AccueilMigrations contemporaines, territorialité, information et communication médiatisées

Migrations contemporaines, territorialité, information et communication médiatisées

Contemporary migrations, territoriality, information and media communication

*  *  *

Publié le mardi 05 avril 2016 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque international entend favoriser et encourager le dialogue interdisciplinaire et rassembler la communauté de chercheurs et les praticiens pour débattre de la migration contemporaine, des territorialités, de la communication médiatisée et de la diaspora digitale. Il s’inscrit dans la stratégie scientifique pluridisciplinaire de la MSH et entre dans le cadre d’un programme de recherche pluridisciplinaire financé par cette institution et qui porte sur « les migrations et les liens sociaux : vers des innovations territoriales » (MILISOC).

Annonce

Argumentaire

La question de la mobilité des personnes et les migrations contemporaines des individus et de groupes sociaux est d’une grande actualité en sciences humaines et sociales et en SIC en particulier. Avant de constituer un objet d’étude ou de recherche à part entière, les migrations sont d’abord une réalité sociale qui concerne les sociétés contemporaines, pluriculturelles, dites de communication. Les migrations sont des phénomènes de société et un processus social invitant les individus aux déplacements et à la mobilité. A l’ère des technologies de l’information et de la communication et le web social (Durampart 2009, Millerand, Proulx, Rueff, 2010), du printemps arabe, l’ouverture des frontières et la mondialisation, cette mobilité ne se résume pas à des choix individuels. Elle concerne tout autant les groupes sociaux qui se déplacent d’un lieu à l’autre en fonction de l’évolution des contextes économiques, politiques, sanitaires, environnementaux, locaux voire internationaux. Les migrations sont aussi au centre de préoccupations des chercheurs en SHS et des acteurs territoriaux (Martin, Bordeau, Daller 2012) qui définissent des politiques publiques et travaillent à augmenter l’attractivité de leurs territoires en mettant en place des stratégies de développement afin d’accueillir de nouveaux habitants ou de nouvelles activités (Corneloup 2012, Maffesoli, 1997). Partant des ces différentes pistes de réflexion, ce colloque international entend favoriser et encourager le dialogue interdisciplinaire et rassembler la communauté de chercheurs et les praticiens pour débattre de la migration contemporaine, des territorialités, de la communication médiatisée et de la diaspora digitale. 

Axes du colloque

Ce colloque international est structuré autour de quatre axes complémentaires ouverts aussi bien à des contributions théoriques qu’à des analyses d’expériences concrètes et/ou de travaux de recherche empiriques réalisés par des chercheurs confirmés (MCF, PR), des docteurs et des doctorants :

Axe 1 : Migration, communication et médias : migrants connectés et diasporas digitales : Le développement des médias et sites web des populations migrantes nous incitent à repenser le rôle des médias diasporiques dans la reconfiguration des pratiques d’information et de communication, la production, la consommation et la réception des médias traditionnels et numériques par les migrants et le grand public (Zouari, Fournier et Abderrezek 2015, Agbobli 2013, Dimenescu 2005). Ainsi, l’utilisation accrue d’internet et des outils numériques d’informations et de communication conduit à s’interroger sur leur rôle exact dans la création, le maintien et la reconfiguration des liens sociaux des migrants et des réfugiés. De manière générale, l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication par les migrants, les exilés et les réfugiés (qu’il s’agisse d’informer leurs familles de leurs déplacements ou de communiquer entre migrants sur la situation locale), a été encore peu explorée, surtout dans un cadre pluridisciplinaire : cela constitue l’originalité principale de ce colloque international qui englobe des thématiques privilégiées en lien avec cet axe.

- La couverture médiatique des thématiques migratoires et des questions des réfugiés dans la presse, la télévision, la radio et à travers internet et le web social.

- l’utilisation des médias et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (télévision, radio, presse, internet, téléphonie mobile, Facebook, Twitter, Blog) à des fins de communication et de socialisation des migrants et des réfugiés.

- diasporas digitales et connectées : les dispositifs du web social (Facebook, twitter, blogs etc..) dans un contexte migratoire et d’accroissement des réfugiés et leurs impacts sur les liens sociaux et l’évolution des pratiques d’information et de communication des migrants, réfugiés et exilés.

