AccueilLa formation professionnelle au travail !

La formation professionnelle au travail !

Professional training at work! From discourse to practice

Du discours à la pratique

*  *  *

Publié le mardi 04 octobre 2016 par João Fernandes

Résumé

Depuis plusieurs décennies, le domaine de la formation professionnelle ne cesse de se recomposer au gré des conjonctures économiques, politiques et sociales, des dynamiques d’acteurs publics et privés et sous le poids des orientations nouvelles visant à en faire un instrument en faveur de l’efficacité économique et de la sécurisation des parcours et de l’emploi. Les évolutions législatives récentes (réforme de 2003, 2009, 2013) ont réaffirmé ce mouvement au profit d’une convergence tendancielle des logiques individuelles (projets de la personne, droit d’initiative individuelle) et collectives (stratégies de gestion des compétences des entreprises), consacrant par là même des dispositions nouvelles en termes de droit à la qualification et à l’orientation, de professionnalisation, ou encore de qualité de l’offre et d’efficacité de la formation. À bien des égards, ces évolutions conduisent à approfondir notre compréhension de l’enjeu qu’est la formation au regard des recompositions contemporaines du travail et de l’emploi.

Annonce

Argumentaire

Depuis plusieurs décennies, le domaine de la formation professionnelle ne cesse de se recomposer au gré des conjonctures économiques, politiques et sociales, des dynamiques d’acteurs publics et privés et sous le poids des orientations nouvelles visant à en faire un instrument en faveur de l’efficacité économique et de la sécurisation des parcours et de l’emploi. Les évolutions législatives récentes (réforme de 2003, 2009, 2013) ont réaffirmé ce mouvement au profit d’une convergence tendancielle des logiques individuelles (projets de la personne, droit d’initiative individuelle) et collectives (stratégies de gestion des compétences des entreprises), consacrant par là même des dispositions nouvelles en termes de droit à la qualification et à l’orientation, de professionnalisation, ou encore de qualité de l’offre et d’efficacité de la formation. Face aux problématiques d’emploi, la période actuelle est marquée par une accélération des mutations en cours dans une logique de renouvellement des cadres institutionnels et des formes de régulation conjointe (au niveau central et territorial, mais aussi de l’entreprise et des branches professionnelles) ainsi que par une redéfinition des modalités éducatives et pédagogiques, via l’approfondissement des liens entre formation et travail et des logiques de professionnalisation. 

Ces évolutions questionnent la manière dont celles-ci sont aujourd’hui traduites en actes, au-delà des ambitions affichées en la matière, tant au niveau des acteurs institutionnels, des praticiens que des apprenants : comment s’opère le « travail » des règles et des dispositifs de formation à différentes échelles d’action ? Que nous enseignent les décalages multiples entre les intentions conventionnelles et légales et leurs déclinaisons au sein des pratiques sociales ? Quels en sont les significations et les retombées pour les différentes catégories d’acteurs et que peut-on en déduire au regard des dynamiques actuelles dans le domaine de la formation des adultes ? A bien des égards, ces interrogations conduisent à approfondir notre compréhension de l’enjeu qu’est la formation au regard des recompositions contemporaines du travail et de l’emploi.

Mettre en perspective ces évolutions et en favoriser l’appréhension comme la compréhension, c’est le pari que se propose de relever ici notre collectif de doctorants. En prenant pour cas les travaux issus de la recherche émergente à forte dimension empirique et dans une logique pluridisciplinaire, cette journée vise à engager une réflexion sur le travail de la formation professionnelle, ainsi que sur ses acteurs, afin d’en saisir les permanences et les transformations. Parmi les principaux axes de questionnements, une attention singulière sera portée aux mutations institutionnelles du champ, sous l’angle des effets générés sur la « physionomie » des institutions du travail ou encore sur le développement du recours à l’évaluation de la formation dans le champ conventionnel. Le thème de l’accès à la formation sera également abordé à partir des préoccupations récentes que soulèvent le développement du droit à la qualification ainsi que les nouvelles règles de financement. La question du sens et de l’engagement de l’individu en formation rythmera également les échanges de la journée. Ce point sera notamment traité sous l’angle des dynamiques identitaires lors des phases de transitions professionnelles. Un dernier point sera consacré aux postures professionnelles et à leurs évolutions récentes, notamment sous l’angle de la « formation des formateurs » et de la mise en tension des métiers de l’orientation.

