AccueilPenser la compromission (XVIe-XXIe siècle)

Penser la compromission (XVIe-XXIe siècle)

Reflections on dishonourable behaviour, 16th-21st centuries

*  *  *

Publié le vendredi 23 septembre 2016 par Céline Guilleux

Résumé

La notion de compromission n’a guère été nettement définie par l’historiographie : ses formes et ses enjeux semblent parfois tenus pour si clairs qu’ils ne méritent pas d’être circonscrits, répertoriés, pensés. Ce colloque se propose de combler cet angle mort historiographique, et d’examiner les enjeux théoriques et pratiques associés à la compromission dans l'histoire intellectuelle, de la Renaissance à nos jours, en adoptant une perspective délibérément pluridisciplinaire (littérature, histoire, philosophie, sociologie). 

Annonce

Date et lieu

  • Colloque international à Saint‑Pétersbourg
  • Collège Universitaire Français – Université d’État de Saint-Pétersbourg
  • 28-29 avril 2017

Argumentaire

Le spectre de la compromission semble être l’une des hantises majeures de tous ceux qui, par goût ou par profession, se sont fait fort de penser le monde, des premiers philosophes de l’antiquité aux sociologues contemporains. La fidélité à la vérité du penseur « intègre », son souci d’indépendance face aux pouvoirs (croissant à mesure que s’estompe le modèle du mécénat), son refus de transiger avec ses principes ou avec les principes idéaux du champ – principes qui restent à interroger et doivent être ressaisis dans leur évolution historique –  n’est pourtant pas sans risques. Ils peuvent l’exposer à la persécution, à la ruine, à l’oubli... À l’inverse, les profits tirés de ce sacerdoce, pudiquement cachés lorsqu’ils sont légitimes, sont dénoncés avec vigueur lorsqu’ils ne le sont pas : ils entachent parfois définitivement la crédibilité des idées professées par l’impénitent, accusé de prostituer sa pensée ou de déroger aux exigences de la vérité pour satisfaire à des intérêts personnels ou à des impératifs douteux. Le refus de la compromission apparaît ainsi comme un élément essentiel d’une éthique et d’un ethos propre au champ intellectuel.

L’histoire intellectuelle au sens large et les histoires disciplinaires multiples apparaissent, pour une large part, structurées autour de cet impératif catégorique : le refus de la compromission serait ainsi la clé de voûte d’une éthique intellectuelle idéalement envisagée comme désintéressée.

Qu’ils soient « sophistes », « philosophes de cour », « plumes stipendiées » ou « sociologues jaunes », ceux que leurs détracteurs accusent de se compromettre hantent pourtant l’histoire des idées comme autant d’obstacles parfois insurmontables à un « courage de la vérité » érigé comme idéal.  Se confronter aux penseurs compromis est périlleux ; être tenu pour l’un d’eux est rédhibitoire. L’accusation de compromission est facilement utilisée comme une arme polémique, un outil de relégation symbolique, et constitue une constante de la dispute théorique à travers les âges, parfois au détriment, d’ailleurs, de toute réfutation argumentée.

La notion de compromission, cependant, n’a guère été nettement définie par l’historiographie : ses formes et ses enjeux semblent parfois tenus pour si clairs qu’ils ne méritent pas d’être circonscrits, répertoriés, pensés. Ce colloque se propose de combler cet angle mort historiographique, et d’examiner les enjeux théoriques et pratiques associés à la compromission, de la Renaissance à nos jours, en adoptant une perspective délibérément pluridisciplinaire (littérature, histoire, philosophie, sociologie). Notre réflexion s’articulera autour de quatre axes principaux :

1) Nature de la compromission

la compromission apparaît comme un objet théorique labile, se dérobant à toute analyse univoque. Il s’agira de cerner la spécificité de la compromission par rapport à des notions connexes (la trahison, le compromis, l’accommodement…), bénéficiant souvent d’une historiographie plus développée ; d’en répertorier les formes ; d’en dégager les principaux enjeux et de les historiciser. Envers qui se compromet-on ? pour quelles raisons ? comment distinguer la compromission des conduites prudentielles, des logiques de mécénat, d’un souci du compromis ? Peut-on penser la compromission hors de toute évaluation morale, de tout jugement de valeur ?

