AccueilFemmes au travail : quelles archives visuelles ?

Femmes au travail : quelles archives visuelles ?

Women at work - what visual archives?

Que nous apprennent les archives visuelles sur l'histoire des femmes et du genre, sur celle des rapports sociaux de sexe au travail, sur les silences de l'histoire ?

What visual archives tells us about the history of women and gender, social sexual relations at work and the silences in history?

*  *  *

Publié le mercredi 15 juin 2016 par Céline Guilleux

Résumé

La revue Images du travail, travail des images attend des projets d’articles construits à partir de recherches sur les femmes au travail qui mettent des archives visuelles au centre du questionnement.

Annonce

Appel à propositions d’articles pour le n° 6 de la revue Images du travail, Travail des images

Argumentaire

Histoire des femmes et du genre et le travail

L’histoire des femmes, puis des femmes et du genre, qui se constitue en France à partir des années 1970 (Duby & Perrot, 1991 ; Perrot, 1998 ; Thébaud, 2007 ; Zancarini-Fournel, 2005), s’est tout de suite intéressée aux occupations (travaux, emplois, métiers) des femmes. Dans les années 1980, les études féministes ont fait de la question du travail des femmes le point nodal de leur remise en question de l’ordre scientifique masculin. Le travail lui-même était questionné à travers ces recherches : de quoi parle-t-on lorsque l’on parle du travail des femmes ? Qu’en est-il du travail domestique ? De la reproduction ? Le travail apparaît alors comme un phénomène bien plus ample que le seul emploi salarié ou rémunéré, lesquels constituent des enjeux politiques autant qu'économiques, mais qui ne composent qu'une facette récente de l'ontologie « travail ». Néanmoins, les études de genre, maintenant bien installées, ont fait la part belle aux problèmes posés par la reconnaissance des femmes travailleuses, notamment les agricultrices, en pointant en particulier la cécité et l’arbitraire des recensements de l’activité féminine (Maruani & Meron, 2012). Si bien qu’aujourd’hui, en France, comme dans de très nombreux pays, l’histoire du travail des femmes (Battagliola, 2000 ; Schweitzer, 2002) se trouve relativement bien documentée et a fait l’objet de nombreuses publications.

Images et travail

Parallèlement à ces évolutions et depuis les Annales, des historiens – autres que les historiens de l’art ou du cinéma –, des anthropologues et des sociologues commencent à s’intéresser de près aux images. C’est le début des visual studies dans le monde anglo-saxon, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’histoire visuelles dans le monde francophone. On assiste également à un développement important de recherches en sciences de l’information et de la communication qui prennent elles aussi les images comme objet d’étude à part entière. La dernière décennie voit une accélération de cet intérêt pour les images, dont celles du travail. La création de la revue Image du travail, travail des images est un des reflets de cette lame de fond.

L’iconographie a, depuis des temps très anciens, fait une place au travail (Brouquet, Gadéa, Gehin, 2015), même si celui-ci n’est sans doute pas un thème de prédilection, étant certes parfois simplement traité comme un élément de décor de sujets religieux ou profanes, mais investi et reflétant clairement une organisation sociale typée. Les représentations du travail ont beaucoup changé au fil des ans, accompagnant les évolutions de l’idée même de travail. Les conditionnements socio-culturels et les intérêts des commanditaires conduisent ainsi à la production d'images du travail porteuses de messages symboliques pluriels. On le voit bien dans les nombreuses représentations sculptées et peintes des occupations des mois, les auto-représentations proto-professionnelles dans les xve et xvie siècles occidentaux. Puis l'art du xviie et du xviiie siècles s'empare de la représentation du travail comme scène de « genre » où le travail est forcément mis en scène et recréé dans son action ou sa pensée pour sa transcription visuelle mémorielle (Bonnet, 2002 ; Duprat, 2004). Avec la naissance de la photographie, de nouveaux opérateurs, les photographes, se voient très vite confier toutes sortes de réalisations liées au monde du travail, le plus souvent pour y montrer la modernité industrielle ou véhiculer une idéologie patronale (Assegond, 2012 ; Le Roch’Morgère, 2014a et b). Ils y représentent le travail mis en scène ou en spectacle (Péroni & Roux 1996) plus souvent qu’ils n’y montrent les travailleur-e-s en situation réelle de travail. Quand ils commencent à s’auto-photographier, les travailleurs, quant à eux, choisissent plutôt les événements exceptionnels, les moments de convivialité (Monjaret, 1995, 2008 ; Le Roch’Morgère, 2015) ou encore les temps de pause dans tous les sens du terme, devant leur lieu de travail, au mieux devant leur machine (Nerrière, 2014). Si bien que l’activité de travail en photographie s’avère une invention récente. De même, mis à part quelques exceptions notables, le cinéma, de fiction et documentaire, tarde à porter à l’écran des hommes – et plus encore des femmes – au travail ou en formation professionnelle.

