AccueilLes transitions à la démocratie en Espagne et au Chili

Les transitions à la démocratie en Espagne et au Chili

Transitions to democracy in Spain and Chile - a retrospective look at "examplary transitions"

Un regard rétrospectif sur des « transitions exemplaires »

*  *  *

Publié le jeudi 18 août 2016 par João Fernandes

Résumé

L'Espagne et le Chili ont souvent été présentés, séparément ou non, comme deux expériences exemplaires de transition à la démocratie. Malgré de nombreuses différences entre ces deux pays, la péninsule ibérique ouvre dans les années 1970 et le Chili ferme ce qui a été appelé par Samuel Huntington dans un article célèbre (repris dans un livre par la suite), la troisième vague de la démocratie. Lors de cette journée d'études, nous chercherons à dresser dans un premier temps un bilan historiographique de ces études qui ont été à l'origine de l'émergence, au sein de la science politique d'une sous-discipline connue sous le nom de transitologie. Le deuxième temps de cette journée d'études sera consacré aux élites qui ont conduit ces processus démocratiques.

Annonce

Argumentaire

L'Espagne et le Chili ont souvent été présentés, séparément ou non, comme deux expériences exemplaires de transition à la démocratie. Les différences entre ces deux pays sont pourtant nombreuses, la plus prégnante le fait que dans le cas espagnol, la transition se fait en absence du dictateur, alors que dans le cas du Chili, le processus est conçu et supervisé par celui-ci. Cependant, il est certain que ces deux acteurs ont marqué de manière significative les imaginaires politiques du XXe siècle comme les parangons de l'autoritarisme qui a mis à mal la démocratie. Un autre phénomène, plus récent, peut expliquer pourquoi ces pays ont souvent fait l'objet de comparaison.

 En effet, d'un point de vue chronologique, la péninsule ibérique ouvre dans les années 1970 et le Chili ferme ce qui a été appelé par Samuel Huntington dans un article célèbre (repris dans un livre par la suite)1, la troisième vague de la démocratie. Dans une série de livres collectifs, devenus des classiques du genre même s'ils portent plus sur l’analyse des régimes militaires que sur les transitions en elles mêmes, Guillermo O’Donnell, Philippe Schmitter et Laurence Whitehead ont aussi contribué à entériner la comparaison entre l'Espagne et le Chili2. Tout en soulignant l’ampleur et l’hétérogénéité des processus transitionnels, ils ont mis en avant la fécondité de l’approche comparative entre les processus en Europe méridionale, le Portugal, la Grèce et surtout en Espagne, et ceux d'Amérique latine.

 Lors de cette journée d'études, nous chercherons à dresser dans un premier temps un bilan historiographique de ces études qui ont été à l'origine de l'émergence, au sein de la science politique d'une sous-discipline connue sous le nom de transitologie. Il s'agira de comprendre en quoi les circulations entre ces différents acteurs ont contribué à la constitution de la "transitologie" comme Political engineering. Le deuxième temps de cette journée d'études sera consacré aux élites qui ont conduit ces processus démocratiques.

Il s'agira de comprendre les trajectoires, les stratégies et les préférences en termes de choix et de possibilité autonome, et dont les décisions ne dépendraient pas, par conséquent, de rapports de force entre groupes sociaux, ou de positions dans la société.

1. Huntington, Samuel P. (1991). Democracy's Third Wave. The Journal of Democracy, 2(2) ; The Third Wave: Democratization in the Late Twentieth Century, Norman : University of Oklahoma Press. 1991

2. O’Donnell, Guillermo. Schmitter, Philippe. Whitehead, Lawrence. (1986). Transitions from Authoritarian Rule, 4 vol., Baltimore: Johns Hopkins Univ. Press . Vol. 1: Southern Europe, Vol 2 : Latin America, Vol. 3 : Comparative Perspectives, Vol. 4 : Tentative Conclusions about Uncertain Democracies

Programme

Matin: 9h00 – 12h

 9h : Accueil

  •  9h15 – 9h45 - Álvaro Soto (Universidad Autónoma de Madrid, Esp.) , “Sociedad civil versus elites políticas. Las transiciones a la democracia en España y Chile.”
  • 9h45 – 10h15 - Gonzalo Pasamar (Departamento de Historia Moderna y Contemporánea, Universidad de Zaragoza) : “El escepticismo político y su influencia en los paradigmas de la Transición española.”

10h15 – 10h30 : Pause

  • 10h30 – 11H00 - Stéphane Boisard (Université de Toulouse /INU Champollion – FRAMESPA – UT2 - CNRS): “Cuento (politólogo) y recuento (historiográfico) de la transición chilena desde hace 30 años.”

11h00 – 12h00: Discussion

Après-midi : 14h00 – 17h00

  • 14h00 – 14h30 : - Paola Díaz (EHESS) : «Les élites post-autoritaires et les dispositifs transitionnels: Chili-Espagne".
  • 14h30 – 15h00 : - Bruno Vargas (Université de Toulouse/ INU Champollion – FRAMESPA UT2 - CNRS) : « Les élites socialistes espagnoles : du congrès de Toulouse (1972) à la victoire de 1982. »
  • 15h00 – 15h30 : - Franck Gaudichaud : (Université Grenoble Alpes / ILCEA4 - EA 7356) : « La démocratisation contre les travailleurs? Les syndicats chiliens et la CUT face aux dilemmes d'une transition pactée.

15h30 – 15h45 : Pause

15h45 – 16h45 : Discussion et conclusions

Lieux

  • Institut National Universitaire Champollion (salle précisée ultérieurement) - Place de Verdun
    Albi, France (81012 CEDEX 9)

Dates

  • mercredi 16 novembre 2016

Mots-clés

  • Chili, Espagne, transition, élite, transitologie, démocratie, économie de marché

Contacts

  • Bruno Vargas
    courriel : bruno [dot] vargas [at] univ-jfc [dot] fr
  • Stéphane Boisard
    courriel : sboisard [at] univ-jfc [dot] fr

Source de l'information

  • Bruno Vargas
    courriel : bruno [dot] vargas [at] univ-jfc [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les transitions à la démocratie en Espagne et au Chili », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 18 août 2016, http://calenda.org/375721