AccueilMarginalité et influences : enjeux, impacts et cadres de pensée

Marginalité et influences : enjeux, impacts et cadres de pensée

Marginality and influences - issues, impacts and frameworks of thinking

*  *  *

Publié le jeudi 08 septembre 2016 par Céline Guilleux

Résumé

La notion de marginalité est associée à une situation singulière, souvent difficile ou subie par des individus ou des groupes. La notion d’influence est quant à elle perçue comme un processus permettant de modifier les représentations, comportements ou rapports sociaux. Les deux concepts apparaissent a priori comme antinomiques, voire opposés.

Annonce

Argumentaire

La notion de marginalité est associée à une situation singulière, souvent difficile ou subie par des individus ou des groupes. La notion d’influence est quant à elle perçue comme un processus permettant de modifier les représentations, comportements ou rapports sociaux. Les deux concepts apparaissent a priori comme antinomiques, voire opposés. L’individu marginalisé semble disposer de peu d’influence envers la société qui perçoit sa situation sans désirabilité sociale, et cette société semble impuissante à influencer les attitudes de celui ou de ceux qui s’excluent et/ou sont exclus.

Pourtant, l’évolution des normes et des règles essaimées dans nos sociétés semble indiquer que ces deux notions sont susceptibles d’inverser leurs rôles. De nombreuses observations réalisées dans le cadre des sciences humaines et sociales rapportent des situations où des comportements perçus comme marginaux sont devenus, au fil du temps, courants voire communs. Etre mère célibataire, être homosexuel ou épouser une personne perçue comme appartenant à une ethnie différente, pouvait activer d’importantes formes de rejets ou de marginalisation avant la seconde guerre mondiale, ce qui n’est plus tout à fait le cas de nos jours. Inversement, bien des situations considérées comme « habituelles » pendant des décennies ou des siècles (l’esclavagisme, le droit de cuissage évoqué par Beaumarchais, la chasse aux éléphants ou aux grands fauves, etc.) s’incarneraient aujourd’hui dans des postures de rejets alors qu’elles étaient le symbole des classes dominantes. Ces observations rapportées selon une dimension temporelle le sont également sur une dimension géographique. Contracter un mariage avec une personne mineure, exprimer des tendances sexuelles atypiques, manifester des croyances religieuses ou politiques différentes que celles de la majorité est susceptible de rejets, d’association de déviance ou au contraire de réussite sociale selon les zones géographiques.

Si l’observation des processus d’influence facilitant l’évolution des normes a fait l’objet de nombreuses recherches et de théorisations approfondies pour ce qui concerne les groupes minoritaires (Latane, Moscovici, etc.), bien des questions relatives à la marginalité restent totalement sans réponse.

Des comportements ou normes marginales pourraient-ils n’avoir aucune probabilité de devenir majoritaires ? Et pourquoi ? Comment expliquer que la marginalité et ses porteurs soient souvent associés à des notions de dangerosité ou de pathologie sans que des preuves ne soient toujours formellement établies ? Les comportements tabous ont-ils des liens avec la marginalité ? L’état ou les situations de marginalité de certains individus sont-ils entretenus ou renforcés par les groupes dominants ? Les individus ou groupes identifiés comme marginaux se considèrent-ils ainsi ?

En questionnant notamment l’interface entre pratiques langagières singulières et pratiques sociales, on s’appuie alors sur des invariants qui ont des propriétés spécifiquement linguistiques et discursives. Ces invariants sont des facteurs voire des vecteurs de pratiques ségrégatives implicites mais très actives menant à une alternative enfermante entre irénisation (l’autre qui est différent est une ressource) et stigmatisation (l’autre qui est différent est un handicap voire un risque). Comment les marginaux mettent-ils en mots leur état? Comment ces derniers font-ils face à cet état de différenciation ? La société peut-elle et doit-elle protéger ses marginaux ? La marginalité est-elle un indicateur d’échec sur le plan de l’intégration sociale ou d’adaptation potentielle aux changements sociaux ?

