AccueilInterdisciplinarités étudiantes et échanges sur les musiques populaires

Interdisciplinarités étudiantes et échanges sur les musiques populaires

Student interdisciplinarities: looking at popular music

IIIe édition

*  *  *

Publié le jeudi 16 juin 2016 par Céline Guilleux

Résumé

L’étude des musiques populaires est un champ qui connaît une expansion croissante tant à travers le monde qu’au sein de l’hexagone. La recherche scientifique autour des musiques populaires attire de plus en plus de chercheurs en formation qui viennent renforcer un champ d’étude dynamique auquel participent activement de nombreux scientifiques de renom.

Annonce

Argumentaire

Par musiques populaires, nous entendons l’idée volontairement large de toutes les musiques nées, entre autres, avec la reproduction mécanique et l’industrie de la musique. Leur étude porte à la fois sur l’objet sonore qu'elles constituent, mais également sur les contextes socioculturels dans lesquels elles s’inscrivent, de leur production à leur réception. Ce champ comporte également l'étude des représentations et discours médiatiques qui se rapportent aux musiques populaires. Initié en partie par les popular music studies à l’étranger, le champ d'étude des musiques populaires est développé par des chercheurs, des revues (Popular Music and Society, IASPM Journal, Popular Music, Volume !, etc.), des acteurs divers et variés (IASPM, ISMMS, etc.), le rendant prolifique et diversifié[1].

L’approche choisie par le communiquant pourra englober toutes les disciplines et en appellera aux connaissances aussi bien sociologiques que musicologiques, anthropologiques, économiques, historiques, géographiques, philosophiques, ou encore juridiques et politiques. Notre but est avant tout de permettre aux étudiants de confronter leurs travaux à ceux d’autres étudiants et chercheurs.

Le colloque sera articulé autour des axes suivants :

"Musique  et  Genre" 

Par cet axe, laissé de côté l'année dernière, nous souhaitons proposer une réflexion autour du concept de genre, comme construction sociale des sexes, dans le milieu musical. L'intérêt sera dès lors de questionner, tant au niveau de la production (industrielle ou artistique) que de la réception, la manière dont les rapports masculins / féminins, les attributions, les représentations et les revendications qui y sont associées, jouent un rôle dans l’organisation des pratiques musicales. Cet axe peut également comporter une dimension réflexive sur le rôle et le regard du chercheur en tant que porteur représentant d'un genre sur son terrain et dans son analyse.

"Musique et Espaces"

Dans cet axe, les propositions pourront aborder la question de la diffusion des pratiques musicales (des circulations globales aux réappropriations locales), du rôle de la musique dans la production des lieux, ou encore de la construction de territorialités spécifiquement musicales. La thématique « espace » peut, en ce sens, comporter une  réflexion sur la réception et les publics d’un lieu ou d’une scène particulière ; la manière dont les individus et les publics influencent la production musicale, voire en modifient le sens. Cette thématique inclue également la question de l'interaction entre acteurs et publics, à la fois en terme de stratégies artistiques, mais aussi d'espaces d'échanges et de communautés d'intérêt ou de fans. Peut ainsi être traitée la constitution d'un monde social par l'interaction entre les individus et des acteurs institutionnels. Cet axe s'inscrit notamment dans une volonté de faire le lien avec les réflexions déjà élaborées en géographie de la musique.

"Mutations et hybridations musicales

Cette thématique est consacrée à la question de l'étiquetage de la musique. On s’intéressera à comment sont définis les genres et les esthétiques. Le sens des termes utilisés pour définir les phénomènes musicaux évoluent avec le temps et doivent faire l’objet d’un travail généalogique constant. Seront amenées à être questionnées, de manière critique, les labellisations issues des acteurs de l'industrie musicale, des artistes et ou encore des publics au sein même d'une esthétique, et dans quelles mesures ces appropriations participent à la création de sens.

