AccueilMachines

Machines

Maschinen

Machines

Cinquantième congrès de l'Association des germanistes de l'enseignement supérieur (AGES)

50. Kongress des Verbandes der französischen Hochschulgermanisten

50th conference of the Association des germanistes de l'enseignement supérieur (AGES)

*  *  *

Publié le mardi 04 octobre 2016 par João Fernandes

Résumé

L’objectif de cette manifestation sur les machines est de confronter les études germaniques au récent tournant des études matérielles dans lesquelles la thématique des machines s’intègre. Contribuer à mettre en perspective d’un point de vue historique et à penser l’ordinateur et les techniques du numérique et ce qu’ils font aux humains avec les outils des sciences humaines est l’une des ambitions de ce colloque. Cette édition du congrès de l’AGES mettra de manière décisive doctorant·e·s et postdoctorant·e·s en avant en leur réservant la moitié des contributions dans chaque panel. 

Annonce

50e Congrès de l’AGES, Nantes, 8-10 juin 2017 

Argumentaire

La thématique des machines permet de convoquer sous un même terme des réalités et un imaginaire aussi bien anciens que contemporains. Le pont que ce mot légèrement désuet permet de jeter entre questionnements d’hier et d’aujourd’hui est en effet ce qui le rend particulièrement productif. Par « machine », on désigne, selon le Grand Robert, « un objet complexe, c’est-à-dire doté d’un mécanisme, destiné à transformer l’énergie, le plus souvent à l’aide d’un moteur, et à utiliser cette transformation. ». À la différence des termes connexes « technique » (ensemble de procédés méthodiques en vue d’obtenir un résultat)  et « média » (ensemble de procédés de transmission massive de l’information), la machine désigne en premier lieu un objet et c’est cette matérialité qui l’inscrit parmi les sujets actuels de la recherche en sciences humaines, au nom de l’un des nombreux turns (« le material turn »).

Deux ensembles de significations viennent se joindre à l’idée d’objet : par son étymologie, la machine, du latin « machina », signifie « invention, engin ». L’idée dominante est celle d’un dispositif ingénieux inventé par l’être humain. Les connotations de ruse et d’artifice sont donc présentes. Le Duden, quant à lui, fait remonter le terme « Maschine » à l’abréviation du terme « Kriegsmaschine » ou « Belagerungsmaschine ». La guerre est ainsi le domaine central d’application de la machine et l’époque de référence est ici celle du Moyen Âge. Remplacer le travail humain est ensuite le premier usage de la machine qu’indique le Duden. D’emblée l’ambivalence est inscrite dans la définition du terme.

Elle innerve l’approche historique de la machine. Le rapport entre machine et travail est un aspect qui va dominer la question à l’ère de la révolution industrielle. Les guerres du XXe siècle associent ensuite la machine à la mort et à la destruction, avec les canons et les cuirassés gigantesques, les mitrailleuses et les premiers avions de combat de la Première Guerre mondiale. Le national-socialisme pousse la fascination pour les « machines de la mort » à son paroxysme avec le génocide « industriel » perpétré dans les chambres à gaz. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, la machine est au contraire perçue comme un élément central du « Miracle économique », que l’on songe à la voiture ou à la machine-outil. Enfin, la machine emblématique de l’époque contemporaine, l’ordinateur, cette machine électronique, héritière de la machine à calculer et de la machine à écrire, semble devenu un prolongement indispensable de l’être humain. Internet, par le biais de ses « moteurs » de recherche (« Suchmaschinen ») y apparaît étroitement lié. Le progrès technique et ses conséquences ont fait naître de nombreux mouvements contestataires, des premiers Maschinenstürmer au refus du monde industriel dans les mouvements écologiques d’aujourd’hui, en passant par le mouvement néoromantique des Wandervögel du début du XXe siècle. L’univers de la machine et de l’usine marque aussi fortement certains courants artistiques de premier plan (futurisme, Neue Sachlichkeit/Bauhaus) ainsi que les formes d’expression et les thèmes du cinéma (« Metropolis », « Berlin - Die Sinfonie der Großstadt »).

La machine apparaît ainsi comme le support matériel de questionnements fondamentaux qui traversent les époques et les disciplines et semble constituer un champ de recherche particulièrement adapté à la pluralité des études germaniques.

