AccueilMarchés et nouveaux territoires de l’art dans les villes du Sud

Marchés et nouveaux territoires de l’art dans les villes du Sud

Art Markets and New Territories for Art in Cities of the Global South

Revue Géographie et cultures

Special issue of the Journal of Géographie et Cultures

*  *  *

Publié le mardi 26 avril 2016 par João Fernandes

Résumé

Ce numéro de Géographie et cultures propose d’explorer les phénomènes liés à l’émergence de marchés de l’art dans des métropoles du Sud. Il interroge tant les ressorts de ces nouvelles dynamiques régionales, à travers notamment la circulation des œuvres et des acteurs des mondes de l’art, que leurs effets locaux, en termes de politiques culturelles et urbaines, de requalification de quartiers marginaux, ou d’émergence de nouveaux espaces publics voire de nouvelles normes et hiérarchies sociales.

Annonce

La revue Géographie et cultures lance un numéro thématique sur le thème : « Marchés et nouveaux territoires de l’art dans les villes du Sud ».

Direction

Ce numéro thématique est dirigé par Sophie Brones (École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles, chercheur associé à l’IIAC-LAUM, EHESS-CNRS) et Amin Moghadam (Université Aix-Marseille, chercheur associé à l’URMIS).

Argumentaire

Dans de nombreux pays émergents, l’essor des marchés de l’art résulte du dynamisme des productions artistiques locales et des circulations culturelles aux échelles régionale et internationale. En effet, en même temps qu’une production artistique plus ou moins importante d’un pays à l’autre, pour diverses raisons politiques et historiques tenant aux différents contextes locaux, les artistes, mais aussi d’autres acteurs des mondes de l’art (galeristes, commissaires d’exposition, collectionneurs, etc.) ainsi que des institutions (galeries, musées, fondations publiques ou privées, festivals, maisons de ventes aux enchères) participent à la diffusion et à la circulation des œuvres au sein de marchés qui se développent à la fois aux échelles régionale et internationale.

Par exemple, aux Émirats arabes unis, mais aussi dans d’autres pays du Golfe comme au Qatar, des collections privées mais aussi de grands musées et des maisons de vente contribuent depuis le milieu des années 2000 à l’essor d’un marché oriental de l’art contemporain. Ils polarisent ainsi la circulation des œuvres et des acteurs  en établissant entre les pays du Proche et du Moyen-Orient de nouvelles hiérarchies – les lieux de diffusion ne correspondant pas nécessairement aux lieux de la production artistique. En retour, dans le contexte de globalisation, les artistes et les scènes locales, en particulier dans le domaine des arts visuels, connaissent grâce à ce marché un rayonnement au- delà des frontières nationales. A l’échelle locale, et en particulier dans les métropoles, on observe, comme cela s’est vu dans de nombreuses villes européennes et américaines depuis les années 1990, l’investissement par des artistes, des galeristes et d’autres acteurs de la culture de quartiers ou de friches urbaines le plus souvent marginalisés. Souvent, ils contribuent à leur requalification et à leur valorisation symbolique, et affirment un processus de métropolisation en inscrivant les villes concernées dans un processus de globalisation culturelle.

Afin d’aborder ces questions à l’aune d’enquêtes ou de travaux empiriques, ce numéro s’ouvre à des contributions qui permettront d’éclairer ces dynamiques à l’échelle locale et/ou régionale. L’étude de l’essor des marchés de l’art de différents pays émergents, en lien avec des villes où ils se développent, sera envisagée au prisme de différentes approches et échelles qui pourront éventuellement être combinées :

 - Une approche locale des territoires urbains de l’art contemporain : les contributions, fondées sur des enquêtes ethnographiques menées dans les villes concernées, interrogeront non seulement la transformation des cadres spatiaux, les processus d’urbanisation et de métropolisation en lien avec l’émergence des marchés régionaux mais aussi la manière dont la circulation de la production artistique contribue à diffuser localement des modèles esthétiques, architecturaux et de consommation. L’analyse de ces dynamiques  permettra ainsi d’interroger la formation de nouveaux cadres spatiaux, des processus de « gentrification », de « reconquête urbaine », de valorisation foncière, mais aussi des pratiques culturelles émergentes et de nouveaux lieux de sociabilité représentatifs de ces nouvelles formes d’urbanité.

- Une approche des acteurs de ces processus, fondée sur une démarche sociologique : elle s’attache notamment les acteurs de ce champ (artistes, curators, collectionneurs, galeristes, mécènes et autres « entrepreneurs culturels », etc.), leurs pratiques professionnelles, leurs pratiques de mobilité régionale et internationale.

- Une étude des institutions : musées, galeries, foires, biennales, festivals, etc. Elle interroge notamment leur manière de reconfigurer – même temporairement – des spatialités locales, de transformer des paysages urbains, mais aussi de favoriser l’émergence d’artistes locaux ou de contribuer à la professionnalisation de certaines pratiques artistiques. Cette approche des processus institutionnels questionne aussi ce qui se trouve à leur marge, c’est-à-dire des pratiques d’amateurs, et permet de questionner l’établissement de frontières socio-spatiales propres aux milieux et réseaux de l’art.