Au moyen de contributions abordant l’une ou l’autre de ces notions (de marginalité et d’influence), ou les deux conjointement, l’objet de ce colloque pluridisciplinaire est de permettre de repenser la diversité des phénomènes de marginalité et d’influences à l’aune des mutations sociales et des diverses situations individuelles ou collectives.

Ce colloque s’ouvre aux contributions abordant la marginalité et l’influence sans poser de restriction aux différents domaines d’étude (l’idéologie, le politique, le religieux, la sexualité, etc.) ni aux terrains d’approche (santé, travail se rapportant aux travailleurs pauvres ou SDF, migrations et gens du voyages, lieux de réclusions, etc.).

La démarche interdisciplinaire de ce colloque propose par ailleurs de croiser des regards issus des sciences humaines, sociales ou juridiques pour ouvrir à une compréhension renouvelée des phénomènes de marginalité et d’influences. Dans cette optique, les contributions pourront porter sur des travaux théoriques et empiriques menés en psycho-sociologie, droit, sciences du langage, sociologie, économie, géographes, etc.

Informations pratiques

Ce colloque « marginalité et influences » se tiendra le 19 & 20 janvier 2017 à la Maison de la Recherche de l’Université de Bretagne-Sud, située à Lorient. Il est organisé à l'initiative des équipes de recherche regroupées autour du collectif interdisciplinaire IDENSO, travaillant sur les notions d’identités et de sociétés (entre discours, droits et représentations). Précisons que le projet Idenso est un programme interdisciplinaire en Sciences Humaines et Sociales, piloté par le pôle « Usages et Sociétés » de l’Université Bretagne Sud dans le cadre de la COMUE Bretagne – Pays de Loire.

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont prioritairement destinées (mais pas exclusivement) aux chercheurs de l’Université de Bretagne Loire et respecteront la forme d’un résumé ne devant pas dépasser 3000 signes (espace compris).

Elles sont à envoyer au plus tard le 1er novembre à l’adresse mail suivante : jacques.fischer-lokou@univ-ubs.fr.

L’acceptation de communication sera confirmée à partir du 20 novembre suite aux décisions du comité d’évaluation.

Documents à joindre impérativement avec la proposition de communication :

  • Nom, prénom, numéro de téléphone, adresses mail, attache universitaire (laboratoire etc.)
  • Proposition de communication : Format Word, Arial 12, interligne 1,5

Comité d'organisation

  • Jacques Fischer-Lokou, Professeur des universités en psychologie sociale
  • Frédéric Pugnière Saavedra, Maître de conférences en science du langage
  • Jordy Stefan, Doctorant au CRPCC-Lestic, Université de Bretagne-Sud
  • Lucile Chartain, Post-doctorante, Université de Bretagne-Sud

Conseil scientifique

  • Lucile Chartain, Post-doctorante, Université de Bretagne-Sud
  • Laurent Daniel, Maître de conférences en langue et civilisation anglaise
  • Jacques Fischer-Lokou, Professeur des universités en psychologie sociale
  • Florence Gourlay, Maître de conférences en aménagement du territoire
  • Mariannick Guennec, Maître de conférences en langue et civilisation hispanique
  • Claire Mahéo, Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication
  • Marie-Christine Michaud, Professeur des universités en langue et civilisation nord américaine
  • Jean Peeters, Professeur des universités en traductologie
  • Frédéric Pugnière Saavedra, Maître de conférences en science du langage
  • Stéphanie Renard, Maître de conférence en droit administratif,

Lieux

  • Faculté Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales, LLSHS Maison de la Recherche, Paquebot, 4 rue Jean Zay
    Lorient, France (56)

Dates

  • mardi 01 novembre 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • marginalité, influence, discours, droit, pratiques, représentation, norme

Contacts

  • Frédéric Pugnière-Saavedra
    courriel : frederic [dot] pugniere-saavedra [at] univ-ubs [dot] fr

Source de l'information

  • Lucile Chartain
    courriel : lucile [dot] chartain [at] univ-ubs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Marginalité et influences : enjeux, impacts et cadres de pensée », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 08 septembre 2016, http://calenda.org/376913