AccueilMigration artistique et identité, Paris 1870-1940

Migration artistique et identité, Paris 1870-1940

Artistic Migration and Identity: Paris, 1870-1940

*  *  *

Publié le mardi 26 avril 2016 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque vise à explorer de façon interdisciplinaire (musique, littérature et arts visuels) la réalité de la migration artistique à Paris sous la Troisième République, donnant ainsi la possibilité à des chercheur(e)s issu(e)s de différents domaines de comparer leurs études de cas, et de formuler des réflexions qui dépassent leur champ de spécialisation en vue d’une compréhension plus générale des enjeux liés à l’immigration artistique à Paris.

Annonce

Argumentaire

Ce colloque vise à explorer de façon interdisciplinaire (musique, littérature et arts visuels) la réalité de la migration artistique à Paris sous la Troisième République. Les artistes – les étrangers autant que les Français – y cherchent une consécration internationale. Cependant, si Paris est l’une des principales villes (voire la ville) pour plonger dans un milieu cosmopolite et ainsi atteindre un prestige international, elle est également un lieu de tensions nationalistes et xénophobes. Musiciens, écrivains et peintres étrangers ont subi ces tensions politiques. Mais c’est justement cette réalité cosmopolite qui a suscité une effervescence de débats esthétiques sans lesquels Paris n’aurait probablement pas atteint son statut de capitale internationale de la vie artistique.

Les questions de la formation interculturelle des imaginaires nationaux et de la place occupée par les étrangers dans la tradition artistique d’un territoire sont de grande actualité, ainsi que celles de la migration de jeunes talents et de la « mondialisation » des produits artistiques par rapport à leur ancrage dans une tradition nationale. Une profondeur diachronique – donnée par l’histoire de la culture – nous paraît indispensable pour insérer dans la longue durée les phénomènes d’actualité et en évaluer les enjeux. Un contexte comme celui de Paris dans les années 1870-1940, où de nombreuses communautés d’artistes migrants cherchent une place dans la culture dite « française » (que d’autres artistes étrangers avaient par ailleurs contribué à alimenter dans le passé), est un terrain particulièrement fertile pour étudier de façon interdisciplinaire les rapports entre nationalité, milieu et style.

Musiciens, écrivains et peintres ont partagé les espaces que Paris leur offrait en se mélangeant entre eux beaucoup plus que ce que ne le laisse souvent entendre leur discipline d’études respectives (musicologie, histoire de la littérature et histoire de l’art). Les lieux physiques (logements, cafés, institutions, etc.) et les lieux du discours (presse, radio, etc.) étaient des réseaux favorisant des connexions qui dépassaient les limites disciplinaires. Conséquemment, l’analyse de la presse culturelle, par exemple, gagne à faire l’objet d’une étude globale comparant les réactions des critiques d’art français vis-à-vis des étrangers à celles des critiques musicaux. Ou encore, sur le plan de l’analyse des œuvres, il est éclairant d’étudier comment le fait d’être à Paris a influencé les différents artistes étrangers quant aux choix des sujets et à la technique utilisée. Ce colloque souhaite ainsi donner la possibilité à des chercheur(e)s issu(e)s de différents domaines de comparer leurs études de cas, et de formuler des réflexions qui dépassent leur champ de spécialisation en vue d’une compréhension plus générale des enjeux liés à l’immigration artistique à Paris sous la Troisième Républiqe.

Plusieurs jeunes artistes installés à Paris entre 1870 et 1940 ont quitté leur pays pour des raisons politiques, d’autres pour des choix de carrière ou pour enrichir leur formation. Tous ont vu leur identité nationale accentuée par opposition aux artistes français. En quoi l’expérience de migrant a-t-elle intensifié le sentiment d’identité nationale, et comment a-t-elle pu influencer la production artistique? Quelle place réservait-on aux étrangers dans l’art « français »? Quels étaient les rapports entre le discours promouvant le nationalisme artistique et la technique des œuvres? Quels étaient les mécanismes de redéfinition identitaire qui s’opéraient chez les artistes migrants? Dans quelle mesure l’œuvre d’un artiste étranger à Paris est-elle liée à la localisation physique de son créateur? Existaient-ils, à la fin du xixe siècle et au début du xxe, des genres ou des styles « internationaux » spécifiquement parisiens? Comment s’articulait la dialectique entre la promotion internationale de Paris et les craintes d’internationalisation stylistique?

