AccueilHandicap, inclusion et accessibilité

Handicap, inclusion et accessibilité

Disability, inclusion and accessibility - comparative approaches to the Francophone space

Approches comparatives dans l’espace francophone

*  *  *

Publié le vendredi 10 juin 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Ce que nous nommons avec tant d’imprécisions handicap peut être abordé dans une approche culturaliste et défini comme une production sociale et culturelle où le « statut d’handicapé dépend moins de la nature et du degré de la déficience et plus des standards sociétaux de corps “normaux” » (M.J. Armstrong et M.H. Fitzgerald, 1996). Dans cette perspective, il convient de considérer le handicap autour de la combinaison de deux registres, le réel et le symbolique.

Annonce

Introduction

Ce que nous nommons avec tant d’imprécisions handicap peut être abordé dans une approche culturaliste et défini comme une production sociale et culturelle où le « statut d’handicapé dépend moins de la nature et du degré de la déficience et plus des standards sociétaux de corps ‘normaux’ » (M.J. Armstrong et M.H. Fitzgerald, 1996). Dans cette perspective, il convient de considérer le handicap autour de la combinaison de deux registres, le réel et le symbolique. Le registre du réel renvoie à l’expérience de l’individu marqué par l’altération organique et fonctionnelle et les difficultés rencontrées au quotidien pour réaliser différentes actions et activités. Il se structure autour de la corporalité de la personne et de la dimension fonctionnelle et instrumentale du corps (Le Breton). Il s’agit de « la personne telle qu’elle est et telle qu’elle fait ». Ce registre du réel est complété par celui du symbolique organisé autour de la concentration d’une variété de représentations et souvent de préjugés. Il s’agit alors de la « personne telle qu’on la voit et que l’on se la représente », ce qui élargit la corporéité aux usages sociaux des corps.

À partir de ces deux registres, nous pouvons porter attention aux différentes manières de percevoir mais aussi de traiter le handicap, dans des espaces sociaux et culturels spécifiques, notamment dans l’espace francophone. En ce sens, comme le montre Poizat (2009), « la comparaison des États dans la prise en compte des personnes les plus vulnérables ne se résume pas à des considérations techniques mais relève d’une question culturelle profondément enfouie ». Ainsi, si l’espace francophone donne l’illusion d’une convergence et d’une homogénéité linguistique, il apparaît que le rapport au handicap, en tant que pratiques et représentations, au sein des pays d’Afrique Noire (Cameroun, Sénégal, Côte d’Ivoire), dans le bassin méditerranéen (Tunisie, Algérie, Maroc, Liban,… ), au sein du croissant francophone européen (Suisse, France, Luxembourg, Belgique), des Caraïbes (République d’Haïti, Guadeloupe, Martinique) et en Amérique du nord (Québec) se caractérise par des spécificités qu’il convient de mettre en valeur et en perspective. Les questionnements engendrés laissent entrevoir trois axes complémentaires.

Axe 1 : Handicaps et cultures : représentations et typologies

En tant que production sociale et culturelle, le handicap peut être déconstruit afin de repérer les contenus constitutifs de sa définition, structurée autour du corps et de sa dimension biologique et fonctionnelle, mais aussi de l’imaginaire avec des croyances magiques et religieuses voire des attributs divins et maléfiques. Ainsi, normalité, punition, magie, difformité, monstruosité, apparaissent comme des notions mobilisées dans la construction sémantique du handicap. En dessinant les frontières épistémologiques de cette notion, ce sont les publics désignés qui prennent forment, incarnés par des catégories, des familles de handicap, des constructions typologiques. À ce sujet, Fougeyrollas rappelle l’importance de la terminologie utilisée en précisant l’intérêt de choisir le mot approprié pour désigner le réel : « Plus qu’un simple instrument de communication, le langage illustre la façon dont on se représente mentalement une réalité. Il n’est donc pas étonnant que les mots employés pour parler des personnes handicapées aient fait l’objet d’une remise en question, parallèle à l’évolution de leur place dans la société ». Ces propos soulignent aussi la corrélation entre les mots utilisés pour désigner un public et la manière de considérer les personnes désignées par ces mots. En fait, le handicap et son évolution au travers l’usage des appellations telles que déficient, invalide ou encore situation de handicap dans les pays industrialisés, « kokobé » à Haïti, « Eboa » au Cameroun, « vieux balai » au Togo, « mouaak » dans les pays du Magreb, sont des révélateurs traduisant des enjeux symboliques et idéologiques, cristallisés dans des représentations. Ainsi, il importe d’interroger la variété des appellations utilisées et les publics qu’elles désignent dans les différents pays et cultures francophones mais aussi de questionner et d’analyser les représentations sous jacentes qui s’en dégagent : « Quels sont les publics désignés par le handicap ? Quelles en sont les représentations et perceptions par la société ? Quel regard les personnes en situation de handicap portent-elles sur la société ? Comment les personnes vulnérables s’auto-représentent-elles ? Comment sont élaborées les catégories en fonction des déficiences et comment caractériser les évolutions dont elles font l’objet ?