Programme

9h-9h30 : Accueil et introduction de la journée – Pierre Lenel, LISE.

Session 1 : Quelles mutations institutionnelles de la formation professionnelle en France ?

  • 9h30-9h50 : Quelle physionomie des institutions du travail en France, à la lumière de la réforme de la formation professionnelle ? Une perspective plurisectorielle sur longue période - Samuel Zarka, LISE.
  • 9h50-10h10 : Evaluer la formation professionnelle : le cheminement d’un nouvel enjeu des relations professionnelles. Edine Gassert, LISE.
  • 10h10-11h00 : Mise en perspective et discussions - Michèle Tallard, IRISSO, Jean-Louis Dayan, CEE.

11h00-11h10 : Pause

Session 2 : Quels freins en matière d’accès à la formation ?

  • 11h10-11h30 : La mise en œuvre du socle de compétences « CLEA » dans le secteur de la grande distribution. Quels freins à l’accès au dispositif pour les salarié-e-s dans la perspective des rapports de genre ? Charlotte Sacksick, LISE.
  • 11h30-11h50 : Réforme et financement de la formation continue pour les TPE - Rose Nalie Minyem, LISE.
  • 11h50-12h30 : Mise en perspective et clôture de la matinée - Michèle Tallard IRISSO, Jean-Louis Dayan, CEE.

12h30-13h30 : Déjeuner libre

Session 3 : Quête de sens et engagement de l’individu en formation 

  • 13h30-13h50 : S’engager en formation pour une nouvelle voie professionnelle - Naima Adassen, CRF.
  • 13h50-14h10 : Formations continues... quelles significations pour les étudiant.e.s. ? Nadia Baatouche, CRTD.
  • 14h10 – 15h : Mise en perspective et discussion - Anne-Lise Ulmann, CNAM, Bernard Masingue, E&P.

15 h-15 h10 : Pause

Session 4 : Quels renouvellements des pratiques professionnelles chez les formateurs et les conseillers ?

  • 15h10-15h30 : Le formateur face au numérique dans les organisations. Quels enjeux ? Quelles opportunités d’apprentissages ? – Anne-Valérie Santiago, CRF.
  • 15h30-15h50 : Des conseillers d’orientation désorientés. Le bilan de compétences, un dispositif de sécurisation des parcours ? – Aurélie Gonnet, LISE.
  • 15h50-16h30 : Mise en perspective et clôture de l’après-midi - Anne-lise Ulmann, CNAM, Bernard Masingue, E&P.

16h30 – 17h : Conclusion et perspectives - Jean-Marie Barbier, CRF.

Journée d’études organisée par les doctorants du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE Cnam /CNRS), en collaboration avec le Centre de recherche sur la formation (CRF) et le Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD).

Lieux

  • Amphithéâtre Georges Friedman (Accès 33, 2e étage) - 2, rue conté
    Paris, France (75003)

Dates

  • jeudi 20 octobre 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • formation professionnelle, sécurisation des parcours, transitions professionnelle, travail, emploi, professionnalisation

Contacts

  • Aurélie Gonnet
    courriel : aureliegonnet [at] lecnam [dot] net

URLS de référence

Source de l'information

  • Aurélie Gonnet
    courriel : aureliegonnet [at] lecnam [dot] net

Pour citer cette annonce

« La formation professionnelle au travail ! », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 04 octobre 2016, http://calenda.org/379000