AccueilBiographies et histoire du management

Biographies et histoire du management

Biographies and the history of management

XXIIe Journées d’histoire du management et des organisations

22nd study day in the history of management and organisations

*  *  *

Publié le mardi 03 mai 2016 par João Fernandes

Résumé

Critiquée par l’école des Annales, la biographie a retrouvé les faveurs des historiens, il suffit de nommer Jacques Le Goff et son Saint Louis ou de lire Le pari biographique de François Dosse (2005) pour s’en convaincre. Ce qui ne signifie pas qu’il faille renouer avec les récits hagiographiques, avec les portraits héroïques qui masquent une époque plutôt que de la faire connaître. Pour une communication aux vingt deuxièmes Journées d’histoire du management et des organisations, le souci de contribuer à mieux comprendre la conduite des managers et les théories que les auteurs en gestion ont produites doit dominer mais l’objectif d’intéresser le lecteur doit demeurer ; à cet effet, dresser un profil psychologique, narrer une anecdote, peut se révéler fort utile.

Annonce

Organisées par l’AHMO (Association pour l’histoire du management et des organisations), le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), le LIRSA (Laboratoire interdisciplinaire de recherche en sciences de l’action, EA 4603), le laboratoire HT2S (Histoire des technosciences en société, EA 3716).

« Ne dites pas à ma mère que je suis biographe, elle me croit historien »

François Dosse, Le pari biographique, 2005, p. 17

Argumentaire

Critiquée par l’école des Annales, la biographie a retrouvé les faveurs des historiens, il suffit de nommer Jacques Le Goff et son Saint Louis ou de lire Le pari biographique de François Dosse (2005) pour s’en convaincre. Ce qui ne signifie pas qu’il faille renouer avec les récits hagiographiques, avec les portraits héroïques qui masquent une époque plutôt que de la faire connaître. Pour une communication aux 22èmes Journées d’Histoire du Management et des Organisations, le souci de contribuer à mieux comprendre la conduite des managers et les théories que les auteurs en gestion ont produites doit dominer mais l’objectif d’intéresser le lecteur doit demeurer ; à cet effet, dresser un profil psychologique, narrer une anecdote, peut se révéler fort utile.

Le champ est large puisqu’il recouvre aussi bien les acteurs dans l’entreprise que ceux qui ont réfléchi sur la gestion des organisations et ont contribué à en fonder ses théories, ce sont d’ailleurs parfois les mêmes si l’on songe à Henri Fayol, FrederickWinslow Taylor, Chester Barnard, Alfred Sloan… Au-delà de ces figures illustres, on pourra s’attacher avec profit à celles moins connues, comme cela a été fait pour Emile Rimailho ou Charles Bedaux. Les exemples cités ne constituent nullement une limite au seul vingtième siècle, ni à une seule zone géographique ni au seul genre masculin (il suffit de penser à la biographie de Mary T. Washington, première femme à devenir CPA) et pas davantage aux seuls gestionnaires puisque le management est un art d’emprunt tant aux sciences sociales qu’aux sciences exactes.

La règle que l’on pourra fixer est de produire une contribution originale dans le respect de l’historiographie. On ne pourra se contenter d’une simple notice biographique. Le milieu social, la formation suivie, les influences culturelles et nationales devront être convoqués mais  sans, évidemment, verser dans le déterminisme et en visant à dégager l’enseignement qui peut en être tiré et l’impact que l’auteur, l’entrepreneur,… a eu sur le management.

Une réflexion sur les objectifs visés par le biographe serait intéressante pour savoir s’il s’agit de présenter le biographé comme un exemple à suivre dans une perspective pédagogique ou comme une figure héroïque capable de symboliser l’identité d’une organisation afin de mieux mobiliser les énergies internes… En contrepoint, on pourra se focaliser sur tel ou tel individu pour mieux donner à comprendre le rôle de la multitude d’acteurs anonymes qui tissent l’étoffe des entreprises ou s’attacher, à la façon de la microhistoire, à « l’exceptionnel normal » dont la singularité par rapport à la norme renseigne, en négatif, sur celle-ci.

