AccueilVoix à distance. Faire sens de la vocalité en sciences humaines

Voix à distance. Faire sens de la vocalité en sciences humaines

Distant Voices. Making Sense of Vocality in the Human Sciences

*  *  *

Publié le jeudi 16 juin 2016 par João Fernandes

Résumé

Des performances vocales sont souvent au cœur de situations exceptionnelles ou rituelles censées incarner des valeurs sociales et produire des actions ou des effets très spécifiques. Les usages des techniques vocales spécialisées, l’essor d’une vocalité virtuose résultant d’une manipulation ou d’une mutilation du corps des chanteurs, mais aussi les hallucinations acoustiques ou la glossolalie, le « parler en langues », sont autant de phénomènes qui mettent au défi les disciplines et savoirs de l’anthropologie, de l’histoire de la religion, la musicologie, la psychiatrie, ou la psychanalyse. Ce colloque entend contribuer à une anthropologie historique susceptible de prendre en compte de manière réflexive les conditions de possibilité sociales, culturelles et matérielles des sciences humaines.

Annonce

Argumentaire

Des performances vocales sont souvent au cœur de situations exceptionnelles ou rituelles censées incarner des valeurs sociales et produire des actions ou des effets très spécifiques. Les usages des techniques vocales spécialisées (comme ceux dans le théâtre de la tragédie grecque, du chant diphonique dans un contexte rituel ou thérapeutique ou de la polyphonie dans la musique sacrée occidentale), l’essor d’une vocalité virtuose résultant d’une manipulation ou d’une mutilation du corps des chanteurs (comme dans le cas des castrats dans l’opéra européen depuis le XVIème siècle), mais aussi les hallucinations acoustiques (les voix prophétiques ou « apparitions » des voix) ou la glossolalie, le « parler en langues », sont autant de phénomènes qui mettent au défi les disciplines et savoirs de l’anthropologie, de l’histoire de la religion, la musicologie, la psychiatrie, ou la psychanalyse. Au sein du discours des sciences humaines, les voix se présentent comme des objets à distance : distance historique quand il s’agit des sujets absents ou morts (les voix du passé), distance culturelle quand ils appartiennent à un autre monde (les voix des autres). Face à ces formes de distance, les sciences humaines ont développé différentes techniques de fixation, d’interprétation et de conservation (notation, transcription, écriture, enregistrement sonore), techniques que nous proposons d’interroger ici dans une perspective à la fois épistémologique et historique. C’est en ce sens que ce colloque entend contribuer à une anthropologie historique susceptible de prendre en compte de manière réflexive les conditions de possibilité sociales, culturelles et matérielles des sciences humaines.

Programme

1er juillet

  • 9.30-10.00 Ouverture (Antonella Romano, Philippe Hoffmann) et Introduction (Martin Brody, Andreas Mayer)

Session 1: Techniques vocales et espaces scéniques / Vocal Techniques and Theatrical Spaces

Président / Chair : James Chandler (University of Chicago)

  • 10.00-10.45 Sarah Nooter (University of Chicago) : The Mortal Voice on the Ancient Greek Stage
  • 10.45-11.30 Justus Fetscher (Univ. de Mannheim) : Sound Masks. Impersonation via Voice in Canetti
  • 11.30-11.45 Pause café
  • 11.45-12.30 Flora Willson (King's College London, UK) : Voice Problems; or, On Operatic Realism
  • 12.30-13.15 Discussion

Session 2: Signals and Noises / Signaux et bruits

Président / Chair : Andreas Mayer (CAK, CNRS)

  • 14.45-15.30 Martin Brody (Wellesley) : Modern Crowds: the Tuning and Temperament of Atonal Choruses.
  • 15.30-16.15 Jim Chandler (Univ. of Chicago) : The Vocal Image in Cinema: Vertigo and The Conversation
  • 16.15-17.00 Discussion

2 Juillet

Session 3: Voix intérieures et langages imaginaires / Inner Voices and Imaginary Languages

Présidente / Chair : Jacqueline Carroy (CAK, EHESS)

  • 10.00-10.45 Alessandra Pozzo (LEM Paris), Pourquoi et comment étudier un phénomène linguistique en utilisant les critères inhérents au contexte qui l’autorise : l’exemple de la glossolalie en Occident
  • 10.45-11.30 Andreas Mayer (CAK, CNRS) : The Voice as a Recalcitrant Object: On the Limits of Psychoanalysis
  • 11.30-11.45 Pause café
  • 11.45-12.30 Françoise Meltzer (University of Chicago) : Joan of Arc's Voices: Psychiatric Responses
  • 12.30-13.15 Discussion

Session 4: Ethnographies du chant et de la parole / Ethnographies of Singing and Speaking

Président / Chair : Thomas Pavel (University of Chicago)

  • 14.15-15.00 Denis Laborde (Centre Georg Simmel, CNRS-EHESS, Paris), Echelle, timbre, rythme : transcrire la voix dans les chansonniers du XIXe siècle européen
  • 15.00-16.00 Projection Film « Maîtres du chant diphonique » (Jean-François Castell, 55 min.)
  • 16.00-16.45 Johanni Curtet (Univ Rennes) : Du khöömii au chant harmonique : état d’une distance géographique, culturelle et scientifique dans les perceptions d’une technique vocale mongole
  • 16.45-17.00 Pause café
  • 17.00-17.45 Karine Le Bail (CRAL, CNRS, Paris) : Voir et toucher le son : une approche spatiale de l’écoute
  • 17.45-18.30 Discussion

Lieux

  • University of Chicago Center - 6 rue Thomas Mann
    Paris, France (75)

Dates

  • vendredi 01 juillet 2016
  • samedi 02 juillet 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • technique vocale, espace sonore, histoire du théâtre, histoire du chant, histoire du cinéma, ethnographie du chant, technique du croire

Contacts

  • Andreas Mayer
    courriel : andreas [dot] mayer [at] ehess [dot] fr

Source de l'information

  • Andreas Mayer
    courriel : andreas [dot] mayer [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Voix à distance. Faire sens de la vocalité en sciences humaines », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 16 juin 2016, http://calenda.org/370512