AccueilCybercriminalité

Cybercriminalité

Cybercriminality

*  *  *

Publié le lundi 09 mai 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Alors que les gouvernements occidentaux multiplient depuis quelques années les politiques de cybersécurité et les investissements massifs dans ce domaine, les connaissances accumulées par les sciences sociales sur la nature et l’ampleur des risques numériques restent encore très fragmentaires. Pourtant, à la lumière de récentes enquêtes de victimisation, certains chercheurs affirment que les crimes numériques représentent à l’heure actuelle le tiers des crimes d’acquisition. Les recherches menées par les politologues et les anthropologues semblent également démontrer que la dimension technologique occupe une place de plus en plus importante dans les processus de radicalisation violente et dans la structuration de mouvements sociaux anti-système.

Annonce

Argumentaire

Alors que les gouvernements occidentaux multiplient depuis quelques années les politiques de cybersécurité et les investissements massifs dans ce domaine, les connaissances accumulées par les sciences sociales sur la nature et l’ampleur des risques numériques restent encore très fragmentaires. Pourtant, à la lumière de récentes enquêtes de victimisation, certains chercheurs affirment que les crimes numériques représentent à l’heure actuelle le tiers des crimes d’acquisition. Les recherches menées par les politologues et les anthropologues semblent également démontrer que la dimension technologique occupe une place de plus en plus importante dans les processus de radicalisation violente et dans la structuration de mouvements sociaux anti-système. Devant le déficit de connaissances scientifiques mentionné plus haut, il n’est pas rare que ces risques numériques donnent lieu à des « paniques morales » qui en exagèrent les préjudices et qui invitent à l’adoption de politiques publiques excessivement répressives. Dans un tel contexte, il semble donc  indispensable de s’interroger sur l’état des savoirs en matière de cybercriminalité, aussi bien en ce qui concerne les frontières conceptuelles de plus en plus floues entre cybercriminalité, cybersécurité et cyberdéfense, que les outils empiriques nous permettant de mesurer la prévalence et la sévérité des différents risques numériques, ou encore la pertinences des outils théoriques de la criminologie classique pour nous aider à comprendre ces nouvelles formes de délinquance. Un questionnement méthodologique sera également lancé, afin notamment de mettre en commun les expériences des divers participants au séminaire dans le domaine de la collecte et de l’analyse des données massives (big data) qui caractérisent cet objet de recherche. La cybercriminalité sera abordée sous l’angle de la criminologie, de la sociologie, du droit, des sciences politiques.

Organisation

Ce colloque est organisé dans le cadre du programme « Usages des nouvelles technologies dans les domaines de la sécurité et de la justice pénale » du GERN. Il bénéficie du soutien financier de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Le colloque est co-organisé par :

  • Benoit Dupont, Prof. Université de Montréal, CICC et SERENE-RISC
  • Daniel Ventre, CNRS (CESDIP/GERN)

Programme

9h00 – 10h30 : Les marchés illicites

  • David Décary-Hétu, Prof. (CICC – Univ. Montréal): Les marchés illicites en ligne : le rôle des participants français.
  • Quentin Rossy - Université de Lausanne : Analyse de marchés illicites sur Internet: le renseignement par les traces numériques et matérielles
Pause café

11h00 – 12h30 : Les hackers

  • Eric Freyssinet – Conseiller Ministère de l’Intérieur : Criminalités numériques et leurs acteurs: un panorama en perpétuelle évolutions
  • Benoît Dupont - Université de Montréal. Confiance et capital social dans l'écosystème du piratage informatique
  • Daniel Ventre, CNRS (CESDIP) : Etudier l’hacktivisme : questions théoriques, méthodologiques

12h30 – 14h00 : Déjeuner : libre

14h00 – 16h00 : L'exploitation des données. Défis et opportunités. 

  • Francis Fortin - Université de Montréal : Data mining, médias sociaux et Anonymous : quelques indicateurs à considérer.
  • Bilel Benbouzid - Université de Marne-la-Vallée, Laboratoire, Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS) : Les victimes d'escroquerie en ligne : la plainte et la prise de parole sur le web.
  • Sarah Paquette – Université de Montréal : Enquêtes en matière de pédopornographie : avantages et inconvénients de l'utilisation des données "virtuelles"

Formulaire d’inscription

Ce formulaire doit être impérativement retourné avant le 20 mai 2016 à Daniel Ventre (CESDIP) par email daniel.ventre[at]cesdip.fr

  • Nom :
  • Prénom :
  • Institution/organisme d’appartenance :
  • Fonction :

Déjeuner

Nous rappelons que la pause déjeuner est libre.

Catégories

Lieux

  • Salle 638, 6° étage - Fondation maison des sciences de l'Homme (FMSH), 190-196 avenue de France
    Paris, France (75013)

Dates

  • mercredi 25 mai 2016

Mots-clés

  • cybercrime

Contacts

  • Daniel Ventre
    courriel : daniel [dot] ventre [at] cesdip [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Daniel Ventre
    courriel : daniel [dot] ventre [at] cesdip [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Cybercriminalité », Colloque, Calenda, Publié le lundi 09 mai 2016, http://calenda.org/365535