AccueilÉcoute multiple, écoute des multiples

Écoute multiple, écoute des multiples

Multiple listening, listening for the multiple

*  *  *

Publié le mardi 24 mai 2016 par Céline Guilleux

Résumé

« Les anecdotes et la réalité de l’écoute sont infinies » affirmait Luciano Berio. Depuis le tournant du siècle (Ircam 1999), l’attention portée à l’écoute musicale ne cesse de progresser et semble aujourd’hui dominer une large part de la recherche musicologique et ethnomusicologique. Ce séminaire s’inscrit dans cette actualité. Il interroge l’écoute en tant qu’elle est multiple ou qu’elle s’intéresse à des multiples. Multiple, tout à la fois adjectif et substantif, s’entend tour à tour au sens de divers, de varié, de pluriel mais aussi de soumis à une itération, à un grand nombre d’exemplaires ou d’échantillons.

Annonce

 

Argumentaire

Ces quatre journées d’étude s’inscrivent dans l’axe interdisciplinaire « L’oeuvre multiple » du CIEREC. Elles en constituent le versant musicologique.

« Les anecdotes et la réalité de l’écoute sont infinies » affirmait Luciano Berio. Depuis le tournant du siècle (Ircam 1999), l’attention portée à l’écoute musicale ne cesse de progresser et semble aujourd’hui dominer une large part de la recherche musicologique et ethnomusicologique. Ce séminaire s’inscrit dans cette actualité. Il interroge l’écoute en tant qu’elle est multiple ou qu’elle s’intéresse à des multiples. Multiple, tout à la fois adjectif et substantif, s’entend tour à tour au sens de divers, de varié, de pluriel mais aussi de soumis à une itération, à un grand nombre d’exemplaires ou d’échantillons.

Si la multiplicité des occurrences est constitutive de la manifestation physique c’est-à-dire sonore de la musique, comme l’ont mis en évidence Etienne Souriau, Nelson Goodman ou encore Gérard Genette, la multiplicité de l’écoute mérite aussi d’être interrogée. Alors qu’il s’agit pour certains de spécifier dans la multiplicité des écoutes, une écoute musicale qui se distinguerait autant de « l’écoute (religieuse) des fidèles que de l’écoute (flottante) des psychanalystes » (Nicolas, 2014 ; Barthes, 1982), il s’agit au contraire pour d’autres, de « pouvoir écouter toute musique sans l’intention lui étant adossée » par le biais d’une expérimentation sonore qui prend pour tâche « l’écoute sans limites » et vise à émanciper l’écoute des lieux qui l’abritent ou l’enferment (Celedon, 2015).

Entre cette « écoute musicale » et cette « musique sans intention », il y a cependant place pour de nombreuses interrogations, tant l’oreille musicale – celle de l’auditeur ou de l’interprète – informe l’objet de son attention pour l’apprécier et l’évaluer (Szendy, 2000). Le « dispositif audiologique » (Sklower, 2013) intégrant discours, représentations, sensibilités, pratiques et objets est remarquable par ses effets. Il concerne la pratique interprétative tout autant que créatrice, dans la mesure où une oeuvre musicale, ou plus généralement toute musique, est « tout à la fois un donné à juger, une source d’activité et une motivation » (Darbellay, 2007).

Dans cette optique, il faut d’une part prendre en compte l’oreille culturelle (Lortat-Jacob, 2008) ou historique (Kaltenecker, 2010), qui correspond à une manière déterminée d'écouter, de faire et de penser la musique. D’autre part, considérer que l’écoute musicale dépend de ce que l’écouteur – qu’il soit auditeur, interprète, improvisateur ou compositeur – sait, comprend, imagine, reconnaît ou croît reconnaître dans une attitude qui est tout sauf passive.

Dans ce contexte, l’oeuvre, ou toute performance musicale, apparaît comme une force capable d’engendrer d’autres réalisations ou encore des réceptions ouvertes et plurielles. Un des symptômes de la multiplicité de l’écoute n’est-il pas la diversité de créations qu’elle suscite, une seule oeuvre valant pour modèle ou stimulus de multiples autres ? Cette dimension active et créative de l’écoute (Michel de Certeau, 1980) ainsi que les articulations décelables entre l’écoute et le processus créatif, seront particulièrement interrogées. Il s’agira entre autres de déchiffrer et d’analyser des traces des opérations multiples de l’écoute, des usages de l’écoute dans la création elle-même, à l’intérieur d’un spectre allant du canon à l’idiosyncrasie.

La diffusion des musiques, à grande échelle, sur des supports variés et souvent polyformes, multiplie les occasions d’écoute du même tout autant qu’elle démultiplie les occasions de comparaisons de différents. Si « La reproduction conditionne déjà la production » (Stiegler, 2006), en quoi cette ubiquité interfère-telle avec la création ?

Tout type de musique peut être abordé, sans restriction, sur une période allant du début du XXème siècle à aujourd’hui. Une sélection de contributions donnera lieu à publication.

