AccueilUne approche sociocritique : quels apports à l’étude du numérique en éducation ?

Une approche sociocritique : quels apports à l’étude du numérique en éducation ?

A sociocritical approach to digital technology in education

Les Nouveaux cahiers de la recherche en Éducation

Les Nouveaux cahiers de la recherche en Éducation - an education research journal

*  *  *

Publié le lundi 24 octobre 2016 par Elsa Zotian

Résumé

Le numérique en éducation constitue un domaine de recherche dans lequel les disciplines s’articulent plus ou moins étroitement les unes aux autres depuis la conception d’environnements numériques d’apprentissage jusqu’à l’étude des usages numériques éducatifs. Cet appel à publications s’inscrit dans cette dernière thématique et souhaite donner un aperçu de l’intérêt d’une approche sociocritique à cet égard.

Annonce

Argumentaire

Le numérique en éducation constitue un domaine de recherche dans lequel les disciplines s’articulent plus ou moins étroitement les unes aux autres depuis la conception d’environnements numériques d’apprentissage jusqu’à l’étude des usages numériques éducatifs (Baron, 2014). Cet appel à publications s’inscrit dans cette dernière thématique et souhaite donner un aperçu de l’intérêt d’une approche sociocritique à cet égard.

À l’origine de cette approche se trouve le constat que l’étude des usages numériques éducatifs s’est principalement articulée autour de l’enseignement et de l’apprentissage en contexte institutionnel (Bayne, 2014; Erstad et Arnseth, 2013; Ito, Gutierrez, Livingstone, Penuel, Rhodes, Salenet al., 2013), notamment en vue d’en mesurer l’impact (Eynon, 2012). Sans remettre en cause la pertinence de ces études, un nombre croissant de chercheurs appelle à appréhender le numérique dans sa relation dynamique aux acteurs éducatifs au sein des contextes sociaux dans lesquels cette relation prend place. Il s’agit donc d’un effort de contextualisation du numérique en éducation, qui soulève, en retour, plusieurs questions. À titre non exhaustif: comment le numérique contribue à reconfigurer ou à maintenir les rôles éducatifs, la forme scolaire, le rapport au savoir ainsi que les temps et les lieux d’enseignement et d’apprentissage? Dans quelle mesure les usages numériques en contexte institutionnel sont-ils en continuité ou en rupture avec les usages numériques non institutionnels des acteurs éducatifs? Quels sont les motivations et les intérêts sous-jacents à l’intégration du numérique en éducation? Dans quelle mesure sont-ils convergents avec les finalités éducatives? Dans quelle mesure le numérique s’inscrit-il dans le prolongement du rapport entre les objets techniques et l’éducation, d’un point de vue historique? Quelles sont les contributions interdisciplinaires à la compréhension de ce rapport?

Par l’élargissement des tenants et des aboutissants du numérique en éducation, une approche sociocritique permet de couvrir des enjeux connexes à l’enseignement et à l’apprentissage per se. Elle n’en est pas moins essentielle pour contribuer à une compréhension systémique du numérique en éducation et orienter ses développements pédagogiques et didactiques, en tenant compte de toute la complexité à l’œuvre. Ainsi, cette approche est susceptible de fournir un niveau d’analyse supplémentaire, qui dépasse le point focal habituel des études centrées sur l’enseignement et l’apprentissage, afin d’apporter un éclairage complémentaire.

L’approche sociocritique, bien qu’elle ait de multiples origines (De Munck, 2011) et qu’elle ne soit pas uniforme et homogène (George, 2014), a été largement développée dans les disciplines s’intéressant aux relations entre la technique et la société. Elle apparait également, de manière parfois implicite et toujours hétérogène, dans les travaux de plusieurs chercheurs oeuvrant dans le domaine du numérique en éducation (voir par ex., Albero, 2009; Beynon et Mackay, 1989; Bruillard, 2011; Bulfin, Johnson et Bigum, 2015; Chaptal, 2003; Collin, Guichon et Ntebutse, 2015; Cuban, 1993; Dieuzeide, 1982; Jacquinot, 1981; Moeglin, 1993; Selwyn, 2010), sans qu’on puisse parler d’une tradition pour autant. Dans le but de poursuivre la réflexion, un collectif interdisciplinaire de chercheurs francophones (voir Collin et al., 2016) s’est constitué récemment et travaille à structurer une approche sociocritique dans le domaine du numérique en éducation.

