AccueilL’Assemblée générale des Nations Unies : une institution dépassée ?

L’Assemblée générale des Nations Unies : une institution dépassée ?

The General Assembly of the United Nations - an outdated institution?

*  *  *

Publié le mardi 19 avril 2016 par João Fernandes

Résumé

S’inscrivant dans les activités du Groupe de recherche sur l’action multilatérale (GRAM), ces journées d’étude consacrées à l’Assemblée générale des Nations Unies entendent autrefois emblématique ou la réduction de l’AGNU à un corps électoral supranational ne tient plus. S’inspirant de quelques travaux récents qui esquissent un renouvellement de l’analyse de l'AGNU (Beauguitte, 2010), il s’agira de proposer un regard multi-situé et pluridisciplinaire afin de contribuer à l’intelligibilité de l’AGNU, de ses évolutions et de ses interactions avec le système international.

Annonce

Argumentaire

La Charte des Nations Unies fait de l’Assemblée générale (AGNU) le principal organe délibérant, décisionnaire et représentatif de l’ONU. Depuis 1945, elle constitue à la fois une instance de négociations multilatérales et un acteur central dans l’établissement des normes et la codification du droit international. Les décolonisations asiatiques et africaines à partir des années 1950 en ont également fait un levier incontournable des stratégies d’auto-détermination des peuples et de revendications des pays du Sud en faveur d’un ordre économique et politique plus équilibré. Toutefois, depuis la fin de la Guerre Froide, la place de l’Assemblée générale au sein du système onusien semble être progressivement remise en cause : la croissance de la « famille des Nations unies », le déblocage partiel du Conseil de Sécurité, le développement de comités, de commissions et de « groupes d’amis » au sein du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée générale (consolidation de la paix, désarmement, fonction publique internationale, anti-terrorisme, sanctions, opérations de maintien de paix…) ont notamment pu contribuer à éroder la capacité d’action, la lisibilité et la centralité de l’AGNU. La création en 2010 d’un groupe de travail spécial sur la revitalisation de l'Assemblée  générale  (résolution  64/301)  s’inscrit  d’ailleurs  dans  une  ambition  explicite  de « renforcer davantage son rôle, son autorité, son efficacité et son efficience ».

Cette marginalisation institutionnelle se reflète sur le champ académique. Tandis qu’elle concentrait un certain nombre d’oppositions théoriques voire d’affrontements normatifs dans les années 1960 (Brugière, 1955 ; Bailey, 1960 ; Alker, 1965 ; Asamoath, 1966 ; Baer, 1966 ; Russell, 1970), l’AGNU ne trouve, depuis les années 1970, qu’une place marginale dans les travaux francophones – et notamment français – de science politique et de relations internationales. La production anglophone propose quant à elle des travaux certes plus nombreux mais le plus souvent réduits à l’illustration ou à l’expérimentation de théories plus générales sur les dynamiques de vote et la robustesse des affiliations multiples (groupes régionaux, G77, etc.) des membres de l’Organisation (Finley, 1977 et 1988 ; Jacobsen, 1978 ; Marin-Bosch, 1998 ; Holloway, 1990 ; Kim, Russett,1996 ;  Wiesbrock,  Lailach,  Rauschning,  1997 ;  Voeten,  2000 ;  Gorman,  2001 ;  Luif,  2003 ; Laatikainen, Smith, 2006 ; Peterson, 2006, Panke, 2013).

S’inscrivant dans les activités du Groupe de Recherche sur l’Action Multilatérale (GRAM), ces journées d’étude consacrées à l’Assemblée générale des Nations Unies entendent autrefois emblématique ou la réduction de l’AGNU à un corps électoral supranational ne tient plus. S’inspirant de quelques travaux récents qui esquissent un renouvellement de l’analyse de l'AGNU (Beauguitte, 2010), il s’agira de proposer un regard multi-situé et pluridisciplinaire afin de contribuer à l’intelligibilité de l’AGNU, de ses évolutions et de ses interactions avec le système international.

Axes thématiques

Cette journée d’étude s’organisera autour des trois axes problématiques suivants :

  • L’Assemblée générale, un forum de négociations : L’Assemblée générale face à la multiplication des « clubs » : Comment négocie-t-on à l’AGNU ? Quelle actualité et importance des logiques de groupe ? Comment s'entremêlent affiliations géographiques et thématiques ?
  • L’Assemblée générale, une instance de légitimation : Comment son rôle de légitimation collective a-t-il évolué ? Qu’en est-il de son rôle normatif ? Quelle quête de reconnaissance et quelle fabrication d’identités symboliques (cas des peuples autochtones, des statuts d’observateurs non-membres, etc.) ?
  • L’Assemblée générale, entre extensions et contournements : Quelles conséquences de l’accroissement de ses membres (notamment aux pays du Sud) et de ses domaines d’intervention ? Quelle place de l’Assemblée générale face aux concurrences institutionnelles (Conseil de sécurité, CNUCED, ECOSOC notamment), à la création d’instances interstitielles (Commission de consolidation de la paix, Comités de suivi des sanctions, etc.), à la multiplication des lieux du multilatéralisme (conférences mondiales et forums parallèles) ?

