AccueilMigrants et accès à la ville

Migrants et accès à la ville

Migrants and access to the city

Migrantes y acceso a la ciudad

Revue « Espaces et Sociétés »

*  *  *

Publié le mercredi 20 avril 2016 par João Fernandes

Résumé

Récemment l’ampleur des phénomènes migratoires a généré images et discours forts qui incitent d’une part à replacer ces événements dans les débats académiques et d’autre part à participer à leur objectivation. Ce numéro d’Espaces et Sociétés porte sur l’accès à la ville des migrants, considérant cet accès comme une étape intermédiaire entre le flux de la migration et l’inscription (ponctuelle, provisoire ou permanente) de la personne dans des lieux spécifiques. Sont attendues des propositions analysant la matérialité des lieux d’accès, les dispositifs qui accompagnent ces processus, les objets qui matérialisent les situations migratoires et enfin la dimension temporelle des lieux. Les recherches empiriques portant sur des pays dits du Sud seront fortement appréciées car propices au renouvellement des cadres d’analyse et des catégories opérationnelles, souvent forgés dans les pays du Nord.

 

Annonce

Argumentaire

L’actualité récente relative à l’arrivée de réfugiés ou de demandeurs d’asile tout comme la réapparition de formes d’habitat précaire qui semblaient avoir disparu en Europe remettent à l’agenda la question de l’accès des migrants[1] à la ville. Si ces questionnements ne sont pas nouveaux et ont largement été débattus dans les sciences humaines et sociales, nous appelons ici à renouveler l’approche de ce problème en mettant l’accent sur les effets locaux produits par l’arrivée de migrants dans la ville, dans les pays du Nord comme dans les pays du Sud ; pour des migrations à distance comme de proximité. Nous invitons ainsi les auteur-e-s à interroger la notion d’accès – qui désigne étymologiquement autant l’approche de l’espace urbain que les modalités selon lesquelles celui-ci « consent » à accueillir les migrants – au travers de lieux qui matérialisent cet accès. Généralement la notion d’accès est entendue en termes de mobilités et de transports quand elle porte sur l’objet ‘ville’; ou en termes de conditions de ressources, de difficultés et d’inégalités (cf. numéro en cours E&S) quand elle porte sur l’objet ‘logement’. Quant aux travaux sur le fait migratoire, ils oscillent souvent entre les deux rives du migrant : l’émigration d’un côté et l’immigration de l’autre côté. Ce numéro d’Espaces et Sociétés entend poser le problème autrement en considérant l’accès à la ville d’une part comme une étape intermédiaire dans le flux de la migration et d’autre part en fonction de l’inscription (ponctuelle, provisoire ou permanente) de la personne dans des espaces urbains spécifiques.

Pour caractériser cet accès des migrants à la ville, nous proposons trois types d’interrogations :

La catégorisation de l’accès à la ville dans son rapport à la ville formelle et normée

L’actualité du fait migratoire aux prises avec des situations locales a généré dans le débat public l’usage de nouvelles expressions qui viennent interroger les catégories scientifiques : qu’il s’agisse de la désignation des personnes (migrants, immigrés, clandestins, réfugiés, habitants des camps, réfugiés urbains) ; des dispositifs de gestion des flux migratoires (centre de rétention, centre de regroupement, camp, campement, village d’insertion, centre de transit, cités de transit) ou enfin de l’institutionnalisation de référentiels pour les légitimer – le contrôle sanitaire, l’insalubrité, les critères d’adaptation, le projet d’intégration, etc.. Cette difficulté à stabiliser des terminologies nous invite à analyser les processus de catégorisation à l’œuvre, notamment en rapport avec ce que serait la ville normée. Les auteur-e-s sont ainsi invité(e)s à interroger les formes d’habitat résultant des phénomènes migratoires au regard de leur relation à la ville :

- qui peuvent ressortir  d’interstices de la ville dite légale (squats, bidonville),

- ou provenir d'une production institutionnelle (camp, campement, logement passerelle, centres d'accueil, villages mobile, villages d'insertion, cités de transit).