L’organisation de ce numéro thématique s’inscrit pleinement dans cette perspective. Il souhaite réunir des chercheurs s’intéressant à une approche sociocritique dans leur étude du numérique en éducation. Plus précisément, le numéro thématique accueille à la fois des recherches théoriques, qui réfléchissent aux tenants et aboutissants d’une approche sociocritique pour l’étude du numérique en éducation, et des recherches empiriques, qui adoptent une approche sociocritique dans leur étude du numérique en éducation. En tant qu’approche, il n’est pas possible de la rattacher à un lot d’objets d’étude qui lui serait spécifique. Aussi, divers thèmes peuvent a priori être abordés selon une approche sociocritique. Dans tous les cas, il est attendu que les contributions problématisent le numérique en éducation et le contextualisent dans un ou plusieurs des axes suivants:

  • Contextualisation du numérique dans le quotidien des acteurs éducatifs et para-éducatifs, en tant qu’individus sociaux liés par des relations, des rôles et des normes variables suivant les interlocuteurs, les lieux, les classes sociales et les appartenances ethnoculturelles (voir par ex., Collin et Karsenti, 2013; Furlong et Davies, 2012);
  • Contextualisation du numérique dans les logiques économiques, politiques, idéologiques qui privilégient certaines valeurs et certaines finalités plutôt que d’autres, et qui s’avèrent plus ou moins compatibles avec les missions de l’École (voir par ex., Chaptal, 2003; Moeglin, 2015);
  • Contextualisation du numérique dans la filiation historique des objets techniques qui ont pénétré l’éducation (voir par ex., Jacquinot, 1981);
  • Enfin, sur le plan scientifique, contextualisation du numérique en lien avec les disciplines s’intéressant aux relations entre la technique et la société, tout en spécifiant les enjeux éducatifs qui sont propres à ce domaine d’étude (voir par ex., Albero, 2009; Selwyn, 2014).

Dans le cadre de ce numéro, seront privilégiées les propositions qui se situent dans un ou plusieurs des axes ci-dessus et qui indiquent de manière explicite comment elles s’inscrivent dans une approche sociocritique du numérique en éducation.

Conditions de soumission

Les résumés (500 mots) doivent être envoyés aux Nouveaux cahiers de la recherche en éducation à l’adresse: ncre@usherbrooke.ca.

Calendrier

  • 11 novembre 2016 Date limite de réception des résumés

  • 11 décembre 2016 Envoi des réponses aux auteurs
  • 22 février 2017 Remise des textes complets par les auteurs

Sous la responsabilité du rédacteur en chef, l’évaluation des articles sera assujettie au même processus rédactionnel que tous les articles soumis à la revue.

La procédure de soumission d’articles et les normes éditoriales des Nouveaux cahiers de la recherche en éducation sont disponibles sur le site de la revue à l’adresse suivante: www.usherbrooke.ca/ncre/.

Les étudiantes et étudiants qui souhaitent soumettre un article sont invités à le faire en associant à titre de coauteur leur directeur de recherche, dans le respect de son rôle de formateur scientifique de la relève.

