AccueilPolitiques énergétiques en Afrique : quel avenir ?

Politiques énergétiques en Afrique : quel avenir ?

Energy policies in Africa - what future?

Revue « Afrique contemporaine »

Afrique contemporaine journal

*  *  *

Publié le jeudi 16 juin 2016 par João Fernandes

Résumé

Ce numéro de la revue Afrique contemporaine inaugurera un sous-domaine consacré à l’évolution des politiques et des infrastructures énergétiques en Afrique. Il établira un cadre méthodologique et analytique pour guider les chercheurs en sciences sociales qui travaillent sur l’évolution des secteurs de l’énergie en Afrique de l’ère postcoloniale à nos jours. 

Annonce

Présentation

Nous recherchons des articles scientifiques pour constituer un numéro intitulé « Politiques énergétiques en Afrique : quel avenir ? ». Ce volume est une publication innovante qui se propose de recueillir, dans une perspective comparative, les histoires interconnectées des réseaux d’énergie africains et des politiques économiques en Afrique en matière de production d’énergie, afin de comprendre l’état du développement et les perspectives de l’énergie en Afrique tout en plaçant les ressources énergétiques du continent dans leur contexte historique. Intervention majeure dans le domaine de l’économie africaine de l’énergie, ce projet vise à repenser la littérature du développement consacrée à l’Afrique et les aspects problématiques des pays riches en ressources énergétiques.

Ce numéro de la revue Afrique contemporaine inaugurera un sous-domaine consacré à l’évolution des politiques et des infrastructures énergétiques en Afrique. Il établira un cadre méthodologique et analytique pour guider les chercheurs en sciences sociales qui travaillent sur l’évolution des secteurs de l’énergie en Afrique de l’ère postcoloniale à nos jours.

« Politiques énergétiques en Afrique : quel avenir ? »sera publié sous la forme de numéro spécial d’Afrique Contemporaine. Créée en 1962, Afrique contemporaine est une revue trimestrielle française pluridisciplinaire traitant des dynamiques contemporaines africaines à travers des articles de fond originaux issus d’un fort ancrage de terrain. Elle se positionne comme une plateforme d’échanges et de débats et s’adresse aux acteurs et observateurs des dynamiques contemporaines africaines : chercheurs, gouvernements, société civile, médias, organisations internationales.

Thématique

Les ressources énergétiques jouent un rôle primordial dans l’économie des États africains. Ces ressources sont souvent à l’origine d’économies d’exportation dans des États rentiers, mais elles offrent aussi une considérable opportunité de développement et d’intégration de l’économie africaine.

Après la décolonisation, la littérature tiers-mondiste et les mouvements indépendantistes ont présenté les richesses de l’Afrique, en particulier les sources d’énergie traditionnelles (charbon, pétrole, gaz), comme le meilleur atout pour une industrialisation rapide des États nouvellement indépendants. Le paradigme du levier de l’énergie a été un des piliers des récits pro-indépendance : en acquérant la maîtrise des ressources énergétiques d’un pays, les classes politiques pouvaient affirmer leur indépendance vis-à-vis des anciennes puissances coloniales.

Dans le cas des relations entre l’Europe et l’Afrique notamment, l’énergie représentait, et représente encore aujourd’hui, une dépendance mutuelle entre acheteurs et vendeurs d’énergie.

Cinquante ans après la décolonisation, les États souverains africains doivent affronter de colossaux défis liés au changement climatique et à la nécessité de nouveaux systèmes énergétiques. Ce numéro vise à donner des clés pour comprendre le développement et l’évolution des sources d’énergie africaines depuis la décolonisation.

Comment les infrastructures énergétiques se sont-elles développées ? Dans quelle mesure l’énergie produite en Afrique est-elle effectivement contrôlée et gérée par les pays africains ? Dans quelle mesure les projets de coopération répondent-ils à la poursuite des relations coloniales par d’autres moyens ? Quels défis présentent le développement des énergies renouvelables, la chute du charbon et la volatilité des prix du marché pétrolier pour les économies africaines ? Quelles sont les mesures prises par les dirigeants africains face aux nouveaux défis engendrés par l’évolution des marchés de l’énergie ?

Le développement des questions énergétiques en Afrique ne peut s’envisager sans considérer les particularités locales ; mais il est également nécessaire de « dé-synchroniser » notre approche de cette question et d’adopter une perspective comparative permettant de dégager les traits communs, mais aussi, les différences sur l’ensemble du continent africain, qu’on représente trop souvent de manière simpliste comme un tout organique.

Il est également nécessaire de réexaminer l’état présent des infrastructures énergétiques en Afrique dans leurs contextes historiques. La majeure partie de la littérature consacrée à l’énergie en Afrique analyse les questions géopolitiques d’actualité et adopte des cadres d’analyse synchroniques, s’aventurant rarement dans une reconstruction à long terme du schéma de dépendance à l’égard des marchés étrangers de l’énergie (principalement européens) ; pourtant, des historiens tels Gabrielle Hecht et Timothy Mitchell ont montré l’intérêt de situer le discours énergétique dans un discours « technopolitique » diachronique plus général.

Une étude approfondie du développement de l’énergie du continent apportera des informations et des analyses cruciales sur l’état d’intégration des infrastructures énergétiques et sur les actions communes et les initiatives de collaboration promues par les États africains. En prolongeant les réflexions sur les ressources naturelles en Afrique initiées par la revue (Afrique contemporaine 2003, 2005, 2007, 2009), ce numéro se propose de redonner une dimension historique aux récits sur les ressources énergétiques en Afrique, en explorant les différents contextes nationaux du continent de l’indépendance à nos jours.

