AccueilUn parti global. Le Parti communiste français dans une perspective transnationale (1917-1991)

Un parti global. Le Parti communiste français dans une perspective transnationale (1917-1991)

A global party. The French Communist Party and the transnational perspective (1917-1991)

*  *  *

Publié le lundi 09 mai 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Ce colloque international est l’aboutissement de trois années de travail réalisé dans le cadre du projet Paprik@2F (Portail archives politiques recherches indexation Komintern et Fond français). Il constitue une ouverture essentielle de l’accès aux archives et aux connaissances tout en offrant de nouvelles perspectives (de la Guerre froide à la fin du bloc de l’Est).

Annonce

Argumentaire

Ce colloque international est l’aboutissement de trois années de travail réalisé dans le cadre du projet Paprik@2F (Portail Archives Politiques Recherches Indexation Komintern et Fond français). Il constitue une ouverture essentielle de l’accès aux archives et aux connaissances tout en offrant de nouvelles perspectives (de la Guerre froide à la fin du bloc de l’Est).

Depuis deux décennies, l’historiographie du phénomène communiste s’est largement internationalisée et a subi de profondes transformations. La référence au "court XXe siècle", qui a joué un rôle si important en France, s’est enrichie sous l’influence d’une "histoire-monde" renouvelée : ce "court XXe siècle" apparaît désormais comme une parenthèse d’une brutalité sans doute exceptionnelle, mais incompréhensible si on ne l’inscrit pas dans les processus de modernisation étatique, d’impérialisme européen et de mise en mouvement des mondes non-occidentaux consubstantiels à la "première mondialisation" de la fin du XIXe siècle. Une historiographie de plus en plus abondante (souvent anglo-saxonne) s’est consacrée par ailleurs à une compréhension neuve de la "civilisation" soviétique. Malgré sa diversité, cette historiographie partage l’ambition de situer le phénomène communiste dans une vaste "zone du moderne" où s’élaborent de nouvelles techniques de gouvernement des masses dont la version soviétique est l’un des possibles. L’expérience bolchevique, qui se construit comme une expérience radicale d’ingénierie sociale dans une société et une économie fermées, est donc paradoxalement "ouverte" aux influences sélectives et aux circulations sous contrôle. L’URSS est en même temps un centre majeur d’émission et de transfert de pratiques politiques, culturelles et bureaucratiques nouvelles, à l’aide d’institutions et d’instruments spécifiques comme le Komintern (puis le Kominform) ou les structures internationales de la diplomatie culturelle soviétique.

Programme

Mercredi, 25 mai 2016

9h30-10h :

  • Mot d’accueil : Jean Vigreux (Université Bourgogne - Franche-Comté, France)
  • Introduction générale : Romain Ducoulombier (ANR PAPRIK@2F, Université Bourgogne - Franche-Comté, France)

10h-12h : Atelier 1 : Centre et périphérie dans le communisme international : le cas du PCF

  • Le PCF et la question française dans le Komintern, Serge Wolikow (Université Bourgogne - Franche-Comté, France)
  • Le PCF/PCE : de l’aube des fronts populaires au crépuscule, Antonio Elorza (Université Complutense de Madrid, Espagne)
  • Dimitrov, Bernhard Bayerlein (à confirmer) (Institut für soziale Bewegungen,
    Ruhr-Universität Bochum, Allemagne)

14h-16h45 : Atelier 2 : Dépendance, contrôle, jeu : étude de cas

  • Une colonne internationale pour sauver Madrid. L’influence prépondérante du communisme français dans l’origine des Brigades internationales et les objectifs poursuivis par le PCF dans leur constitution (juillet – décembre 1936), Edouard Sill  (Dipartimento di Studi Storici, Università degli studi di Torino, Italie ; École Pratique des Hautes Études (EPHE), France)
  • Barbusse, Staline et le PCF, Romain Ducoulombier (ANR PAPRIK@2F, Université Bourgogne - Franche-Comté, France)
  • « L’opinion publique progressiste du monde entier  à la défense de l’URSS ! » Le rôle du PCF dans  la campagne de mobilisation totale autour  du Procès du Parti Industriel, Anna Shapovalova (Sciences Po Paris, France)
  • Quand l’Arménie soviétique s’immisçait dans les affaires de la Commission Nationale Arménienne du PCF, Astrig Atamian (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre européen (CERCEC), Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), France)
  • Un communiste français à l’interface du communisme soviétique et international : Raymond Guyot, un dirigeant de la « génération Thorez »,  Marc Giovaninetti (Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CHS), Université Paris I - Panthéon-Sorbonne, France)