Corédacteurs invités de la revue

  • Simon Collin, Université du Québec à Montréal
  • Jean Gabin Ntebutse, Université de Sherbrooke

Bibliographie

  • Albero, B (2009). Pratique sociale et recherche dans le champ de l'autoformation. In J-M. Barbier, E. Bourgeois, G. Chapelle, J-C. Ruano-Borbalan. Encyclopédie de la formation (p. 659-685). Paris: Presses Universitaires de France.
  • Baron, G.-L. (2014). Élèves, apprentissages et « numérique » : regard rétrospectif et perspectives. Recherches en Éducation, 18(2), 91-103.
  • Bayne, S. (2014). What's the matter with ‘technology-enhanced learning’? Learning, Media and Technology.
  • Beynon, J. et Mackay, H. (1989). Information Technology into education: Towards a critical perspective. Education Policy, 4(3), 245-257.
  • Bruillard, É. (2011). Discours généraux sur les TIC en éducation: beaucoup de slogans peu étayés, en quête de débats. Association Enseignement Public et Informatique. Document téléaccessible à l’adresse <http://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1110e.htm>.
  • Bulfin, S., Johnson, N. et Bigum, C. (dir.) (2015). Critical Perspectives on Technology and Education. New York, NY: Palgrave Macmillan.
  • Chaptal, A. (2003) L’efficacité des technologies éducatives dans l’enseignement scolaire. Analyse critique des approches française et américaine. Paris: Éditions L’Harmattan.
  • Collin S. et Karsenti, T. (2013). Usages des technologies en éducation: analyse des enjeux socioculturels. Éducation et francophonie, 16(1), 192-210.
  • Collin, S., Guichon, N. et Ntebutse, J-G. (2015). Une approche sociocritique des usages numériques en éducation. STICEF, 22, 89-117.
  • Cuban, L. (1993) Computers meet classrooms: Classrooms wins. Teachers College Record, 95, 185-210.
  • De Munck, J. (2011). Les trois dimensions de la sociologie critique. SociologieS, Document téléaccessible à l’adresse <http://sociologies.revues.org/3576>.
  • Dieuzeide, H. (1982) Marchands et prophètes en technologie de l'éducation. Actes de colloque Les formes médiatisées de la communication educative (p. 78-82). École normale supérieure de Saint-Cloud, France. Document téléaccessible à l’adresse <https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00000772/document>.
  • Erstad O., Arnseth H. C. (2013). Learning lives connected: Digital youth across school and community spaces. Comunicar, 40, 89-98.
  • Eynon, R. (2012). The challenges and possibilities of the impact agenda. Learning, Media and Technology, 37(1), 1-3.
  • Furlong J., Davies C. (2012). Young people, new technologies and learning at home: Taking context seriously. Oxford Review of Education, 38(1), 45-62.
  • George, É. (2014). Quelles perspectives critiques pour aborder les TIC? tic&société, 8(1-2), 9-29.
  • Ito, M., Gutierrez, K., Livingstone, S., Penuel, B., Rhodes, J., Salen, K. et al. (2013). Connected Learning: An agenda for research and design. Irvine, CA: Digital Media and Learning Research Hub. Document téléaccessible à l’adresse <http://dmlhub.net/sites/default/files/ ConnectedLearning_report.pdf>.
  • Jacquinot, G. (1981). On demande toujours des inventeurs. Communications, 33(1), 5-23.
  • Moeglin, P. (2015). Quand éduquer devient une industrie. Projet, 345(2), 62-71.
  • Selwyn, N. (2010). Looking beyond learning: Notes towards the critical study of educational technology. Journal of Computer Assisted Learning, 26(1), 65-73.
  • Selwyn, N. (2014). Making the most of the ‘micro’: revisiting the social shaping of micro-computing in UK schools. Oxford Review of Education, DOI: 10.1080/03054985.2014.889601

Catégories

Lieux

  • Sherbrooke, Canada

Dates

  • vendredi 11 novembre 2016

Mots-clés

  • sociocritique, numérique, éducation, apprentissage, usage, enseignement,

Contacts

  • Annie Montcalm-Cardinal
    courriel : ncre [at] usherbrooke [dot] ca

Source de l'information

  • Annie Montcalm-Cardinal
    courriel : ncre [at] usherbrooke [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Une approche sociocritique : quels apports à l’étude du numérique en éducation ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 24 octobre 2016, http://calenda.org/380895