AccueilMémoires vivantes

Mémoires vivantes

Living memories - collaborative artistic creation - cinema, the visual arts and performance arts

Création artistique collaborative – Cinéma, arts visuels, spectacle vivant

*  *  *

Publié le lundi 09 mai 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Lieux fictifs organise en partenariat avec l’université d’Aix-Marseille et le laboratoire le Lesa (Études en sciences des arts) la conférence « Mémoires vivantes », les 2 et 3 juin 2016, à la Friche Belle de mai. Cette conférence – et la programmation artistique qui l’accompagne – dressera le bilan de trois années de coopération européenne sur le projet de recherche-création In living memory. Elle réunira artistes, chercheurs, structures détentrices d’archives, collectivités territoriales, institutions et associations travaillant avec les participants issus de territoires dedans / dehors qui ont participé à ce projet.

Annonce

Argumentaire

Lieux Fictifs organise en partenariat avec l’Université d’Aix-Marseille et le Laboratoire le Lesa (Etudes en Sciences des Arts) la conférence Mémoires vivantes, les 2 et 3 juin 2016, à la Friche Belle de mai. Cette conférence – et la programmation artistique qui l’accompagne – dressera le bilan de trois années de coopération européenne sur le projet de recherche-création In living memory. Elle réunira artistes, chercheurs, structures détentrices d’archives, collectivités territoriales, institutions et associations travaillant avec les participants issus de territoires dedans/dehors qui ont participé à ce projet.

Ces deux journées porteront à la fois sur l’analyse des processus de création impliquant la collaboration de différents publics – sous main de justice et de la société civile – dans la pratique artistique à base d’images d’archives mais également sur le rôle social que peut avoir la création artistique auprès des personnes qui y participent. Il s’agit d’interroger la place de la création partagée dans la transformation de la société et de penser l’expérience artistique comme le lieu possible du travail pour une transformation sociale et une émancipation individuelle.

Durant ces deux jours, un focus sera également mis sur la mise en oeuvre de processus d’évaluation novateurs susceptibles d’accompagner de tels projets en y associant l’ensemble des acteurs. Professionnels, enseignants-chercheurs et étudiants de la culture, du social, de l’éducation et de la justice sont invités durant ces deux journées à venir partager cette réflexion dans une dynamique transectorielle et transdisciplinaire.

Conditions d’accès

Conférence et soirées de programmation artistique gratuites, sur inscription

Formulaire d’inscription à télécharger et à renvoyer avant le 20 mai.

Contact : Antonin Charret

Tel: +33 (0)4 95 04 96 37

Présentation détaillée

Initié en 2014 par Lieux Fictifs, avec le soutien du programme européen Erasmus +, le projet « In Living Memory » rassemble des opérateurs artistiques (Lieux Fictifs – France, TransFORMAS – Espagne, cooperativa sociale e.s.t.i.a – Italie, PhotoART Centrum – Slovaquie), des universités (Westerdals School of Arts, Communication and Technology d’Oslo, Aix-Marseille Université département cinéma, l’Université Internationale des Langues et Média de Milan) et des structures détentrices d’images d’archives (Institut National de l’Audiovisuel – France, Fondazione Cineteca Italiana – Italie, Institut Municipal de Museus de Reus – Espagne). Durant deux ans, ces partenaires ont travaillé à la mise en œuvre de processus de création collaboratifs avec l’image d’archive – dans le cadre d’ateliers et de créations artistiques avec des publics divers – et croisé leurs méthodologies, leurs réflexions, leurs regards.

Cette conférence, coproduite avec le laboratoire le LESA (Laboratoire d’études en sciences des arts – Aix-Marseille Université), donne la parole à l’ensemble des professionnels associés à ce projet durant ces deux années : artistes, chercheurs et institutions – mais également aux participants – qui viendront partager l’état de leurs réflexions, présenter les outils et méthodologies développées à partir de l’archive et questionner l’expérience artistique comme lieu possible d’une transformation sociale et d’une émancipation individuelle.

L’archive est ici considérée comme une ressource – encore peu exploitée et qu’il nous faut réinvestir – qui peut être mobilisée par les artistes et les professionnels de la culture mais aussi les professionnels de l’éducation, de la formation, de l’enseignement supérieur ou de l’action sociale pour engager des projets de création innovants – tant d’un point de vue esthétique que politique – avec des artistes de différentes disciplines et des publics mixtes qu’il s’agit de faire dialoguer avec ces projets.

S’appuyant sur une dynamique transectorielle et pluridisciplinaire, impliquant professionnels et publics dont les pratiques, les langages et les codes peuvent être très éloignés, ces projets appellent la mise en œuvre de processus de suivi et d’évaluation également collaboratifs et innovants dont cette conférence fera également état.