Iconographie et genre

Les images, autres que sacrées ou œuvres d’art (identifiées comme telles), longtemps délaissées par les historiens et les sociologues, dans une moindre mesure par les ethnologues – soit parce qu’elles étaient réputées difficiles à interpréter du fait de leur polysémie, soit parce que leur valeur de trace ou d’archive était déniée –, sont aujourd’hui réhabilitées. Les recherches menées sous l’angle du genre s’en sont emparées pour développer toutes sortes d’analyses prenant pour objet les représentations féminines, dans leurs différences avec les représentations masculines, à différentes époques, des scènes peintes sur les vases grecs (Lissarague, 1991) aux représentations hyper sexualisées des héroïnes de jeux vidéo (Lignon, 2015), en passant par la statuaire courtoise du xiiie siècle, les allégories révolutionnaires ou les caricatures publiées dans les journaux du xixe siècle. Si ces différents types de représentations figurées véhiculent davantage des images culturelles, fantasmes ou symboles, que des scènes réelles de la vie quotidienne, elles n’en sont pas moins des reflets de la construction sociale des rapports de sexe, voire les lieux mêmes de cette construction. Même rares, quelques scènes montrant des femmes « ordinaires » au travail se trouvent parfois relevées, par exemple dans l’iconographie tardo-médiévale, comme une Vierge Marie tricotant, une Ève au côté d’un Adam au travail des champs, une marchande de poisson, une sculptrice ou une enluminatrice de manuscrits… (Frugoni, 2002 ; O'Malley 2005), révélant des rôles sociaux hors de la sphère familiale ou des compétences inattendues détenues par les femmes : celle de savoir lire ou de reprendre un commerce suite à un veuvage, comme chez les imprimeurs lyonnais du xviie siècle ou les vignerons champenois du début xxe siècle (Dousset, 2006 ; Winch, 2002)… Les images pointent alors ce que les documents écrits avaient omis de mentionner ou ce que les historiens n'avaient pas exploité jusqu'à une période récente. Les oublis relevés permettent souvent la mise en valeur du rôle des femmes dans le champ professionnel ou scientifique comme c’est par exemple le cas dans l'émergence des sciences de la documentation (Fayet-Scribe, 2000 ; Maack et Passet, 1994).

Le croisement de trois dimensions : Femmes et genre, travail, archives visuelles.

L’ensemble de ces thèmes, pris séparément, a donc déjà donné lieu à une abondante littérature. L’objectif de ce numéro de la revue Images du travail Travail des images est de proposer un croisement de ces trois dimensions : Femmes et genre, travail, archives visuelles.

Pris dans cette combinaison, les travaux se font beaucoup plus rares et n’ont pas encore donné lieu à une publication collective dédiée. Quelques publications récentes ouvrent toutefois la voie (Rennes, 2003a). Signalons en particulier l’ouvrage illustré de Juliette Rennes (2013b) sur les femmes en métiers d’hommes dans un corpus de cartes postales produites entre 1890 et 1930, ou, concernant l’oubli des travailleuses par les politiques de formation, la recherche de Françoise F. Laot (2014) sur un film documentaire tourné en 1966. Quelques articles questionnent la représentation des femmes au travail dans les photographies (Dubesset, 1996) ou dans les fictions contemporaines, constatant qu’elles sont toujours en nombre moins important que les hommes (Jeantet & Savignac, 2012). Leur arrivée à l’écran en tant que travailleuses, notamment ouvrières, s’avère très récente (Hatzfeld, 2013). Mais les ouvrières ont donné lieu à d’autres représentations, en pierre par exemple, comme les ouvrières de l’aiguille ou midinettes statufiées dans les jardins parisiens étudiées par Anne Monjaret (2012). Signalons encore que le thème des représentations du genre dans les manuels scolaires, partageant les rôles sociaux en métiers masculins et féminins, a fait depuis une dizaine d’années l’objet de quelques publications et de plusieurs manifestations scientifiques. Le Colloque de Reims« Le Genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail. Mises en images et représentations » (2015) avait consacré deux ateliers à cette thématique. Néanmoins, parmi ces travaux, ceux qui s’appuient essentiellement sur l’analyse iconographique ne sont pas les plus nombreux. Il nous a semblé que la réflexion ouverte lors de ce colloque pouvait être complétée et prolongée. Cet appel à contribution trouve donc sa place dans ce cadre précis.

