AccueilUsages et représentations d'Internet au Maroc

Usages et représentations d'Internet au Maroc

The uses and representations of the Internet in Morocco

*  *  *

Publié le mardi 25 octobre 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Ce colloque international sous le thème « Usages et représentations de l'Internet au Maroc » est organisé par la faculté des lettres et des sciences humaines de Mohammedia et le département de philosophie, sociologie et psychologie.

Annonce

Argumentaire

Depuis quelques années, l’Internet, comme outil de communication et d’interaction entre les individus, les groupes et les organisations, ne cesse de prendre de l’ampleur dans la société marocaine. Selon les résultats de la dernière « Enquête sur l’accès et l’usage des TIC par les Ménages et les Individus au Maroc »1, plus de la moitié des ménages marocains (52,5%) est équipée d’un ordinateur et/ou d’une tablette, soit environ 3,8 millions de ménages. Tandis que la majorité des individus (94,1%) est équipée d’un téléphone mobile. Par ailleurs, il s’avère que 50,4% des foyers marocains ont accès à Internet à domicile via la technologie mobile (45,6% par téléphone ou modem) ou fixe (14,5% par ADSL). Les résultats de cette enquête semblent indiquer que le cyberespace est en passe de devenir un lieu aussi essentiel à la vie quotidienne et relationnelle des familles marocaines que la mosquée ou le hammam. Il apparait en effet que plus de la moitié des internautes (56,7%) se connectent tous les jours, à partir de leur domicile (73,7%), pour une durée pouvant aller de 15 mn à plus de 4 heures, et que les types de contenu les plus utilisés sont les réseaux sociaux (84,4%) et les sites de messagerie instantanée (52,8%).

Si les résultats de cette enquête nationale permettent de mesurer les évolutions positives de l’équipement des ménages et des individus marocains en outils de télécommunications, et s’ils révèlent la prégnance et l’ampleur des pratiques de l’Internet dans leur vie quotidienne, ils ne permettent pas de rendre compte des particularités des appropriations et pratiques de l’Internet chez les Marocains. En effet, les principaux indicateurs utilisés par l’ANRT sont les caractéristiques sociodémographiques classiques qui permettent de distinguer des taux différenciés en termes d’équipement et d’utilisation des différents outils de communication médiatisée selon le lieu de résidence (urbain/rural), le type d’habitat (villa/maison marocain/…), l’âge, le sexe, etc. Aussi l’objectif principal de ce colloque est d’étudier les représentations que se font les Marocains d’Internet, ainsi que les formes et modalités particulières d’appropriation et d’usage de cet outil de communication et d’information. Des approches qualitatives pluridisciplinaires permettraient de rendre compte de la pluralité des pratiques virtuelles, ainsi que de la complexité des représentations collectives d’Internet que l’approche statistique tend à camoufler. L’objectif est donc de privilégier des études qualitatives portant sur les discours et les pratiques quotidiennes de catégories sociales précises et ciblées de manière à restaurer l’hétérogénéité là où les chiffres imposent une certaine homogénéité, mais aussi à donner la parole à des catégories sociales peu étudiées au Maroc, dans ce champ de recherche qu’est devenu l’Internet. Les propositions de communication peuvent s’inscrire dans les trois axes suivants qui restent ouverts à développement.

Axe 1 : L’Internet comme espace public alternatif des communautés minorisées

Dans nombre de pays occidentaux, l’Internet permet la prise de parole de catégories stigmatisées ou rejetées socialement et leur procurent un espace de reconstruction du soi et de restauration du lien social. Qu’en est-il au Maroc pour des groupes d’individus frappés de l’anathème social tels que les irréligieux, les homosexuels ou les personnes atteintes de maladies incurables telles que le sida ? Comment s’approprient-ils le cyberespace comme espace d’organisation de leur communauté et de structuration de leur parole, comme lieu d’affirmation de leur identité et espace de revendication d’une certaine reconnaissance sociale ? Bien peu d’études ont été jusqu’ici effectuées au Maroc sur la question de l’Internet comme espace d’expression des catégories les plus stigmatisées socialement2. L’objectif de cet axe est donc d’essayer de mieux connaître et comprendre les usages et représentations d’Internet chez ces groupes et individus qui recourent au cyberespace comme espace public alternatif et lieu de restauration du lien social.

Axe 2 : L’Internet comme espace de « militantisme numérique »3

Depuis le « Printemps arabe », l’intérêt anthropologique d’Internet et sa qualité de puissant outil d’expression et de mobilisation politique ont été largement reconnus par la plupart des observateurs du Monde Arabe qui ont adjoint le cyberespace à leurs terrains d’observation classiques4. Toutefois, prendre cette période comme point de départ du militantisme numérique, c’est se limiter aux usages politiques d’Internet et ignorer tous les usages qui ont pu en être faits bien avant 2011, comme espace de revendication et de mobilisation sociale, par des collectifs militant pour différentes causes, telles que les droits des femmes, des enfants, des handicapés, des bidonvillois, des amazighs, des étudiants, etc. Cet axe est donc ouvert aux études portant sur des communautés ou sites communautaires dont les pratiques virtuelles se déploient sur le mode du militantisme numérique.