Axe 2 : Pratiques et traitement social du handicap

La question des représentations se prolonge par celles des attitudes individuelles et collectives ainsi que des réponses institutionnelles et sociétales apportées pour répondre aux situations des personnes handicapées. Celles-ci convoquent des positions ambivalentes et binaires oscillant entre la peur, le rejet, l’exclusion, la stigmatisation mais aussi la compassion et la charité, parfois la vénération. Dans tous les cas de figure, une multitude de réponses se côtoient, déterminées par les représentations du handicap, la situation socio-politique, l’histoire, le développement économique et structurel du pays. Quelles sont les mesures et dispositifs mis en place en faveur des personnes handicapées et par quels acteurs sont-elles portées ? Dans certains contextes, une forte mobilisation associative provenant souvent des familles et des personnes elles-mêmes (associations auto support,….) donne lieu à la création d’établissements et de services spécialisés (associations gestionnaires). Dans ce cas, la personne vit dans une institution, confiée à des aidants professionnels, des intervenants sociaux, qualifiés et formés qui assurent le relais des familles. Dans d’autres contextes, ce sont des acteurs comme les Organisations non gouvernementales (ONG) qui prennent une place importante et soutiennent divers projets en lien avec le handicap pour favoriser l’insertion scolaire et professionnelle par exemple. Parfois, la prise en charge quotidienne du handicap reste une affaire privée, celle de la famille, qui s’organise pour répondre aux besoins d’un proche handicapé : parents, frères et soeurs, oncle et tantes sont alors mobilisés autour de la personne handicapée. Au Maghreb, des études s’intéressent à l’annonce du handicap et ses impacts sur la famille (Ben Thabet et al., 2013), les inégalités que subissent les personnes en situation de handicap à divers titres (Trani et al., 2015) et pointent la stigmatisation des familles (Kadri et al., 2004).

Le rôle et les actions de l’État méritent également d‘être questionnés et notamment son rapport avec les acteurs impliqués et concernés par le handicap (familles, associations, organisations non gouvernementales, réseaux à base communautaire). De même, l’État peut favoriser la mise en place de politiques d’accessibilité et de prises en charge du handicap et élaborer un cadre législatif et règlementaire en ce sens. Ainsi, les publics cibles visés, la prise en compte du handicap dans les textes législatifs, le soutien à des dispositifs ou la création de mesures compensatrices et intégratives sont des éléments à analyser et discuter. Il s’agit d’évoquer la cohésion sociale et le vivre-ensemble à travers la participation sociale des personnes en situation de handicap. L’objectif du « vivre ensemble » suppose-t-il la nécessaire mixité (sociale, genre, etc.) ? Quelle est l’importance de l’accompagnement des pratiques et des publics : bénévoles, professionnels, avec quelle formation et quel niveau de compétence ? Au final, à partir de réflexions sur la vulnérabilité et la reconnaissance sociale (Maillard), il s’agit d’envisager le handicap comme analyseur du social.