"Engagements, politiques et administrations"

Par cet axe, nous entendons traiter d'une part les interconnections pouvant exister entre institutions et musique, et d'autre part les manières dont ces interconnexions peuvent être perçues dans les musiques populaires. La question de l'impact des politiques culturelles sur la production musicale est centrale à cet axe. Il s’agirait également de questionner le rôle joué par les musiques populaires dans la formation de mouvements ou d’entités, qu’ils soient sociaux, administratifs ou politiques. Cet axe pourra enfin comprendre la question de l'éducation aux musiques populaires.

Les thématiques ci-dessus seront prioritaires, sans pour autant s’avérer discriminantes pour les propositions reçues. Nous conserverons de la place pour des panels généralistes qui s'intéresseraient à des thématiques transversales ou différentes.

Bibliographie indicative

Auslander. Philip, Glam Rock, la subversion des genres, Paris, La découverte, 2012

Becker. Howard S., Outsiders, études de sociologie de la déviance, Paris, Metaillé, 1985 

Bennett. Andy, Cultures of Popular Music, Buckingham, Open University Press, 2001 

Bennett. Andy & Richard A. Peterson (eds.) Music scenes: local, translocal, and virtual, Nashville, Vanderbilt University Press, 2004 

Brackett. David, Interpreting Popular Music, Cambridge, Cambridge University Press, 1995 

Brandl. Emmanuel, Hyacinthe Ravet, Catherine Rudent & Cécile Prévost Thomas (coll.), 25 ans de sociologie de la musique en France, tome 1 et 2, 2012, Harmattan, Paris 

Canova. Nicolas, La Musique au cœur de l'analyse géographique, Paris, L'Harmattan, 2014

Chabot-Canet. Céline, Léo Ferré : une voix et un phrasé emblématiques, Paris, l'Harmattan, 2008

Connell. John & Chris Gibson, Sound tracks, popular music, identity and place, London, New-York, Routledge, 2002

Constant-Martin. Denis, Aux sources du Reggae, musique, société et politique en Jamaïque, Roquevaire, Parenthèses, 1982

Constant-Martin. Denis « Attention, une musique peut en cacher une autre, l’appropriation α et ω de la création », Volume ! 10 n°2, 2013

Da Lage. Emilie, « Politiques de l’authenticité́ », Volume! vol.6, n°1-2, 2009

Faulkner. Robert R. & Howard S. Becker, do you know... ? The jazz repertoire in action, 2009, Universitarian Press of Chicago, Chicago

Freitas. Frank, Malek Bouyahia & Karima Ramdani (ed.), Sex Sells, Blackness Too ?, Volume 8:2, 2011

Frith. Simon, The Sociology of Rock, London, Constable, 1978 

Frith. Simon, Taking Popular Music Seriously: Selected Essays, Ashgate, Aldershot, 2007 

Frith. Simon and Angela McRobbie, « Rock and Sexuality », On Record : Pop and the written Word, London et New York, Routledge, 1991

Garofalo. Reebee, « Crossing Over : From Black Rhythm & Blues to White Rock and Roll », Rythm and Business, The political economy of Black Music, New York, Akashit Books, 2002

Guibert. Gérôme, La production de la culture. Le cas des musiques amplifiées en France Genèses, structurations, industries, alternatives, Paris, Irma/Séteun, 2006 

Guiu. Claire, (dir), « Géographie et Musique, quelles perspectives ? », Géographie et Cultures, n°59, Paris, L'Harmattan, 2006

Hammou. Karim, « Des raps en français au «rap français », une analyse structurale de l’émergence d’un monde social professionnel », Histoire et Mesures, vol.24n°1, 2009 

Hesmondhalgh. David, Why music matters, Londres, Wiley-Blackwell, 2013

Jenkins. Henry, La culture de la convergence, des medias aux transmédias, Paris, Armand Colin, 2014