Une invitation à d’autres expériences de recherche – action à partir de l’archive sera faite avec la présentation d’un projet porté par une plasticienne et l’invitation faite au Réseau Culture 21 et à l’association Culture et Départements.

Enfin, des chercheurs en sciences humaines et en arts du spectacle, étroitement associés au suivi et à l’évaluation de In living memory viendront confronter leurs analyses à l’expérience des artistes et des institutions, et interroger le rapport à l’utilisation de l’archive dans les pratiques contemporaines lorsqu’elles se développent dans une logique d’expérimentation sociale.

En 2012 et 2013, Lieux Fictifs a organisé avec l’association Résonance Culture, dans le cadre de Marseille-Provence capitale européenne de la culture, deux colloques sur « la création artistique dans un dialogue entre l’art, la prison et la société ». Ces deux événements ont réuni chacun plus de 400 personnes (professionnels européens de la culture, de la justice, du social et de l’éducation) à la Friche la Belle de Mai.

Cette nouvelle édition 2016 vient élargir le champ de la réflexion, au-delà du public sous main de justice, à l’ensemble des publics de la société civile. Elle pose aussi de nouveaux enjeux esthétiques et démocratiques sur l’utilisation des images d’archives dans des projets de création collaborative.

Cette dynamique transectorielle, et transdisciplinaire s’adresse à différents publics :

  • Professionnels et étudiants des champs du social, de la justice, de la culture, de l’éducation
  • Chercheurs, enseignants et étudiants de différentes disciplines (esthétique, Histoire, Philosophie, Sociologie et Anthropologie).
  • Grand public pour les soirées de programmation artistique.

Dans le cadre de ces deux journées, ces publics auront la possibilité d’assister à des tables rondes au cours desquelles artistes, chercheurs et archivistes livreront des éléments de réflexion et d’analyses issus de l’expérience de trois ans du projet ILM. Elles seront suivies de temps d’échange avec la salle. Les publics pourront aussi découvrir en détail les outils théoriques et méthodologiques développés. Il s’agit de leur permettre une véritable appropriation de ces dispositifs  éducatifs et créatifs innovants et des ressources qui ont émergé du projet ILM, afin d’envisager leur utilisation dans leurs futures pratiques. Site internet, livre et formations seront donc présentés directement par les acteurs qui les ont élaborés.

Dans le hall d’accueil seront présentés sur des bornes vidéos des courts métrages réalisés par des personnes détenues et des étudiants au Centre Pénitentiaire de Marseille (France) et au Centre de Détention de Bollate (Milan).

Programme

Jeudi 2 Juin

Matin – 9h 30 à 12h 30

  1. In Living Memory – Présentation

Présentation du projet IN LIVING MEMORY, développé dans le cadre du programme Erasmus + par Thierry Roche (Directeur du Laboratoire d’Etude en Sciences des Arts (LESA) d’Aix Marseille Université) et Leïla Delannoy (sociologue, responsable recherche et coopération européenne, Lieux Fictifs).

2. Créations collaboratives pluridisciplinaires avec des images d’archives en Europe

Analyse et présentation des méthodologies développées dans les différents workshops, « Cinéma et archives » et « Spectacle vivant et archives », du projet In living memory, avec des publics sous main de justice et de la société civile.

  • Pascal Césaro (Maître de conférences en cinéma, laboratoire LESA, Université Aix-Marseille – France) Etude d’une pratique artistique collaborative au sein d’un projet de recherche-création en prison.
  • Caroline Caccavale (Réalisatrice et productrice, Lieux Fictifs) et Lucien Bertolina (Compositeur, Euphonia – France) Analyse des différents dispositifs mis en œuvre dans les workshops « Cinéma et archives » au Centre Pénitentiaire de Marseille et à la prison de Bollate avec des personnes détenues et des étudiants. 
  • Morten Thomte (Enseignant de cinéma) et un étudiant de la Westerdals School of Art, Communication and Technology – Norvège) Images d’archives et jeunesse.
  • Aurora Vernazzani (Réalisatrice, Lieux Fictifs – France) Des images clés. Retour sur les paroles des participants, personnes détenues et étudiants ayant participé aux workshops «Cinéma et archives ».
  • Thomas Louvat (Metteur en scène, directeur artistique, TransFORMAS – Espagne) L’incorporation des images d’archive dans les arts de la scène. Dispositifs, improvisations collectives, élaboration dramaturgique : pour une écriture partagée.
  • Michelina Capato (Metteur en scène, Cooperativa Sociale e.s.t.i.a. – Italie) Images et corps : la contamination réciproque des langages.

Des courts métrages, réalisés collectivement avec des étudiants et des personnes détenues ainsi que des situations de travail scénique avec l’image d’archive seront diffusés, au fil des interventions.

Modérateur : Pascal Césaro (maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, Département des Arts du spectacle, laboratoire LESA).