Axe 3 : Handicap et participation sociale

Depuis la Convention des Nations Unies de 2006 relative aux droits des personnes handicapées (ratifiée par la majorité des pays francophones), la participation sociale est affirmée et reconnue à la fois comme un droit et une finalité à atteindre. Articulé avec les politiques nationales du handicap de chaque pays, il existe un large éventail de mesures permettant de tendre vers la participation sociale des personnes en situation de handicap. Jusqu’où peut aller la participation sociale : qu’en est-il de la scolarisation des élèves ? de la formation des jeunes ? de l’accès et/ou du maintien dans l’emploi ? La question de l’accès aux loisirs, aux activités culturelles et sportives mérite également d’être posée et analysée. Comment la participation sociale s’articule-t-elle avec la notion de qualité de vie ? En même temps, il convient de porter attention aux multitudes de stratégies intégratives et conduites de résilience des personnes en situations de handicap qui soulignent des dynamiques et processus propres aux personnes en situations de handicap dans le cadre de la participation sociale. Quels sont les liens et les effets des différentes logiques (communautaires, individualistes, institutionnelles….) sur la participation sociale ?
Objectifs du colloque et contenu

Ce colloque a vocation à rassembler diverses catégories d’acteurs pour confronter et faire évoluer l’état des connaissances sur le handicap dans l’espace francophone. Dans une volonté de croiser les regards, il mutualise des savoirs et approches de différentes disciplines : sociologie, psychologie, histoire, anthropologie, sciences de l’éducation, économie, sciences politiques… Les interventions sont assurées par des chercheurs et professionnels français mais aussi des pays francophones (Québec, Maroc, Tunisie, Haïti, Belgique..). Elles se composent de travaux de recherche empiriques, méthodologiques, pratiques ou conceptuels qui portent sur des thématiques associées aux axes proposés.

Programme

Lundi 24 octobre 2016

  • 8h30-9h Accueil des participants, Inscriptions
  • 9h-9h30Mots de bienvenue et discours d’accueil José Puig Directeur INSHEA, Minna Puustinen Directrice, Grhapes (EA 7287)
  • 9h30-10h30 Conférence d’ouverture du colloque / Plénière, A confirmer
  • 10h30-10h45 Pause
  • 11h-11h45 Conférence d’introduction / Axe 1 : Handicaps et cultures : « Au-delà du concept d’inclusion : un environnement capacitant » Michel MercierProfesseur émérite Université de Namur, Belgique, Professeur associé UC Lille, président  de l'association de recherche action en faveur des personnes handicapées.

11h45-13h15 

Ateliers 1 Axe 1

  • Handicap et culture au Maroc : La compréhension sociale ? Abdellah EL ABBADY
  • Regard croisé des professeurs du 1er et du 2nd degré sur les besoins éducatifs particuliers en EPS: une mise en norme singulière, Lisa Lefevre et Christelle Marsault
  • Le Handicap psychique et l'exclusion sociale chez les personnes avec une histoire psychiatrique au Centre Hospitalo-universitaire Mars & Kline. Henry-Claude Baltazard

Ateliers 2 Axe 1

  • « Handicap, postures sociales et situation liminale » Emmanuel Weislo
  • Handicap et Représentations Sociales en Haïti : Images du handicap chez un groupe des personne en situation de handicap, bénéficiaires d’assistance à la Caisse d’Assistance Sociale (CAS).ALTANAS Sully
  • La construction du handicap dans le discours social et littéraire du Québec avant la Révolution tranquille, Maria Fernanda Arentsen et Susanne Commend

13h15-14h30 Pause déjeuner

14h30-16h

Ateliers 3 Axe 1

  • Le handicap dans les ouvrages catéchétiques en France : représentations et illustrations. Une approche par la théologie pratique. Talitha Cooreman-Guittin
  • Handicapé visuel au travail agricole et en mendicité émigrante : Usages techniques et sociaux du corps au Burkina Faso, Lingani Salfo
  • Des albinos et des hommes : Etre blanc en Afrique, Frederic Reichhart et Aggée Lomo

Atelier 4 Axe 1

  • L’accès à l’éducation et à la formation professionnelle des personnes handicapées conformément à la loi 19/95 du 16 février 1996, Jonathan Ndoutoume ngome
  • La perception du handicap chez les vute du Cameroun, Daaouda Maingari
  • Vivre avec le syndrome d’Angelman. Le handicap au sein de la famille ou la famille au sein du handicap, Saling Salomé et Aggée Lomo

16h-16h15 Pause

16h15-17h45

Atelier 5 Axe 1

  • Handicap et Culture .Le paradoxe du traitement social du handicap au Cameroun : l’exemple du Centre National de Réhabilitation des Handicapés d’Etoug-Ebé, Roger Noutcha
  • La prise en charge des aliénés du Cameroun sous régime français de 1916 à 1960, Idrissou Alioum
  • Vers un modèle francophone et « mutualisé » du handicap ? Une approche réflexive sur la place du handicap psychique dans l’évolution des politiques sociales internationales. Boucherat-Hue Valérie