Seront également bienvenus les travaux présentant des variantes par rapport à la biographie classique. On pense aux portraits collectifs selon la démarche prosopographique, aux études de réseaux d’acteurs adoptant une perspective sociologique comme proposée par Michel Callon et Bruno Latour ; quant au succès de biopics sur Mark Zuckerberg, Steve Jobs… ils pourront aussi fournir matière à une communication. 

Comité d’organisation

  • Marco Bertilorenzi, Cnam, HT2S
  • Laurence Morgana, Cnam, LIRSA
  • Jean-Claude Ruano-Borbalan, Cnam, HT2S
  • Henri Zimnovitch, Cnam, LIRSA

Comité Scientifique

  • Eugénie Briot, Université de Marne-la-Vallée
  • Ludovic Cailluet, EDHEC
  • Garry Carnegie, Royal Melbourne Institue of Technology
  • Sophie Chauveau, UTBM (Université de Technologie Belfort-Montbéliard)
  • Eric Godelier, Ecole Polytechnique
  • André Grelon, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
  • Pierre Labardin, Université de Paris-Dauphine
  • Eve Lamendour, Université de la Rochelle
  • Marie-Laure Legay, Université Lille III
  • Yannick Lemarchand, Université de Nantes
  • Marc Nikitin, Université d’Orléans
  • Eric Pezet, Université Paris X – Nanterre
  • Nicolas Praquin, Université Paris-Sud
  • Jean-Luc Rossignol, Université de Franche-Comté
  • Béatrice Touchelay, Université de Lille 3

Précision

Comme lors des éditions précédentes, des propositions de communications ne s’inscrivant pas dans cette thématique mais examinant des problématiques gestionnaires, dans le cadre d’une démarche historique, seront également les bienvenues. La nouveauté et l’originalité des apports seront ici privilégiées.

Tutorat de thèses / Atelier méthodologique

Les Journées d’Histoire débuteront par un atelier doctoral, organisé le 22 mars, comprenant un tutorat de thèses sur l’histoire du management et des organisations, ouvert aux doctorants de toutes disciplines, ainsi qu’un atelier méthodologique.

Les doctorants intéressés devront fournir un document d’une dizaine de pages maximum spécifiant leur champ de recherche (thème, questions de recherche), le cadre théorique ou l’articulation théorique de la thèse, leur démarche méthodologique, leurs principales sources et références bibliographiques, enfin, le cas échéant, les premiers résultats. Les doctorants en début de thèse sont encouragés à participer.

Il est bien sûr possible de candidater au tutorat de thèses et de proposer également une communication.

Dates à retenir

Date limite de soumission des textes des communications et/ou des candidatures au tutorat de thèses :

2 janvier 2017

Les propositions devront être envoyées en français ou en anglais, accompagnées d’un résumé en français et en anglais à l’adresse suivante :

jhmo2017@gmail.com

  • 30 janvier 2017 : Avis du comité scientifique aux auteurs
  • 17 février 2017 : Envoi des textes définitifs

Les communications pourront être prononcées en français ou en anglais, une traduction simultanée du français à l’anglais sera mise en place dans le cadre des sessions plénières.

Contact

virginie.moreau@cnam.fr

Catégories

Lieux

  • 40, rue des Jeûneurs
    Paris, France (75002)

Dates

  • lundi 02 janvier 2017

Mots-clés

  • histoire du management, biographie

Contacts

  • Virginie Moreau
    courriel : jhmo [at] cnam [dot] fr

Source de l'information

  • Yannick Lemarchand
    courriel : yannick [dot] lemarchand [at] univ-nantes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Biographies et histoire du management », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 03 mai 2016, http://calenda.org/365452