14h-16h45 : Atelier 3 : Cadres, personnel et formation

  • Le « sujet communiste » entre France et Italie. Les années 1920 et la formation d’une classe  dirigeante communiste internationale, Cecilia Bergaglio (Dipartimento di Studi Storici, Università degli studi di Torino, Italie)
  • Alexandru Buican, the Transnational Life of a Political Revolutionary, Cristina Diac (The National Institute for the Study of Totalitarianism, Romanian Academy, Roumanie)
  • Les militantes Unitaires des années 30 : l’expérience française d’un syndicalisme communiste féminin au miroir de la situation européenne, Morgan Poggioli, (Centre Georges Chevrier - MSH Dijon)
  • Une pièce de la fabrique de la politique étrangère du PCF: la structuration de la section de politique extérieure (1946-1978), Nicolas Azam (Centre européen de sociologie et de science politique – Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CESSP-CRPS), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France)
  • The afterlife of interwar French Communists: a group portrait from Communist Romania, Corina Dobos & Mihai Burcea(History Department, University of Bucharest, Roumanie)

17h00 - 17h30 Séance plénière - Andrey Sorokin (Archives russes d’État pour l’histoire sociale et politique, RGASPI, Russie)

Jeudi, 26 mai 2016

09h-12h15 : Atelier 4 : PCF et le fait colonial, impérial et impérialiste

  • De la départementalisation à l’autonomie. Les communistes guadeloupéens et le rapport centre-périphérie (1946 - années 1970), Sylvain Mary(Université Paris-Sorbonne-Paris IV, France)
  • Les communistes marseillais et la question algérienne de 1945 à 1955 : analyse d’un anticolonialisme hybride, Fabien Bénézech (Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO), Université de Rennes 2, France
  • La Résistance comme grille de lecture des conflits coloniaux, Silvina Campo (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, France)
  • Le PCF face à la cause palestinienne de 1967 aux années 1980, Thomas Maineult (Centre d’Histoire de Sciences Po (CHSP), Sciences Po, France)

09h-12h15 : Atelier 5 : Traductions, échanges théoriques et idéologiques, liaisons culturelles

  • Traduire Gramsci. D’une nationalisation dans le PCF à la formation d’une référence globale, Anthony Crezegut (Centre d’Histoire de Sciences Po (CHSP), Sciences Po, France)
  • Le PCF et les conférences économiques internationales (1958-1973), Massimo Asta,(Institutions et dynamiques historiques de l’Économie et de la Société (IDHES), Université Paris I - Panthéon-Sorbonne, France)
  • Le lyssenkisme roumain francophile (1945-1970), Cristiana Oghina-Pavie (Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO), Université d’Anger, France New Europe College Bucarest, Roumanie)
  • Jumelages entre villes françaises et de RDA : un nouvel internationalisme au service de Moscou (1959 à 1981), William Richier (Université de Cergy-Pontoise, France)

11h30 - 12h30 Séance plénière - Kevin Morgan (Université de Manchester)

14h30-16h45 : Atelier 6 : Echanges, confrontations scientifiques, artistiques et culturelles

  • Le cinéma au service du Parti : les enjeux d’une politique cinématographique communiste dans l’entre les deux guerres en France, Nataliya Puchenkina (Interactions, transferts et ruptures artistiques et culturels (InTRu),  Université François Rabelais - Tours, France)
  • Le théâtre communiste, une forme de mondialisation culturelle : l’exemple de la Fédération du Théâtre Ouvrier de France (1929-1936), Haramila Jolly (Centre d’études et de recherche en histoire culturelle (CERHIC), Université de Reims - Champagne Ardenne, France)
  • Une culture musicale communiste mondiale ? Les délégations françaises aux Festivals mondiaux de la jeunesse et des étudiants (1955-1973), Guillaume Roubaud-Quashie & Jedediah Sklower (Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CHS)/Communication, Information, médias (CIM), Université Paris I - Panthéon-Sorbonne Université Paris III - Sorbonne nouvelle, France
  • Filmer l’Europe de l’Est communiste dans les années 1970, Pauline Gallinari (Esthétique, Sciences et Technologies du Cinéma et de l’Audiovisuel (ESTCA), Université Paris 8, France