Axe 2 : Les migrations contemporaines familiales : approches théoriques et  enjeux communicationnels et médiatiques : Plus souvent attentive à la migration des individus, la recherche en SHS s’est peu penchée sur la migration contemporaine dite en famille. Lorsqu’elle approche cette question, le regard a plutôt eu tendance à se poser sur la question du genre et de la migration en termes d’inégalités, de déséquilibres démographiques ou de cycles migratoires, par exemple (Martin, Bordeau et Daller 2012 ; Talendier, 2007). Le printemps arabe et les événements récents au Moyen Orient et en Europe font ressortir une migration de ménages dont les images relayées par les médias ont fortement touchée les sensibilités occidentales (exemple la migration des familles orientales vers l’Allemagne ou d’autres pays). Les intentions d’accueil des réfugiés, rendues incertaines du fait de la menace terroriste, se trouvent orientées vers la sélection des ménages plutôt que des individus. La récente décision du Canada d’accueillir plusieurs milliers de réfugiés syriens s’en est ainsi trouvée essentiellement destinée aux familles. Cet axe se propose donc d’explorer les tenants et aboutissants théoriques et empiriques spécifiques à la migration familiale qu’elle soit nationale ou internationale. Il a aussi pour objectif de s’interroger sur la communication des groupes familiaux qui migrent à la recherche d’un monde meilleur ainsi que le traitement médiatique (TV, presse, internet) réservé à ce genre de flux migratoire (exemple : la vague des réfugiés syriens accueillis par l’Allemagne et les autres pays).

Axe 3 : Migrations d’agrément : habitabilité récréative et politiques d’accueil : De nombreux travaux sont en cours depuis quelques années pour observer un phénomène qui semblerait se développer dans l’approche des pratiques de migrations. Des chercheurs se sont penchés sur la migration d’agrément et ont commencé à investir ce champ de recherche (Moss, 2006 ; Martin, Bordeau et Daller 2012 ; Talendier, 2007). Si les migrations professionnelles, économiques ou climatiques sont sans aucun doute, une cause des déplacements des populations, des personnes choisissent intentionnellement de migrer pour améliorer la qualité du lieu d’habitation et leurs modes d’habiter. Dans le cadre de ce colloque, nous souhaitons réunir des chercheurs pour discuter des travaux en cours permettant d’approfondir la connaissance de cette pratique socio-géographique. L’enjeu porte non seulement sur l’étude des logiques d’action individuelles ou familiales et des mobiles d’agrément qui motivent ces migrations, mais aussi sur la manière dont ces individus deviennent des habitants d’un territoire. Le détour par la notion d’habitabilité permet alors de saisir les pratiques développées par les néo-habitants pour habiter un lieu (Corneloup 2012). La notion de réceptivité sociale interroge en parallèle la manière dont les relations se tissent avec les habitants (« les anciens ») et favorisent ou pas le sentiment d’appartenance collective à un lieu. Enfin, à une époque marquée par l’attention portée par les territoires aux politiques d’accueil, il semble intéressant de lier ce phénomène de migration d’agrément avec le réenchantement des politiques publiques autour des aménités territoriales. Comment l’orientation vers l’économie résidentielle et présentielle se traduit dans la manière de penser et d’organiser l’espace public pour mieux accueillir les néo-habitants ? Quelle place les territoires réservent-ils à l’habitabilité récréative des néo-habitants ?

Axe 4 : Migration contemporaine, diversité, interculturalité et espace public pluriel : Les formes de migrations soulèvent des enjeux interculturels et communicationnels en lien direct avec l’espace public pluriel. C’est pourquoi ce dernier axe a pour objectif de s’interroger sur les notions d’interculturalité et de diversité (Durampart 2009, Wolton 1998), dans le contexte des  migrations contemporaines, de mondialisation et de développement accéléré des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Il s’agit d’interroger l’impact de la migration sur la diversité culturelle, la reconfiguration de l’espace public pluriel et l’émergence de sociétés pluriculturelles dites de communication. Nous nous proposons d’explorer les mécanismes de maintien et/ou de rétablissement de liens de différentes natures entre individus et groupes sociaux venant d’horizons divers et variés (Dacheux 2010). Un intérêt particulier sera aussi donné aux acteurs socioéconomiques et associatifs qui s’investissent dans la diversité en vue d’une intégration sociale, économique et culturelle des migrants, des réfugiés et des nouveaux arrivants sur un territoire. Enfin, les questions liées à la communication interculturelle, l’altérité (Agbessi, Zouari, Abaidi 2014), le lien social, le vivre ensemble, le dialogue interculturel et la définition des politiques de mise en place de la diversité dans tous les milieux socioculturels (Verbunt 2006) et dans les organisations publiques et privées seront aussi mobilisées dans le cadre de ce colloque.

