AccueilTransitions économiques et nouvelles ruralités

Transitions économiques et nouvelles ruralités

Economic transitions and new ruralities - rural spaces and spatial projects

Espace rural et projet spatial

*  *  *

Publié le mercredi 12 octobre 2016 par João Fernandes

Résumé

L'objet du colloque est d'interroger les enjeux de la transition économique dans la transformation des territoires ruraux dans une optique transcalaire : de l'échelle architecturale à celle des territoires. Aujourd'hui, la pensée de l'aménagement est globalement dominée par le système de pensée économique néolibéral, lié à l'idée de croissance comme réponse incontournable à l'amélioration du cadre de vie des hommes. Ainsi, les sociétés des pays dits développés ont-elles associé leur établissement à des logiques économiques favorisant la consommation et la surproduction. Elle a notamment engendrée les problèmes écologiques d'échelle planétaire que nous connaissons à présent, tels que : perte de la biodiversité, réchauffement climatique, amenuisement des ressources, crises agricole et alimentaire, etc.

Annonce

Colloque 10, 11, 12 mai 2017, ENSAP Bordeaux / UMR Passages (5319)

Argumentaire

L'objet du colloque est d'interroger les enjeux de la transition économique dans la transformation des territoires ruraux dans une optique transcalaire : de l'échelle architecturale à celle des territoires. Aujourd'hui, la pensée de l'aménagement est globalement dominée par le système de pensée économique néolibéral, lié à l'idée de croissance comme réponse incontournable à l'amélioration du cadre de vie des hommes. Ainsi, les sociétés des pays dits développés ont-elles associé leur établissement à des logiques économiques favorisant la consommation et la surproduction. Cette pensée de l'aménagement va à l'encontre des cycles naturels globaux. Elle a notamment engendrée les problèmes écologiques d'échelle planétaire que nous connaissons à présent, tels que : perte de la biodiversité, réchauffement climatique, amenuisement des ressources, crises agricole et alimentaire, etc.

En dépit des multiples « alertes », lancées depuis les années 1970, à la suite notamment des travaux du Club de Rome et du rapport Meadows (« Halte à la croissance »), la logique de croissance n'a jamais été réellement contrariée et remise en question. Au contraire, elle a pu trouver chez certains une forme de légitimité politique, voire de vertu écologique avec la promotion du concept de développement durable et, en France tout particulièrement, de "croissance verte". Or, le processus néolibéral est un système qui s'oppose à la réalité physique et géographique des ressources de notre planète. Comme l'écrit Geneviève Azam, économiste reconnue et militante d'Attac (Azam 2010 , p. 11), il est urgent « d'engager dès aujourd'hui une transition vers d'autres mondes plus sobres […] qui restituent une capacité d'agir, une prise sur la vie, un sentiment d'appartenance à un monde commun et un lien à la Terre ».

Problématiques et hypothèses / axes de travail

Penser les « chaînes de transitions »

Ce colloque vise à explorer les effets de trajectoires économiques alternatives dans le contexte des territoires ruraux et de nouveaux modes d'habiter : à en identifier les implications dans les politiques publiques et les pratiques professionnelles.

Les questions clefs qui pourront être développées lors du colloque sont :

  • En quoi ces territoires présentent-ils un potentiel singulier pour amorcer une économie de l'après-croissance qui dépasserait le primat des énergies fossiles ? Quels en seraient les modes opératoires en terme d'aménagement ?
  • En quoi sont-ils aujourd'hui ponctuellement le terrain d'expérimentation d'autres pratiques économiques permettant de défier cette logique de croissance dominante ?
  • En quoi les disciplines de l'espace et du projet peuvent-elles être associées à ce type de réflexion, en lien avec les acteurs économiques et politiques engagés dans ces territoires ?

Aujourd'hui, ces questions font écho au débat portant sur les différentes formes de « transition » (Chabot, 2016) souhaitées ou déjà à l'œuvre dans nos sociétés contemporaines. En l'occurrence, elles rendent plus particulièrement compte de l'enjeu portant sur la transition économique, son inscription dans une « chaîne de transitions » (énergétiques, écologiques, sociales, etc. ) qui façonne l'ensemble des fondements du projet et des disciplines de l'espace.