Après-midi – 14h à 17h 30

La collaboration interdisciplinaire et interinstitutionnelle comme processus d’identification partagée des transformations individuelles et sociales (Personnes détenues, jeunes, adultes, seniors de la société civile).

1. De nouvelles approches collaboratives d’évaluation des impacts d’une action artistique sur les bénéficiaires

Intervention du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation des Bouches du Rhône, de la Direction Interrégionale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse Sud-Est (Ministère de la Justice) et du Conseil Régional Provence – Alpes – Côte d’Azur, de Lieux Fictifs et des participants du projet de création collaborative Anima.

Présentation des résultats d’un groupe de travail expérimental, interdisciplinaire et interinstitutionnel, ayant élaboré collectivement une évaluation de l’expérience cinématographique Anima, sous forme cartographique (Mind Map). Seront présentés à la fois l’aboutissement de ce travail d’explicitation partagée des impacts d’un projet artistique sur les participants mais aussi le processus de collaboration entre une pluralité d’acteurs artistiques et institutionnels qui a été mis en œuvre pour développer des formes innovantes de coopération dans le champ de l’évaluation. A travers ce « cas d’école », sera aussi remise au centre la parole des participants, à partir de propositions d’écoute de sélections d’entretien, dans la même logique que le travail effectué par le groupe interdisciplinaire.

Présenté par : Jacques Humbert (consultant – membre Lieux Fictifs), Leïla Delannoy (sociologue – Lieux Fictifs)

2. Des projets de création artistique évalués sous le prisme des droits culturels de la déclaration de Fribourg

Dans le cadre de cette conférence, la démarche Paideia portée par l’association Réseau culture 21 et l’Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’Homme de l’Université de Fribourg, en partenariat avec l’association Culture et Départements, sont invités par les partenaires du projet ILM pour venir partager leur recherche-action et les innovations qu’elle fait émerger en termes d’évaluation des processus de création observés au regard des droits culturels tels qu’énoncés dans la Déclaration de Fribourg. Cette invitation vise à permettre l’apport, dans le cadre de la réflexion globale de cette conférence, d’un éclairage nouveau sur les méthodologies de suivi des processus créatifs. Ce temps d’échange sera nourri par le cas d’école du projet «Holloway, Jean 15 ans en 44» porté par la plasticienne Jane Motin et développé en partenariat avec le Département de la Manche (direction de la culture, archives, Manche tourisme, Manche numérique, collèges…). Ce projet décline un processus de création à partir de documents d’archive et permet d’observer comment l’histoire intime et familiale peut devenir un puissant levier de mémoire collective.

Présenté par : Jane Motin (plasticienne), Laurence Loyer-Camebourg (Directrice de la culture de la Manche et association Culture et Départements), Christelle Blouet, (coordinatrice, Réseau Culture 21)

3. Des petites fabriques de projets « arts culture et développement social local » pour construire une culture solidaire et des solidarités culturelles par le faire ensemble

La démarche « La petite fabrique de projets» portée par les associations professionnelles Culture et Départements et ANDASS (association nationale des directeurs d’action sociale et de santé des départements) rend compte de l’engagement et du savoir-faire des Départements dans l’intersectorialité des politiques publiques culturelles et sociales. Partie d’une étude sur la transversalité culture/social dans les Départements, elle a permis la rédaction d’une contribution commune entre les deux associations (« Une culture solidaire, des solidarités culturelles »), puis l’organisation d’un évènement fédérant 12 équipes issues de 24 Départements sur le modèle aménagé d’un « hakathon culture/social ». Prenant appui sur cette expérience fédératrice, la communauté se développe et essaime. Des petites fabriques sont en préparation dans le Pas de Calais, en Loire Atlantique… Rendre compte de cette démarche, la faire connaître et la proposer comme terrain de recherche, c’est donner à voir et accompagner la grande communauté de professionnels institutionnels et associatifs, convaincus du potentiel de transformation sociale qu’offre la pratique artistique et attester de son efficacité pour réinventer le travail social et la relation à l’autre.

Présenté par : Cédric Hardy (Conseiller technique à la Direction de la culture, Département des Bouches-du-Rhône) et Anne-Claude Lamur-Baudreu (DGA Solidarités, Département de la Drôme).

Soirée – 20h à 21h

Programmation artistique

Spectacle de théâtre « LA TRAVESSIA » – Espagne

La Travessia est l’histoire d’un déplacement. Ou plutôt d’une infinité de déplacements: volontaires, involontaires, rêvés ou craints. Je marche d’un point à un autre, je passe d’un «dedans » à un « dehors » et en chemin, il y a des espaces de transition, des points de rencontres, des zones de conflits dans lesquels, pour un instant, j’ai la possibilité de me positionner, me penser, me réinventer. Je suis dedans? Dehors? De quoi?