Axe 3 : Représentations et usages de l’Internet chez les parents et enfants

La simplification du fonctionnement des outils de connexion permet l’accès à l’espace des communications virtuelles d’enfants de plus en plus jeunes, mais aussi de parents peu ou pas scolarisés. La généralisation croissante des usages domestiques d’Internet permet d’augurer que cet outil va de plus en plus jouer un rôle important dans la socialisation des jeunes marocains. Mais que sait-on des images qu’en ont les parents et leurs enfants ? Quelles sont leurs attentes de cet outil au moment de la prise de décision de l’introduire au domicile familial ? Et quels sont les usages, collectifs et individuels, qu’on en fait au quotidien au sein des familles ?

Notes

1 ANRT, 2015, « Enquête sur l’accès et l’usage des TIC par les Ménages et les Individus au Maroc en 2014 » Synthèse des résultats, 23 p. Disponible sur : http://www.anrt.ma/sites/default/files/Enquete_TIC_2014-synthese_fr.pdf, (consulté le 21/07/2015).

 2 McGUINNESS Justin, 2012, « Représentation et résistance sur mithly.net : analyse du discours d’un site communautaire marocain », p. 117-141, in NAJAR Sihem (dir.), Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée, Éditions Karthala et IRMC.

3 GRANJON Fabien, 2001, L’Internet militant : Mouvement social et usage des réseaux télématiques, Rennes : Éditions Apogée.

4 LECOMTE Romain, 2011, « Révolution tunisienne et Internet : le rôle des médias sociaux », L’Année du Maghreb, vol. VII, p. 389-418. NAJAR Sihem (dir.), 2013, Le cyberactivisme au Maghreb et dans le Monde Arabe, Paris : Éditions Karthala. 

Modalités de participation

Les propositions de participation au colloque sont à présenter sous format Word. Elles consistent en un résumé de 2500 signes environ, avec indication du titre de la communication, du nom et coordonnées de l’auteur(e), et précision de l’axe dans lequel elles s’inscrivent. (Voir Fiche de participation jointe)

Les communications dureront 20 minutes environ et les textes attendus ne dépasseront pas 20 pages (illustrations comprises).

Les communications comme les textes peuvent être en français ou en arabe. La publication des actes du colloque étant prévue, les textes de communication soumis doivent être inédits, non soumis à publication et respecter les normes suivantes :

  • D’une longueur maximum de 20 pages (10 à 15 pages souhaitables) ;
  • Accompagné d’un résumé de 250 mots (titre et mots-clefs compris) ;
  • Police Times New Roman (12 dans le corps du texte et 10 dans les notes de bas de page) pour les textes en français ;
  • Police Traditional Arabic (14 dans le corps du texte et 12 dans les notes de bas de page) pour les textes en arabe ;
  • Un interligne de 1,5cm
  • Marges de 3,2cm à gauche et 2,5 cm partout ailleurs pour les textes en français [marge 3,2cm à droite pour les textes en arabe].

Calendrier

Envoi des propositions de communication au plus tard le mercredi 11 janvier 2017,

à Souad Azizi (souad_azizi@hotmail.com) et Abdelkrim SAA (karimsaa@yahoo.fr).

  • Sélection des propositions de participation par le comité d’organisation début du mois de février 2017.
  • Une confirmation sera adressée aux participants retenus au plus tard le 8 février 2017.
  • Envoi des textes des communications au plus tard le lundi 22 mai 2017, à Souad Azizi (souad_azizi@hotmail.com) et Abdelkrim SAA (karimsaa@yahoo.fr).
  • Dernier délai pour la remise des textes avec révisions, le lundi 11 septembre 2017.
  • Dates du colloque : Les jeudi 26 et vendredi 27 octobre 2017, de 8h30 à 18h.

Lieu du colloque : Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Mohammedia. 

Comité scientifique

  • Rachida NAFAÂ (Géographe, Doyenne de la FLSH de Mohammedia, Université Hassan II de Casablanca), 
  • Kamal MELLAKH (Sociologue, FLSH de Mohammedia, Université Hassan II de Casablanca),
  • Souad AZIZI (Ethnologue, FLSH de Mohammedia, Université Hassan II de Casablanca),
  • Abdelkrim SAA (Ethnologue, Chef du Département de Philosophie, Sociologie et Psychologie, FLSH de Mohammedia, Université Hassan II de Casablanca).

Comité d’organisation

  • Rachida NAFAA (Géographe, Doyenne de la FLSH de Mohammedia),
  • Kamal MELLAKH (Sociologue, FLSH de Mohammedia),
  • Souad AZIZI (Ethnologue, FLSH de Mohammedia),
  • Abdelkrim SAA (Ethnologue, FLSH de Mohammedia),
  • M’Hammed ABDEREBBI (Sociologue, Chef du Département de Philosophie, Sociologie et Psychologie),
  • Thami EL OUAZZANI (Vice Doyen chargé de la Recherche scientifique),
  • Souad CHERRADI (Responsable du service « Recherche scientifique, formation continue et relations extérieures », FLSH de Mohammedia) ;
  • Youssef ZINE EL ABIDINE (Secrétaire général).

Contacts Souad AZIZI (souad_azizi@hotmail.com) Abdelkrim SAA (karimsaa@yahoo.fr).

Coordinatrice

  • Souad Azizi (Université Hassan II de Casablanca).

Catégories

Lieux

  • Avenue Hassan II
    Mohammedia, Maroc (28000)

Dates

  • mercredi 11 janvier 2017

Mots-clés

  • Internet, usage, représentation, réseau social, militantisme, numérique, identité, lien social, Maroc

Contacts

  • Souad Azizi
    courriel : souad_azizi [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Souad Azizi
    courriel : souad_azizi [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Usages et représentations d'Internet au Maroc », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 25 octobre 2016, http://calenda.org/381036