AccueilFormer des travailleurs sociaux, pour qui et pour quoi ? Quels types de savoirs sont mobilisés ?

Former des travailleurs sociaux, pour qui et pour quoi ? Quels types de savoirs sont mobilisés ?

Training social workers, for whom and to what end? What type of knowledge is mobilized?

Les rendez-vous de Courcelles

Courcelles conferences

*  *  *

Publié le mercredi 13 avril 2016 par Elsa Zotian

Résumé

Le symposium se propose de questionner la construction des savoirs dans le champ du travail social et leur place dans les formations de ce champ. Les savoirs professionnels produits par les travailleurs sociaux sont rarement considérés comme les éléments au centre des formations universitaires ou des centres de formation. Plus même, ils sont considérés comme des archaïsmes des métiers du social, métiers qui seraient voués à disparaître, contre lesquels il faudrait opposer des approches plus modernes basées sur les besoins, la méthodologie de projet ou les référentiels de compétences. Ou bien, et parfois en même temps, les formations universitaires et les centres de formation proposent d’enseigner des savoirs sur la société à charge alors aux professionnel·le·s d’en tirer parti pour leur travail. Nous partirons ici d’un autre postulat : les travailleurs sociaux peuvent produire des savoirs professionnels issus de leurs pratiques.

Annonce

Présentation

Les Rendez-vous de Courcelles sont organisés depuis 2015. Il comporte une journée consacrée à une thématique avec des professionnels ponctuée par un colloque et des ateliers. Cette journée est suivie d’un symposium réunissant des praticien-nes chercheur-es qui approfondissent le thème sur deux jours. L’année dernière, les rendez-vous de Courcelles portaient sur le thème de la responsabilité.

Ces rendez-vous de Courcelles se placent dans le champ de la pédagogie. Il faut entendre ici le terme pédagogie comme le fait de relier ensemble, et chez la ou les même(s) personne(s), la question de la production d’un discours, des savoirs sur la pratique et la pratique elle-même. Il s’agit donc de penser la rencontre entre pratique et pensée sur la pratique que cela soit nommé recherche, production de savoirs professionnelles ou réflexivité. Nous entendons par pratique aussi bien le face-à-face avec un public, l’accompagnement d’une ou de plusieurs équipes, la direction d’un équipement, la formation de volontaires ou de professionnel-les, l’enseignement avec des étudiant-e-s, la recherche, l’expertise de dispositifs… dans la mesure où dans chacune de ces occasions, la personne est confrontée au choix quant à ses façons de faire, aux effets de ces/ses choix et aux conséquences de la rédaction d’un écrit qui témoigne de l’un et de l’autre.

Nous invitons donc les participant-e-s au symposium à proposer sur le thème retenu une réflexion située pratiquement.

Le temps d’échange sera conséquent pour permettre que la discussion puisse faire mûrir la réflexion. L’ensemble des interventions donnera lieu à des articles qui seront mis en ligne sur le site des éditions Le Social en Fabrique©.

Argumentaire

Le symposium se propose de questionner la construction des savoirs dans le champ du travail social et leur place dans les formations de ce champ.

Les savoirs professionnels produits par les travailleurs sociaux sont rarement considérés comme les éléments au centre des formations universitaires ou des centres de formation. Plus même, ils sont considérés comme des archaïsmes des métiers du social, métiers qui seraient voués à disparaître, contre lesquels il faudrait opposer des approches plus modernes basés sur les besoins, la méthodologie de projet ou les référentiels de compétences. Ou bien, et parfois en même temps, les formations universitaires et les centres de formation proposent d’enseigner des savoirs sur la société à charge alors aux professionnel-les d’en tirer parti pour leur travail. Nous partirons ici d’un autre postulat : les travailleurs sociaux peuvent produire des savoirs professionnels issus de leurs pratiques.

Nous proposons d’aborder dans ce symposium le rapport entre produire des savoirs sur/de ses pratiques et la formation de travailleur social. Cet enjeu sera abordé sous plusieurs angles.

