AccueilPosthumain et subjectivités numériques

Posthumain et subjectivités numériques

The posthuman and digital subjectivities

*  *  *

Publié le mercredi 27 avril 2016 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque envisagera la manière dont l’humain se construit dans le rapport à la machine et il se posera, notamment, les questions suivantes. À l’ère d’un développement sans précédent du numérique, comment l’humain se définit-il ? Que signifie le posthumain dans un processus de développement technologique inhérent à la condition humaine, lorsque le corps s’augmente de prothèses et lorsque la pensée s’articule avec les évolutions de la machine ? Quelles conceptions du sujet, l’écriture, les arts, la philosophie permettent-ils de faire émerger à l’ère du numérique ? Dans la même perspective, il s'interrogera : comment les grands récits mythiques qui définissent la condition humaine nourrissent-ils l’imaginaire ? Sont-ils, en retour, élaborés dans un rapport étroit avec les agencements machiniques de l’imaginaire scientifique contemporain ?

Annonce

Argument

La question du posthumain s'invite depuis quelque temps dans la recherche universitaire, que celle-ci se concentre sur les sciences humaines ou sur les sciences dites dures, mais aussi dans le domaine de l'art. Le développement de l'informatique, du numérique et des biotechnologies invite à (re)penser l'humain et les idéaux humanistes, lorsque, dès le début d'un questionnement sur ce qu'humain signifie, le corps biologique s'augmente d'une conscience, puis d'un rapport croissant à la machine et à la technologie. En d'autres termes, s'il s'agit de cerner le devenir de l'humain en tant que corps lié à une conscience, il s'agit également de considérer la question du sujet non comme singularité isolée, mais comme forme inachevée et hybride, en constante métamorphose. Le développement du numérique amène alors à se poser la question de cette nouvelle subjectivité en rapport étroit avec les réseaux qui se donnent comme autant de prothèses quotidiennes (montres connectées, internet, clavier d'ordinateur, téléphone "intelligent"). Alors que le sujet laisse des traces dans l'univers numérique et qu'il est lui-même traçable, on peut s'interroger sur son autonomie, sa capacité à s'extraire, tant physiquement que virtuellement, des réseaux qui jalonnent et construisent le monde contemporain. On peut se demander quelle subjectivité se construit lorsque l'homme de chair et d'os se double d'avatars dans le monde virtuel et pourtant bien réel du numérique.

Ce colloque envisagera, avec le concours de chercheurs, théoriciens, écrivains et plasticiens, la manière dont l’humain se construit dans le rapport à la machine et il se posera, notamment, les questions suivantes. À l’ère d’un développement sans précédent du numérique, comment l’humain se définit-il? Que signifie le posthumain dans un processus de développement technologique inhérent à la condition humaine, lorsque le corps s’augmente de prothèses et lorsque la pensée s’articule avec les évolutions de la machine? Quelles conceptions du sujet, l’écriture, les arts, la philosophie permettent-ils de faire émerger à l’ère du numérique? Dans la même perspective, il s'interrogera: comment les grands récits mythiques qui définissent la condition humaine nourrissent-ils l’imaginaire? Sont-ils, en retour, élaborés dans un rapport étroit avec les agencements machiniques de l’imaginaire scientifique contemporain?  Les lectures croisées de la science, de la littérature, du numérique viendront nourrir la réflexion sur les nouvelles formes de discours, d’expression et de relation au monde.

Conférences, communications universitaires et performances artistiques permettront sinon de répondre à ces questions du moins de les poser dans des approches variées qui s'intéresseront au langage, au cinéma, à la littérature, aux arts... Les participants viennent d'horizons divers (artistes, spécialistes de littérature, de philosophie, d'arts plastiques et visuels, chercheurs confirmés, doctorants) et souhaitent réfléchir ensemble et avec un public non nécessairement averti sur les modalités d'appréhension de l'humain à l'ère du numérique. L'objectif est de développer un dialogue entre les sciences humaines au sens large (philosophie, histoire, étude des médias) et les arts (lettres, arts plastiques ou films).

Calendrier provisoire

Jeudi 23 juin

Après-midi:

ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:

Présentation du Centre, des colloques et des participants

Vendredi 24 juin

Matin:

Théories

  • François-David SEBBAH: Le posthumain et la mort de l'autre
  • Dominic SMITH: Making Sense of Anthropomorphism: Why Jane Bennett Beats "Object Oriented Ontology" (Qu’est-ce que l’anthropomorphisme?)