Modalités de soumission

Les propositions de communication comprenant un titre, un descriptif (300 mots maximum) et une brève présentation biobibliographique, doivent être envoyées

avant le 5 juin 2016

conjointement à beatrice.ramaut@univ-st-etienne.fr et laurent.pottier@univ-st-etienne.fr

Les résultats seront notifiés au plus tard fin juin 2016.

Calendrier

  • Première journée : vendredi 4 novembre 2016
  • Journées suivantes : mars et novembre 2017, mars 2018

Comité scientifique

  • Alessandro Arbo (Université de Strasbourg)
  • Talia Bachir Loopuyt (Université de Lausanne)
  • Anne Damon-Guillot (Université de Saint-Etienne)
  • Pierre Fargeton (Université de Saint-Etienne)
  • Nathalie Fernando (Université de Montréal)
  • Martin Kaltenecker (Université Paris-Diderot)
  • Laurent Pottier (Université de Saint-Etienne)
  • Béatrice Ramaut-Chevassus (Université de Saint-Etienne)

Bibliographie sélective

ARBO Alessandro, Archéologie de l’écoute, Paris, l’Harmattan, 2010.
ARBO Alessandro, Entendre comme. Wittgenstein et l’esthétique musicale. Paris, Hermann, 2012.
BARTHES Roland, « Écoute », L’obvie et l’obtus, Paris, Seuil, 1982 [1976], p. 217-231.
BENHAIM Sarah, GUESDON Maël, « Figures de l'écoute : circonstances, usages, métaphores», Volume ! 1/2013 (10:1), p. 285-287
BERIO Luciano, Entretiens avec Rossana Dalmonte, Genève, Contrechamps, 2010 [1983].
CELEDON, Gustavo, Philosophie et expérimentation sonore, Paris, l’Harmattan, 2015.
CERTEAU Michel de, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire., Paris, UGE, 1980.
DARBELLAY Étienne, « Libertés dans la musique occidentale savante et écrite », Musiques : une encyclopédie pour le XXIe siècle, Jean-Jacques Nattiez (dir.), Arles, Actes Sud, 2007, vol. 5, p. 577-601.
DONIN Nicolas, « Qui écoute ? », Circuit, vol. 13 n° 2, 2003, p. 5-10.
FOUCAULT Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, (2001 [1975]), p. 142 sqq
FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité, vol. 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, (2005 [1976]).
GARDNER Howard, Les formes de l’intelligence, Paris, Odile Jacob, 1997. Chapitre 5, « L’intelligence musicale ».
GAYOU Evelyne, Préserver - Archiver - Re-produire : musique et technologie, jeux vidéo, Portraits polychromes, Hors série thématique n° 21, Paris, INA-GRM, 2013.
GUILLEBAUD Christine, Le Chant des serpents ; Musiciens itinérants du Kerala. Paris, CNRS éditions, 2008.
KALTENECKER Martin, L’oreille divisée, les discours sur l’écoute musicale aux XVIIIe et XIXe siècles. Paris, Musica Falsa, 2010.
LORTAT-JACOB Bernard. La clef d'écoute Polyphonies vocales de Sardaigne, entretien avec Marc Chemillier, Musimédiane, n°3 (mai 2008). http://www.musimediane.com/numero3/lortat/lortat01.html
MALLET Julien, Le tsapiky, une jeune musique de Madagascar ; Ancêtres, cassettes et bals-poussière, Paris, Karthala, 2009.
NANCY Jean-Luc, À l’écoute, Paris, Galilée, 2002.
NATTIEZ Jean-Jacques, Musicologie générale et sémiologie, Paris, Bourgois, 1987, p. 25-30.
NICOLAS François, Le Monde-musique, Paris, Aedam Musicae, 2014.
PECQUEUX Anthony, ROUEFF Olivier (dir.), « Être ensemble, écouter, délibérer : l’écoute dans un festival de musiques du monde », Cultures et Musées, n° 26, Paris, 2015.
PECQUEUX Anthony, ROUEFF Olivier (dir.), Ecologie sociale de l’oreille. Enquêtes sur l’expérience musicale, Éditions de l’EHESS. En ligne sur Hal-SHS
SKLOWER Jedediah, « Audiologies », Volume !, 1/2013 (10:1).
STIEGLER Bernard, « L'armement des oreilles : devenir et avenir industriels des technologies de l'écoute », Circuit, vol. 16 (3), 2006, p. 33-42.
SZENDY Peter (dir), L’écoute, Paris, L’Harmattan/IRCAM, 2000.
SZENDY Peter, Écoute : une histoire de nos oreillesPrécédé de Ascoltando, Paris, éditions de Minuit, 2000.

Lieux

  • Université Jean Monnet Saint-Etienne, Université de Lyon
    Saint-Étienne, France (42)

Dates

  • dimanche 05 juin 2016

Mots-clés

  • écoute, musique, musicologie, ethnomusicologie

Contacts

  • Anne Damon-Guillot
    courriel : anne [dot] damon [at] univ-st-etienne [dot] fr

Source de l'information

  • Anne Damon-Guillot
    courriel : anne [dot] damon [at] univ-st-etienne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Écoute multiple, écoute des multiples », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 24 mai 2016, http://calenda.org/367412