Les communications concerneront principalement la musique, les arts visuels et la littérature; des interventions sur le théâtre et le cinéma seront aussi les bienvenues. Le caractère interdisciplinaire du colloque pourra se traduire, d’une part, par des communications en soi interdisciplinaires, et, d’autre part, par la réunion au sein des séances d’études de cas consacrés à un domaine artistique spécifique.

Axes thématiques

La liste suivante propose un choix non exclusif de thèmes qui pourront être abordés dans les communications :

Les protagonistes :

  • études monographiques d’artistes étrangers ayant résidé à Paris dans la période considérée;
  • les milieux de la sociabilité artistique cosmopolite (cafés, ateliers, librairies, etc.);
  • les trajectoires de carrière et les stratégies des jeunes artistes étrangers pour s’affirmer dans la capitale française;
  • le rôle des artistes étrangers dans les institutions parisiennes;
  • les institutions artistiques étrangères et internationales à Paris;
  • le choix de Paris comme lieu de résidence pour les artistes.

Le discours :

  • le discours des Français (critiques, gestionnaires culturels, artistes, etc.) sur les artistes étrangers œuvrant à Paris;
  • la promotion de Paris comme centre international de la vie artistique;
  • le débat politique, syndical et législatif concernant la présence des artistes étrangers;
  • les rapports entre nationalisme, internationalisme, xénophobie et jugement esthétique;
  • le caractère international de la vie artistique parisienne vu par les étrangers résidant dans la capitale (revues des communautés culturelles, chroniques écrites pour des revues étrangères, correspondance des artistes, etc.) ou ailleurs.

Les œuvres :

  • le concept d’« écriture migrante » appliqué à la littérature, aux arts visuels et à la musique;
  • les « styles nationaux » et leur redéfinition dans un contexte cosmopolite;
  • Paris comme sujet des œuvres;
  • l’émergence de genres internationaux typiquement parisiens;
  • les interactions techniques entre le folklore des pays d’origine et les tendances stylistiques internationales.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions de panels regroupant plusieurs communications autour d’un sujet spécifique sont les bienvenues.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Merci de nous faire parvenir vos propositions de communication (max. 3 000 caractères / 450 mots)

au plus tard le 31 août 2016

en remplissant le formulaire en ligne disponible à l’adresse suivante :

https://docs.google.com/forms/d/1sFMY1pcl1WZZIGHGRjsrAKIlHF93PqpqG3XINd_LHdE/viewform

Comité d’organisation

  • Steven HUEBNER (James McGill Professor, Schulich School of Music, McGill University)
  • Federico LAZZARO (stagiaire postdoctoral, OICRM/McGill University)

Conférenciers invités

  • Ihor JUNYK (Trent University)
  • Pascal ORY (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Comité scientifique

Musique :

  •  Michel DUCHESNEAU (Université de Montréal)
  • Annegret FAUSER (University of North Carolina at Chapel Hill)

Arts visuels :

  •  Mary HUNTER (McGill University)
  • Kate KANGASLAHTI (KU Leuven)

Littérature :

  • Guillaume BRIDET (Université de Bourgogne)
  • Timothée PICARD (Université de Rennes)

Coordination

  • Federico LAZZARO
  • Christine PARÉ (coordinatrice OICRM, site Université de Montréal)
  • Judy-Ann DESROSIERS (coordinatrice d’équipe, OICRM)

Partenaires

Trio Fibonacci, Institute for the Public Life of Arts and Ideas (IPLAI), Projet « Musique et nation dans  l’entre-deux-guerres » (Université d’Evry-Val d'Essonne; SLAMRASM et l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines; Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines [CHCSC]), Musée des beaux-arts de Montréal

Lieux

  • 555 Rue Sherbrooke Ouest
    Montréal, Canada (H3A 1E3)

Dates

  • mercredi 31 août 2016

Mots-clés

  • migration, identité, Paris, littérature, musique, arts, 1870-1940

Contacts

  • Judy-Ann Desrosiers
    courriel : judy-ann [dot] desrosiers [at] umontreal [dot] ca
  • Federico Lazzaro
    courriel : maiparis2017 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Judy-Ann Desrosiers
    courriel : judy-ann [dot] desrosiers [at] umontreal [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Migration artistique et identité, Paris 1870-1940 », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 avril 2016, http://calenda.org/364795