Références bibliographiques

  • AGBESSI E., ZOUARI K., et ABAIDI M., (2014), « Interculturalité dans les constructions et déconstructions sur la couleur noire », Maison d’édition L’or du temps, Tunisie.
  • AGBOBLI C., KANE O., HSAB G., (2013), Identités diasporiques et communication, PUQ.
  • CORNELOUP J. (2012), Migrations géographiques et formes culturelles des pratiques récréatives, in : Ph. BOURDEAU, N. MARTIN (sous dir.), Migrations d’agrément dans les pratiques récréatives de nature, PUR, Rennes
  • DACHEUX E., (dir.,), (2010), Vivre ensemble aujourd’hui : Le lien social dans les démocraties pluriculturelles du 21ème siècle, Paris, L’Harmattan.
  • DIMINESCU D., (2005), « Le migrant connecté. Pour un manifeste épistémologique », Migrations/Société, vol. 17, n°102, pp.275-292.
  • DURAMPART M. (dir.), (2009), Sociétés de la Connaissance, fractures et évolutions, collection Les essentiels d’Hermès, CNRS Editions.
  • SCOPSI C., « Les sites web diasporiques : un nouveau genre médiatique ? », tic&société [En ligne], Vol. 3, n° 1-2 | 2009, mis en ligne le 12 décembre 2009, consulté le 21 décembre 2015. URL : http://ticetsociete.revues.org/640 ; DOI : 10.4000/ticetsociete.640
  • PROULX S. et KLEIN A. (dir.), (2012), Connexions: Communication numérique et lien social, Presses universitaires, Namur.
  • MAFFESOLI M. (1997),  Du nomadisme. Vagabondages initiatiques, Paris, Le Livre de Poche.
  • MARTIN N., BOURDEAU Ph., DALLER J. F. (2012), Migrations d’agrément dans les pratiques récréatives de nature (sous la dir.), Paris, L’harmattan.
  • MILLERAND F., PROULX S., RUEFF J., (2010), Web social : mutation de la communication, PUQ.
  • TALENDIER M. (2007), Un nouveau modèle de développement hors métropolisation, le cas du monde rural français, Doctorat en Urbanisme et Aménagement, Université Paris 12, 479 p.
  • URRY J. (2005), Sociologie des mobilités, Ed. Armand Colin, Paris.
  • VERBUNT, G., La Modernité interculturelle : la voie de l’autonomie, Paris : L’Harmattan, 2006.
  • VIARD J (2006,) Eloge de la mobilité : essai sur le capital temps libre et la valeur travail, Ed. de l’Aube, La Tour d’Aigues.
  • WOLTON D., (1998), Penser la communication, Paris, Flammarion.
  • ZOUARI, K., FOURNIER M., et Abderrezek K., (2015), « Partir, revenir, être du M’Zab et d’ailleurs. Regard interdisciplinaire autour des modalités de la circulation migratoire », Colloque Déplacements et publics, 14-15-16 octobre 2015, Université de Lorraine, Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy.

 Valorisation scientifique

 Dans le cadre de la valorisation scientifique, une version écrite des communications sera demandée et sera visible sur le site web du colloque. Les meilleures communications feront l’objet d’une publication dans un ouvrage collectif publié chez L’Harmattan ou la collection « A la croisée des SHS » aux PUBP.