  • Rapport à l’écrit 

Il est demandé aux travailleurs sociaux d’écrire des documents techniques (rapport, mémoire, projet, etc.). Cette technicité de l’écrit guide et structure sa pensée. Pour autant décrire le travail réel est complexe, le travailleur social ne sait pas comment écrire, à qui écrire, pour quoi écrire…
Pourquoi est-ce difficile d’écrire ? Écrire ça sert à quoi ? Écrire seul ? Avec d’autres ? Avec les publics ?

  • Alternance terrain/université-centre de formation 

Les formations du travail social sont construites sur un système d’alternance entre stage et enseignement théorique. Ce type de formation est-ce une complémentarité entre terrain et enseignement ou est-ce uniquement la juxtaposition de temps différents qui ne se rencontrent pas ?
Qu’est-ce que l’alternance ? Du terrain au hors terrain ? De son terrain vers un autre terrain ? D’un poste occupé sur le terrain à un autre poste ? Quel est le rôle du terrain et à quelles conditions pour qu’ils puissent permettre de construire des savoirs professionnels ?

  • Savoir pour qui ?

Construire des savoirs pratiques ou théoriques est une chose, mais savoir qui va s’en servir et comment, en est une autre. Que deviennent, par exemple, les mémoires de travailleurs sociaux ? Les savoirs professionnels ont sans doute une place à part qui mériterait d’être précisée, définie.
Est-ce que le savoir produit ne sert qu’à se former ? Peut-on considérer ces savoirs comme des savoirs du champ ? Comment fabriquer l’accumulation des savoirs professionnels ? Leur diffusion ? Et quel est leur place dans les formations ?

Conditions de soumission

Nous attendons des propositions qui prennent appui sur des situations concrètes, qui seront décrites de façon extensive en mettant en lumière les choix pratiques effectués et leurs effets. Les auteur·e·s proposeront, en une ou deux pages avec un titre, ce qu’ils / elles souhaitent présenter lors de ce symposium, sous forme d’au moins une situation décrite.

Dépôt des propositions aux organisateurs du symposium (envoyer votre proposition aux quatre adresses suivantes en même temps) :

  • contact@maisondecourcelles.fr
  • jean-marie.bataille@lesocialenfabrique.fr
  • jean-michel.bocquet@lesocialenfabrique.fr
  • chblanchard29@gmail.com

jusqu’au 20 avril 2016 

Retours sur les propositions le 24 avril 2016

7 et 8 mai : Symposium

Renseignement et inscription (possible uniquement pour le colloque ou pour le symposium) : http://maisondecourcelles.fr/les-rendez-vous-de-courcelles/

Comité scientifique

  • Christophe Blanchard, Maitre de conférences, Université de Paris XIII, laboratoire EXPERICE
  • Jean-Jacques SCHAELLER, , Maitre de conférences - HDR, Université de Paris XIII, laboratoire EXPERICE
  • Jean-Marie Bataille, Docteur en sciences de l’éducation, chargé de cours à l’IUT de Bobigny
  • Jean-Michel Bocquet, Doctorant en sciences de l’éducation sous la direction de J. Houssaye et L. Gutierrez, Université de Rouen, Laboratoire CIVIIC
  • Louis Létoré, Directeur de la maison de Courcelles

Lieux

  • 7 rue Pierre Devignon
    Courcelles-sur-Aujon, France (52)

Dates

  • mercredi 20 avril 2016

Mots-clés

  • animation socioculturelle, travail social, éducation, empowerment, pédagogie, formation

Contacts

  • Jean-Michel BOCQUET
    courriel : jean-michel [dot] bocquet [at] lesocialenfabrique [dot] fr

Source de l'information

  • Jean-Michel BOCQUET
    courriel : jean-michel [dot] bocquet [at] lesocialenfabrique [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Former des travailleurs sociaux, pour qui et pour quoi ? Quels types de savoirs sont mobilisés ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 13 avril 2016, http://calenda.org/363941