AccueilL’éducation dans le monde (post)colonial

L’éducation dans le monde (post)colonial

Shaping Education in the (Post)Colonial World

Acteurs, paradigmes, circulations 1880-1980

Actors, Paradigms, Entanglements 1880s-1980s

*  *  *

Publié le jeudi 10 novembre 2016 par João Fernandes

Résumé

Cette conférence propose d’examiner les politiques éducatives élaborées par les acteurs internationaux et impériaux dans le monde (post)colonial au cours du XXe siècle. Elle souhaite explorer les relations complexes entre acteurs, discours et pratiques éducatives d’une part et politiques de « développement » en Asie et en Afrique d’autre part. Trois axes de recherches seront privilégiés : l’examen des doctrines et des paradigmes spécifiquement pensés pour des contextes coloniaux ou postcoloniaux ; le rôle joué par l’éducation dans le cadre de la vaste gamme de projets et programmes visant à la modernisation des colonies et des pays « sous-développés » ; le rôle des acteurs indigènes et l’impact des politiques éducatives internationales et impériales dans différents contextes nationaux, régionaux et locaux.

Annonce

Conférence internationale, Université de Lausanne, Suisse, 14-16 septembre 2017

Argumentaire

Cette conférence propose d’examiner les politiques éducatives élaborées par les acteurs internationaux et impériaux dans le monde (post)colonial au cours du XXe siècle. Si l’historiographie s’est depuis longtemps intéressée à la place de l’éducation dans la « mission civilisatrice » du colonialisme dès le XIXe siècle, des études récentes ont également souligné son rôle dans les projets de « mise en valeur » et d’« exploitation rationnelle » des territoires extra-métropolitains. Pendant la période l’entre-deux-guerres, et surtout après la Deuxième Guerre mondiale, l’accès au savoir et la lutte contre l’analphabétisme furent en effet étroitement liés au développement économique et social des espaces coloniaux, tout comme au processus de construction nationale des territoires qui acquirent leur indépendance dans les années 1950 et 1960. Malgré le récent renouveau des recherches portant sur l’histoire globale de l’éducation, de l’humanitaire et du développement, relativement peu de travaux se sont focalisés sur la vaste gamme de projets éducatifs visant la modernisation économique, sociale et politique des pays du Sud. Menés par une multitude d’acteurs, ceux-ci jouèrent notamment un rôle central dans le façonnement des doctrines et des plans de développement de la deuxième moitié du XXe siècle. Afin de combler cette lacune, la conférence souhaite réunir des contributions basées sur des recherches empiriques explorant les relations complexes entre acteurs, discours et pratiques éducatives d’une part et politiques de « développement » en Asie et en Afrique d’autre part. Plus précisément, nous proposons d’analyser ce problème à partir de trois perspectives complémentaires :

Enjeux et paradigmes 

Le premier objectif de cette conférence est d’analyser les doctrines et les paradigmes éducatifs spécifiquement pensés pour des contextes coloniaux ou postcoloniaux. Dès la période de l’entre-deux-guerres, plusieurs labels furent élaborés dans le but de fournir un enseignement approprié aux besoins et aux spécificités des territoires coloniaux ou « sous-développés » (à l’instar de l’éducation adaptée, de la mass education ou de l’éducation de base), la plupart incluant des formes d’enseignement technique, agricole et professionnel. L’élévation des niveaux de vie des populations indigènes fut d’ailleurs l’un des objectifs proclamés des entreprises éducatives mises en place en Afrique et en Asie au XXe siècle, tout en servant souvent d’outils pour légitimer de domination politique et sociale. Une attention particulière sera accordée aux acteurs individuels et collectifs qui élaborèrent de nouveaux paradigmes (experts, missionnaires, philanthropes, fonctionnaires) ainsi qu’aux espaces institutionnels ou informels par lesquels des nouvelles idées circulèrent entre et par-delà les frontières nationales (conférences internationales et impériales, administrations coloniales, réseaux et associations privées).