En histoire des idées, l’intérêt pour les machines est double. Il porte d’une part sur la métaphore des machines. En effet, l’image de la machine apparaît dès le XVIIe siècle, notamment pour parler du corps, mais aussi dans beaucoup d’autres domaines, tels l’économie ou la politique. D’autre part, il concerne les machines véritables. Dans les différentes cours allemandes et européennes du XVIIIe siècle, on se passionne pour les automates, les androïdes, etc. dont le Schachtürke de Kempelen est emblématique. Les enjeux de cet intérêt pour la machine comme métaphore ou comme machine véritable suivent, en histoire des idées, trois fils rouges : celui du corps-machine, de l’opposition naturel vs artificiel et enfin celui de l’émancipation de l’homme. La machine sert de métaphore pour penser le corps et son lien avec l’âme. La question de la spécificité de l’homme par rapport à la machine fonde l’usage de cette métaphore. Au XIXe siècle, la question trouve un prolongement dans l’impact de la généralisation des machines sur la vie humaine. Derrière la problématique du lien de l’homme à la machine, on trouve celle de la servitude humaine, qui apparaît aux philosophes des Lumières comme « volontaire » (« selbstverschuldet »). Mais, on peut aussi songer de manière plus générale aux idéologies de l’antimachinisme et à leur possible continuation actuelle dans le contexte d’explosion des nouvelles technologies.

En linguistique, la question des « machines » offre des possibilités multiples, tant en matière de réflexion théorique (y compris à dimension historique) que de description ou d'analyse de pratiques (incluant l'analyse de discours). Parmi les axes possibles, on pourrait traiter la question de la langue entre organisme (humboldtien) et machine en s’interrogeant sur les possibilités et limites de la formalisation, de la grammaire générale et raisonnée aux formes ultimes du générativisme, en passant par les diverses tentatives de formalisation issues d'autres cadres théoriques, y compris liés à l'énonciation. On pourrait aussi aborder la grammaire elle-même comme machine (rêvée ?) à décrire, à produire de la langue et du discours. Ou encore considérer le texte comme une machine discursive en convoquant les modèles de production de textes et les différentes tentatives de modélisation et de formalisation, éventuellement en lien avec la génération automatique des textes par les machines (numériques). Ce dernier aspect peut rejoindre certaines interrogations et expérimentations littéraires, telles que l’écriture automatique, l’intertextualité radicale et montage aléatoire. On pourrait imaginer un axe consacré au « dialogue » avec les machines et portant sur la place du langage naturel dans nos rapports avec les machines et à l'impact des machines sur la langue et les formats discursifs, donc sur les formes langagières. Un dernier enjeu concernerait la manière de parler des machines : comment dire et décrire les machines, dans lequel les machines deviennent objet de métaphorisation.

Les machines peuvent constituer un angle de focalisation pertinent pour aborder les traductions. Par delà la rituelle question des limites de la traduction automatique, il serait intéressant d’analyser le rôle des bases de données et autres modèles d’archives plus ou moins mécanisées entrant en jeu dans divers modes de traductions de textes (« machines à traduire ») et inversement, en traduction technique, à la question du comment traduire les machines. On pourrait aussi orienter l’interrogation vers le statut, la représentation (y compris auto-représentation du traducteur) entre auctorialité et re-production d'un texte sous contraintes multiples, notamment en traduction audio-visuelle.

En littérature, la réflexion portera aussi bien sur la dimension concrète de l’impact des machines sur la création artistique que sur l’imaginaire artistique de la machine du XVIe siècle à nos jours, mettant en jeu les genres du fantastique et de la science-fiction, et les discours poétologiques de la machine et des automates (Kleist, Büchner, Celan), ou encore les apports théoriques et pratiques du XXe siècle envisageant et expérimentant le texte comme machine. Le paradigme contemporain de la mémoire place sous un jour nouveau le couple création et machine en ce qu’il incite à penser les implications des techniques d’archivage sur la création artistique. On pourra aussi s’interroger sur les impacts du modèle de la machine sur les écritures ‘réalistes’ ou documentaires contemporaines ayant recours à des techniques d’enregistrement imitant un processus mécanisé. Un autre angle d’attaque pourrait porter sur la manière dont les processus créateurs adoptent et adaptent les inventions techniques et machiniques (photographie, cinéma) et les nouvelles technologies (numérique, internet, réseau, virtualité) qui modifient en retour l’acte créateur et ses représentations. Les implications sur l’histoire des représentations auctoriales, celles du genre et plus généralement des représentations de l’humain, entre l’animal et la machine (Kafka, Sebald), l’homme artificiel et le « posthumain », feront partie intégrante du spectre des investigations.