L’accès à la ville : insertion et/ou intégration

Nous proposons de saisir l’accès à la ville à travers les concepts d’insertion et d’intégration. Ces deux notions, fort utilisées par l’action publique française, sont souvent mobilisées pour des questions relatives au logement (on parle alors d’insertion par le logement) ; ou des individus (s’intégrer dans la société). Elles sont parfois entendues comme chronologiques quand elles décrivent un parcours individuel (l’intégration succèderait à l’insertion). Nous proposons ici de les saisir comme deux modalités de l’accueil des migrants en les différenciant selon leur acception étymologique – inserire, signifiant « remettre dans la file, intercaler, introduire » quand integratus qualifie quelqu'un d'intègre, d’irréprochable, d’intact, d’accompli (Dictionnaire Le Robert). Si le rapport à l’insertion est couramment admis, en revanche celui à l’intégration est encore peu discuté, alors que cette terminologie est largement mobilisée pour qualifier l’intégration (ou son absence) des migrants à la société. Dans quelle mesure ces deux approches rendraient-elles compte de rapports différents dans l’accès à la ville ? Des recherches empiriques seraient-elles en capacité d’identifier des lieux qui relèveraient davantage de lieux d’insertion et d’autres d’intégration ?

L’accès à la ville : entre gestion de la pérennité et du transitoire

Enfin quelle est la permanence des lieux au sein desquels s’inscrit l’accès des migrants à la ville ? Nous proposons de nous intéresser à deux types de processus et de catégories, articulant permanence et transitoire :

- les lieux accueillant du logement transitoire (les lieux de passage). Ces lieux se distinguent par le caractère éphémère du logement qui y est construit, la précarité de leurs matériaux, etc. ;

- les lieux d’arrivée dans la ville où se situent des logements considérés comme permanents même si leurs occupants n'y demeurent pas longtemps : il peut s'agir de lieux différents des précédents ou des mêmes une fois le logement devenu pérenne.

[1]. Les catégories de désignation des populations comme des lieux étant produites par les administrations ou les organisations en charge de ces populations, nous utiliserons à chaque fois ces terminologies en italique par souci méthodologique (catégories construites à des fins pratiques et non de connaissance).

Conditions de soumission

Les propositions attendues pourront ainsi s’intéresser : à la matérialité des lieux de l’accès à la ville (leur morphologie, leur inscription spatiale, etc.) ; aux dispositifs qui accompagnent ces processus d’accès (accompagnement social, solidarité familiale, etc.) ; aux types de logements destinés à l’accès à la ville (logement provisoire, habitat auto-construit, logement contraint) ; enfin à la dimension temporelle de ces lieux (urgence ; temporaire versus permanent).

Les propositions issues de disciplines diverses (histoire, géographie, sociologie, anthropologie, science politique, architecture, etc.) sont les bienvenues. Les recherches empiriques portant sur des pays dits du Sud seront fortement appréciées car propices au renouvellement des cadres d’analyse et des catégories opérationnelles, souvent forgés dans les pays du Nord.

Calendrier

  • 1er octobre 2016 : date limite de remise des articles

  • 15 novembre 2016 : information des auteurs

Adresse pour la correspondance

exclusivement en version électronique par courriel aux deux adresses suivantes :

fatiha.belmessous@entpe.fr

elise.roche@insa-lyon.fr

Les auteurs qui s’interrogent sur la pertinence de leur proposition peuvent contacter les coordinateurs

Attention :

La revue ne demande pas de propositions d’articles, mais directement les articles,

Les articles ne dépassent pas 42 000 signes (espaces compris) en incluant : texte, notes, références bibliographiques, annexes, mais hors résumés.

Les conseils aux auteurs figurent dans chaque numéro.

Les normes de présentation et les conseils aux auteurs

sont disponibles sur le site de la revue : http://www.espacesetsocietes.msh-paris.fr/conseils.html 

La revue rappelle que tout auteur peut lui adresser, à tout moment, un article en hors dossier, si celui-ci concerne le rapport espaces,  territoires et populations au sens large et s’il respecte les normes de publication ; en cas d’acceptation, ces articles sont publiés rapidement.

Coordination du dossier

  • Elise Roche , Maître de conférence à l’INSA Lyon (dépt GCU. Laboratoire Triangle)
8 rue des Sports
69621 Villeurbanne cedex 
  • Fatiha BELMESSOUS, Chercheure / Researcher, Université de Lyon / ENTPE / UMR 5600 EVS
Rue Maurice Audin
F 69518 Vaulx-en-Velin cedex
00 (33) + 4 72 04 77 29

Dates

  • samedi 01 octobre 2016

Mots-clés

  • accès, migrants, temporalité, ville, lieux

URLS de référence

Source de l'information

  • Anne de Reyniès
    courriel : espacesetsocietes [at] msh-paris [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Migrants et accès à la ville », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 20 avril 2016, http://calenda.org/364012