AccueilIdentités, conflits et interventions sociolinguistiques

Identités, conflits et interventions sociolinguistiques

Identities, conflicts and socio-linguistic interventions

Réseau francophone de sociolinguistique

Francophone sociolinguistics network

*  *  *

Publié le vendredi 01 juillet 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Le comité d’organisation de l’édition 2017 du congrès du réseau francophone de sociolinguistique (RFS) a choisi d’explorer, à propos des communautés nationales aussi bien que des groupes (de jeunes, de femmes, de citadins), l’articulation entre identités, conflits et interventions d'ordre sociolinguistique.

Annonce

Argumentaire

Après le Congrès de Corte centré sur les pouvoirs, les contre-pouvoirs et les non pouvoirs et celui de Grenoble sur l’hétérogénéité et le changement, le comité d’organisation de l’édition 2017 du Congrès du RFS (qui se tiendra à Montpellier) a choisi d’explorer, à propos des communautés nationales aussi bien que des groupes (de jeunes, de femmes, de citadins), l’articulation entre identités, conflits et interventions d’ordre sociolinguistique. Ces trois objets sont d’actualité en France avec, par exemple, les positionnements de forces politiques insulaires en faveur de l’officialisation de la langue corse, mais plus largement, dans tous les combats pour la défense des « petites » ou des « grandes » langues ou encore dans les débats autour des politiques linguistiques de défense du français, comme la loi 101 au Québec. Ces objets concernent des terrains divers et contrastés et qui se trouvent au coeur du travail des sociolinguistes depuis l’observation (à partir de perspectives théoriques et méthodologiques variées) jusqu’à la production de réponses glottopolitiques et/ou didactologiques, sans oublier bien entendu la nécessaire réflexion autour des notions mêmes d’identité, de conflit et d’interventions sociolinguistiques, sujettes à controverses.

Le RFS défend une acception résolument étendue de la sociolinguistique contemporaine, au travers de la diversité des domaines investigués, des objets d’étude, des perspectives théoriques et méthodologiques convoquées. Cette diversité relève d’ancrages épistémologiques contrastés qui ont peu à peu structuré le champ de la sociolinguistique. La volonté collective d’appréhender le langage en société a en effet impulsé à partir des années 60 des approches diversifiées développées par des chercheurs venus d’horizons multiples. Au-delà des divergences de vues, c’est sur cette volonté commune de concevoir et pratiquer la linguistique comme une science humaine et sociale qu’ont en particulier reposé le développement de travaux sur la communication verbale in vivo, sur les interactions interpersonnelles, sur la variation intra- et inter-linguistique et la prise en compte des contextes socio-historiques et idéologiques de production des discours, ainsi que sur la gestion des bi et plurilinguismes.

Après le Congrès de Corte centré sur les pouvoirs, les contre-pouvoirs et les non pouvoirs et celui de Grenoble sur l’hétérogénéité et le changement, le comité d’organisation de l’édition 2017 du Congrès du RFS (qui se tiendra à Montpellier) a choisi d’explorer, à propos des communautés nationales aussi bien que des groupes (de jeunes, de femmes, de citadins…), l’articulation entre identités, conflits et interventions d’ordre sociolinguistique. Ces trois objets sont d’actualité en France avec, par exemple, les positionnements de forces politiques insulaires en faveur de l’officialisation de la langue corse, mais plus largement, dans tous les combats pour la défense des « petites » ou des « grandes » langues ou encore dans les débats autour des politiques linguistiques de défense du français, comme la loi 101 au Québec. Ces objets concernent des terrains divers et contrastés et qui se trouvent au coeur du travail des sociolinguistes depuis l’observation (à partir de perspectives théoriques et méthodologiques variées) jusqu’à la production de réponses glottopolitiques et/ou didactologiques, sans oublier bien entendu la nécessaire réflexion autour des notions mêmes d’identité, de conflit et d’interventions sociolinguistiques, sujettes à controverses. 

Le postulat selon lequel la dimension identitaire conditionne la dynamique langagière des sociétés et de leurs composantes est largement partagé au sein de la sociolinguistique. Cette dimension identitaire se manifeste au travers d’un ensemble plus ou moins prolifique de représentations dont l’impact au travers des discours épilinguistiques et métalinguistiques et selon diverses modalités, oriente, modifie, développe ou au contraire limite les usages et les pratiques sociolinguistiques de telle ou telle langue. Et la production d’identité(s), singulièrement d’identité(s) linguistique(s), est un puissant facteur de cohésion et/ou de diffraction sociétale en même temps que l’un des ingrédients majeurs de l’évolution des situations plurilingues. 

