Éducation et de la Formation, Université Toulouse Jean Jaurès, Unité Mixte de Recherche Éducation Formation Travail Savoirs)
  • Christine Mias (PR, Département des Sciences de l'Éducation et de la Formation, Université Toulouse Jean Jaurès, Unité Mixte de Recherche Éducation Formation Travail Savoirs)

Dates

  • jeudi 02 juin 2016

Mots-clés

  • travail, éducation, intervention sociale, recherche, formation, éducation non formelle, éducation informelle, éducation formelle

Contacts

  • Revue Sciences et Actions Sociales
    courriel : redaction [at] sas-revue [dot] org

Source de l'information

  • Manuel BOUCHER
    courriel : lers [at] irtsnormandie [dot] ids [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Éducation et intervention sociale : quels enjeux pour demain ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 30 mars 2016, http://calenda.org/361484