AccueilArtistes et voyageurs latino-américains en France de 1875 à nos jours

Artistes et voyageurs latino-américains en France de 1875 à nos jours

Artists and Latino-American travellers in France from 1875 to the present day

De la reconnaissance à l’influence artistique sur la création française

Recognition and artistic influence in French creation

*  *  *

Publié le mercredi 20 juillet 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Cette journée d’étude a pour objectif d’analyser, en prenant pour point de départ le premier congrès des américanistes en 1875, les apports fondamentaux de la présence latino-américaine – du Mexique à la Terre de Feu – en France. En partant d’une histoire croisée horizontale et multilatérale, ces interventions mettront en lumière les réseaux de médiateurs et les apports esthétiques et techniques d’artistes latino-américains dans la sphère artistique française. Elles questionneront aussi les processus de modifications de la perception de l’Amérique latine en France du XIXe siècle à nos jours.

Annonce

Argumentaire

Jusqu’au XIXe siècle, les Européens fantasment le Nouveau Monde à partir des témoignages de voyageurs et des clichés qu’ils véhiculent. Les mythes « américains » se sont élaborés dans l’imaginaire occidental par les nombreuses représentations des « sauvages », des « Amazones » et autres créatures. Si la conquête au XVIe siècle a été, pour reprendre les termes de Jean Baudrillard, « une confrontation sans reconnaissance », il faut attendre la seconde moitié du XIXe siècle pour que la deuxième vague de missions françaises en Amérique Latine apporte une reconnaissance tant éthique qu’esthétique des civilisations latino-américaines. En effet, les questionnements induits par les découvertes et l’afflux des artefacts qu’il faut étudier et classer rassemblent les amateurs et concourent à repenser les Amériques non plus comme un bloc homogène mais comme un ensemble d’Etats-nations. Le premier Congrès des Américanistes en 1875 se présente alors comme le point de départ de notre analyse.

La reconsidération progressive de ces civilisations par les Français va donner aux Latino-américains une crédibilité nouvelle dont le discours tant intellectuel qu’esthétique va intéresser les collectionneurs et artistes français dès la première moitié du XXe siècle.

Dans le sens inverse de la démarche traditionnelle qui met l’accent sur l’influence des personnalités artistiques françaises sur les artistes latino-américains, cette journée d’étude a pour objectif d’analyser les apports fondamentaux de la présence latino-américaine – du Mexique à la Terre de Feu- en France.

L’idée porteuse sera celle de l’histoire croisée ouverte aux rapports bilatéraux entre plusieurs nations qui se sont enrichies mutuellement. L’intérêt est d’insister sur les réseaux de médiateurs et surtout sur les modifications de la perception de l’Amérique latine induite par la présence latino-américaine en France. L’évolution de la considération des Français sur les Latino-américains et de ces derniers sur eux-mêmes lors de leur séjour en France n’est pas linéaire mais semble au contraire ponctuée d’allers et retours : la présence de latino-américains en France peut autant alimenter les stéréotypes sur les « sauvages » que conduire à une remise en question de ce statut. Lorsque Frida Kahlo pose pour le magazine Vogue en 1937 en tenue de tehuana elle alimente l’attrait pour l’« indigénisme » alors que Gabriel Orozco, 40 ans plus tard, se place clairement à l’encontre des idées reçues sur le Mexique. De même, l’écrivain péruvien Ventura Garcia Calderón édite dans le Paris de l’entre-deux-guerres, des ouvrages révélant aux lecteurs français la « vraie » littérature latine tout en louant les bienfaits de la culture parisienne.

Enfin, cette étude propose d’analyser les apports esthétiques et techniques des artistes latino-américains pour la sphère artistique française. Les exemples sont nombreux comme le recueil d’ornements précolombiens d’Elena Izcue destiné à nourrir les décorateurs français, les envoies d’artefacts par les gouvernements péruviens et mexicains et les artistes mexicains (Rufino Tamayo, José-Luis Cuevas, Francisco Toledo) venus dans l’hexagone au cours des années soixante…

Programme

I - Matinée

  • 10h00 : Présentation
  • 10h30 : Pascal MONGNE (École du Louvre) “Architecture, décor et « américaineries » : les pavillons latino-américains dans les expositions universelles en France
  • 11h00 : Éric TALADOIRE (CNRS) “Catlin, les Ojibways et le monde artistique parisien
  • 11h45 : Maria-Isabel QUINTANA-MARIN (Paris I) “Diego Rivera et Élie Faure : contributions du peintre à la critique française des arts du Mexique

 II - Après-midi

  • 14h00: Christine FRÉROT (Art Nexus / Aica) “Une séduction mutuelle. Artistes latino-américains et écrivains français au xxsiècle
  • 14h45 : Ingrid ARRIAGA (EHESS) “Réception et mise en valeur de l’art indien wixárika (huichol) en France de 1970 à nos jours
  • 16h00 : Isabelle-Marianne BARBERIS (CNRS / Université Paris Diderot) “Copi: éloge d'un théâtre mort-vivant”
  • 16h30 : Yoel JIMENEZ  (artiste) : discussion avec Élodie VAUDRY (Paris Ouest Nanterre la Défense)

Lieux

  • Maison de l'Amérique latine, 217 Boulevard Saint-Germain
    Paris, France (75007)

Dates

  • vendredi 28 octobre 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • artiste, influence, réception, reconnaissance

Contacts

  • Élodie Vaudry
    courriel : elodievaudry [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Élodie Vaudry
    courriel : elodievaudry [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Artistes et voyageurs latino-américains en France de 1875 à nos jours », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 20 juillet 2016, http://calenda.org/373163