Par ailleurs c’est le plus souvent (mais pas exclusivement) dans le cadre d’une configuration linguistique conflictuelle qu’émergent des entreprises glottopolitiques, donc des interventions sociolinguistiques, qui visent à influer sur le cours des représentations et des usages sociolinguistiques, soit dans une perspective de gestion des bi ou plurilinguismes (dans le sens d’une coexistence pacifique des langues), soit avec un objectif de défense, de promotion, de reconquête des usages de telle ou telle langue dominée, minorée et éventuellement en voie de substitution. Le phénomène de globalisation, l’internationalisation des contacts humains, culturels et commerciaux, conduisent par ailleurs les Etats à repenser leurs stratégies de défense et de promotion de leur(s) langue(s) officielle(s) à l’intérieur et à l’extérieur de leurs frontières. La prise en compte des politiques linguistiques (et des idéologies qui les inspirent), tout comme celle des politiques éducatives (et leurs diverses orientations didactologiques), ainsi que leur évaluation ont ici toute leur place.

On souhaite que cette édition du Congrès soit une nouvelle occasion de découvrir des travaux sur diverses situations où se posent les questions exposées ci-dessus, en particulier mais pas seulement dans les espaces francophones. Les thématiques dans lesquelles devraient s’inscrire les propositions de communication sont les suivantes, les listes de sous-thèmes étant purement indicatives et non exhaustives :

1- Retour sur les méthodes, les catégories d’analyse, les concepts utilisés et les terrains

  • Filiations et héritages.
  • Ruptures et divergences.
  • Influences interdisciplinaires et changements de paradigmes.

2- L’identité linguistique

  • Diversité des revendications identitaires en matière linguistique (défense et/ou promotion de l’enseignement d’une langue minoritaire, revendication de la présence effective d’une langue minoritaire dans les médias, …).
  • Identité(s) linguistique(s) et identité(s) nationale(s).
  • Expressions de l’identité linguistique : dimensions microlangagière (interactions verbales, pratiques discursives diverses…) et macrolangagière (manifestes, rapports…). L’identité linguistique dans le paysage langagier urbain.
  • L’identité linguistique, entre loyauté et changement de langue.

3. Contacts inégalitaires de langues

  • Types de conflits sociolinguistiques.
  • Idéologies, représentations et attitudes sociolinguistiques au sein d’une configuration conflictuelle des langues.
  • L’Ecole en contexte de conflit sociolinguistique.
  • Conditions de neutralisation d’un conflit sociolinguistique.
  • Le marché international des langues.

4. Politique linguistique, planification linguistique (et politique éducative)

  • La standardisation : acceptation, résistances.
  • Le nationalisme linguistique.
  • Politique éducative : les matériels didactiques et leur pertinence sociolinguistique.
  • Expertises, évaluations en matière d’actions glottopolitiques (institutionnelles et militantes).
  • Les politiques linguistiques des/dans les institutions internationales.
  • Politiques linguistiques et politiques économiques.

Modalités de participation

Les projets de communication (un résumé de 2000 signes, espaces compris, pour une communication de 20 mn suivie de 10 mn de discussion) doivent être envoyés

avant le 30 novembre 2016

Possibilité de proposer un panel de 3 ou 4 communications dans un créneau horaire de 2h (les panels présentant une thématique sur la base de transversalités théoriques/méthodologiques seront privilégiés)

Les propositions seront sélectionnées par le comité scientifique (double évaluation anonyme).

Adresse d’envoi: secretariat.congresRFS17@univ-montp3.fr

Ateliers doctoraux RFS

Comme lors du RFS 2015 seront organisés la veille de l’ouverture du Congrès des ateliers doctoraux gratuits (frais de déplacement à la charge des participants).

Les doctorants qui souhaitent participer à ces ateliers sont priés de bien vouloir s’inscrire au plus tard le 15 avril 2017

Responsables de l’organisation Bénédicte Pivot (benedicte.pivot@univ-montp3.fr) et Alexia Kis-Marck (alexia.kis-marck@univ-montp3.fr)

Comités

Comité d’organisation 

  • Carmen Alén Garabato, professeure, DIPRALANG, Université Paul-Valéry
  • Henri Boyer, professeur émérite, DIPRALANG, Université Paul-Valéry
  • Crystelle Burban, MCF, DIPRALANG, Université Paul-Valéry
  • Chahrazed Dahou, doctorante, DIPRALANG, Université Paul-Valéry
  • Ksenija Djordjevic Léonard, MCF, DIPRALANG, Université Paul-Valéry
  • Virginia Garin, doctorante, DIPRALANG, Université Paul-Valéry
  • Alexia Kis-Marck, contrat doctoral, DIPRALANG, Université Paul-Valéry
  • Marinette Matthey, professeure, Lidilem, Université Stendhal
  • Bruno Maurer, professeur, DIPRALANG, Université Paul-Valéry
  • Bénédicte Pivot, MCF, DIPRALANG, Université Paul-Valéry
  • Françoise Roche, doctorante, DIPRALANG, Université Paul-Valéry