Projets et politiques

Le deuxième objectif de la conférence est d’étudier le rôle joué par l’éducation dans le cadre de la vaste gamme de politiques visant à la modernisation des colonies et des pays « sous-développés », depuis les premiers projets impériaux au début du XXe siècle jusqu’à la mise en place des programmes internationaux et bilatéraux d’aide au développement après la Deuxième Guerre mondiale. En se penchant sur l’action des administrations impériales, des organisations internationales (Société des Nations, Bureau international d’éducation, UNESCO, Organisation internationale du Travail, etc.), des organismes religieux (sociétés missionnaires, Vatican, Conseil œcuménique des Eglises, etc.), des ONG (Save the Children, réseaux féministes, mouvements de jeunesse, etc.) et des pays socialistes, la conférence souhaite explorer les manières dont les régions « sous-développées » du monde devinrent une arène de projets en compétition. Les interactions entre ces différents acteurs sur fond de rivalités inter-impériales ou encore des tensions de la Guerre froide et de la décolonisation, ainsi que l’émergence de nouvelles stratégies géopolitiques (comme la coopération intercoloniale), seront particulièrement mises en exergue.

Impacts et appropriations

Cette conférence souhaite enfin œuvrer comme une plateforme de discussion pour évaluer le rôle des acteurs indigènes et l’impact des politiques éducatives internationales et impériales dans différents contextes nationaux, régionaux et locaux. Elle a pour ambition d’ouvrir un espace de réflexion sur les problèmes méthodologiques liés à la réception et aux appropriations des idées et des modèles pédagogiques en fonction de cadres géographiques et politiques en évolution. La conférence pourra ainsi améliorer notre compréhension des limites, de la portée et des significations changeantes du « droit à l’éducation » dans les espaces extra-européens, et plus particulièrement dans le monde colonial et postcolonial.

Modalités de soumission

Nous encourageons des soumissions de chercheur-e-s issu-e-s de l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, et nous accorderons une attention particulière aux propositions venant de doctorant-e-s et de jeunes postdoctorat-e-s. Les résumés des communications, en anglais ou en français (300 mots max.), ainsi qu’un court CV (10 lignes maximum), doivent nous parvenir

au plus tard le 1 décembre 2016.

Les notifications d’acception seront communiquées en janvier 2017. Les langues de travail de la conférence seront le français et l’anglais.

Avant la conférence et afin de faciliter le débat, les participants enverront un papier d’environ 6000 mots qui sera distribué aux discutants. Une publication sous forme de volume collectif et/ou numéro spécial de revue est également prévue.

Le transport et l’hébergement des participants seront pris en charge, totalement ou partiellement, en fonction des résultats des demandes de subventions.

Adresse pour l’envoi des propositions : shapingeducation2017@gmail.com

Comité scientifique (liste provisoire)

  • Miguel Bandeira Jéronimo (Université de Coimbra)
  • Hélène Charton (Sciences Po Bordeaux)
  • Hugo Dores (Université de Porto)
  • Rita Hofstetter (Université de Genève)
  • Damiano Matasci (Université de Lausanne)
  • Sandrine Kott (Université de Genève)
  • Rebecca Rogers (Université Paris Descartes, présidente d’ISCHE)
  • Eckhardt Fuchs (Georg Eckert Institut, Université de Braunschwig, ancien président ISCHE)

Lieux

  • Lausanne, Confédération Suisse

Dates

  • jeudi 01 décembre 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • éducation, colonialisme, postcolonial, développement, empires, organisation internationale, XXe siècle, circulation

Contacts

  • Damiano Matasci
    courriel : Damiano [dot] Matasci [at] unil [dot] ch

Source de l'information

  • Damiano Matasci
    courriel : Damiano [dot] Matasci [at] unil [dot] ch

Pour citer cette annonce

« L’éducation dans le monde (post)colonial », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 10 novembre 2016, http://calenda.org/382465