Mais c’est finalement dans le domaine des arts du spectacle que la question des machines trouve son terrain de prédilection. L’histoire du théâtre peut en effet se lire comme celle du développement des dispositifs scéniques et de la machinerie destinés à réaliser certains effets (« pièces à machines »). Là aussi cette histoire oscille entre usage intensif et refus radical. On songe ainsi à l’emploi de la grue dans le théâtre antique (mêchanê) et à la métaphore du deus ex machina qui en découle, aux expériences scéniques d’Erwin Piscator, aux scénographies de Casper Neher et aux créations de Rimini Protokoll avec leurs dispositifs techniques particulièrement abondants  Les confrontations contemporaines à la question de la machine au théâtre, dans leur diversité, mettent en jeu le rapport de l’homme à la machine. C’est l’acteur qui est au centre des dispositifs et réflexions : qu’il soit remplacé par une Sur-marionnette, mis en scène dans une relation en apparence  harmonieuse avec la machine ou encore absorbé par le dispositif scénique. La confrontation à la machine, enfin, recèle un questionnement sur les formes et contenus susceptibles de résister à ou de déstabiliser cette machine qu’est le théâtre, susceptibles aussi de renouveler le théâtre ou de repenser sa place dans une industrie du divertissement recourant inlassablement aux mêmes effets.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Cette édition des 50 ans du congrès de l’AGES aura lieu les 8, 9 et 10 juin 2017 à l’université de Nantes. Elle aura une double orientation, à la fois rétrospective et prospective.

À ce titre, elle souhaite mettre à l’honneur la germanistique en train de se faire en invitant expressément doctorant.e.s. et postdoctorant.e.s à répondre à l’appel à contributions. Les panels seront organisés autour de deux contributions de 25 minutes chacune, l’une donnée par un.e. doctorant.e. ou post-doctorant.e. et l’autre par un chercheur ou une chercheuse confirmé.e. Un rôle important sera attribué à la modération et à la discussion (40 minutes par panel).

Le congrès sera organisé autour de deux temps forts :

-  Le premier correspond au volet scientifique dont l’appel à contributions ci-dessous pose les jalons. (volet 1)

- Le second sera d’ordre méthodologique et pose la question du rôle actuel et à venir de la « machine » dans l’enseignement et la recherche en études germaniques (volet 2). Toutes les personnes désireuses d’apporter leur contribution à cette question sous formes variées (réflexion, témoignage, pistes de recherche…) sont invitées à poster leur proposition.

Les propositions – titre de travail et présentation (entre 250 et 350 mots) – en allemand ou en français, pour le volet 1 comme pour le volet 2, sont à envoyer par mail

avant le lundi 14 novembre 2016

à l’adresse etudes.germaniques@univ-nantes.fr

Comité scientifique

  • Reinhold Görling (Prof, Université de Düsseldorf)
  • Christoph König (Prof, Université d’Osnabrück)
  • Patrice Neau (Prof., Université de Nantes)
  • Sébastien Rival (Université de Hambourg, sous réserve)
  • Maiwenn Roudaut (MCF, Université de Nantes)
  • Marielle Silhouette (Prof, Université Paris-Ouest Nanterre)
  • Bénédicte Terrisse (MCF, Université de Nantes)
  • Werner Wögerbauer (Prof., Université de Nantes)

Lieux

  • Université de Nantes, Bâtiment FLCE - Chemin la Censive du Tertre - BP 81227
    Nantes, France (44312)

Dates

  • lundi 14 novembre 2016

Mots-clés

  • machine, évolution numérique, perspective historique, germanistique

Contacts

  • Bénédicte Terrisse
    courriel : benedicte [dot] terrisse [at] univ-nantes [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Bénédicte Terrisse
    courriel : benedicte [dot] terrisse [at] univ-nantes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Machines », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 04 octobre 2016, http://calenda.org/378777