Consignes

Les images, archives visuelles, quelles qu’elles soient, ne devront pas être utilisées à titre illustratif ni même, en tant qu’éléments isolés, pour venir appuyer une argumentation. Au contraire, il s’agira plutôt d’un point de départ pour déployer la démonstration. Les champs d'exploration et les périodes sont laissées largement ouvertes, permettant ainsi tous les niveaux de représentation des images, que celles-ci soient narratives ou contemplatives : les femmes au travail peuvent y être figurées en actes, le travail en train de se faire, ou bien un attribut symbolique permet de caractériser les travailleuses comme exerçant tel type de métier ou fonction… Mais cette dernière conception restera minoritaire dans le dossier final.

L’expression « archives visuelle » met l’accent sur ce qui a été et ce qui n’est plus – ou qui n’est plus de la même façon –. L’approche diachronique sera donc privilégiée même si aucune période n’est a priori définie. Le statut d’archives pourra cependant être considéré de la manière la plus ouverte : soit les images étudiées appartiennent à un fonds d’archives déjà existant, exhumé ou tout simplement (mieux) exploré – ou encore rassemblé à fin de recherche – soit c’est le/la chercheur-e lui/elle-même qui confère, en le construisant, le statut d’archives à une trace ou série de traces visuelles (par exemple un relevé photographique de graffitis sur un mur). Dans ce cas cependant, la construction raisonnée de ce statut d’archives et des contours du corpus devra être argumentée.

Ces « archives visuelles » pourront être analysées selon différentes disciplines des sciences humaines et sociales : la pluridisciplinarité du numéro à construire sera l’un des critères de sélection des projets.

Parmi ces analyses, les contextes de production, de diffusion et/ou de réception de ces images seront néanmoins privilégiés, avec des interrogations en particulier sur qui fabrique et diffuse les images, qui y est représenté-e, à qui elles sont destinées et qui les regarde, enfin comment ces différentes positions par rapport aux images du travail s’articulent à des rapports de genre. Les interrogations portant sur ce que cachent les images autant que ce qu’elle montrent seront également appréciées.

Modalités de soumission

Les propositions sont à envoyer pour le 15 octobre 2016

simultanément à :

  • Marianne Cailloux, historienne, maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication, URCA-Cérep : marianne.argoud-cailloux@univ-reims.fr
  • Françoise F. Laot, socio-historienne, professeure de sociologie, URCA-Cérep : francoise.laot@univ-reims.fr
  • Anne Monjaret, ethnologue, sociologie, directrice de recherche au CNRS, IIAC - équipe LAHIC (CNRS-EHESS) : anne.monjaret@ehess.fr

La date de remise des articles rédigés à partir des propositions retenues est fixée à juin 2017.

Coordination

Numéro coordonné par Marianne Cailloux, Françoise F. Laot et Anne Monjaret

Dates

  • samedi 15 octobre 2016

Mots-clés

  • travail, femme, image, genre, archive visuelle, représentation

Contacts

  • Marianne Cailloux
    courriel : marianne [dot] argoud-cailloux [at] univ-reims [dot] fr
  • Françoise Laot
    courriel : francoise [dot] laot [at] univ-reims [dot] fr
  • Anne Monjaret
    courriel : anne [dot] monjaret [at] ehess [dot] fr

Source de l'information

  • Marianne Cailloux
    courriel : marianne [dot] argoud-cailloux [at] univ-reims [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Femmes au travail : quelles archives visuelles ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 15 juin 2016, http://calenda.org/369891