AccueilLe craving, cet obscur objet de plaisir

Le craving, cet obscur objet de plaisir

Craving - that obscure object of pleasure

*  *  *

Publié le vendredi 20 mai 2016 par Elsa Zotian

Résumé

En anglais, le verbe transitif to crave apparaît au début du XXe siècle et signifie : demander en implorant ou bien avec humilité. Le craving, cet « appétit insatiable », ce « désir ardent », « cette urgence à consommer » émerge dans nos prises en charge avec le développement de l’usage des psychostimulants. Il nous apparaît donc nécessaire de faire le point sur les aspects psychologiques, pharmacologiques et cliniques de ce phénomène et de tenter de l’objectiver. Le craving peut-il être mesuré ? Existe-t-il plusieurs sortes de craving (de soulagement ou de récompense, craving obsessionnel) ? À quoi correspond-il et peut-il être un indicateur de la prise en charge ?

Annonce

Argumentaire

En anglais, le verbe transitif to crave apparaît au début du XXème siècle et signifie: demander en implorant ou bien avec humilité. Le craving, cet « appétit insatiable », ce « désir ardent », « cette urgence à consommer » émerge dans nos prises en charge avec le développement de l’usage des psychostimulants. En effet, les psychostimulants, dont la dépendance est essentiellement psychologique, ou plus précisément l’arrêt de leur consommation, créent cet état de tension particulier qui rend bien souvent l’abstinence difficile et semble brouiller les prises en charge.

Il nous apparaît donc nécessaire de faire le point sur les aspects psychologiques, pharmacologiques et cliniques de ce phénomène et de tenter de l’objectiver. Le craving peut-il être mesuré ? Existe-t-il plusieurs sortes de craving (de soulagement ou de récompense, craving obsessionnel). À quoi correspond-il et peut-il être un indicateur de la prise en charge ? Plutôt que de le fuir, il semblerait, selon certains auteurs que la bonne attitude face au craving soit plus de l’ordre de l’apprivoisement telle qu’on peut la retrouver dans certaines attitudes psychothérapeutiques.

Tarifs

  • Inscription journée (prise en charge par le stagiaire) : 95 euros
  • Inscription journée (prise en charge par l’employeur ou la formation continue) : 150 euros
  • Tarif étudiant pour les journées : 20 euros

Programme

  • 10h-11h30 : Neurobiologie du craving
    Dr. Jean-Pol Tassin, neurobiologiste, directeur de recherches à l’Inserm
  • 11h30-13h : Craving et impulsivité
    Martial Van der Linden, docteur en psychologie et professeur aux universités de Genève et de Liège
  • 14h-15h30 : Mesurer le craving dans la dépendance à la cocaïne: des études pharmacologiques à la clinique
    Dr. Florence Vorspan, Médecin psychiatre, Fernand Widal, Paris
  • 15h30-17h : Comment la prise en charge du craving a modifié la clinique des addictions
    Dr. Muriel Grégoire, Médecin psychiatre, Centre Médical Marmottan
    Dr. Mario Blaise, Médecin psychiatre, Chef de service, Centre Médical Marmottan

Catégories

Lieux

  • Hôpital Marmottan 17, rue d'armaillé
    Paris, France (75017)

Dates

  • lundi 10 octobre 2016

Mots-clés

  • addiction, manque, craving

Contacts

  • Aurélie Wellenstein
    courriel : documentation [dot] cmm [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Aurélie Wellenstein
    courriel : documentation [dot] cmm [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le craving, cet obscur objet de plaisir », Informations diverses, Calenda, Publié le vendredi 20 mai 2016, http://calenda.org/367141