Kaiser. Marc, "Le concept de ’scène’: entre activité artistique locale, réseau stylistique global et vie sociale urbaine", Revue2.0.1,n°2, 2009 

Le Guern. Philippe, & Simon Frith (dir.), «Sociologie des musiques populaires », Réseaux, vol. 25, n° 141-142, 2007 

Le Guern. Philippe (dir.), « Faire de la musique en régime numérique », Réseaux, N°172, 2012 

Lebrun. Barbara, Protest Music in France. Production, Identity and Audiences,  Ashgate, Farhnam and Burlington, 2009

Mc Robbie. Angela, « Setting accounts with Subcultures : a feminine critique », in Feminism and Youth culture, n°39, 1980

Molinero. Stéphanie, Les publics du rap, enquête sociologique, Paris, l'Harmattan, 2009

Moore. Allan F. (ed.), Analyzing Popular Music, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 

Perrenoud. Marc (coll), les terrains de la musique, approches socio-anthropologiques du fait musical contemporain, Paris, Harmattan, 2006

Pirenne. Christophe, «La mondialisation multiple des musiques populaires », in Solomos, Makis (ed.) Musique et globalisation : Une approche critique, Sampzon, Delatour, 2012

Prévost-Thomas. Cécile, «Les nouvelles perspectives en sociologie de la musique», L’Année socio­lo­gique, 2010, vol.60, n°2, 2010

Raibaud. Yves, (dir), Comment la musique vient aux territoires, Actes du colloque organisé par le laboratoire de recherche ADES / MSHA (Bordeaux, 2007), Pessac, Publications de la MSHA, 2009

Ravet. Hyacinthe, L’observation des pratiques musicales : méthodes et enjeux, Paris, Université Paris- Sorbonne, Observatoire Musical Français, 2001 

Rose. Tricia, The Hip Hop Wars. What we talk about when we talk about hip hop and why it matters, New York, Basic Books, 2008

Saladin. Matthieu, Esthétique de l'improvisation libre. Expérimentation musicale et politique, Dijon, Les presses du réel, coll. Ohcetecho, 2014

Scott. Derek (ed.), The Ashgate research companion to popular musicology, Farham, Ashgate, 2009 Sterne. Jonathan, The Audible Past: Cultural Origins of Sound Reproduction, Durham, Duke University Press, 2003 

Straw. Will, «System of Articulation and Logic of Change: Communities and Scenes in Popular Music», in Cultural Studies,vol. 5 n°3, 1991 

Tagg. Philip, Music's Meanings: a modern musicology for non musus, New York & Huddersfield, Mass Media music scholars’ press, 2013 

Théberge. Paul, Any Sound You Can Imagine: Making Music / Consuming Technology, Middletown Cl, Weslevan University Press, 1997 

Weiss. Sarah, «Écouter le monde mais n’entendre que soi, hybridité et perception de l’authenticité dans les musiques du monde »Volume!, vol.10, n°1, 2013

Whiteley. Sheila, Andy Bennett & Stan Hawkins (eds.) Music, space and place, popular music and cultural identity, Aldershot & Burlington, Ashgate, 2004

Notes

[1] Pour cette  définition, nous nous appuyons notamment sur de nombreux travaux comme présentés en bibliographie, ou encore par l'IASPM ou la  revue Volume!.

Conditions de participation

Les propositions de communication (3000 signes maximum) devront comprendre un descriptif de la communication, le cadre théorique et la problématique, la méthodologie, ainsi qu'une description du corpus/terrain et une bibliographie. Celles-ci sont à envoyer par mail à l'adresse suivante: contact@acemup.fr en format word et pdf.

Cette proposition sert de base à une présentation orale qui, si elle est sélectionnée pour le colloque, sera d'une durée de 20 minutes suivie d'un temps de discussions et d'échanges. Dans cette mesure, les propositions peuvent également être complétées par une courte présentation vidéo (3 minutes maximum). De format libre, celle-ci pourrait permettre de valoriser les capacités orales du communiquant. En effet, il est primordial que les présentations lors du colloque soient vivantes et accessibles pour les autres disciplines afin de s’inscrire dans une optique de pédagogie et d'échange, chère à la dynamique de l'ACEMuP.