Coordinatrice

  • Carmen Alén Garabato, professeure, DIPRALANG, Université Paul-Valéry

Contact: secretariat.congresRFS17@univ-montp3.fr

Comité Scientifique

  • Myriam ABOUZAID, Univ. Grenoble Alpes (France)
  • Carmen ALEN GARABATO, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3 (France)
  • Nigel AMSTRONG, Univ. Leeds (Grande Bretagne)
  • Jules ASSOUMOU, Univ. Douala (Cameroun)
  • Michèle AUZANNEAU, Univ. Paris Descartes (France)
  • Olivier BAUDE, Univ. d’Orléans (France)
  • Farid BENRAMDANE, Univ. de Mostaganem (Algérie)
  • Bachir BESSAI, Univ. de Béjaia (Algérie)
  • Jacqueline BILLIEZ, Univ. Grenoble Alpes (France)
  • Philippe BLANCHET, Univ. Rennes 2 (France)
  • Henri BOYER, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3 (France)
  • Claudine BROHY, Univ. de Fribourg (Suisse)
  • Chrystelle BURBAN, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3 (France)
  • Louis-Jean CALVET, Univ. Aix-Marseille (France)
  • Maria CANDEA, Univ. Sorbonne Nouvelle (France)
  • Ibtissem CHACHOU, Univ. de Mostaganem (Algérie)
  • Rumanu COLONNA, Univ. Corse (France)
  • James COSTA, Univ. Paris 3 (France)
  • Phyllis DALLEY, Univ. Ottawa (Canada)
  • Alain DI MEGLIO, Univ. Corse (France)
  • Ksenija DJORDJEVIC LÉONARD, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3 (France)
  • Alexandre DUCHENE, Univ. Fribourg et HEP (Suisse)
  • Sabine EHRHART, Univ. Luxembourg (Luxembourg)
  • Jean-Michel ELOY, Univ. Picardie (France)
  • Gilles FORLOT, INALCO (France)
  • Médéric GASQUET-CYRUS, Univ. Aix-Marseille (France)
  • Monica HELLER, Univ. Toronto (Canada)
  • Céline JEANNOT Univ. St-Etienne (France)
  • Patricia KOTELAT, Univ. Torino (Italie)
  • Jean Martial KOUAME, Univ. Félix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire)
  • Georg KREMNITZ, Univ. Wien (Autriche)
  • Christian LAGARDE, Univ. de Perpignan (France)
  • Patricia LAMBERT, Ifé, ENS, Lyon (France)
  • Jean Léo LÉONARD, Univ. Paris-Sorbonne (France)
  • Martine MARQUILLO LARRUY, Univ. Lyon 2 (France)
  • Bruno MAURER, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3 (France)
  • Marinette MATTHEY, Univ. Grenoble Alpes (France)
  • Samira MOUKRIM Univ. Sidi Mohammed Ben Abdellah, FLSH Sais-Fès (Maroc)
  • Leila MESSAOUDI, Univ. Ibn Tofail (Maroc)
  • Catherine MILLER,IREMAM, CNRS (France)
  • Agnès MILLET, Univ. Grenoble Alpes (France)
  • Claudine MOISE, Univ. Grenoble Alpes (France)
  • Pascal OTTAVI, Univ. Corse (France)
  • Ndèye Maty PAYE, Univ. de Gambie (Gambie)
  • Hedy PENNER, Univ. Católica de Asunción (Paraguay)
  • Bénédicte PIVOT, Univ. Paul-Valéry Montpellier 3 (France)
  • Jean Marie PRIEUR Univ. Paul-Valéry Montpellier 3 (France)
  • Alexei PRIKHODKINE, Univ. Genève (Suisse)
  • Marielle RISPAIL, Univ. St-Etienne (France)
  • Gilles SIOUFFI, Univ. Paris-Sorbonne (France)
  • Marie Désirée SOL, Univ. de Yaounde (Cameroun)
  • Sandra TOMC, Univ. St-Etienne (France)
  • Marine TOTOZANI, Univ. St-Etienne (France)
  • Véronique TRAVERSO, Univ. Lyon 2 (France)
  • Cyril TRIMAILLE, Univ. Grenoble Alpes (France)
  • Cécile VAN DEN AVENNE,ENS Lyon (France)
  • Valeria VILLA, Univ. St-Etienne (France)
  • Rose-Marie VOLLE, Univ. Franche-Comté (France)
  • Sylvie WHARTON, Univ. Aix-Marseille (France)

Lieux

  • Montpellier, France (34)

Dates

  • mercredi 30 novembre 2016

Mots-clés

  • sociolinguistique, identité, conflit, langue

Contacts

  • Comité d'organisation du congrès du réseau francophone de sociolinguistique 2017
    courriel : secretariat [dot] congresRFS17 [at] univ-montp3 [dot] fr

Source de l'information

  • Alexia Kis-Marck
    courriel : aleksiank [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Identités, conflits et interventions sociolinguistiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 01 juillet 2016, http://calenda.org/371900