14h30 – 16h45 : Atelier 7 : Propagande, campagnes et organisations de masse

  • Grand tournant et petits arrangements. La symbolique des Partis communistes français et belge au temps du Front populaire (1934-1939), Dimitri Manessis (Centre Georges Chevrier (CGC), Université Bourgogne - Franche-Comté, France)
  • L’engagement progressif du PCF dans le débat sportif international. Regards sur les politiques  sportives soviétiques (années 1950 - années 1980), Yannick Deschamps, (Equipe de recherche en Sciences Historiques - Art, civilisation et histoire de l’Europe (ARCHE), Université de Strasbourg, France)
  • La politique internationale du PCF entre union de la gauche et mouvement international communiste : le regard du PS, Judith Bonnin (Identités-Cultures-Territoires (ICT), Université Paris 7- Paris Diderot/Università di Bologna France – Italie)

17h – 18h Séance plénière - Silvio Pons (Université Tor Vergata de Rome)

Vendredi, 27 mai 2016

09h-12h15 : Atelier 8 : Voyages et modèles

  • Les fondateurs de la SFIC et la gauche germano-hollandaise (1917-1920) : un échange interrompu, Julien Chuzevill
  • Un exil soviétique pendant la Grand Guerre patriotique (1941-1945). Exemplarité de la figure de Jean-Richard Bloch, intellectuel juif et communiste réfugié en Union soviétique durant la guerre, Rachel Mazuy, (Institut d’Histoire du Temps présent (IHTP), CNRS, France)
  • Le PCF et la Chine (1949-1966) : une étude de cas sur le mécanisme des relations entre les partis communistes, Kaixuan Liu (Institut d’Études Politiques (IEP), Sciences Po, France)
  • L’image du Parti communiste français dans les archives du Parti communiste italien (1968-1984), Marco Di Maggio, (Université de Rome «La Sapienza», Italie)

09h-12h15 : Atelier 9 : Répression, violence, résistance(s)

  • Les structures d’autodéfense du PC, 1920-1934 : outils de lutte et de propagande, Jules Legendre (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA), Université Lumière - Lyon 2, France)
  • L’antimilitarisme révolutionnaire du PCF entre 1925et 1934 : une politique militaire problématique entre défense de l’URSS, stratégie mondiale et construction d’une identité spécifique, Georges Vidal (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe, Université Paris I - Panthéon-Sorbonne, France)
  • Camarades résistants dans les camps de concentration, Paula Schwartz (Dept. of French and Francophone Studies, Middlebury College, Etats-Unis)
  • La verticalité inversée : être cadre intermédiaire du parti dans le contexte de la clandestinité (1939-1944), Fabrice Grenard
  • Les partis communistes français et italien face aux procès des résistants dans le second après-guerre, Greta Fedele (Alma mater studiorum Bologna, Italie)

 14h-16h : Table ronde : Archives

  • Historique, structuration et composition du fonds d’archives de la Section française de l’Internationale Communiste, Corentin Lahu (ANR PAPRIK@2F, Université Bourgogne - Franche-Comté, France)
  • Les imprimés communistes saisis par la police et la justice : pratiques et usagesViolaine Challeat-Fonck & Emilie Charrier, (Archives nationales)
  • Présentation du Portail Paprika (Arnaud Millereux, Aurelia Vasile, Corentin Lahu, Jean Vigreux)
  • Bilan et perspectives : Andrey Sorokin, Archives russes d’État pour l’histoire sociale et politique, RGASPI, Russie) Serge Wolikow, (Consortium Archives des Mondes Contemporains de la TGIR Huma-Num, ArcMC)

Conclusions : Jean Vigreux (Université Bourgogne - Franche-Comté, France, responsable scientifique du programme ANR Paprik@2F)

Lieux

  • MSH de Dijon, 6 esplanade Erasme
    Dijon, France (21)

Dates

  • mercredi 25 mai 2016
  • vendredi 27 mai 2016
  • jeudi 26 mai 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • communisme, PCF, Komintern, Internationale communiste, Parti communiste français

Contacts

  • Aurelia Vasile
    courriel : aurelia [dot] vasile [at] u-bourgogne [dot] fr

Source de l'information

  • Aurelia Vasile
    courriel : aurelia [dot] vasile [at] u-bourgogne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Un parti global. Le Parti communiste français dans une perspective transnationale (1917-1991) », Colloque, Calenda, Publié le lundi 09 mai 2016, http://calenda.org/365564