AccueilInégalités plurielles sur le continent américain

Inégalités plurielles sur le continent américain

Plural inequalities on the American continent - the evolution of perspectives

Évolution des perspectives

*  *  *

Publié le mardi 17 mai 2016 par João Fernandes

Résumé

La question des inégalités est plurielle, en cela qu’elle est aussi bien économique que sociétale, et qu’elle met en jeu un faisceau complexe d’interactions entre revenus, patrimoines, éducation, origines ethniques, géographie, mobilités, intégration, niveaux socioculturels. L’objectif de cette journée d’étude est de rassembler la pluralité de ces perspectives d’abord autour des inégalités aux États-Unis.

Annonce

Présentation

Journée d'études organisée par le groupe "Politiques Américaines" (CREA Centre de recherches anglophones EA 370) à l'Université paris Ouest Nanterre le 29 septembre 2016 sur le thèmes : "Inégalités plurielles sur le continent américain, évolution des perspectives". 

Argumentaire

La question des inégalités est plurielle, en cela qu’elle est aussi bien économique que sociétale, et qu’elle met en jeu un faisceau complexe d’interactions entre revenus, patrimoines, éducation, origines ethniques, géographie, mobilités, intégration, niveaux socioculturels, etc. En ce sens, l’approche civilisationniste peut apporter une contribution utile au débat puisqu’elle s’intéresse à l’ensemble de ces dimensions.

Si la réalité du creusement inégalitaire aux États-Unis à partir des années 80 (et même un peu avant) ne fait plus débat, ses causes et effets sont encore l’objet de discussions. Dans le domaine de l’économie, se croisent des points de vue radicalement opposés. Le courant néolibéral, au début de années 80, justifie les inégalités parce qu’elles dynamisent l’activité économique en encourageant l’initiative individuelle, en même temps que l’effet de ruissellement redistribue la richesse accumulée au sommet (Friedman, Laffer, etc). Chez les héritiers de Keynes, on les juge contraire à l’efficacité économique en raison des déséquilibres macro économiques qu’elles entraînent : déséquilibre entre l’offre et la demande, distortions du marché (Krugman, Stiglitz), et on démontre aussi comment les inégalités perturbent les rapports de force dans le champs sociopolitique, permettant des effets de domination et l’acquisition de rentes (Galbraith). Le lien entre inégalités, développement des activités financières et crises financières est un autre axe qui, initialement décrit dans l’analyse de la crise de 1929 (Galbraith), a été récemment modélisé par Khumof et Rancière  (2010), à l’occasion de la crise de 2008. Enfin, on peut aussi citer des approches plus générales, qui conçoivent les inégalités en deux dimensions, internes/socioéconomiques et territoriales. P.N. Giraud par exemple qui fait de l’inégalité —c’est à dire de la distribution des ressources et des revenus— le thème central de la science économique, et l’analyse à la fois sous l’aspect des inégalités entre territoires, et sous l’angle des disparités entres acteurs économiques d’un même territoire en fonction de l’ancrage territorial (sédentaire/nomade) de leur activité.

De plus en plus, la spatialité est évoquée dans le débat sur les inégalités par de nombreux géographes et urbanistes  : Nancy Fraser (Scales of Justice 2008)  Don Mitchell (The right to the City (2003) ou  Purcell (Recapturing Democracy : neo-liberalization and the Struggle for Alternative Urban Futures 2008).  Tous redisent l’importance de la spatialité dans l’étude des inégalités/injustice/discriminations, elle est au centre de la dynamique capitaliste, le capital devant s’ancrer dans un territoire, puis s’en arracher, afin de maintenir l’accumulation (David Harvey).

Ces dernières années, le débat économique sur les inégalités a connu un rebond avec les travaux de Saez et Piketty, et leur point d’aboutissement, la publication du Capital au XXIe siècle en 2013, qui met en évidence l’extrême concentration de la richesse dans les mains d’une petite minorité, sous la forme de super salaires et de revenus du patrimoine, engendrant un phénomène « gravitationnel », quasi auto entretenu, d’augmentation des inégalités. Ce phénomène cumulatif se combine avec de nombreux autres facteurs, tels que la croissance des inégalités éducatives, la baisse de la mobilité, la régression des classes les moins éduquées, marquée notamment par une baisse de l’espérance de vie, les inégalités géographiques ou d’accès à la santé.

Enfin un autre angle d’analyse est celui de l’histoire des idées. Pour Rosanvallon (La société des égaux) ou Emmanuel Todd (L’illusion économique), c’est une révolution (ou contre révolution) intellectuelle qui rend les inégalités plus acceptables, en transforme la perception, et contribue à la fin des politiques économiques et sociales égalitaires de l’après guerre.

L’objectif de cette journée d’étude est de rassembler la pluralité de ces perspectives d’abord autour des inégalités aux Etats-Unis. La dimension comparative est essentielle ici. La comparaison de deux approches, l’analyse de spécificités régionales peuvent apporter des éclairages utiles. Pour les mêmes raisons, cette journée est ouverte à d’autres pays du continent américain.

Nous sommes aussi ouverts aux propositions qui couvrent différentes périodes historiques afin d’éclairer la période la plus contemporaine. Les communications pourront être présentées en anglais ou en français. Une sélection d’articles issus de cette journée d’études fera l’objet d’une publication.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Nous invitons les chercheurs intéressés par cette journée d’études à envoyer une proposition de communication de 300 mots maximum et un bref cv

au plus tard le 30 juin 2016

aux adresses suivantes :

  • pierrearn@gmail.com
  • laurence.gervais@u-paris10.fr 

Comité scientifique

  • Pierre Arnaud
  • Laurence Gervais
  • Caroline Roland Diamond
  • Jacques-Henri Coste

Lieux

  • Université Paris Ouest Nanterre La Défense - 200, avenue de la république
    Nanterre, France (92001)

Dates

  • jeudi 30 juin 2016

Mots-clés

  • inégalités, États-Unis, revenus, richesses, territoires, pauvreté, éducation, patrimoine

Contacts

  • Laurence Gervais
    courriel : laurence [dot] gervais [at] u-paris10 [dot] fr
  • Pierre Arnaud
    courriel : pierrearn [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Laurence Gervais
    courriel : laurence [dot] gervais [at] u-paris10 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Inégalités plurielles sur le continent américain », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 17 mai 2016, http://calenda.org/366514