Atelier 6 Axe 1

  • Le Bizarre incident du chien pendant la nuit, un spectacle qui met en scène les représentations et perceptions de l’autisme par la société. Marie Astier
  • Représentations et expériences du handicap à travers l'étude des dispositifs muséaux en Île-de-France Cindy Lebat

19h-22h30 Soirée de Gala

Mardi 25 octobre 2016

  • 8h30-9h Accueil des participants
  • 9h-9h45 Conférence d’introduction / Axe 2 : Pratiques et traitement social du handicap Denis Poizat, maitre de  conférences  HDR, université de  Lyon, France

9h45-11h15 

Atelier 1 Axe 2

  • L’accompagnement social personnalise et le développement local inclusif comme moyens d’accès à l’éducation pour les enfants en situation de handicap au Maghreb Anne-Cécile Nerot
  • Transmission intergénérationnelle des savoirs auprès des jeunes adultes handicapés : modèle d’intégration individuelle ou modèle de participation Corinne Baujard et Jean-Paul Valette
  • L’obligation d’emploi des personnes handicapées de la loi 2005 : analyse des stratégies des employeurs Fanny Jaffrès et Marie-Renée Guével

Atelier 2 axe 2

  • L’Outre-mer, règle nationale et exceptions ultra-marines ? Premier et second schémas nationaux d’organisation médico-sociale pour les handicaps rares, (Paris, 2009-2013)- (Paris, 2014-2018).Serge Bernard
  • Le traitement social du handicap : le cas des jeunes sourds du congo-brazzaville, Brice Arsène Mankou 
  • Quand la surdité fait profession : lutte des sourds pour l'accès à l'enseignement et la reconnaissance de leurs compétences, Ornal Mato et Véronique Geffroy 

11h15-11h30 Pause

11h30-13h 

Ateliers 3 Axe 2

  • La difficile construction de l'action publique dans l'espace « sports et handicaps » Flavien Bouttet
  • Déficience visuelle et randonnée pédestre Laurence Rasseneur
  • Le handicap à l’épreuve de l’accessibilité universelle: Pour une société sportive plus inclusive Roy Compte

Atelier 4 axe 2

  • De la clinique du rapport au handicap à la clinique du rapport à l’étrange. Etrangeté et relation pédagogique, Konstantinos Markakis
  • Pratiques de classe en éducation spécialisée : Projet individualisé ou improvisation pédagogique? Kaouthar Lamouchi Chebbi
  • Le paradigme inclusif à l’épreuve du vécu scolaire d’élèves en situation de handicap, Chevallier Rodriguez, Courtinat Camps

13h00-14h30 Pause déjeuner

14h30-16h 

Ateliers 5 Axe 2

  • L’Etat et les acteurs du traitement social du handicap en Suisse romande. Perspective historique (1950 à nos jours), Mariama Kaba
  • Participation sociale des personnes handicapées au Burkina Faso : analyse de l’impact des expériences et pratiques sur l’accès aux services, Félix N.D. Compaore, Estelle koudougou/kabore
  • Le vieillissement des personnes qui présentent un handicap intellectuel : analyse de leurs besoins eu égard aux habitudes de vie et à la santé physique et mentale, à la planification résidentielle ainsi qu’à la planification financière et légale, Sonia Rioux

Ateliers 6  Axe 2

  • Danse intégrée ou la danse comme pratique inclusive, Florence Meregalli 
  • Présentation de l’association Créative Handicap (titre à confirmer), Sylvie Sanchez
  • Autistes » et « éducateurs » sur scènes, Primerano Adrien

16h-16h15 Pause

16h15-17h45

Ateliers 7 axe 2

  • Comment Vivre avec le Handicap Acquis en Tunisie ? De la Prise en Charge à la Prise en Compte, Zmantar Belsam
  • Le non-recours : une autre façon d’exercer sa responsabilité parentale, Gabrielle Auguste

Atelier 8 axe 2

  • L’enseignant de fin d’école primaire face à des élèves à besoins éducatifs particuliers en milieu ultramarin Représentations, enjeux psychiques et influences culturelles, Catherine Luce
  • Les effets de la pédagogie inclusive sur la représentation  sociale du handicap. Mohamed Lamine Ben Abderrahman