Imaginer un nouveau « récit économique » à l'ère de la transition énergétique

Avec l'essor de la mondialisation et de la financiarisation de l'économie, la logique de croissance néolibérale évoquée plus haut a trouvé une forme de couronnement en matière d'urbanisation avec l'avènement du processus de métropolisation. Entre métropolisation, croissance économique et développement durable, un lien systémique s'est imposé depuis les années 1980, avec pour conséquence une accélération de « l'assèchement économique » du maillage territorial d'établissement humain, constitué par les villages et les petites et moyennes villes situées à distance des grands pôles métropolitains. Dans ce contexte, un des défis majeurs de notre époque est d'enrayer le vaste processus « d'expropriation territoriale » à l'œuvre de nos jours, de repenser la dialectique géographique et économique qui hier solidarisait ville et territoire. In fine, il s'agirait de montrer en quoi les territoires ruraux et ce maillage territorial pourraient être l'amorce d'un autre régime d'échanges économiques, d'une autre forme d'habiter dans le contexte de métropolisation.

Autre enjeu déterminant pour aborder la transition économique en termes d'habiter et d'inscription dans le territoire : la transition énergétique. La remise en question de notre système économique est intimement liée à l'évolution du modèle énergétique sur lequel repose le fonctionnement de nos sociétés contemporaines. Comme l'a montré Agnès Sinaï (2015), on ne peut pas dans ce domaine dissocier le processus de croissance économique de sa matière énergétique et physique. Pour introduire ce lien, on partira des travaux pionniers de Nicholas Georgescu-Roegen (1979) dans le domaine de la bio-économie, travaux notamment développés en France par René Passet (1979). Schématiquement, la notion de bio-économie est révélatrice de deux principes clefs rendant compte du lien entre l'établissement des sociétés et la conduite de leurs activités économiques :

  • La recherche de processus et de principes organisationnels, allant à l'inverse du déploiement des hautes technologies, renforçant la logique d'hyper-technicisation du monde et la déprise des usagers de l'expression de leurs besoins ;
  • La restauration des liens sociaux et de productivité des écosystèmes, pour promouvoir des formes d'économies solidaires, à l'inverse de toutes formes de surproduction et de surconsommation engendrées par la logique économique néolibérale.

La notion de bio-économie constitue une ouverture vers d'autres « logiciels économiques » que celui de la compétition territoriale basée sur la croissance et la surproduction, conférant aux territoires ruraux un autre rôle, un autre statut. Elle suggère d'explorer un ensemble de pistes relevant de l'économie sociale et solidaire qui interpellent le système de production et de consommation néolibéral et contribuent à l'avènement d'une économie plurielle (Ndiaye, 2011). A un autre niveau, ce défi de la transition économique nous impose d'imaginer un nouveau « récit économique » comme le suggère Eloi Laurent (2016).

Par rapport aux précédentes rencontres du réseau ERPS et du réseau AlterRurality, ce colloque sera l'occasion de revenir sur les notions de solidarité et d'équité territoriale (Sery et Saunier, 2016), de « pacte ville/campagne » (Guillot, 2011), et sur la nécessité d’identifier les formes de cette « alter-ruralité » propre à notre époque, évoquée par Pieter Versteegh et Chris Younes (2012).

Organisation des sessions

Trois sessions sont proposées pour explorer les ressorts culturels et spatiaux de la transition économique dans les territoires ruraux. Chaque session vise à proposer des expérimentations et/ou des approches théoriques favorisant une échelle spécifique, en faisant valoir ses relations et son interdépendance avec d'autres échelles spatiales et humaines. Les trois échelles proposées sont :

Session 1 : Echelle micro

Echelle de l'organisation du foyer, de l'espace domestique et de la petite entreprise. Elle renvoie aux processus économiques liés à la conception et à la construction d'un édifice. Elle met spécifiquement en avant la pluralité des circuits-courts sur lesquels reposent sa construction, mais aussi l'organisation de la vie quotidienne de ses habitants. Elle est liée à l’émergence de nouvelles structures économiques qui cherchent à être proches de ressources naturelles, matérielles, sociales et énergétiques.