Après-midi:

Cyborgs

  • Gwen LE COR: "The first cyborg also a mouse": figures de transgression et gestes hybrides
  • Gaïd GIRARD: À quoi rêvent les femmes augmentées?
  • Lucile HAUTE: Performances contemporaines: actualisations d'un devenir cyborg

Soirée:

  • Lecture de Etheric Ocean, performance de Jerome FLETCHER et J. R. CARPENTER [en anglais]

Samedi 25 juin

Matin:

Décalages

  • Jean-François CHASSAY: Apocalypse à l’écran ou l’anamnèse par la technologie: Programme sensible d’Anne-Marie Garat
  • David RISSE: Que veulent extimiser nos adolescentes?

Après-midi:

"À l'écran"

  • Hélène MACHINAL: Subjectivités numériques dans les séries TV contemporaines
  • Anaïs GUILET: Écrans et amours reliés au cinéma (Her et Noah)
  • Medhi ACHOUCHE: L'individu face à la machine sociale dans Robot and Frank (2012) et Her (2013)

Dimanche 26 juin

Matin:

Variations [séance en anglais]

  • Jerome FLETCHER: Language as Avatar: Wreading Digital Texts (La langue comme avatar dans la littérature électronique)
  • J. R. CARPENTER: Text generation and other uneasy human-machine collaborations (De la génération de textes et d’autres interactions malaisées de type homme-machine)

Après-midi & soirée:

Arts — À l’Usine Utopik de Tessy-sur-Vire

- Promenade commentée des Bords de Vire

Figures post-humaines, exposition de photos et textes (Claire LARSONNEUR)

- Présentations d’œuvres de littérature électronique (Transmissions, Souches, In absentia) dans l’espace médiathèque, par Jerome FLETCHER & J. R. CARPENTER [en français]

- Apéritif dînatoire / produits du terroir

- Performance: "Spiritisme augmenté", par Lucile HAUTE

Lundi 27 juin

Matin:

Littératures

  • Claire LARSONNEUR: De la contamination numérique: relectures de la figure humaine chez D. Mitchell
  • Ariane SAVOIE: Le sens et l’usage des mots: le posthumain et le langage dans les fictions contemporaines
  • Michelle RYAN-SAUTOUR: La représentation des subjectivités numériques dans l’anthologie Beta-Life: Stories from A-Life Future (2014)

Après-midi:

DÉTENTE

Mardi 28 juin

Matin:

Poésie

  • Victor MARTINEZ: De l'extraterrestration dans la langue: les machines émotives du poème
  • Julie CHATEAUVERT: Hybridation de la langue et de l’image numérique: inspirations venues des langues des signes

Après-midi:

Fictions

  • Marina MAESTRUTTI: De quoi parle-t-on quand on parle de posthumain?
  • Christelle CENTI: "Une machine dans le fantôme": la lutte pour une définition du sujet dans Infinite Jest (L'infinie Comédie) de David Foster Wallace
  • Isabelle BOOF-VERMESSE: Subjectivité synthétique: Demokratia de Motoro Mase

Soirée:

Projection de The Congress

Mercredi 29 juin

Matin:

Machines et prothèses

  • Servanne MONJOUR: Profils usagers et production de l'identité: au delà de l'opposition homme-machine
  • Sara TOUIZA-AMBROGGIANI: De la réparation à l'augmentation: le statut de la prothèse chez Norbert Wiener

Après-midi:

Les nouvelles figures du sujet

  • Arnaud REGNAULD: À la limite, (im)mondes
  • Anne-Laure FORTIN-TOURNÈS: Matérialités nomades et reconfigurations subjectives à l’ère du numérique

Jeudi 30 juin

DÉPARTS

Direction

 Sylvie BAUER, Claire LARSONNEUR, Hélène MACHINAL, Arnaud REGNAULD

Lieux

  • CCIC - Le Château
    Cerisy-la-Salle, France (50210)

Dates

  • jeudi 23 juin 2016
  • vendredi 24 juin 2016
  • samedi 25 juin 2016
  • dimanche 26 juin 2016
  • lundi 27 juin 2016
  • mardi 28 juin 2016
  • mercredi 29 juin 2016
  • jeudi 30 juin 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • posthumain, subjectivité numérique

Contacts

  • Edith Heurgon
    courriel : info [dot] cerisy [at] ccic-cerisy [dot] asso [dot] fr

Source de l'information

  • Edith Heurgon
    courriel : info [dot] cerisy [at] ccic-cerisy [dot] asso [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Posthumain et subjectivités numériques », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 27 avril 2016, http://calenda.org/365115