2) Figures de la (non-)compromission

l’histoire intellectuelle véhicule une mythologie de la non-compromission, dont les principes seraient exemplairement incarnés par quelques figures tutélaires à la postérité intellectuelle forte. Ainsi, Socrate célébré comme modèle d’un « courage de la vérité », Giordano Bruno ou Galilée envisagés comme les symboles d’une liberté de pensée et d’une fidélité exemplaires à leurs principes, ou encore Rousseau refusant avec ostentation de « plier […] sa morale à son profit ». Une même mise en scène affecte les penseurs « compromis » : qu’on songe par exemple à Heidegger, dont la pensée peine à s’extraire de l’accusation de compromission avec le nazisme. Comment s’organise cette mise en scène des « martyrs » et « héros » de la pensée intègre, cette stigmatisation des « renégats » compromis dans l’histoire intellectuelle ?

3) Discours et usages de la compromission

on s’interrogera en outre sur les accusations ou les justifications de la compromission à travers les âges : comment la notion est-elle mise en discours et utilisée à des fins polémiques ? Comment polarise-t-elle la réception d’une pensée ? A­‑t­‑elle jamais été capable de modifier l’impact d’une œuvre lors de sa parution ? Comment ont évolué les usages de l’accusation au sein de la Républiques des lettres et des sciences ? L’accusation de compromission est-elle également utilisée par tous, indépendamment du lieu ou de l’époque, ou fait-elle partie d’une stratégie de déqualification spécifique à certains auteurs, certains milieux sociaux ou certaines polémiques ? Autrement dit, quelle est la contingence d’une telle accusation ?

4) Le concept de compromission à l’épreuve des sciences sociales

en creux, la « vérité » d’une œuvre ou de sa signification pour ses lecteurs semble en jeu derrière le concept de compromission. La qualité estimée d’une œuvre semble liée, d’une manière ou d’une autre, à une fidélité des auteurs aux idéaux du champ. La compromission rompt ce contrat tacite : l’œuvre d’un penseur « compromis » serait alors tenue pour moindre que celle d’un penseur « intègre » ; les travaux « compromis » d’un auteur vaudraient moins que ceux écrits avec l’ambition de produire un chef-d’œuvre, hors de la contingence matérielle. Est-il possible pour un chercheur en sciences sociales d’utiliser des concepts éthiques pour trier « le bon grain de l’ivraie » au sein de l’œuvre d’un auteur qu’il souhaite analyser ? La notion de compromission ajoute-elle quelque chose à notre compréhension d’une œuvre ou d’un auteur, et si oui, à quel niveau ? Sinon, comment échapper aux jugements moraux qui semblent infuser la plupart des analyses critiques que nous produisons ?

Prise en charge

Le colloque se tiendra au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg du vendredi 28 au samedi 29 avril 2017, en français et en russe (traduction simultanée). Le C.U.F prendra en charge l’hébergement, les repas et les frais de visas des participants. Il s’efforcera également, dans la mesure du possible, de prendre en charge tout ou partie des frais de transport : les participants sont cependant invités à solliciter sur ce point leurs institutions d’origine.

Modalités de soumission

Les propositions de communication (titre, résumé de 250 mots, brève notice bio-bibliographique) sont attendues

au plus tard le 30 janvier 2017

à l’adresse suivante : colloque.compromission@gmail.com

Organisation

  • Raphaëlle Brin et Karim Ghorbal

Comité scientifique

  • Raphaëlle Brin (enseignante au Collège Universitaire Français de Saint-Pétersbourg/ Université Paris Sorbonne [CELLF 16-18])
  • Karim Ghorbal (enseignant au Collège Universitaire Français de Saint-Pétersbourg / Paris I)

Lieux

  • Collège Universitaire Français - Université d'État de Saint-Pétersbourg
    Saint-Pétersbourg, Russie

Dates

  • lundi 30 janvier 2017

Mots-clés

  • compromission

Contacts

  • Raphaëlle Brin
    courriel : colloque [dot] compromission [at] gmail [dot] com
  • Karim Ghorbal
    courriel : colloque [dot] compromission [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Raphaëlle Brin
    courriel : colloque [dot] compromission [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Penser la compromission (XVIe-XXIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 23 septembre 2016, http://calenda.org/377830