Contributions

Notre objectif est de documenter et d’établir le profil des politiques de l’énergie, des infrastructures et des aspects problématiques liés à la production d’énergie en Afrique en l’analysant à partir d’études de cas paradigmatiques dans une perspective comparative, en s’attachant aux investissements, aux marchés, aux politiques nationales et internationales et aux relations entre États et entreprises dans le domaine de l’énergie.

Les articles pourront s’inscrire dans des méthodologies et traditions disciplinaires différentes ou multiples. Ils pourront mobiliser diverses ressources telles que les archives, les récits oraux, la culture matérielle, les données quantitatives et d’autres méthodologies propres aux sciences humaines et sociales. Ils pourront examiner tous types de ressources énergétiques, du bois au charbon en passant par la biomasse, l’électricité, les énergies fossiles, l’uranium ou les énergies renouvelables. Les articles qui se placent dans une perspective historique à long terme et adoptent une approche comparative entre différents lieux et différentes sources d’énergie seront particulièrement appréciés.

Axes thématiques

Plusieurs axes de recherche pourront être explorés :

  • Relations énergétiques entre pays africains
  • Relations énergétiques avec l’Asie, l’Europe, les États-Unis
  • Énergie et panafricanisme
  • Entreprises africaines publiques et privées et sociétés étrangères du secteur de l’énergie
  • Transformation des systèmes économiques entre socialisme, marché libre, nationalisations et organisations économiques internationales
  • Stratégies environnementales élaborées et mises en œuvre par les gouvernements nationaux africains. L’équation néoclassique « consommation d’énergie plus élevée = développement plus rapide » est souvent au cœur des politiques énergétiques nationales : comment celle-ci se situe-t-elle face aux préoccupations environnementales de l’ensemble du continent ? Quelle influence l’agenda de la COP 21 a-t-elle exercée sur les politiques environnementales des États africains ?
  • Rôle de la société civile dans les décisions relatives aux projets énergétiques. Les visions technocratiques du développement « approprié » d’un pays laissent-elles une place à l’expression des populations ? L’Initiative pour la transparence dans les énergies extractives (ITIE), à laquelle certains États africains ont décidé de souscrire, influence-t-elle la gestion des affaires énergétiques ?
  • Réponses africaines à la transition énergétique
  • Énergies renouvelables en Afrique
  • Investissements dans les marchés intérieurs et / ou exportations
  • Corruption et la responsabilité sociale des entreprises

Conditions de soumission

Faire acte de candidature en envoyant une courte note d’une page de 3000 à 6 000 signes (problématique du texte, exposé du déroulé de l’argumentaire, exposé des données, des sources et terrains mobilisés). Ces propositions d’articles, tout l’article lui-même, pourront être rédigés en anglais ou en français. Les articles soumis en anglais seront traduits par l’équipe de rédaction sauf demande contraire. Le numéro imprimé dans sa version papier sera en français.

Les articles devront avoir un format de 35 000 signes espaces compris (notes de bas de page et bibliographie comprises) dans leur version destinée à la publication, ainsi qu’un court résumé de 800 signes (espaces compris), des mots clés et la biographie de l’auteur (150 signes). Les auteurs pourront intégrer à leur article des iconographies (cartes, graphiques, photos, dessins, etc.). Des articles plus courts, pour la section ‘Repères’ du dossier, de 8 000 signes, espaces, notes de bas de page et bibliographie compris, sont également les bienvenus.

Ils suivront la procédure d’évaluation scientifique auprès de deux référés anonymes et du comité de lecture d’Afrique contemporaine.

La soumission des appels à propositions et des articles se fait sur la plateforme Editorial Manager à l’adresse suivante :http://www.editorialmanager.com/afriquecontemporaine/

La publication finale des articles sera conditionnée au succès de la procédure d’évaluation scientifique auprès de deux référés anonymes et du comité de lecture d’Afrique contemporaine.

Vous pouvez nous contacter pour toutes précisions aux adresses suivantes : mrt.musso@gmail.com, roberto.cantoni@enpc.fr, courtinn@afd.fr et fortuiti@afd.fr

Calendrier

  • Envoi de la proposition d’article : le 30 juillet 2016.

  • Réponse de la rédaction d’Afrique contemporaine aux auteurs : le 25 août 2016 au plus tard.
  • Envoi d’une première version des articles présélectionnés : le 1er février 2017.
  • Publication du numéro : 4ème trimestre 2017.

Coordinateurs

  • Roberto CANTONI, chercheur post-doctoral en histoire et sociologie de l’énergie, IFRIS/CNRS/UPEM/École des Ponts ParisTech ;
  • Marta MUSSO, doctorante en histoire de l’économie à l’université de Cambridge et membre fondateur d’Eogan (réseau européen d’archives relatives au pétrole et au gaz

Dates

  • samedi 30 juillet 2016

Mots-clés

  • Afrique, énergie, politique énergétique, transition énergétique, relation énergétique, énergie renouvelable

Contacts

  • Isabelle Fortuit
    courriel : fortuiti [at] afd [dot] fr
  • Nicolas Courtin
    courriel : courtinn [at] afd [dot] fr
  • Roberto Cantoni
    courriel : roberto [dot] cantoni [at] enpc [dot] fr
  • Marta Musso
    courriel : mrt [dot] musso [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Nicolas Courtin
    courriel : courtinn [at] afd [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Politiques énergétiques en Afrique : quel avenir ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 16 juin 2016, http://calenda.org/370182