19h-20h30 Repa

20h30-22h Handicinéma

Frederic Reichhart,  Aggée lomo et Zineb Rachedi

Mercredi 26 octobre

8h30-9h Conférence d’introduction / Axe 3 : Handicap et participation sociale Ramatoulaye N Diagne, Professeur au Département de philosophie de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, 

9h45-11h15

Atelier 1 Axe 3

  • Les activités physiques et sportives adaptées à l’Association des Paralysés de France : une participation sociale (auto)-limitée, Clément Gazza
  • Etude de la dynamique d’interaction enseignants-élèves souffrant de troubles du spectre autistique, en contexte d’inclusion à l’école maternelle française, Julien Despois
  • La participation parentale dans l’éducation préscolaire des enfants en situation de handicap Thouroude Laurence
  • Les enjeux juridiques et sociaux de l’accessibilité des personnes en situation de handicap aux activités physiques et sportives, Lydie Cohen

Atelier 2 Axe 3

  • Analyse de l’activité et pratiques inclusives à l’université. L’exemple d’un dispositif « prise de notes » pour les étudiants en situation de handicap Catherine Gouédard et Christian Sarralié
  • Vivre, travailler, intervenir collectivement sur la différence – l’inclusion scolaire d’élèves à besoins éducatifs particuliers : élèves avec TSA en milieu scolaire ordinaire, Christian Alin, Creachcadec Danièle, Caroline Alin
  • Perspectives enseignantes et parentales concernant l’inclusion scolaire d’enfants avec TSA, 10 ans après la loi de 2005.Pierre Denis et  Véronique Goussé

11h15

11h30 Pause

11h30-13h00

Atelier 3 axe 3

  • Droit à l’éducation et politiques participatives. Le cas du handicap, Marini Cécile et Ludovic Martel
  • La démocratisation de l’accès aux études supérieures et la diversité étudiante: un cadre de référence et un conseiller au cœur du parcours de l’étudiant, Sylvain Le May
  • Les représentations du handicap psychique chez l’enfant d’âge scolaire. Contribution à la notion d’« éducabilité » à partir d’une approche comparée dans la clinique franco-vietnamienne, TRAN Thu Huong et Boucherat-Hue Valérie

13h00-14h00 Pause déjeuner

14h00-15h30

Ateliers 4  Axe 3

  • La participation sociale des élèves des classes spécialisées : une inclusion impossible ? Claire de Saint Martin
  • Vivre son autonomie au quotidien et être une personne en situation de handicap : une enquête par questionnaires en Belgique francophone réalisée en 2015. Paul van walleghem (14.30)
  • La psychothérapie analytique et la pédagogie : guérir et enseigner, deux métiers en charnière de la clinique du handicap. Graciela Trabajo

Atelier 5 Axe 3

  • La scolarisation en Unité localisée pour l’inclusion scolaire pour les élèves autistes peut-elle devenir un tremplin vers la participation sociale ? Hélie Thierry
  • Education inclusive des enfants en situation de handicap : Un modèle prend forme au Maroc Rkia Chafaqi
  • Influence de la pratique sportive en milieu ordinaire sur les attitudes de l’entourage à l’égard des jeunes déficients intellectuels d’atteinte légère. Jelleli Hilmi, Ouelhazi Samira, Jebabli Samir, Ben Rejeb Riadh

15h00-15h30 Synthèse du colloque (LOMO AggéeRACHEDI  Zineb, REICHHART Frédéric) et mot de clôture

15h30- 16h30 POT de clôture suivi d’une réunion pour la constitution du réseau des chercheurs en étude francophone

Lieux

  • 58 avenue des landes
    Suresnes, France (92150)

Dates

  • lundi 24 octobre 2016
  • mardi 25 octobre 2016
  • mercredi 26 octobre 2016

Mots-clés

  • inclusion, handicap, francophonie

Contacts

  • Elodie Bouchet
    courriel : elodie [dot] bouchet [at] inshea [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Elodie Bouchet
    courriel : elodie [dot] bouchet [at] inshea [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Handicap, inclusion et accessibilité », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 10 juin 2016, http://calenda.org/370315