Session 2 : Echelle méso

Echelle du collectif, de la communauté, voire de la petite ville et de ses réseaux de proximité. Elle renvoie à l'espace du territoire dans lequel les systèmes communaux et intercommunaux s'inscrivent. Elle interroge notamment le contenu et l'élaboration des règlements d'urbanisme (SCOT, PLUi) ainsi que leur capacité à intégrer les enjeux économiques propres aux territoires ruraux et à inclure le rôle de ces petites villes. ·

Session 3 : Echelle macro

Cette session renvoie à l'échelle du territoire régional ainsi qu’aux dynamiques le caractérisant. Il s'agit d'analyser / rendre compte de la capacité des acteurs d'une région à générer des politiques d'aménagement favorisant la transition économique. Il s'agit également d'examiner les liens d'interdépendance entre ces actions d'échelle régionale et des actions à l'échelle locale.

L'adoption d'une échelle d'analyse ne dispensera pas de traiter ses interactions avec les autres échelles, en interrogeant divers principes de solidarité (subsidiarité, convivialité, etc) prévalant entre acteurs, instances et stratégies des diverses catégories spatiales désignées. La prise en compte de l'échelle globale, celle de Gaïa tel que formulé par Bruno Latour (2015), sera de même abordée.

Format, sélection et publication des contributions

Les enjeux spatiaux et de transitions économiques, représentatifs de ces trois échelles d'aménagement, seront examinés par l'apport de contributions issues de plusieurs « mondes socio-professionnels », afin de croiser enjeux théoriques et pratiques.

Cet appel à communication s’adresse à la communauté scientifique française et internationale ; enseignants et chercheurs issus des disciplines de l'espace et des sciences sociales et du vivant, ainsi que doctorants (une session leur sera réservée) ;

Il est aussi tourné vers :

  • le monde des acteurs à l'œuvre sur le terrain ; acteurs politiques, entrepreneurs, habitants, associations, agriculteurs, sylviculteurs, collectivités locales et territoriales.
  • le monde de la conception et de la maîtrise d'œuvre : architectes, paysagistes, urbanistes, équipes pluridisciplinaires.

Des propositions associant ces trois catégories d’acteurs sont encouragées. Sont sollicités des travaux de recherche, achevés ou en cours, ainsi que des relations critiques d’expériences de projet et de terrain. Un temps spécifique de présentation sera réservé aux travaux en cours de doctorants.

Dépôt du résumé des contributions

Date limite de dépôt : 15 janvier 2017

Langues acceptées : Français, Anglais

Modalités de dépôt : dépôt via le site https:erps2017.sciencesconf.org, en copie sur erps8@gmail.com

Format du texte du résumé : type Word, en Arial 10, aligné à gauche.

Au moment du dépôt du résumé (comme pour l'article), il faudra fournir au préalable les éléments suivants :

  • Nom et prénom de l’auteur principal ; Institution ;
  • Contacts(email, téléphone, adresse postale) ;
  • Nom, prénom et institution du ou des co-auteurs(les cas échéant) ;
  • La session choisie.

Selon le statut du contributeur, trois format de résumés peuvent être proposés :

  • pour les membres de la communauté académique : remise du résumé (3000 caractères) du projet de contribution + une page de bibliographie.
  • pour les concepteurs et les acteurs : remise d'un résumé (3000 caractères) du projet de contribution + cinq illustrations. La contribution pourra prendra la forme d'un entretien dans la publication.
  • pour les doctorants : remise du résumé d'une page (3000 caractères) du projet de contribution + une page de bibliographie.

Les auteurs et les légendes des images doivent aussi être indiqués, ainsi qu’une autorisation ou non de les utiliser pour diverses productions associées à la conférence.

