AccueilL’archéologie à l’aune des relations internationales

L’archéologie à l’aune des relations internationales

Archaeology at the birth of international relations

Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n° 46, automne 2017

Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, no. 46, autumn 2017

*  *  *

Publié le mercredi 12 octobre 2016 par João Fernandes

Résumé

Les travaux portant sur l’archéologie sont majoritairement l’apanage des historiens de l’art et des archéologues. Peu d’historiens se confrontent directement à ce bel objet qui apparaît pourtant de manière récurrente dans nos archives : parcours individuels, négociations et traités… Nous souhaitons, dans le cadre du Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, inverser cette tendance et placer l’archéologie au cœur de travaux d’histoire des relations internationales. Mettre en valeur les particularités de cette approche historique nous permettra de voir en quoi les perspectives offertes par cette discipline apportent un nouvel éclairage, qui vient nourrir et compléter la production existante.

Annonce

Argumentaire

Alors que l’archéologie se retrouve régulièrement au centre de contentieux internationaux faisant la Une de l’actualité, nous proposons de l’envisager ici comme objet d’histoire des relations internationales. Trois déclinaisons nous semblent pertinentes.

La première concerne la pratique archéologique : les fouilles, les « découvertes » ou encore la collecte. L’archéologie est comprise ici comme une discipline évolutive depuis les entreprises individuelles jusqu’à son institutionnalisation en tant que science. La deuxième s’intéresse à la mise en valeur du patrimoine archéologique : fondation et concurrence des musées, création de différentes institutions étatiques (dans les métropoles, les colonies et les territoires soumis à l’impérialisme occidental), ou encore conservation et gestion de sites. La dernière porte sur le produit des fouilles, objet de convoitises diverses (pillages, contrebande, ventes aux enchères, collections privées) mais aussi de pratiques diplomatiques par des transferts négociés (restitution, cadeaux, tribut…).

Envisager l’archéologie comme objet d’histoire des relations internationales permettra d’abord de s’intéresser aux acteurs : diplomates, missionnaires, explorateurs, scientifiques, collectionneurs, contrebandiers, pilleurs… Ils relèvent ou non d’une institution et agissent à titre personnel ou officiel sans que ces typologies soient hermétiques. Il s’agira ensuite de questionner son instrumentalisation à la fois dans le temps et dans l’espace. À l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles), les représentations et discours connaissent en effet des temporalités plurielles : temps des impérialismes ; temps des indépendances ; temps de l’internationalisation ; temps des réactions. Ils s’inscrivent également dans un territoire dont les enjeux dépassent l’échelle locale : frontières nationales, concessions internationales, patrimoine mondial. Enfin, dans une approche totale des relations internationales, il conviendra de prendre en compte les dimensions économiques, politiques, militaires de cet objet, sans se limiter au champ culturel. 

Conditions de soumission

Les propositions de communication, d’un maximum de 1 500 signes (merci de joindre un bref CV), sont à envoyer

jusqu’au 1er décembre 2016

aux adresses suivantes : mathieujestin@gmail.com, abbe.gabrielle@gmail.com

Le comité éditorial rendra son avis le 15 décembre 2016.

Les contributions, d’une longueur maximale de 22 000 signes, devront être envoyées au plus tard le 31 mars 2017 pour une parution en octobre 2017.

Directrice de la publication 

  • Marie-Pierre Rey, professeur université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Responsables scientifiques

  •  Gabrielle Abbe, doctorante en histoire contemporaine des relations internationales à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction d’Hugues Tertrais
  •  Mathieu Jestin, post-doctorant au LabEx EHNE, docteur en histoire des relations internationales de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • jeudi 01 décembre 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • XIX-XXIe siècle, relations internationales, archéologie, diplomatie, négociation, acteur, échelle, circulation, musée, fouille, réseau

Contacts

  • Mathieu Jestin
    courriel : mathieujestin [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Mathieu Jestin
    courriel : mathieujestin [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« L’archéologie à l’aune des relations internationales », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 12 octobre 2016, http://calenda.org/379736