La Travessia est une métaphore de la vie. Un lieu qui représente la croisée des labyrinthes individuels et des espaces en commun.

Ce spectacle est issu du nouveau projet artistique théâtral de la compagnie TransFORMAS, processus de création collaborative mené dans le quartier de Sant Andreu à Barcelone, dans lequel se sont impliqués une cinquantaine d’habitants. Ces derniers sont venus participer à cette aventure créative et collective soit à titre individuel, soit par le biais d’une institution de tutelle (Maison de retraite de Navas, centre pour sans-abris Meridiana, association pour la réhabilitation des personnes atteintes d’une maladie mentale AREP, association pour l’aide aux malades atteints de polio AFAP, ex-détenus en phase de sortie ou en fin de peine).

Vendredi 3 Juin

Matin – 9h 30 à 12h 30

Les processus transformatifs de l’image d’archive : Enjeux esthétiques et démocratiques (publics sous main de justice mineurs/majeurs et société civile).

  • Anna Figueras (Directrice du CIMIR, Centre pour l’Image de Reus – Espagne) Sauvons les archives pour l’art.
  • Pavel Smejkal (Directeur de PhotoART Centrum – Slovaquie) Archives familiales slovaques : projets artistiques et sensibilisation à la valeur de cette mémoire
  • Mireille Maurice (Déléguée Régionale de l’INA Méditerranée – France) Regardez, c’est moi qui vous parle…
  • Roberto Della Torre (Responsable des archives à la Fondazione Cineteca Italiana, Milan – Italie) Cinema recyclé. 
  • Elena Mosconi (Professeure agrégée d’Histoire du Cinéma à l’Université des Etudes de Pavie. Membre du Comité scientifique de la Fondazione Cineteca Italiana à Milan – Italie) Mémoires volées. L’archive et l’utilisation sociale de l’image.

Modérateur : Pascal Césaro (maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, Département des Arts du Spectacle)

Après-midi - 14h à 17h 30

  • Des écritures artistiques collaboratives en Europe (Personnes détenues et jeunes, adultes, séniors de la société civile).
  • Transversalité des écritures, mixité des publics et protocoles performatifs.
Travailler avec d’autres corps et d’autres mouvements.
 (A partir de l’expérience cinématographique Anima produit par Lieux Fictifs avec des personnes détenues, jeunes, adultes et seniors de la société civile) Caroline Caccavale (cinéaste), Emmanuelle Raynaut (artiste visuelle- performeuse), Thierry Thieû Niang (danseur et chorégraphe) - France
  • Création collaborative dedans-dehors, des inerties au mouvement, des frontières au dépassement: une expérience partagée de transformations. 
Leila Delannoy (sociologue, membre du SOPHIAPOL) - France
  • Réflexion sur la question des déplacements. (A partir de l’expérience théâtrale La Travessia produit par Transformas avec les habitants du quartier de Sant Andreu à Barcelone)
 Thomas Louvat (metteur en scène) et María Esperanza Gonzalez (psychologue sociale) - Espagne
  • Aspects post-dramatiques d’un théâtre hors des limites. (A partir de l’expérience théâtrale permanente menée par Estia avec des personnes détenues de la prison de Bollate à Milan) 

  • Où se trouve l’originalité d’un projet artistique réalisé en prison? 
Michelina Capato (metteur en scène) et Valentina Garavaglia (Professeure de théâtre contemporain à l’Université IULM de Milan) - Italie 


Modérateur : Jean Michel Gremillet. Ancien directeur de La Scène nationale de Cavaillon, il est président de l’association Culture & Liberté, liée au Centre pénitentiaire d’Avignon - Le Pontet, et partenaire de plusieurs projets culturels à la Maison centrale d’Arles. 


Soirée 18h à 18h 30

Programmation artistique

Performance chorégraphique des participants dedans/ dehors du Projet Anima
Dirigé par le chorégraphe Thierry Thieû Niang accompagné d’un musicien. Les participants au projet Anima se retrouvent pour donner à voir une traversée commune, en mouvement de l’expérience menée ensemble.

Catégories

Lieux

  • Grand Plateau, salle Seita - Friche de la belle de mai
    Marseille, France (13003)

Dates

  • jeudi 02 juin 2016
  • vendredi 03 juin 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • cinéma, art visuel, spectacle vivant, création collaborative, prison, transformation sociale, archive

Contacts

  • Marie-Christine André
    courriel : contact3-unsubscribe [at] lieuxfictifs [dot] org

URLS de référence

Source de l'information

  • Pascal Cesaro
    courriel : pascal [dot] cesaro [at] univ-amu [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mémoires vivantes », Colloque, Calenda, Publié le lundi 09 mai 2016, http://calenda.org/365148