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions de contribution – dont l'ancrage empirique sera particulièrement apprécié – comporteront les éléments suivants :

  • le titre de la communication ;
  • le nom et prénom du ou des auteurs, leur institution ou association de rattachement (s’il y a lieu), leurs coordonnées complètes (adresse mail, adresse postale, numéro de téléphone) ;
  • le  résumé  de  la  communication  (3 000  signes  maximum),  qui  identifiera  clairement :

a)    l’argument central de la proposition, b) la méthodologie employée pour la recherche, et

c) les principaux résultats présentés.

Les propositions devront nous parvenir à l’adresse : je.agnu@gmail.com

 avant le 30 avril 2016.

Pour toute information, écrire à : je.agnu@gmail.com

Calendrier et informations pratiques

La manifestation sera accueillie par l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse (Laboratoire des Sciences Sociales du Politique) les 13 et 14 juin 2016.

  • 30 avril 2016 : date limite de réception des propositions de communication

  • Mi-avril 2016 : sélection des communications
  • Début mai 2016 : diffusion du programme
  • 13-14 juin 2016 : journées d'étude à Toulouse

La publication d'un ouvrage comprenant une sélection de communications issues des journées d'étude est prévue.

Comité scientifique et d’organisation

  • Mélanie Albaret, Maître de Conférences en Science Politique, Université d’Auvergne
  • Delphine Placidi-Frot, Professeure des Universités en Science  Politique, Université Paris-Sud, Université Paris-Saclay
  • Charles Tenenbaum, Maître de Conférences en Science Politique, IEP Lille Simon Tordjman, Maître de Conférences en Science Politique, IEP Toulouse

Références bibliographiques

  • Alker (Hayward R.), Russett (Bruce M.), World politics in the General Assembly, New Haven, Yale University Press, 1965.
  • Asamoath (Obed Y.), The legal significance of the declarations of the General Assembly of the United Nations, The Hague, Martinus Nijhoff, 1966.
  • Baer (Peter R.), The role of a national delegation in the General Assembly, New York, Carnegie Endowment for International Peace, 1966.
  • Bailey (Sydney D.), The General Assembly of the United Nations. A Study of Procedure and Practice, Londres, Stevens, 1960.
  • Beauguitte (Laurent), « L'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies de 1985 à nos jours », Espace géographique, 39 (3), 2010, p. 276-282.
  • Brugière (Pierre-F.), Les pouvoirs de l'Assemblée générale des Nations unies en matière politique et de sécurité, Paris, A. Pedone, 1955.
  • Claude (Inis L.), The Changing United Nations, New York, Random House, 1967.
  • Finley (Blanche), The structure of the United Nations General Assembly. Its committtees, commissions, and other organisms, 1946-1973, Dobbs Ferry (N. Y.), Oceana, 1977.
  • Finley (Blanche), The structure of the United Nations General Assembly. An organizational approach to its work, 1974-1980s, White Plains (N. Y.), UNIPUB-Kraus International Publications, 1988.
  • Gorman (Robert F.), Great Debates at the United Nations : an Encyclopedia of Fifty Key Issues 1945-2000, Westport (Conn.), Greenwood Press, 2001.
  • Holloway (Steven), “Forty Years of United Nations General Assembly Voting”, Canadian Journal of Political Science, Vol 23 (02), June 1990, pp 279-296.
  • Jacobsen (Kurt), The General Assembly of the United Nations. A quantitative analysis of conflict, inequality, and relevance, Oslo, Universitetsforlaget, 1978.
  • Kim (Soo Yeon), Russett (Bruce), “The new politics of voting alignments in the United Nations General Assembly”, International Organization, Vol. 50 (04), Autumn 1996, pp 629-652, 1996.
  • Laatikainen (Katie Verlin), Smith (Karen E. Smith), eds, The European Union and the United Nations: Intersecting Multilateralisms. Basingstoke, United Kingdom: Palgrave Macmillan, 2006.
  • Marin-Bosch (Miguel), Votes in the UN General Assembly, The Hague, Kluwer Law International, 1998.
  • Peterson (M. J.), The UN General Assembly, New York, Routledge, 2006.
  • Russell (Ruth B.), The General Assembly patterns/problems/prospects, New York, Carnegie Endowment for International Peace, 1970.
  • Voeten (Erik), « Clashes in the Assembly », International Organization, 54 (2), 2000, p. 185-215.
  • Wiesbrock (Katja), Lailach (Martin), Rauschning (Dietrich) (eds.), Key resolutions of the United Nations General Assembly, 1946-1996, New York, Cambridge University Press, 1997.

Lieux

  • Toulouse, France (31)

Dates

  • samedi 30 avril 2016

Mots-clés

  • ONU, assemblée générale, multilatéralisme, négociations, international

Contacts

  • Charles Tenenbaum
    courriel : charles [dot] tenenbaum [at] sciencespo-lille [dot] eu

Source de l'information

  • Charles Tenenbaum
    courriel : charles [dot] tenenbaum [at] sciencespo-lille [dot] eu

Pour citer cette annonce

« L’Assemblée générale des Nations Unies : une institution dépassée ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 19 avril 2016, http://calenda.org/364156