 Comité scientifique

  • AGBOBLI Christian, MCF en SIC, Université du Québec à Montréal, (Canada).
  • AGBESSI Éric, MCF HDR, Communication et solidarité, Université Blaise Pascal.
  • BONENFANT Maude, Professeur en SIC, Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal (Canada).
  • BRASSIER RODRIGUES Cécilia, MCF SIC, Université Blaise Pascal.
  • CHIGNIER RIBOULON Franck, PR Géographie, CERAMAC, Université Blaise Pascal.
  • CORNELOUP Jean, MCF-HDR Sociologie, Université Blaise Pascal, et Pacte (Laboratoire de recherche en sciences sociales), Université Grenoble Alpes.
  • DACHEUX Éric, PR, SIC, Communication et Solidarité, Université Blaise Pascal.
  • FOURNIER Mauricette, MCF, Géographie, CERAMAC, Université Blaise Pascal.
  • FRAME Alex, MCF, SIC, CIMEOS, Université de Bourgogne.
  • Hargreaves Alec-Gorden, Directeur de Winthrop-King, Professeur, Institute for Contemporary French and Francophone Studies, Florida State University, (USA).
  • HSAB Gaby, Professeur et Directeur du Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal, (Canada).
  • HUERTAS BAILEN Amparo, Professeure, Directrice de l’Institut de la Communication, Université de  Barcelone, (Espagne).
  • LIORCA-ABAD Germán, Professeur en communication, Université de Valence, (Espagne).
  • MARINGO Marina, géographie, Université de Sienne (Italie).
  • MARTIN Niels,  Chercheur, PACTE, Université Grenoble Alpes.
  • PROULX Serge, Professeur, école des médias, Directeur du GRM, fondateur et conseiller scientifique du LabCMO, Université du Québec à Montréal (Canada).
  • ROUQUETTE Sébastien, PR SIC, Université Blaise Pascal.
  • SCOPSI Claire, MCF en SIC, Laboratoire Dicen-IDF, CNAM, Paris.
  • STECQ Hervé, géographie, Université du Québec à Chicoutimi (Canada).
  • Thiéblemont-Dollet Sylvie, Professeur en SIC, Centre de recherche sur les médiations (CREM), Université de Lorraine.
  • ZOUARI Khaled, MCF SIC, Communication et Solidarité, Université Blaise Pascal.

Comité d’organisation

  • Zouari Khaled, SIC, Communication et Solidarité, Université Blaise Pascal (organisateur et référent scientifique).
  • Fournier Mauricette, Géographie, CERAMAC, Université Blaise Pascal.
  • Garlot Florine, doctorante en information-communication, Université Blaise Pascal.
  • Et les étudiants de la filière information communication de l’Université Blaise Pascal.

Date à retenir, Echéancier

  • 29 mai 2016 :

date limite de dépôt des résumés sur le site web du colloque rubrique dépôt des contributions. Deux documents : une page pour mentionner les informations suivantes : Acronym + nom et prénom de l’auteur, fonction, institution d’appartenance, adresse électronique, numéro de l’axe. Une autre page de résumé de la conférence : 3 000 à 4000 signes (question de recherche, aspects théoriques, résultats empiriques, intérêt scientifique de la proposition et du sujet abordé). La proposition de communication ne doit pas faire l’objet d’une publication antérieure dans un autre colloque, revue ou ouvrage. Les propositions seront évaluées en double aveugle. Adresse du dépôt des résumés : https://migratic2016.sciencesconf.org/user/submit

  • 12 juin 2016 : réponse du comité scientifique.
  • 25 septembre : Date limite d’inscription au colloque (inscription payante : 80 euros pour les enseignants chercheurs, 50 euros pour les doctorants). https://migratic2016.sciencesconf.org
  • 30 septembre 2016 : envoi de l’article complet en version numérique (entre 25 000 et 30 000 signes espaces compris) : https://migratic2016.sciencesconf.org/user/submit
  • 25 octobre 2016 : mise en ligne des actes numériques. La publication des articles numériques dans les actes du colloque dépend de l’inscription et la participation des auteurs au colloque.
  • Jeudi 03 et vendredi 04 novembre 2016 : tenue du colloque à la MSH de Clermont Ferrand.
  • 15 février 2017 : envoi des articles sélectionnés pour publication dans un ouvrage collectif.
  • 30 juin 2017 : publication d’un ouvrage collectif qui recense les meilleures communications.

Contact

 khaled.zouari@univ-bpclermont.fr   Tél. : 04 73 40 62 64                    

Secrétariat du laboratoire communication et solidarité. Tél. : 04 73 40 64 25

Nathalie.Policard@univ-bpclermont.fr

Lieux

  • Maison des Sciences de l'Homme de Clermont Ferrand - 4 rue Ledru
    Clermont-Ferrand, France (63)

Dates

  • dimanche 29 mai 2016

Mots-clés

  • migration, information, communication, Web social, TIC, diaspora digitale, médias, minorités éthniques

Contacts

  • Khaled Zouari
    courriel : khaled [dot] zouari [at] univ-bpclermont [dot] fr
  • Florine Garlot
    courriel : florine [dot] cerapcoop [at] gmail [dot] com
  • Nathalie Policard
    courriel : Nathalie [dot] Policard [at] univ-bpclermont [dot] fr

Source de l'information

  • Khaled Zouari
    courriel : khaled [dot] zouari [at] univ-bpclermont [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Migrations contemporaines, territorialité, information et communication médiatisées », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 05 avril 2016, http://calenda.org/362266