AccueilEspions, contre-espions et espionnage autour de la première guerre mondiale

*  *  *

Publié le mardi 17 mai 2016 par João Fernandes

Résumé

La première guerre mondiale est l’occasion d’une expérience d’occupation militaire longue de territoires appartenant aux États belligérants ou envahis. L’espionnage devient une préoccupation, tant des occupants que des occupés et les quatre années voient évoluer les modes de recrutements, les techniques, les modes opératoires, le profil individuel et social des agents ainsi que l'ampleur des réseaux constitués. Les participants à la journée d'études veulent se pencher de manière transnationale sur ce laboratoire qu'a pu constituer l'occupation de la Belgique et du Nord de la France. Partant d'activités menées avec un amateurisme sensible, il s'agira d'observer, au fil de la dramatisation d'une guerre qui dure, la professionnalisation du « métier » d'espion et les jeux de brouillages complexes entre espionnage et contrespionnage, patriotisme ou opportunisme, chez les civils et militaires, hommes et femmes impliqués dans le « grand jeu ».

Annonce

Programme

9 h 00 Accueil

  • 9 h 20 : Mélanie Bost (École Royale Militaire/CegeSoma), Emmanuel Debruyne (UCLouvain), Xavier Rousseaux (FNRS-UCLouvain/IEA), Introduction du projet

9 h 30 -12 h 30 : Session I Présidence Olivier Forcade (Université Paris-IV)

  • Emmanuel Debruyne (UCLouvain), Zentralpolizeistelle et Geheime Feldpolizei, les deux visages du contre-espionnage allemand dans les territoires occupés
  • Gérald Sawicki (U. Lorraine), L'espionnage et le contre-espionnage allemand dans les territoires occupés (1914-1918)
  • Elise Rezsöhazy (FNRS-UCLouvain), Taupes, mouchards et moutons. Les agents du contre-espionnage allemand en Belgique et en France occupées (1914-1918)

11 h-11 h 30 Pause

  • Mélanie Bost (École Royale Militaire/CegeSoma), Née dans l'urgence du conflit: la sûreté militaire belge  - contours institutionnels et traces procédurales
  • Gérald Arbois (Centre français de recherche sur le renseignement), Pourquoi espionner au Grand-Duché de Luxembourg ?

12h 30 Discussion

13h 00 Lunch

14 h 15 -15 h 45 Session II Présidence : Sébastien Laurent (Université de Bordeaux)

  • Christophe Vuilleumier (Genève), Les réseaux de renseignement étrangers en Suisse entre 1914 et 1918
  • Katherine Vanheule (KU Leuven), La répression de l'espionnage au cours de la Grande Guerre. Une tâche difficile pour les conseils de guerre belges en campagne?
  • Xavier Rousseaux (FNRS-UCLouvain/IEA), Sortie de guerre et répression de l'espionnage. Les dossiers de l'Auditorat près le Conseil de guerre du GQG de l'armée belge (1918-1919)

15h45 Discussion

16h Pause

16 h 15 Sébastien Laurent (Université de Bordeaux), Conclusions

16 h 45  Discussion technique : le futur du projet

Lieux

  • Institut d'études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun - 17 quai d'Anjou
    Paris, France (75004)

Dates

  • vendredi 20 mai 2016

Mots-clés

  • espion, contre-espion, guerre, Allemagne, Belgique, France, conflits, espionnage, armée

Contacts

  • Institut d'études avancées de Paris Information
    courriel : information [at] paris-iea [dot] fr

Source de l'information

  • elodie saubatte
    courriel : elodie [dot] saubatte [at] paris-iea [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Espions, contre-espions et espionnage autour de la première guerre mondiale », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 17 mai 2016, http://calenda.org/367351