  • Envoi de la proposition de communication : avant le 1 novembre 2016

  • Date de réponse du comité: mi-novembre 2016
  • Date du colloque: 9 décembre 2016

Seront en priorité retenues les propositions s’inscrivant dans les thèmes susmentionnés et proposés par des étudiants pouvant justifier d’un travail aboutissant à un écrit de type mémoire ou thèse (M1, M2, D1 voire D2). Un intérêt particulier sera porté aux propositions innovantes et pertinentes. Nous tenons par ailleurs à mettre en avant le fait que cet appel s’adresse également à des étudiants de Master Professionnel qui feraient preuve d’une démarche réflexive et d’un intérêt pour la recherche sur les musiques populaires.

Organisation

L'association pour un colloque étudiant sur les musiques populaires (ACEMUP)

Comité scientifique de sélection

L’aspect étudiant étant central dans notre démarche, nous tenons à intégrer au processus de sélection des chercheurs en formation. Ainsi, un premier comité composé d’étudiants en thèse (à partir de D2 et jusqu’à deux ans après le rendu de la thèse) effectuera une sélection qualitative sur les aspects évoqués plus tôt (pertinence du sujet, méthodologie, rigueur scientifique, bibliographie…).Celui-ci sera composé de:

  • Rémi BOIVIN, Doctorant en sociologie à l’EHESS, associé au Centre Norbert Elias
  • Claire BRISSON, Doctorante en géographie à l'Université Paris-Sorbonne, laboratoire ENeC
  • Kéivan DJAVADZANEH, Doctorant-ATER au département de science politique de l'Université Paris 8, Cresppa-LabTo
  • Thibault JEANDEMANGE, Doctorant en Sciences Politique à l'IEP Lyon
  • Chloé MONIN, Docteure en sciences de l'information et de la communication, enseignante vacataire à l'université Louis Lumière Lyon
  • Sergio PISFIL, Doctorant en musique à l'Université d'Edimbourg
  • Léa ROGER, Doctorante en anthropologie de la musique en cotutelle entre l'EHESS à Paris et l'ULB à Bruxelles
  • Sophie TURBÉ, Doctorante en Sociologie et ATER, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S), Université de Lorraine
  • Jeremy Joseph VACHET, Doctorant en économie à l’Université de Leeds

Comité scientifique de parrainage

La sélection officielle sera ensuite validée par le comité de parrainage, composé de chercheurs confirmés:

  • Céline CHABOT CANET – Maitre de conférences en musicologie à l'Université Lyon 2 Lumières
  • Denis Constant Martin – Chercheur en sciences politiques, chercheur en anthropologie
  • Barbara LEBRUN – Maitre de conférences en culture et politiques contemporaines françaises à l'Université de Manchester
  • Philippe LE GUERN – Professeur de la 71e section, Université de Nantes, Centre Atlantique de Philosophie. Chercheur associé au CRAL-EHESS
  • Stéphanie MOLINERO – Enseignante associée à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, chercheuse associée au CERLIS
  • Matthieu SALADIN – Artiste, musicien, maître de conférences en arts sonores à l’université Paris 8

Contact

Cécile Verschaeve, Lucie Le Guen, Mathilde Petitot,

contact@acemup.fr

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • mardi 01 novembre 2016

Mots-clés

  • musique populaire, étudiant, interdisciplinarité, genre, espace, hybridation, politique

Contacts

  • Mathilde Petitot
    courriel : contact [at] acemup [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Mathilde Petitot
    courriel : contact [at] acemup [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Interdisciplinarités étudiantes et échanges sur les musiques populaires », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 16 juin 2016, http://calenda.org/370573