AccueilLa présence francophone européenne (belge, française et suisse) dans l’Ouest canadien : entre mémoire et actualité

La présence francophone européenne (belge, française et suisse) dans l’Ouest canadien : entre mémoire et actualité

European French-speaking communities - Belgium, France and Switzerland - in western Canada, betwewen memory and topicality

*  *  *

Publié le mercredi 28 septembre 2016 par Céline Guilleux

Résumé

L’objet du présent colloque est de prendre la mesure de l’héritage des francophonies européennes tout en lui restituant son actualité. Trop souvent figé dans le passé, cet héritage continue pourtant de perdurer à travers la langue, la littérature, l’architecture ou bien la toponymie. La présence européenne francophone a profondément modelé le visage des francophonies de l’Ouest ainsi que les représentations qu’elles se sont données d’elles-mêmes.

Annonce

Date et lieu

27-28 octobre 2017

Université de l’Alberta, Edmonton, Canada

Argumentaire

La célébration du 150e anniversaire de la Confédération est l’occasion de redécouvrir la contribution unique des francophonies européennes (Belgique, France et Suisse) à l’histoire du Canada. Abondamment documentée dans l’Est du pays, la contribution de ces francophonies a fait l’objet de quelques études dans l’Ouest parmi lesquels celles de Robert Painchaud (1987), Bernard Penisson (1986; 1991) et Audrey Pyée (2005) pour la France; Serge Jaumain (1999) et Cornelius J. Jaenen (2011) pour la Belgique et Ilona Shulman (2013) pour la Suisse. Diffuse, cette immigration a touché des classes très diverses de la population et laissé une trace indélébile sur le patrimoine tant matériel, intellectuel que spirituel de l’Ouest canadien.

L’objet du présent colloque est de prendre la mesure de l’héritage des francophonies européennes tout en lui restituant son actualité. Trop souvent figé dans le passé, cet héritage continue pourtant de perdurer à travers la langue, la littérature, l’architecture ou bien la toponymie. La présence européenne francophone a profondément modelé le visage des francophonies de l’Ouest ainsi que les représentations qu’elles se sont données d’elles-mêmes. La presse francophone de l’Ouest aurait-elle été si florissante sans la contribution des Henri d’Hellencourt, Pierre et Marie Féguenne, Donatien Frémont et Charles Alexandre Michelet? Quant aux André Borel, Georges Bugnet, Maurice Constantin-Weyer, Monique Genuist et Magali Michelet, ils ont, chacun avec leur sensibilité propre, façonné l’imaginaire littéraire de l’Ouest canadien. Imaginaire que l’actualité plus récente de l’exploitation des sables bitumineux et de la tragédie des feux de forêt de Fort McMurray largement médiatisées, aura sans aucun doute renouvelé.

En complément de l’histoire des grands mouvements migratoires et de la recherche en archive, l’étude de la correspondance des pionniers telle qu’elle a été entreprise depuis quelques années par des chercheurs comme Yves Frenette au Canada apporte une perspective renouvelée sur l’expérience des pionniers francophones d’Europe. Cette perspective contraste également avec les “expériences” migratoires connues de Sylvan Lake (Coates), de Trochu (McKenzie) et Saint-Claude (Pyée) ainsi que les témoignages plus ou moins romancés de pionniers comme Gaston Giscard et Pierre Maturié. Masquée par la forte immigration francophone en provenance des pays d’Afrique, la présence européenne francophone est pourtant loin d’être chose du passé.

Étudiants, main-d’oeuvre plus ou moins qualifiée affectée par la crise économique ou tout simplement amoureux de la nature, l’Ouest du Canada attire un contingent de plus en plus important de Belges, de Français et de Suisses. Ceux-ci s’organisent parfois en associations (Amicales d’anciens combattants, Belgian Club, regroupements professionnels, UFE, SFE) et investissent ou plutôt réinvestissent, souvent sans le savoir, une francophonie que leurs ancêtres avaient contribué à fonder un siècle auparavant. Composante parmi d’autres de la mosaïque multiculturelle des francophonies de l’Ouest, Belges, Français et Suisses évoluent dorénavant dans un environnement qui bien que familier, est régi par des valeurs et des normes - à commencer par la norme d’usage du français - pour le moins différentes. On pourra alors s’interroger sur ces nouveaux modes de cohabitation ainsi que sur l’image que ces expatriés entretiennent et véhiculent de leur pays d’origine.       