- Enfin, une approche du rôle et du statut des politiques culturelles dans ces développements urbains. A l’échelle nationale, les instances étatiques des pays émergents bénéficient souvent d’une nouvelle visibilité internationale à travers les scènes artistiques locales, et elles n’hésitent pas, sous couvert de politiques de développement, à inscrire les activités culturelles à leur agenda politique. Dans le domaine des arts visuels en particulier, compte tenu de la valeur marchande de cette production, des collaborations entre secteurs privé et public dans le domaine de la promotion et de la diffusion des œuvres révèlent des pratiques relevant d’une gouvernance néolibérale. Par cette dernière démarche, ce numéro pourra contribuer à l’analyse de l’évolution des pratiques culturelles au sein de l’économie politique des territoires concernés.

Modalités de soumission et d’évaluation

Les articles (50 000 signes illustrations comprises maximum) sont à soumettre

au plus tard le 30 septembre 2016

à la rédaction de la revue Géographie et cultures (gc@openedition.org).

Les instructions aux auteurs sont disponibles en ligne : http://gc.revues.org/605

Les articles seront évalués de façon anonyme par deux (voire trois) évaluateurs.

Références bibliographiques

  • Abélès M., 2012, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2012.
  • Becker H., 2006, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.
  • Beltrán G. J., Miguel P., 2014, « Doing culture, doing business: A new entrepreneurial spirit in the Argentine creative industries », International Journal of Cultural Studies,vol. 17, n° 1, p. 39-54.
  • Brickell K., Datta A., (dir.), 2011, Translocal Geographies. Spaces, Places, Connections, Londres,Asghate.
  • Brones, « The Beit Beirut Project : Heritage Practises and the Barakat Building », dans Pedro Schwartz, S. Mejcher-Atassi, Archives, Museums and Collecting Practises in the Modern Arab World, Londres, Ashgate, 2012, p. 139-155.
  • Choron-Baix C., Mermier F., 2012, « L’émergence de nouveaux marchés de l’art », Transcontinentales, n° 12-13 [on line] http://transcontinentales.revues.org/1312
  • Hannerz U., 1996, Transnational Connections. Culture, People, Places, Londres/New York, Routledge, p. 127-139.
  • Ithurbide C., 2010, « Le marché de l’art contemporain indien : enjeux de la mondialisation », Géographie et culture, n° 75, p. 207-228.
  • Lextrait F., Kahn F. (dir.), 2005, Nouveaux territoires de l’art, Paris, Sujet-Objet.
  • Markusen A., 2006, « Urban development and the politics of the creative class: Evidence from the study of artists », Environment and Planning A, vol. 38, p. 1921-1940.
  • Mermier F., 2002, « La culture comme enjeu de la métropolisation : capitales et foires du livre dans l’Orient arabe », Cahiers de la Méditerranée,n° 64, Les enjeux de la métropolisation en Méditerranée, p. 105-117.
  • Moghadam A., 2012, « “L’art est mon métier” : émergence et professionnalisation du marché de l’art à Dubaï », Transcontinentales [En ligne], n° 12/13 : http://transcontinentales.revues.org/1339.
  • Morange M., Fol S., 2014, (dir.), « Villes, néolibéralisation et justice », Justice Spatiale Spatial Justice, n° 6, http://www.jssj.org/issue/mai-2014-dossier-thematique/.
  • Moulin R., 1992, L’artiste, l’institution et le marché, Paris, Flammarion.
  • Ong A., 1999, Flexible citizenship: the cultural logics of transnationality. Durham, N.C., Duke University Press.
  • Ong A., 2006, Neoliberalism as exception: mutations in citizenship and sovereignty. Durham, N.C., Duke University Press.
  • Quemin A.,  2010, « Le marché de l’art : une mondialisation en trompe-l’œil », Questions internationales, n° 42 : « L’art dans la mondialisation », p. 49-57.
  • Quemin A., 2002a, « L'illusion de l'abolition des frontières dans le monde de l'art contemporain international : la place des pays “périphériques” à “l'ère de la globalisation et du métissage” », Sociologie et sociétés, vol. 34, n° 2, p.15-40.
  • Quemin A., 2002b, L’art contemporain international : entre les institutions et le marché (Le rapport disparu), Nîmes, éd. Jacqueline Chambon/Artprice.
  • Sassen S., 2009, La globalisation. Une sociologie, Paris, Gallimard.
  • Sklair L., 2005, « The transnational capitalist class and contemporary architecture in globalizing cities », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 29, p. 485-500.
  • Zukin S., 1995, The Culture of Cities, Malden, Blackwell. 

Dates

  • vendredi 30 septembre 2016

Mots-clés

  • métropolisation, marché de l’art, circulation culturelle, institution culturelle, Metropolization, Art market, Cultural circulations, cultural institutions, cultural policies, urban development

Contacts

  • Sophie Brones
    courriel : sophiebrones [at] gmail [dot] com
  • Amin Moghadam
    courriel : aminhm [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Emmanuelle Dedenon
    courriel : emmanuelle [dot] dedenon [at] paris-sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Marchés et nouveaux territoires de l’art dans les villes du Sud », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 avril 2016, http://calenda.org/364640