AccueilJusqu’où se soucier des vies ?

Jusqu’où se soucier des vies ?

To what extent worry about lives?

*  *  *

Publié le mardi 14 juin 2016 par João Fernandes

Résumé

En dialogue avec Adorno et ses deux derniers ouvrages, Le désir d’une vie illimitée et Faut-il se soucier du care ?, nous discuterons de la mortalité et du soin dans nos vies. Nous nous demanderons quelle devrait être l’orientation à donner avec justesse à nos pratiques de soin, dans une société où s’impose de plus en plus le désir d’une vie illimitée.

Annonce

Argument de la journée d’étude 

Grâce aux progrès médicaux accomplis ces trois siècles derniers, l’espérance moyenne de vie est passée de 25 à 80 ans. Jusqu’où nous conduit cette progression ? Désirons-nous vivre d’une vie illimitée ? A quoi ressemblerait le monde du soin dans une société où le vieillissement et la mort ne seraient plus que les symptômes d’une maladie évitable ? Quelles seraient les conséquences d’un prolongement indéfini de la vie pour les pratiques soignantes ? Quel rôle, surtout, fait-on déjà jouer aux soignants, dans cette promesse annoncée aujourd’hui par certains courants de pensée, d’une société enfin libérée du vieillissement et de la mort naturelle ?
Selon Francesco Paolo Adorno, professeur de bioéthique à l’Université de Salerneque nous aurons le plaisir d’accueillir à l’occasion de notre journée d’étude, il est urgent que nous posions à nouveau frais la question du sens du soin, dans une société où le souci du maintien en santé s’identifie de plus en plus avec la volonté d’en finir avec la mort. Or, n’est-ce pas la possibilité de la mort, comme celle de la maladie ou du handicap, qui imposent à tout pouvoir économique ou politique légitime des limites éthiques à l’exploitation des vies ?  La question se pose en effet de savoir si nous serions encore autonomes (patients comme soignants) en l’absence de telles limites, face aux pouvoirs qui sollicitent indéfiniment notre force de travail, de servir, de consommer, etc. ? De même, ne dit-on pas que n’a de valeur que ce qui risque d’être perdu ? Que deviendrait donc la dignité d’une vie indéfiniment prolongée ? 

Programme 

9h30-9h45 : introduction à la journée
  • 9h45-10h45 : Francesco Paolo Adorno « La puissance de la mort, ou comment résister à l’emprise du pouvoir sur nos vies »
10h45-11h00 : pause-café
11h00-12h30 :
  • David Doat et Lucia Galvani inachèvement et vulnérabilité de l’homme : une invitation à modifier notre nature ?
  • Stanislas Deprez : se réapproprier sa mort : une voie d’issue à l’emprise du biopouvoir et du capitalisme sur nos vies ?
12h30-14h00 : pause déjeuner
  • 14h00-15h15 : Francesco Paolo Adorno« Comment se faire soigner ? Care et soin entre gouvernement et domination »
15h15-15h30 : pause-café
15h30-17h00 :
  • Alice Lancelle, en collaboration avec Marjolaine Deschênes : En quoi une éthique fondée sur la sollicitude rend-elle compte de considérations politiques « supérieures » aptes à garantir des principes de justice ? 
17h15 : clôture de la journée
 
Pour toute demande d’information, vous pouvez contacter : rozenn.leberre@univ-catholille.fr   enseignante chercheuse au CEM
 
JE M’INSCRIS A CETTE JOURNEE : http://doodle.com/poll/93nqa7ueuz6rtz3u (inscription obligatoire, limitée à 75 participants)

Lieux

  • Maison des Chercheurs de l’Institut Catholique de Lille, 5e étage - 60bis rue du Port
    Lille, France (59)

Dates

  • mercredi 22 juin 2016

Mots-clés

  • bioéthique, éthiques du care, vulnérabilité

Contacts

  • Rozenn Le Berre
    courriel : rozenn [dot] leberre [at] univ-catholille [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Alice Lancelle
    courriel : alice [dot] lancelle [at] univ-catholille [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Jusqu’où se soucier des vies ? », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 14 juin 2016, http://calenda.org/370007

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal

À lire sur le même thème