AccueilMobilités spatiales, mobilités professionnelles et inégalités d'accès à l'emploi

Mobilités spatiales, mobilités professionnelles et inégalités d'accès à l'emploi

Spatial mobilities, professional mobilities and inequalities in employment access

Journée d'études « Mobilités » II organisée par EconomiX et le Laboratoire d’Économie Dionysien

Mobilités II study day organised by EconomiX and the Laboratoire d’Économie Dionysien

*  *  *

Publié le lundi 24 octobre 2016 par Elsa Zotian

Résumé

Présentée, au sein des politiques publiques, comme une solution pour contrer le chômage ou améliorer l’employabilité, la mobilité, tant géographique que professionnelle, est censée participer aux ajustements du marché du travail. De fait, qu’elles s’inscrivent dans le cadre de théories de l’appariement ou dans celle relevant du modèle Insiders/Outsiders, où la stabilité des premiers serait en partie la cause de l’instabilité des seconds, les approches économiques insistent sur la corrélation positive entre accès à l’emploi et mobilités. Or, les participants à la première journée d’études « Mobilités » ont insisté sur l’épaisseur des mobilités individuelles : pour pouvoir être mobile, il faut disposer de ressources, d’investissements individuels (ex. diplômes) et collectifs (ex. moyens de transport). Dit autrement, les mobilités n’opèrent pas sur un marché transparent et fluide, elles nécessitent l’existence de « dispositifs » facilitateurs (liés aux réseaux personnels, aux institutions etc.) dont l’absence frein ou contraint les mobilités. Il existe donc des inégalités dans la possibilité d’être mobile, en particulier selon le genre, le niveau de qualification, la localisation géographique.

Annonce

Appel à communications à la deuxième journée d’études « Mobilités » organisée par EconomiX (Université Paris Ouest Nanterre la Défense, CNRS, UMR, 7235) et le Laboratoire d’Economie Dionysien (Université Paris 8) Université Paris Lumières, le 17 janvier 2017 à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Argumentaire

Présentée, au sein des politiques publiques, comme une solution pour contrer le chômage ou améliorer l’employabilité, la mobilité, tant géographique que professionnelle, est censée participer aux ajustements du marché du travail. De fait, qu’elles s’inscrivent dans le cadre de théories de l’appariement ou dans celle relevant du modèle Insiders/Outsiders, où la stabilité des premiers serait en partie la cause de l’instabilité des seconds, les approches économiques insistent sur la corrélation positive entre accès à l’emploi et mobilités. Or, les participants à la première journée d’études « Mobilités », organisée à l’université Paris 8 en juillet 2015, ont insisté sur l’épaisseur des mobilités individuelles : pour pouvoir être mobile, il faut disposer de ressources, d’investissements individuels (ex. diplômes) et collectifs (ex. moyens de transport). Dit autrement, les mobilités n’opèrent pas sur un marché transparent et fluide, elles nécessitent l’existence de « dispositifs » facilitateurs (liés aux réseaux personnels, aux institutions etc.) dont l’absence frein ou contraint les mobilités. Il existe donc des inégalités dans la possibilité d’être mobile, en particulier selon le genre, le niveau de qualification, la localisation géographique. La mobilité serait, plus qu’une obligation pour s’adapter aux contraintes du marché du travail, une capacité – voire une capabilité – que tous les acteurs ne possèdent pas. Pour réfléchir à ces différents aspects, des travaux, tant qualitatifs que quantitatifs sont attendus, pouvant s’inscrire dans l’un des cinq axes suivants :

1) Modes de recherche/d’obtention des emplois et mobilités spatiales

Quelles sont les interactions entre les modes de recherche et d’accès aux emplois des individus, leur localisation et leurs perspectives de mobilités ? Pour les chercheurs d’emploi, les frontières du marché du travail dépendent de l’accès aux informations sur les opportunités d’emploi dont ils disposent. Or, des réseaux ancrés dans le voisinage, aux annonces circulant sur un marché sans limites sur Internet, en passant par le marché circonscrit par les agences locales pour l’emploi, les canaux du marché du travail ont une dimension spatiale. Certains sont-ils plus « favorables » que d’autres à la mobilité géographique ? Comment les intermédiaires publics accompagnent-ils la recherche d’emploi et la mobilité, via certains dispositifs ? Qu’en est-il des proches, qui, dans le cas des migrations internationales, informent sur les opportunités d’emploi et aident à la mobilité ?

2) Ménages bi-actifs, mobilité et modes différenciés de recherche d’emploi entre hommes et femmes.