Les contributions pourront porter sur un ou plusieurs des thèmes suivants (cette liste n’est pas exhaustive) :

  • Comparaison (historique, socioéconomique, etc.,) entre les immigrations belge, française et/ou suisse dans l’Ouest canadien.
  • Relations (socio-économiques, politiques) - passées et présentes - entre l’Ouest canadien et la Belgique, la France et/ou la Suisse.
  • Traces matérielles et immatérielles de la présence des Belges, Suisses et/ou Français dans l’Ouest canadien (architecture, linguistique, ethnographie, toponymie, etc.).
  • Études de chroniques, récits et correspondances de pionniers et pionnières belges, français et/ou suisses dans l’Ouest canadien.
  • Littérature de voyage écrite par des Belges, Français et/ou Suisses sur l’Ouest canadien.
  • Personnalités belges, françaises et/ou suisses ayant marqué l’histoire de l’Ouest canadien.
  • Relations que les deuxième et troisième générations de migrants belges, français et/ou suisses établis dans l’Ouest canadien entretiennent avec leur passé.
  • Groupements, entreprises et associations de Belges, Français et/ou Suisses ayant oeuvré ou oeuvrant dans l’Ouest canadien.
  • Similitudes et différences entre l’immigration des Belges, Français et/ou Suisses à l’Est et à l’Ouest du Canada.
  • Représentations littéraires, artistiques, cinématographiques et médiatiques de l’Ouest dans l’imaginaire belge, français et/ou suisse.
  • Représentations littéraires, artistiques, cinématographiques et médiatiques de la Belgique, de la France et/ou de la Suisse dans l’imaginaire de l’Ouest canadien.
  • Questionnement (artistiques, littéraires, etc.,) autour de l’hybridité et du métissage entre francophonies européennes et Ouest canadien.
  • Interaction des migrants belges, français et/ou suisses avec les communautés francophones minoritaires et anglophones.
  • Concurrences entre les normes linguistiques et cultures/méthodes d’enseignement dans les établissements francophones, lycées français et les écoles d’immersion.
  • Échecs et réussites des programmes d’échange scolaires entre la Belgique, la France et/ou la Suisse et l’Ouest du Canada . 

Bibliographie

Coates, Colin. “Sylvan Lake, phalenstère socialiste français en Alberta, 1906-1908”, Éditions du CRINI, no 3, 2012, http://www.crini.univ-nantes.fr/35354114/0/fiche___pagelibre/&RH=1332493528973

Jaenen, J. Cornelius, Promoters, Planters, and Pioneers: The Course and Context of Belgian Settlement in Western Canada, Calgary, University of Calgary Press, 2011. 

 Jaumain, Serge et Matteo Sanfilippo « L’immigration belge au Canada : Une histoire en devenir » dans S. Jaumain, Les immigrants préférés : Les Belges, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1999, 3-25.

McKenzie, Nadine, Du sang bleu dans l’Ouest du Canada, Éditions de la Nouvelle Plume, Regina, 2014.

Painchaud, Robert, Un rêve de peuplement français de la Prairie, Saint Boniface, Les Éditions des Blés, 1987.

Penisson, Bernard, “Un colon français en Alberta vers 1905-1909 : Antoine Randon”, dans Dix ans après… Bilan et prospective. Actes du 11e colloque du CEFCO. 1991, 237-253.

Penisson, Bernard, “Un siècle d’immigration française au Canada (1881-1980)”, Revue européennes des migrations internationales, vol. 2, no2, novembre 1986, 111-125.

Pyée, Audrey, “La terre promise : migrations de France vers Notre-Dame-de-Lourdes et Saint Claude, Manitoba, 1980-1914”. Thèse de doctorat (histoire), York University.

Spaar, Ilona Shulman, Swiss Immigration to Canada--Achievements, Testimonies, Relations. Vancouver: Consulate General of Switzerland, 2013.

Wilson, Keith  and James B. Wyndels, eds., The Belgians in Manitoba,  Winnipeg, Peguis Publishers, 1976.

Comité d’organisation

  • Antoine Eche (Université de Mount Royal)
  • Eva Lemaire (Campus saint-Jean, Université de l’Alberta)
  • Sathya Rao (Université de l’Alberta)
  • Chris Reyns-Chikuma (Université de l’Alberta)

Modalités de soumission

Les propositions de communication en français ou en anglais doivent inclure dans un fichier (format WORD) :

  • une courte note bio-bibliographique (100-150 mots);
  • l’affiliation complète du ou des présentateurs;
  • le résumé long de la proposition de communication (300-500 mots);
  • le résumé court (100-150 mots) qui sera utilisé pour la demande de subvention auprès du CRSH.

Le document devra être envoyé en fichier joint par courrier électronique à l’adresse suivante : srao@ualberta.ca, avec comme titre “Conférence francophonie europe”.

La date limite de l’envoi des propositions est le 30 décembre 2016.

Les auteurs seront avisés de la décision du comité dans un délai de deux à trois semaines. La publication des actes du colloque sous forme d’ouvrage collectif est envisagée.

Lieux

  • Edmonton, Canada

Dates

  • vendredi 30 décembre 2016

Mots-clés

  • ouest, immigration, culture, francophonie

Contacts

  • Sathya Rao
    courriel : srao [at] ualberta [dot] ca

Source de l'information

  • Chris Reyns-Chikuma
    courriel : reynschi [at] ualberta [dot] ca

Pour citer cette annonce

« La présence francophone européenne (belge, française et suisse) dans l’Ouest canadien : entre mémoire et actualité », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 septembre 2016, http://calenda.org/378376