Sélection du résumé et dépôt des contributions

Date limite de dépôt : 28 avril (après notification d'acceptation des résumés début février) : mise en ligne d'une première version de la contribution sur le site www.erps.archi

Langues acceptées : Français, Anglais

Modalités de dépôt : dépôt via le site https:erps2017.sciencesconf.org, en copie sur erps8@gmail.com

Selon le statut du contributeur, trois formats de résumés peuvent être proposés :

  • pour les membres de la communauté académique : article de 20 000 caractères du projet de contribution + une page de bibliographie.
  • pour les concepteurs et les acteurs : article de 10 000 caractères du projet de contribution + cinq illustrations. La contribution pourra prendra la forme d'un entretien dans la publication.
  • pour les doctorants : un diaporama interactif ou une vidéo de 180 secondes (format mp4) pour présenter le thème de leur recherche.

Publication des contributions

A l’issu des rencontres, les contributions sélectionnées seront publiées sous forme d’un article dans la collection ERPS aux Publications de l'Université de Saint-etienne (6 ouvrages parus à ce jour), dans le nouveau format bilingue prévu en à partir du volume 7, actuellement en préparation.

Calendrier

  • Réception des propositions de communications : 15 janvier 2016
  • Notification d'acceptation des communications : début février 2016
  • Finalisation du programme et diffusion : mars 2017
  • Mise en ligne : 28 avril 2017
  • Tenue du colloque : 10-11-12 mai 2017

Comité scientifique

Responsabilité scientifique

  • Xavier Guillot (Ensap Bordeaux, UMR Passages)

Membres issus de l'UMR Passages / EnsapBx

  • Rémy Bercovitz, Serge Briffaud, Christine Bouisset, Christophe Bouriette, Bernard Davasse, Stéphane Duprat, Hélène Douence, Thierry Jeanmonod, Abdourahmane Ndiaye, Claire Parin, Jacques Robert

Membres issus du réseau ERPS

  • Ensa Saint-Etienne : Manuel Bello-Marcano, Jonathan Bruter, Luna d'Emilio, Marcel Ruchon, Xavier Wrona
  • Ensa Clermont-Ferrand : Amélie Flamand, Géraldine Tixier
  • Ensa Nancy : Vincent Bradel, Marc Verdier
  • Ensa Normandie : Frédéric Saunier, Johanna Sery
  • Vetagrosup : Olivier Aznar
  • INRA / AgroParisTech : Sylvie Lardon, Claire Planchat
  • Ensa Paris La Villette : Bendicht Weber, Rosa Demarco
  • La Compagnie du paysage : Odile Marcel
  • Ensp Versailles : Patrick Moquay
  • Ensa Grenoble : Romain Lajarge
  • Ensa Paris Belleville : Corinne Jaquand
  • Ensa Bretagne : Nadia Sbiti
  • Ensa Lyon : François Nowakowski
  • Ensa Marseille : Florence Sorano

Membres issus du réseau Alter-rurality/Arena

  • ESA Paris: Pieter Versteegh
  • ESA Paris: Chris Younès
  • UCD Dublin: Sophie Meeres
  • DIT Dublin: Dominic Stevens
  • University of Westminster: Ben Stringer
  • University of Belgrade: Andelka Cirovic

Comité de pilotage

  • Membres issus de l'UMR Passages / l'EnsapBx ( qui accueille le colloque ) : Martin Chénot, Elodie Naminzo, Stéphane Duprat, Diane Camus, Xavier Guillot
  • Membres issus du réseau ERPS / Ensa de Saint-Etienne (pôle administratif du réseau ERPS) : Jean-Luc Bayard, Luna d'Emilio, Claire Planchat
  • Membre issu du réseau ARENA alterRurality : Pieter Versteegh

Partenaires

  • ENSASE
  • ENSAPBX
  • UMR Passages (5319)
  • PNR Landes de Gascogne
  • ARENA - Alterurality
  • Réseau scientifique thématique ERPS
  • BRAUP Ministère de la Culture et de la Communication
  • Région Nouvelle Aquitaine

Lieux

  • ENSAP Bordeaux - 740 Cours de la Libération
    Talence, France (33405)

Dates

  • dimanche 15 janvier 2017

Mots-clés

  • transition économique, ruralité

Contacts

  • Luna d'Emilio
    courriel : erps8 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Luna d'Emilio
    courriel : erps8 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Transitions économiques et nouvelles ruralités », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 12 octobre 2016, http://calenda.org/379844