La littérature montre que les arrangements conjugaux mis en place pour aménager les mobilités professionnelles sont largement en défaveur des femmes et que la mobilité résidentielle est une ressource professionnelle essentiellement masculine. Que sait-on plus précisément des arbitrages réalisés au sein des couples lorsqu’apparaît une contrainte de mobilité professionnelle ou spatiale ? Dans quelles mesures ces contraintes pèsent-elles sur les trajectoires professionnelles des femmes, leur participation au marché du travail ou la  qualité des emplois occupés ? En outre, les femmes, davantage ancrées dans des réseaux de proximité liés à la vie familiale, trouvent moins souvent leur emploi par relations que les hommes. Leur rapport à l’espace et au temps structure-t-il la recherche d’emploi et peut-il entretenir une ségrégation genrée des emplois?

3) Insertion professionnelle des jeunes, mobilités spatiale et professionnelle

Il s’agit ici d’étudier les trajectoires d’insertion des jeunes entrants sur le marché du travail, en lien avec les mobilités spatiales qu’ils connaissent ou qu’ils ont déjà connu, dans le cadre de leurs études notamment, sachant que les contraintes de mobilités peuvent être intégrées dès l’adolescence et fortement dépendantes des ressources familiales et du lieu d’habitation. Comment les dispositifs ou les politiques (transports, etc.) peuvent-ils aider à « desserrer » les contraintes ? Par ailleurs, les enquêtes du Céreq indiquent que l’insertion professionnelle des jeunes est influencée par leurs expériences acquises dans le cadre d’un emploi étudiant, les retours, après la fin des études, dans des entreprises connues pendant celles-ci, étant de plus en plus fréquents. Qu’en est-il plus généralement des liens entre insertion professionnelle, mobilités spatiales et professionnelles ? Cette question revêt une acuité particulière dans le cadre des migrations internationales, qui sont plutôt l’apanage des jeunes.

4) Mobilités et trajectoires individuelles au prisme des « ressources » individuelles et collectives

Cet axe met l’accent sur les inégalités entre les trajectoires individuelles, selon les catégories socio-professionnelles, les expériences passées en termes de périodes de chômage, d’inactivité ou d’emploi, les niveaux de qualifications. Ainsi, les cadres mobiles bénéficieraient d’un « privilège spatial » dont seraient dépourvues les classes populaires, plus limitées dans leurs ressources et davantage ancrées localement. Comment s’inscrivent les épisodes de mobilités spatiales ou résidentielles dans les trajectoires professionnelles ascendantes et descendantes ? Les dispositifs publics et collectifs constituent-ils des ressources pertinentes pour lutter contre les inégalités ? Et si oui lesquels et à quelle échelle ?

5) Mobilités et justice sociale

La question de la justice sociale traverse celle des mobilités : comment concevoir celle-ci en termes de réalisations effectives, d’opportunités et de capacités de contrôle ? Habiter dans une zone rurale, une zone dotée en emplois, une zone urbaine sensible ou un quartier fortement ségrégué, affecte différemment les possibilités de mobilités et les « frontières » du marché du travail des uns et des autres. Comment les possibilités de mobilité interrogent-elles, au-delà de l’accès à l’emploi, l’accès aux loisirs, à la culture, à l’indépendance ?

Conditions de soumission

Les propositions de communications (d’environ 500 mots) sont à envoyer à l’adresse suivante : journee.mobilites@gmail.com

avant le 2 décembre 2016.

Les décisions seront notifiées avant le 16 décembre.

Comité scientifique

  • Carole Brunet (LED, Université Paris 8),
  • Guillemette de Larquier, (EconomiX, Université Paris Nanterre),
  • Nadine Levratto (CNRS, EconomiX, Université Paris Nanterre),
  • Héloïse Petit (CLERSE, Université Lille 1),
  • Géraldine Rieucau (LED, Université Paris 8),
  • Thomas Sigaud (Centre d’études de l’emploi),
  • Antoine Terracol (LED, Université Paris 8),
  • Marion Tillous (LADYSS, Université Paris 8),
  • Élisabeth Tovar (EconomiX, Université Paris Nanterre).

Comité d’organisation

  • Carole Brunet (LED, Université Paris 8)
  • Guillemette de Larquier, (EconomiX, Université Paris Nanterre)
  • Géraldine Rieucau (LED, Université Paris 8)
  • ElisabethTovar (EconomiX, Université Paris Nanterre)

Lieux

  • 200 avenue de la République
    Nanterre, France (92)

Dates

  • vendredi 02 décembre 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • mobilités spatiales, mobilités professionnelles, migrations, mobilités résidentielles, inégalités, accès à l'emploi, chômage

Contacts

  • Géraldine Rieucau
    courriel : geraldine [dot] rieucau [at] univ-paris8 [dot] fr
  • Guillemette de Larquier
    courriel : larquier [at] u-paris10 [dot] fr
  • Carole Brunet
    courriel : carole [dot] brunet [at] univ-paris8 [dot] fr

Source de l'information

  • Géraldine Rieucau
    courriel : geraldine [dot] rieucau [at] univ-paris8 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mobilités spatiales, mobilités professionnelles et inégalités d'accès à l'emploi », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 24 octobre 2016, http://calenda.org/380832